Publié le 29 Octobre 2008

Il y a beaucoup de consignes d'écriture sur les blogs, je n'y réponds que rarement. Une consigne est pour moi un "il faut" ... Lilounette a lancé une consigne d'écriture

"j'entends une porte qui grince".

Il fallait continuer. La lecture quotidienne du blog de Lilounette m'apporte tellement de plaisir chaque jour que je me devais de répondre positivement à son invitation qui ne m'inspirait pas vraiment au départ. Voici mon poème :


Soudain J’entends une  porte qui grince

Une plainte, un insupportable cri

C’est effrayant au milieu de la nuit

Et si c’était lui, je l’attends mon prince

 

Soudain un  léger souffle, un courant d’air

J’ai froid, je me blottis  sous ma couette

Il m’a trouvé, je le sens il me guette

Maintenant dans l’obscurité, il erre

 

Soudain Un souffle. Est ce son cœur qui bat ?

Sous la couette, il se glisse avec grâce

S’allonge tout contre moi, je l’enlace

Il est enfin là, sa majesté mon chat

Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 26 Octobre 2008

Il faut accepter

Il faut refuser


Il faut apprendre

Il faut comprendre


Il faut progresser

Il faut s'accrocher


Il faut obéir

Il faut réussir


Il faut écouter

Il faut regarder


Il faut sourire

Il faut séduire


Il faut se marier

Il faut divorcer


Il faut s'aguerrir

Il faut s'amincir


Il faut s'écouter

Il faut se soigner


Il faut s'enfuir

Il faut revenir


Les « il faut »

J'en ai bien trop reçu

Les « il faut »

Je ne supporte plus

Dites moi « et Si tu »


Et si tu oubliais

Et Si tu espérais

Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 23 Octobre 2008

Dans son usine désertée,
il est le premier arrivé

Tout y est vide et silence.
Soudain il sent une présence.

Sa machine vieille et digne
semble l'inviter d'un signe.

Il s'approche avec précaution,
D'un geste la met en action.

Elle pousse un long gémissement,
S'ébroue et tourne lentement.

Avant de changer de route
il la regarde, l'écoute.

Des larmes longtemps refoulées,
brusquement il laisse échapper.

Abasourdie, elle hoquette.
Sans prévenir elle s'arrête.

Ce fut leur dernier message,
Comme un mutuel hommage.

Demain, elle déménage,
Il pointera au chômage.

Trop vieux, fatigué et trop cher
Inutile qu'il espère.

A cinquante-sept ans révolus

On ne l'embauchera plus



 Image Hosted by ImageShack.us

Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 20 Octobre 2008

Au dessus de la mer de brume,

Des étangs endormis qui fument

Des plans de vigne qui moutonnent

Se lève un franc soleil d’automne

Qui illumine les pampres d’or

Aux premières heures de l’aurore

 

Dans la froidure matinale

Un parfum humide s’exhale

Les feuilles étoilées tourbillonnent

Se grisent de brise et s’étonnent

Avant de choir ivres et vaincues

Sur l’épais tapis frais et moussu

 

 Image Hosted by ImageShack.us

Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 18 Octobre 2008

ABC a eu la gentillesse de répondre à mon appel sur mon article "arrêtez le monde, je veux descendre" :

Expliquerle monde je veux comprendre
Réveillons le monde, il est temps d'apprendre
Construisons le monde, j'ai soif d'entreprendre
Respectons le monde, il n'est pas à prendre
Aimons le monde, il ne faut plus attendre
Il n'est jamais trop tard pour le défendre

ABC

Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #poèmes de mes amis

Repost0

Publié le 15 Octobre 2008

Merci beaucoup à Moni pour avoir répondu à mon appel à créativité sur mon article "arrêtez le monde, je veux descendre" en m'adressant l'haïku ci-dessous :

Ouvrez la porte
Etouffement du monde
Je veux en sortir



Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #poèmes de mes amis

Repost0

Publié le 12 Octobre 2008

Hier je roulais dans ma ville derrière ce mini van avec cette curieuse inscription et je me suis dit que cette rencontre n'était peut être pas fortuite. Je suis vraiment dans cet état d'esprit. Le Monde devient fou, il faut l'arrêter.


Image Hosted by ImageShack.us


Si cette inscription vous inspire, vous pouvez m'envoyer vos écrits ICI, je publierai.

Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 8 Octobre 2008





Image Hosted by ImageShack.us


Mot tendresse
qui caresse

Mot de haine
qui alliène

Mot parole
qui s'envole

Mot interdit
qui ne s'oublie

Mot de liesse
qui s'empresse

Mot misère
qui espère

Mot d'esprit
qui réjouit

Mot mensonge
qui vous ronge

Mot puriste
qui insiste

Mot tragique
qui panique

Mot de charme
qui désarme

Les mots chantent et déchantent
Les mots mentent et démentent
les mots disent et médisent
Les mots vivent et survivent

Les mots sont vertueux ou fallacieux
Le coeur ne parle qu'avec les yeux

Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 5 Octobre 2008


Le poète a crié un dernier "je t'aime"
Il a relu ses écrits et poèmes
Illusoires et bien inutiles allégories
témoins douloureux d'un amour inassouvi
Alors ses poèmes il a tous oubliés
Alors ses poèmes il a tous effacés
pour qu'il ne reste rien de son jardin d'Eden
Car la joie ne viendra plus après la peine
et que plus jamais il ne dira : " je t'aime" 


Image Hosted by ImageShack.us
© Ben Reiss - Fotolia.com

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 2 Octobre 2008


Chers amis, mes nouvelles occupations professionnelles m'ont nomadisée. Cela me laisse peu de temps et de disponibilité d'esprit pour la création. Je publie aujourd'hui un poème que j'ai écrit il y a deux ans sur ma ville en utilisant un maximum de ses noms de rue (26).

Toponymie quand tu nous tiens,

cela donne presque un alexandrin

(sans le respect des césures)


 

Image Hosted by ImageShack.us


Au point du jour, dans le verger d'un maraîcher,

En haut d'un abricotier, un vieux chat perché,

A peine sorti des douces brumes lactées,

Observe les hérons sur l'île des étangs.

Déjà l'hiver mais où sont les neiges d'antan ?

Face à l'obstacle d'eau, songe-t'il impuissant


 

 

Sous le ciel, aujourd'hui désert de nuages,

Un grand chêne d'or d'un jardin du village

Veille altier sur le chemin de halage.

Quai des Mariniers, près du port de plaisance,

Le vent frais chante une merveilleuse romance

à la Goélette « bonne espérance »


 

 

A Saint Christophe près du bel axe majeur

La grande horloge marque tout juste sept heures

La lune corail laisse place aux voyageurs

qui courent vers la gare encore engourdis

par leur rêve d'abondance et d'embellie

pressés de revenir au plus vite à Cergy

 


Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0