Publié le 26 Septembre 2008

En voyant ce chat perché sur un mur ensoleillé, je l'ai pris en photo et je me suis dit c'est un chat perché charmeur et puis j'ai continué à jouer avec les mots :


Image Hosted by ImageShack.us


Les chats perchés qui vous charment

Les chats bottés qui se chapeautent

Les chats pelés qui chafouinent

Les chats gris qui vous chagrinent

Les chats myopes qui chaloupent

Les chats mots qui font  chapitre

Les chats teignes qui s'chataîgnent

Le   chats fouineurs  qui chapardent

Les chat rieurs qui vous charrient

Quel Chatoyant charivari

Eglantine / Le 22 septembre 2009


Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 23 Septembre 2008

Un jour d'automne

dans l'immensité d'azur

Mille étoiles d'or


Samedi on se serait cru en été mais l'automne était là sur le calendrier, je vous propose pour lui sohaiter la bienvenue un haïku de ma composition sur une photo de Gérard un ami qui collabore à mon autre blog citoyen :

Image Hosted by ImageShack.us

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Haïkus

Repost0

Publié le 20 Septembre 2008





Ame en souffrance

Qui cherche un sens

Coeur qui éponge

Ou bien qui songe

Aux cendres d'amour

Qui brulent toujours

Désir d'évasion

D'une prison passion

L'espoir scintille

La nuit vacille

Merveilleux rêve

Trêve trop brève

Ne pas s'éveiller

Pour toujours s'aimer


Eglantine / 18 septembre 2008

Image Hosted by ImageShack.us
Jean-Michel POUGET - Fotolia.com

Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 17 Septembre 2008


FIL ROUGE

 

Toute rouge est la passerelle

Serait-elle un peu en colère ?

Pense la tour du Belvédère 

Pour quelle raison le serait-elle ?

Répondent les douze colonnes

Que bien peu de choses étonnent

 

Ne soyez  pas aussi altière

D’être ce fil rouge elle est fière.

Avec une réelle élégance

Et dans une belle cohérence,

Elle lie la ville de béton blanc

Au bel écrin vert et aux étangs



Image Hosted by ImageShack.usCergy / Tour du Belvédère



Cergy les 12 colonnes

Cergy la Passerelle

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 14 Septembre 2008

Merci à vous tous du fond du coeur. Vous avez répondu nombreux à mon invitation à faire votre auto-portrait en commentaires.  Certains m'ont beaucoup émue. En écrivant sur le web nous préservons notre anonymat et c'est très bien. A travers nos écrits nous nous devinons .... Merci encore de vous êtres livrés.  Nos échanges n'en seront que plus chaleureux.

Si vous le souhaitez, et que vous ne l'avez pas encore fait, il n'est pas  trop tard pour vous présenter. Les nouveaux passagers sur ce quai pourront aussi déposer leur carte de visite.

Je vous conseille de lire en commentaire de "Auto-portrait" toutes ces tranches de vie.


Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 11 Septembre 2008


Eglantine n' est qu'un pseudo, je m'appelle Martine. J'ai 55 ans. Je suis mariée. Mon adorable mari me supporte depuis 35 ans et pour cela et pour beaucoup d'autres choses encore je l'admire. Nous avons une fille et un fils  et trois petits enfants qui nous apportent beaucoup de joies.

Je suis BAC - 3 ou 4. Je suis consultante depuis 15 ans dans un cabinet conseil en ressources humaines où mon travail consite à retrouver un job (motivant, si possible bien payé et pas trop loin du domicile) à ceux qui ont perdu leur emploi dans le cadre d'un licenciement économique.

Quis suis Je ? Je ne le sais pas vraiment.

Une professeur avait un jour écrit sur mon carnet de notes "Capable du meilleur comme du pire". Elle avait raison et elle rajoutait "mais devrait réussir".

Ai-je réussi ? Je ne le sais pas. Qu'est-ce-que la réussite mais j'ose dire que, partie d'où je suis partie, oui on pourrait dire que j'ai réussi ou au moins progressé.

