livres

Publié le 1 Mars 2021

Rien ne t'efface de Michel Bussi

Michel Bussi est l'un de mes auteurs préférés de thrillers. J'avais été assez déçu par son dernier roman "Au soleil redouté". Je lui suis néanmoins restée fidèle et j'ai eu raison. Son roman "Rien ne t'efface" sorti en février m'a beaucoup plu.

Résumé

Estéban, dix ans disparaît le jour de son anniversaire sur une plage du Pays basque. S'est-il noyé ? On ne retrouve pas son corps. A t'il été enlevé ? Les recherches n'aboutissent pas. Dix ans plus tard, sa mère Maddie, médecin généraliste à Étretat, revient au Pays basque et, sur la même plage, elle aperçoit un garçon d'une dizaine d'années qui est le sosie parfait de son fils et qui porte le même maillot de bain que lui le jour de sa disparition. Ce ne peut être Esteban puisqu'il aurait vingt ans maintenant. Son fils se serait-il réincarné dans Tom ce jeune garçon ? Apprenant qu'il est en vacances et qu'il habite avec sa mère en Auvergne à Murol, elle s'y installe comme médecin généraliste. Les habitants de cette petite ville sont heureux de l'arrivée d'un médecin compétent, mais s'inquiètent de la voir tourner autour de Tom et de sa mère. Cette dernière ne supporte plus ce harcèlement. Quand Maddie découvre que Tom a la même tache de naissance, la phobie des abeilles et parle le basque comme son fils disparu, cela la renforce dans sa conviction que cela ne peut être le fait du hasard.  "Faut-il prouver que quelque chose existe, avant de le croire ? Ou, au contraire, penser que tout est possible tant qu’on n’a pas prouvé que c’était impossible ?  Estimant que tout est possible, même l'impossible, elle va continuer son enquête pour son fils, mais aussi pour prouver qu'elle n'est pas devenue folle comme le croient le secrétaire de Mairie et l'assistante sociale.

Le lac Pavin et ses légendes empreintes parfois de sorcellerie, magnifique cadre si bien décrit de la dernière partie du roman, rajoutent au mystère et nous envoûtent quelque peu.

Mon avis

Je suis quelqu'un de rationnel, logique qui a du mal à croire à la réincarnation.

"Le monde se divise en deux, les âmes infantiles qui traversent n’importe où et les âmes matures qui respectent les passages piétons, les âmes infantiles qui mangent en cinq minutes et les âmes matures qui peuvent rester des heures à table, les âmes infantiles qui cavalent autour du monde et les âmes matures qui se contentent d’admirer le paysage devant leur fenêtre, les âme infantiles qui ont un million de disques chez eux et les matures pour qui le chant des oiseaux suffit…."

J'ai été un peu perturbée au départ, mais c'était voulu par l'auteur pour éloigner le lecteur de la piste raisonnée et cohérente.

"Tout le monde laisse des petits cailloux blancs quand il passe sur terre, tout le monde. Tu peux appeler cela la réincarnation ou pas".

Michel Bussi, dans ce roman encore plus que dans les autres, prend plaisir à berner son lecteur. Vous l'aurez deviné, la solution est tout à fait plausible et s'explique aisément. Je lui en ai voulu de m'être fait avoir, malgré ma vigilance, tant cela paraît évident quand on relit le livre en connaissant la fin.

J'ai beaucoup aimé ce roman qui montre aussi très bien la douleur d'une mère dont l'enfant disparaît, perte dont on ne se remet pas et qui peut parfois mener à la folie.

Monsieur BUSSI, vous m'avez une fois de plus épatée, subjuguée, vivement votre prochain roman !

Les phrases en italique et en bleu sont tirées du roman de Michel BUSSI

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 5 Février 2021

Ce jules qui change ma vie

En ces temps de pandémie, qu'il est exquis de s'évader en voyageant même virtuellement.

