Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quai des rimes

Mes poèmes, nouvelles, écrits divers

Quai des rimes

Bribes d'enfance (5) - Fin d'enfance

 

Voici la suite de ma biographie. Après :


L’ancienne Directrice enseignait le Français ce qui n’était pas le cas de la nouvelle.


Elle embaucha  une jeune femme entre 30 et 40 ans qui me plut tout de suite. Elle avait les cheveux retenus en une longue et rousse queue de cheval , un visage très pâle constellé de tâches de rousseur et éclairé par un regard clair très expressif.


J’imaginais souvent que ma mère n'était pas la mienne. J'imaginais que ce nouveau prof aurait pu être ma mère ou en tout cas que c'est comme cela que j'aurais aimé qu'elle soit. J’ai toujours eu l’écriture facile et je redoublais d’effort de créativité et d’expression dans mes rédactions pour lui plaire, la surprendre par ma maturité acquise par les difficultés de la vie.


J’y réussis facilement. Je me souviens m’être passionnée pour Chateaubriand et ses mémoires d’outre tombe et d’avoir fait avec Ariane un exposé sur cet écrivain et sa vie à Combourg dans son donjon qui lui servait de Chambre. Nous étions dans notre pleine époque romantique et nous imaginions le petit François René les nuits d'orage dans son donjon.

Je lus aussi sur ses conseils l’Emile de Jean-Jacques Rousseau.



Souvent après la classe, nous échangions. Elle s’intéressait à moi, cherchait à savoir comment je vivais, ce que je lisais. Je lui parlais de ma grand-mère qui m’avait appris à lire et surtout m’avait donné le goût de la lecture, même si c’était des romans un peu à l’eau de rose qu’elle me faisait lire comme les Dehli qu’on pourrait aujourd’hui comparer aux romans des Éditions Arlequin.


Je lui parlais des films que mamie qui venait de perdre papie m’emmenait voir au cinéma : Sissi impératrice, les Hauts des Hurle vents, Mayerling…


Moi et mammie à cette époque à Paris 14ème


Je lui disais aussi ma passion pour Jules Vernes que mon père m’avait fait découvrir en m’achetant à crédit (qu’il ne payait pas) toute une collection.


 

Je ne luis parlais pas de l’indifférence de ma mère, de sa dépression, de l’alcoolisme de mon père. Cela m’aurait certes soulagée mais de ces choses là je ne pouvais en parler aisément.


Je me souviens d’une fête de l’école. Elle y acheta un petit sachet père noël fait main en  papier crépon rouge et blanc décoré et qui contenait un chocolat. Elle me l’offrit. Je dégustais le chocolat et je gardais précieusement l’emballage que je collais le soir même dans mon journal intime, journal que j’ai hélas détruit par la suite  pour que personne d’autre que moi puisse en prendre connaissance. Je le regrette encore aujourd’hui


Je grandissais et quittait progressivement l’enfance pour l’adolescence, la période où les garçons commencent à vous regarder d’une façon déplaisante, la période des premiers émois amoureux, des premiers baisers timides car on ne sait pas trop comment s’y prendre. On s’est dit entre filles qu’il faut embrasser avec la langue mais sans vraiment avoir un mode d’emploi

précis !! On ne veut pas avoir l’air bête et empruntée mais on l’est forcément.


Lors d’un séjour de vacances en Italie à Massa dans un camp de jeunes  avec le Comité d’entreprise de la banque où travaillait mon père, Je rencontrais Antonio  un italien beaucoup plus âgé que moi qui n’arrêtait pas de me tourner autour, qui m’amusait beaucoup en me disant avec un sourire de cinéma « Tou es la plou belle fille du monde », il me faisait beaucoup rire et ce fut mon premier flirt juste pour essayer et faire comme tout le monde.


L’été suivant j’ai rencontré dans un autre camp  à Dubrovnik dans l'ex  Yougoslavie (à l’époque) un jeune étudiant journaliste. Ce fut mon premier amour. Il était brun, la peau mate avait de grands yeux noirs pleins de douceur. Il était romantique et tendre à souhait et j’étais follement amoureuse. Hélas les vacances ne durèrent que quelques jours, je  suis revenue en France, nous nous sommes écrits quelques temps.  Il promettait de venir me voir. Il ne vint jamais et nous sommes perdus de vus. Je me demande aujourd’hui parfois ce qu’il est devenu et s’il a survécu à cette guerre fratricide horrible entre bosniaques et serbes.


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Littorine 22/10/2010 08:37


C'st toujours aussi passionnant !


enriqueta 06/04/2010 20:47


Nos amours de jeunesse nous hantent longtemps.


Patrick 03/04/2010 22:20


Mon 1er amour eu lieu dans un champ de framboises! Et désormais lorsque je mange ce fruit, je me souviens de ces premiers baisers au goût de framboises.

Bises Eglantine et Joyeuses Pâques.


Quichottine 03/04/2010 11:11


Comme toujours lorsque tu racontes, je me suis prise à t'écouter, et je me suis revue... C'est curieux, comme certains adultes ont pu remplacer un moment ceux qui manquaient.

Les premières amours marquent et très longtemps après, on y pense encore.

Passe de belles fêtes de Pâques, Eglantine.
Bisous.


