Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour les Les expressions de décembre chez CLARA, j'ai  modifié un texte que j'avais écrit il y a quelques années pour y inclure les expressions en gras dans le texte

Photo PIXABAY

Photo PIXABAY

Je vis face à la mairie d’un ancien village au cœur d’une grande ville. Depuis que je suis ici, j’aime regarder à travers les vitres sans rideaux  les gens passer indifférents devant moi.

Parfois il arrive que quelqu’un s’arrête et franchisse le seuil. J’écoute alors mes visiteurs raconter leur vie mais c’est comme s’ils ne s’adressaient pas vraiment à moi mais qu’ils parlaient à quelqu’un d’autre juste pour le plaisir de parler. Cela ne me gêne pas, bien au contraire, je peux ainsi mieux les écouter parler de leur vie.  Ils ont tous un besoin de partager les bonnes nouvelles comme les mauvaises. Certains parlent d’amour avec des mots tendres pour l’aimé absent mais si présent. Ils en ont parfois gros sur la patate et  les mots d’amour font parfois place aux mots de haine si violents.  Certains parlent tout simplement de leur quotidien, du temps qu’il fait,  des tracasseries administratives, ou professionnelles.  J’ai appris ainsi en les écoutant à comprendre l’âme humaine et la vie avec ses joies et ses douleurs. Je suis un peu comme un psychanalyste qui se contente d’écouter les gens couchés sur son divan, à absorber telle une éponge leur vie juste pour leur permettre de parler et d’échanger. Je suis utile, c’est ma fierté.

Un jour un homme au grand cœur coiffé comme un as de pique est rentré chez moi. Il s’appelait Juste CLOCHARD. C'était juste un SDF.  L’expression dirait un nom à coucher dehors avec billet de logement. Mais lui, hélas, n’avait pas de billet de logement. Il m’a émue et je lui en ai donné un en l'invitant à squatter chez moi .  Il avait trouvé ainsi un abri bienveillant pour le protéger des frimas de l’hiver,  je me sentais moins seule même s’il dormait la plupart du temps et éructait parfois quelques paroles incompréhensibles. N’ayant pas d’odorat cela ne m’aurait pas gêné s’il n’avait pas empêché mes autres visiteurs de venir. Sa présence les éloignait et ils avaient dû trouver une autre oreille attentive pour les écouter.

Un jour mon ami SDF a disparu.  Mes visiteurs sont revenus rapidement.  Ayant manqué certains épisodes de leur vie, J’ai eu du mal à comprendre les changements brutaux. Parfois Les larmes avaient remplacé les rires. Le bonheur serait-il éphémère ? Peut-être mais le malheur aussi pouvait l’être car parfois les rires avaient remplacé les larmes.

Petit à petit mes visiteurs se sont fait rares, je ne comprenais pas pourquoi.  Je vieillissais, peut être que mon écoute était moins bonne, peut- être  avaient-ils moins besoin de communiquer.

Un jour un orage violent s’est abattu sur le village, un Monsieur a franchi le seuil de chez moi pour s’abriter de la pluie. Il a sorti de sa poche un petit boîtier noir avec un écran et s’est mis à lui parler et alors j’ai compris que j’étais à la retraite.

Martine / Réédition d'un texte transformé pour les expressions du mois chez Clara

N.B.. : J'ai écrit ce texte à la mémoire d'Yves SDF de Cergy, qui s'abritait dans la cabine téléphonique du village et qui est décédé dans la rue. Il est enterré au cimetière de Cergy Village dans une dernière demeure décente. En effet la mairie de la ville a trouvé, après sa mort, les coordonnées de sa famille qui l'avait perdu de vue depuis plusieurs années et le recherchait !! Dommage qu'on n'ait pas cherché à retrouver sa famille avant !

Tag(s) : #Citations

Partager cet article

Repost 0