Je suis émotive, passionnée. Entière J'aime ou je détestais maintenant j'ignore.... Très active je ne tiens pas en place (mais je me calme en vieillissant)......

Je hais le pouvoir,  l'ordre, les jardins à la française, les séducteurs.

J'aime la vitesse (Miracle : j'ai encore tous mes points), l'écriture, la photo, l'eau, les fleurs dans les jardins (non coupées), les femmes, les chats, la lecture. J'apprécie particulièrement les romans d'
Annie Ernaux et ceux de John Irving. J'aime aussi les policiers et particulièrement ceux de Henning Mankell.

Je suis peu sportive mais j'aime beaucoup le vélo, la natation, la marche et le ski l'hiver :

Image Hosted by ImageShack.us

Je suis une militante. Victor Hugo écrivait  "j'aime l'araignée et j'aime l'ortie" parce qu'on les hait. Je défendrai toujours les plus faibles et ceux qu'on rejette. J'ai été déléguée du personnel. La cause qui me motive le plus "la légalisation des sans papiers qui travaillent et sont intégrés en France avec des enfants scolarisés.

Ci-dessous une photo que j'ai prise devant la préfecture du Val d'Oise lors d'une manifestation de parrainage par des élus du département d'enfants sans papier.

Image Hosted by ImageShack.us

Je n'aime pas la politique mais j'en fais sans m'en rendre compte. Je pourrai me qualifier d'écologiste libérale. Bien qu'encartée Modem, j'étais   sur la liste des verts (en général peu libéraux) aux dernières élections municipales dans ma ville Cergy. En effet pour moi la politique est plus une question d'hommes que de partis. Je passe la plupart de mon temps libre  à m'engager dans les conseils de quartier et dans un blog citoyen que certains connaissent.


Voila je me suis livrée un peu tout en conservant mon jardin secret, J'aimerais maintenant que vous me parliez un peu de vous en commentaires ce qui me permettrait de mieux nous connaître.


Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 8 Septembre 2008

 

 

  

 

Il est mort le vieil homme
Un épais tapis de pommes
Eclaire ce frais matin d’été
Dans son verger déserté.


Belles pommes à croquer
Belles Pommes à broyer
Pas de cidre cette année



Il est mort le vieil homme
Bien tristes sont ses pommes
Leurs douces larmes de rosée
Scintillent sur l’herbe séchée


Belles Pommes à croquer
Belles Pommes à broyer
Pas de cidre cette année



Il est mort le vieil homme
Pourrissez petites pommes
Votre tendre chair dévorée
Par de cruels vers affamés


Plus de Pommes à croquer
Plus de pommes à broyer
Pas de cidre cette année


Il mort le vieil homme
Dans un an d’autres pommes
Que ses enfants vont cultiver
Et la vie va continuer


Belles pommes à croquer
Belles pommes à broyer
Du bon cidre dans une année



Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us

Image Hosted by ImageShack.us


Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 5 Septembre 2008

 

Vivement ressentir

Ne jamais rien dire

Rien dire n'est pas mentir

 

Surtout ne pas montrer

Sans l'avouer aimer

Aimer et contrôler

 

 

Eviter de sourire

Retenir ses rires

Surtout ne pas gémir

 

Ne pas vouloir blesser

Ses émotions garder

Garder sans exploser

 

Au moment de mourir

Pouvoir enfin dire

Dire qu'on a aimé


Mourir en souriant

© rolphoto - Fotolia.com


Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 2 Septembre 2008

Aujourd'hui je vous propose une nouvelle que j'ai écrite avec une contrainte particulière que vous pouvez essayez de deviner si vous le souhaitez mais ce n'est pas indispensable.