Quentin-panoraMAX-phOtOmax 01/04/2010 22:00


combourg c'est pas loin de chez moi le plan d'eau etc....@


Alrisha 01/04/2010 20:03


On se sent porté quand on a ainsi une instit ou une prof qui nous fait grande confiance et nous prend un peu sous sa coupole. C'était aussi le cas pour moi.
A l'adolescence, on se sent un peu bête et tu rends bien le ressenti que l'on peut avoir.
A ta lecture, des souvenirs un peu semblables me reviennent. Toutefois, je ne saurais les relater comme tu le fais.
Gros bisous Eglantine !


reinette 01/04/2010 07:19


parfois gais, parfois tristes, parfois même difficiles, les souvenirs restent précieux.


François Lagane 01/04/2010 03:05


Que de tristesse ds ce récit,mais que de forces aussi.


fransua 30/03/2010 21:12


c'est un long et riche chemin que ta pume nous décrit


ionard 30/03/2010 09:45


Toujours aussi émouvant de te lire et il y a plein d'échos qui me rappellent ma jeunesse!
Quel dommage d'avoir détruit ton carnet!
Bises
dany


liedich 30/03/2010 07:23


Ces premiers émois ! Qu'ils sont beaux et qu'ils apportent un de ces rêves que l'on finit par vivre parce qu'ils ne s'éteignent jamais en fait !
Il y a en Toi une pudeur de Jolie Fleur et je sais ce que je mets la dedans.
Tu dis fin de l'enfance, oui, et pourtant comme elle t'habite encore.
Pour revenir au com précédent, là, tu vois j'en voudrais un autre...
Mais j'attendrais.
Chatain clair, visage clair, yeux bleux clairs... un peu de romantisme Mademoiselle !!!!
Douce journée.


Solange 30/03/2010 02:40


Toujours excitante la période des premiers émois. Lecture très intéressante.


MONIQUE 29/03/2010 21:52


Tu as beaucoup de courage de te raconter, gros bisous, Monique


marlou 29/03/2010 19:43


J'aime ce que tu nous offres en partage de tes souvenirs...Cela fait la base d'une relation vraie et non virtuelle.
Amitiés


Nettoue 29/03/2010 19:01


Le sourire de ta mamie est bon; et toi tu es très mignonne, ma belle !
Bisous
Nettoue


D@net 29/03/2010 12:04


Bonjour,
Je t'admire d'avoir pu extraire sous ces détails de ta mémoire, les enfances des filles de cette époque se ressemblent parfois..
Bonne journée.
D@net.


françoise 29/03/2010 06:44


Premiers émois amoureux, c'est intéressant !
J'aime bien cette rencontre avec cette prof' de français
bise
françoise


:0014:dom 29/03/2010 05:24


Bon début de semaine qui commence avec un temps pourri ! Bisoux


mamylilou 28/03/2010 22:54


Je reviens te lire prochainement, je n'oublierai pas ..bisous


Flo-Avril 28/03/2010 10:54


J'aime beaucoup te lire, mais j'ai l'impression de fracturer ton univers et d'y entrer....
Gros bisous Martine, amitiés, Flo


Sea - La parole du silence 28/03/2010 10:38


je m inscris sur ta newsletters pour ne pas rater la suite de l'histoire!


Sea - La parole du silence 28/03/2010 10:37


Je m'arrête ici, mais je reviens continuer ma lecture, je vais m'occuper de ma petite, préparer à manger, ranger un peu ...
Passe une agréable journée, en lisant ton histoire, ça donne envie de te serrer fort dans les bras!
Très belle photo et une très belle jeune femme!


Louis-Paul 28/03/2010 08:39


Je te l'ai déjà écrit, je lis tes textes d'enfance avec émotion. J'y vois une thérapie,des mots déposés sur les maux mais je l'ai déjà aussi dit...Belle journée à toi,bises.


:0014:dom 28/03/2010 08:38


Contente de te retrouver.

Et zut ! Tu termines sur une note de tristesse ...
C'est beau d'avoir son premier amour avec un garçon romantique ...
Bon dimanche ! Bisoux


lylytop 28/03/2010 07:49


et bien, ma vie heu je veux dire mon premier amour fut le dernier puisqu'il est toujours a mes c^té
amitié
Nelly


patriarch 28/03/2010 07:11


et tu as surnagé et bien de plus !!!!

Bon dimanche. Bises !!


Armide 28/03/2010 05:48


Je partage ton goût pour Jules Vernes. Ses desriptions des lieux étaient très justes. j'en suis toujours éberluée.
Tes grands-parents ont ainsi joué un beau rôle de formateurs. Ils t'ont communiqué cette fameuse "résilience", ainsi que le goût de lire et d'écrire. je plains tous ceux qui en sont dépourvus.


Corinne 27/03/2010 23:32


ah oui on se souvient tous de nos premiers flirts
c'était de chouettes moments quand on y repense
Tiens Jules Vernes, cette année le voyage de fin d'année d'Océane aura lieu à Amiens, ils vont aller visiter sa maison et la magnifique cathédrale
Oh dommage pour ton beau brun, il faudrait que tu entreprennes des recherches, c'est assez facile maintenant quoique dans un pays étranger c'est plus compliqué
J'aime bien la photo de toi et de ta grand-mère

Bisous


Annick 27/03/2010 23:06


très intéressant ce passage de ta vie....
premier amour...premiers émois.

j'espère que tu vas bien...bisous de Cayenne.


clementine 27/03/2010 21:17


Bonjour,
Il faut le chercher sur face-book ou twiter ton amoureux.
Un passage de la vie qui est très beau, malgré tout.
Bises
clem


:0091: :0010: :0085: 27/03/2010 20:00


hello joli tout cela.......reviens vite !!!