Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quai des rimes

Mes poèmes, nouvelles, écrits divers

Quai des rimes

Brèves de comptoir

 

 

  • Ma vieille copine, toujours sans occupation ?

 

  • Oui ma petite le grand vide, l’impression d’être inutile. Comment peux-tu comprendre,  toi qui est toujours occupée.  J’aimerais t’expliquer.

 

  • Fais donc.

 

  • J’aimais échanger avec ceux qui s’asseyaient, se confiaient. J’écoutais en me faisant oublier, j’en ai reçu des confidences joyeuses, émouvantes, tristes, drôles….. Certains gardaient le silence, ils semblaient attendre je ne sais quoi, je ne sais qui pour se confier.  Puis ils repartaient plus tristes qu’ils étaient arrivés sans  me saluer, sans se retourner moi qui avaient attendu avec eux et supporté leur poids de solitude. C’était lourd à porter seule. Parfois je n’en pouvais plus de supporter toutes leurs  confidences, leur considération sur la vie quotidiene, leur travail, leurs amis, leurs familles, leurs joies, leurs peines, leurs peurs. Ils me stressaient, m’usaient lentement sans que je m'en rende compte.

 

  • Je suis très étonnée, Tu semblais si  dévouée, toujours présente, discrète, silencieuse… la préférée du patron qui  t’avait réservé une place au zénith, au soleil alors que beaucoup de nos collègues travaillaient à l’ombre sans aucune reconnaissance….

 

  • Tu as raison. C’est  ce qui m’a perdue.  J’étais choisie par la plupart des clients. Après  avoir obtenu la meilleure place, que pouvais-je espérer de plus, de mieux….  J’étais  fatiguée, plus terne, moins rutilante. Les clients ont commencé à me délaisser, préférer mes collègues plus jeunes,  plus modernes comme toi . Le patron m’a remisée, placardisée, à  l’écart de l’activité.

 

  • Je le reconnais mais sais-tu pourquoi ne s’est-il pas séparé de toi ?

 

  • Je fais partie des meubles, il s’est attaché à moi et peut être que je pourrais encore servir un peu…. C’est ce que j’ose croire, ce qui me permet de supporter cette mise à l’écart… Peut-être que..

 

  • Arrête d’espérer,  il va bientôt se séparer de toi  comme il se séparera de moi et de toutes nos collègues

 

  • Pourquoi ? je ne te  crois pas, tu es si jeune, belle, pleine d’avenir…..

 

  • le patron va bientôt déposer le bilan, c’est difficile depuis que les entreprises et commerces alentours ont fermé, que le marché a été remplacé par une grande surface ….

 

  • Pour moi ce sera une délivrance mais je suis triste pour toi…

 

  • Ne sois pas triste.  Ma vie a changé depuis que la crise sévit.  Les  gens sont plus tristes, plus silencieux, certains expriment leur colère, leur angoisse violemment. L’autre jour un ouvrier, qui avait noyé dans l’alcool sa douleur d’avoir perdu son travail,  m’a saisie et m’a jetée  à terre en criant très fort qu’il allait se retrouver sur la paille. Puis il s’est excusé, m’a ramassée, m’a regardée. Comme il a vu que j’étais sortie indemne, il  s’est rassis tranquillement comme si rien ne s’était passé et sans se rendre compte qu’il venait de s’assoir sur la paille, celle de mon assise ce qui m’a bien fait rire.

 

  • Tu as du avoir peur mais j’imagine ta surprise quand il t’a entendu éclater de rire...

 

C’est alors que toutes les tables du café « chez Emile » ne se mirent pas à tourner non mais à parler, à crier :

 

  • « Vos gueules les chaises »  Nous en avons assez d’être tables, nous voudrions être chaises comme vous

 

  • Pourquoi ? répondirent les chaises étonnées

 

  •  Nous en avons assez d’avoir le cul entre deux chaises  alors si en plus vous vous mettez à parler et que nous sommes obligées d’entendre vos jérémiades,  Nous  démissionnons et le patron Emile Sanchez se passera de table.