 

Je m’appelle Kléber. Ce prénom m’a été donné par mon père passionné par l’Empire en souvenir du général  qui  combattit courageusement pendant la campagne d’Egypte. Je l’ai échappé belle, il aurait pu m’appeler Bonaparte. Ce nom aurait été beaucoup plus difficile à porter pour quelqu’un qu’Austerlitz ne fait pas vibrer et qui a tout fait tout pour éviter de remplir son obligation nationale. J’ai quitté les Pyrénées (mes pyramides à moi) pour vivre dans une jolie cité au bord du Danube quelque part au nord de l’Europe.


En ce début de matinée,  je m’y promène sur le chemin vert, un sentier de randonnée qui débute dans la plaine au hameau du bel air au milieu des champs maraîchers, se poursuit jusqu’au port de plaisance sur le fleuve et monte ensuite jusqu’à la chapelle du château rouge . 


Tu apparais soudain sur mon chemin  Ta peau si blanche fait ressortir tes grands yeux noirs. Tu me souris en humant une fleur de jasmin que tu viens de cueillir. Cette image de gaieté et de liberté ressortira toujours du  monceau de souvenirs flous qui s’estompera  au fil du temps. Je m’approche de toi, tu me tends ta  fleur en restant muette. Je m’imprègne de son parfum délicat puis je range ce précieux cadeau religieusement dans ma bourse en cuir. Je prends  ta main dans la mienne et nous continuons à marcher.


Face au chateau d'eau, à la fourche des chemins,  je coupe une ou deux de ses frondes de fougères luisantes pour en faire des couronnes. J'en pose une délicatement sur tes cheveux d'ébène. Je te donne l'autre dont tu me coiffes. Tu ressembles ainsi Madeleine  à une reine grecque ou de la Rome antique qui pourrait être l’héroïne d’un opéra du châtelet.Je suis ton chevalier décoré de la légion d'honneur de la cité dont j'arbore fièrement l'insigne à ma boutonnière. Ne me demandez pas comment je l'ai obtenue. On décore n'importe qui avec n'importe quoi.

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Nous nous arrêtons  devant une petite maison blanche  curieusement appelée « les boulets de Liège ». Tu es arrivée Madeleine. Nous avons du mal à nous séparer. Je ne suis pas encore un boulet pour toi et j’espère que je ne le serai jamais (même de liège).


Tu pousses une porte dorée, nous pénétrons dans un grand couloir. La défense d’éléphant, que fièrement tu me montres en me chuchotant à l’oreille que tu l’as obtenue au Venezuela pour quelques bolivars,  semble tout à fait anachronique. Où peut-on trouver des éléphants au Venezuela ? Je ne connais que les élephants de mer d’Argentine sans  défense (à tous les sens du terme). Je n’ai pas le temps d’y réfléchir Tu m’invites à entrer avec toi dans ta petite république, ton temple, ta petite chambre peinte en bleu nuit avec une grande étoile lumineuse au dessus du lit. J'ai froid , Il fait sombre, on se croirait soudain dans une glacière. Que tu es étrange Madeleine presque irréelle. Je te prends dans mes bras.


Au moment où Je m’apprête à t’embrasser je sursaute quand une voie tonitruante annonce « Mairie d’Issy, terminus. Tout le monde descend »


Je me réveille soudain à Paris dans le métro, Je m’étais endormi. le mot de Cambronne m’échappe…..  mais bonne nouvelle : Madeleine tu es en face de moi mais sans couronne. Tu te lèves et tu te diriges vers la porte…… Je crie en chantant Madeleine, Madeleine… tu ne te retournes pas, tu sors de la rame…. Cela ne doit pas être ton prénom. Madeleine. Comme dit Jacques Brel « Tu n'viendras pas »  même si je t’apporte du jasmin à la porte des lilas


Eglantine

 

 


Alors avez-vous deviné la caractéristique de cette nouvelle ?

Réponse ici

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Nouvelles

Repost0

Publié le 1 Septembre 2008

Pour illustrer la photo "Méditation" et clôturer ce thème quelques vers de Laurent :


Regard ailleurs
Regard dans le vague
C'est là que la méditation l'emmène

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #poèmes de mes amis

Repost0