 

Martine / Novembre 2013

Pour le défi N° 111 des croqueurs de mots

 

 

 

Brèves de comptoir

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Zezette 10/01/2014 14:59

Tout dépend de qui va s'asseoir sur elles... à la place des chaises, je me méfierai........ je ne laisserai pas ma place et pour cause !, j'en connais au moins un qui a le don de les casser !
Promis, j'essayerai de venir plus souvent ici !
Bisous

tilk 27/11/2013 23:55

j'ai bien aimé...même si j'avais vu qu'un coup se préparait ah ah ah
besos
tilk

tiot 26/11/2013 22:52

salut
on a eu une apparition du soleil aujourd'hui
bonne journée

Gérard Méry 19/11/2013 23:17

Jean Carmet aurait aimé

sido 19/11/2013 11:51

Bravo Martine, C'est bien mené, et à double sens. Bises

Claire-Cerise 19/11/2013 10:04

Une belle idée et une jolie écriture. Merci Eglantine ! GRizhous

tiot 19/11/2013 06:50

Salut
Que de vérités soulevées dans cette discussion entre chaises
bonne journée

sonya 18/11/2013 18:53

on comprend ceux qui se révoltent
tout un chacun subit ceux qui les emploient
la vie est comme un manège
c'est une belle réalité professionnelle que tu décris
je te souhaite une très belle fin de journée et une belle semaine
bisous du lundi

Monelle 18/11/2013 18:40

Et oui les chaises aussi vont subir la crise mais pour elles cela risque d'être définitif !
Bonne soirée
Monelle

flipperine 18/11/2013 17:50

il n'y a plus qu'à faire parler les tables maintenant

Amatxi 18/11/2013 15:09

Bonjour ma chère chaise paillée.
Pas mal du tout ton histoire, au début je croyais que c'était les serveuses.
Bisous et bonne journée

juju39 18/11/2013 12:54

Bonjour MArtine ! bravo pour tes lignes qui expriment bien avec humour la situation actuelle ! merci et à bientôt ! bises bon lundi excellente semaine .

Quichottine 18/11/2013 12:32

Excellent !!!
Tu sais que tu es incroyable ? Au début de ma lecture je n'avais pas du tout pensé à des chaises et au défi des croqueurs de mots.

Génial !

Bisous et douce journée.

lemenuisiart 18/11/2013 12:32

C'est bien écrit
A bientôt

♥*¨*•.¸¸❤✿¸.¤*¨¨*¤. 18/11/2013 12:20

brève de comptoir...mais vais-je en trouver un ...... comptoir .... rare par ici ...???
non je ne plaisante pas.... bonne journée Martine

marithé 18/11/2013 12:08

youpie j'ai trouvé ..pauvres chaises elles en voit de toutes les couleurs
.bonne journée martine

Plume 18/11/2013 11:08

Une approche réaliste et émouvante ... il en est ainsi de bien des lieux au déclin annoncé, chaises et tables garderont la mémoire des rencontres et des partages conviviaux .
J'aime beaucoup !
Bisous Martine, Plume .

Ionard 18/11/2013 10:59

Ah extra!!! je dois dire que lorsque je suis arrivée au bout de l'article je suis remontée pour mieux apprécier! j'ai bien aussi apprécier ton commentaire sur mes potins! tu as l'art des mots! j'adore! gros bisous
Dany

lylytop 18/11/2013 10:48

se glisser comme cela et écouter oui on entend mieux qaund on écoute
a très bientôt
lyly

Eglantine lilas 18/11/2013 09:55

Brèves de comptoir ...j'aime beaucoup cette approche plein de vérités,
merci pour la participation...c'est très agréable la lecture ce matin, un vrai bonheur :-)

jill bill 18/11/2013 09:51

Eh oui la crise qui passe par là et... plus de petits commerces de proximité... la grande surface pas le bonheur de tous... autres temps autres réalités, pauvres petites va qui ont bien travaillés.... au soleil ou à l'ombre.... Bon lundi Martine

ABC 18/11/2013 09:49

Bien vu tout cela, du coup je me demande s'il vaut mieux être chaise ou table, moi le torchon qui les ait toujours envié !!!!!!!

Jeanne Fadosi 18/11/2013 09:38

tu as bien su te glisser dans la peau d'une chaise de bar. Beaucoup de choses évoquées dans ce texte. bravo