Le livre de mon amie Dgidgi LEBOUTEILLER vous le permettra. "Ce Jules qui change ma vie" est un livre de voyage et de découvertes de nombreux pays sur plusieurs continents : Amérique (Etats Unis), Afrique (Maroc, Egypte), Australie et Europe (Albanie, Autriche, Bulgarie, Coatie, Espagne, Italie, Grèce, Monténégro, Roumanie, Portugal, Suisse).

Ce livre relate surtout une aventure humaine à bord d'un camping-car surnommé Jules, celle de Dgidgi (la narratrice) et de Michel, son conjoint. Vous y découvrirez les habitants,  leurs coutumes, leur gastronomie. Vous assisterez même à trois mariage : un orthodoxe, un marocain et le troisième celui de Dgidgi avec Michel à Las Vegas lors de leur voyage.

Dgidgi nous raconte ses bonheurs et mésaventures avec beaucoup de joie de vivre, de chaleur humaine, d'ouverture sur les autres et d'humour.

Ceux qui voyagent en camping-car et ont l'intention de visiter certains de ces pays, y trouveront une multitude de renseignements précieux.

Un livre illustré de quelques photos pour rêver en attendant de voyager à la fin de la pandémie mais aussi à offrir à des proches globe-trotters ou pas.

Pour vous procurer la version papier ou numérique , cliquez sur le lien ci-dessous

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 28 Janvier 2021

Très bonne nouvelle, mon second roman "Souviens toi du bus 96" vient de paraître. Voir ci-dessous la bande annonce.

 

Vous pouvez vous le procurer sur le site de l'éditeur "Le Lys bleu" en lien ci-dessous. Vous pouvez le commander maintenant. La livraison sera un peu plus longue que de coutume en raison de la situation actuelle.

Si vous souhaitez que je vous dédicace mon roman, vous pouvez me le commander directement via Messenger ou par mail en me communiquant l'adresse de livraison et celle de votre messagerie et sans paiement pour le moment. En effet, je ne pourrai vous expédier votre livre que lorsque j'aurais reçu mes exemplaires.

Il vous en coûtera 20 euros frais de port compris.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 17 Décembre 2020

L'an vin(G)t ou l'ennemi invisible / Eglantine Nalge

Je vous présente aujourd'hui le livre de mon amie de blog Eglantine Nalge : L'an vin(G)t ou l'ennemi invisible / Eglantine Nalge

C'est un livre sur la Covid un sujet qui fait couler beaucoup d'encre en ce moment et qui anime les émissions de radio et de télévision si bien que je suis personnellement en overdose. Je ne sais pas si j'aurais lu ce livre, si Eglantine Nalge n'avait pas été une amie de blog dont j'ai bien aimé le précédent roman Bavardages indiscrets sachant que dans son dernier on retrouve les mêmes personnages. Je ne regrette pas du tout de l'avoir fait. J'ai passé un bon moment  et ri parfois sur cette année 2020 marquée par la COVID vue par trois retraités et un chat :

- Honorine et Honoré un couple bien agacé par cet ennemi invisible, très énervé par les informations contradictoires des médecins, les décisions des politiques dont ils ne saisissent pas bien la cohérence. Ils sont perdus, angoissés, n'osent plus sortir même après le confinement. Mais toute difficulté a un côté positif : la Covid alimente leurs conversations ce qui les rapproche et brise l'ennui dans leur couple. 

- M'âme Eglantine et sa seule compagnie, son chat Horace intelligent et plus philosophe que sa maîtresse très angoissée qu'il rassure.

Les personnages s'expriment en patois provencal avec des expressions colorées dont certaines m'ont amusée.

Vous pouvez vous procurer le livre sur Amazon, voir lien ci-dessous.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 4 Décembre 2020

L'immortelle randonnée d'Eva Joe
L'immortelle randonnée d'Eva Joe

J'ai lu le roman policier "l'infernale randonnée" de mon amie de blog et facebook Eva Joe

Mario jeune PDG au passé trouble et agité abandonne son entreprise pour randonner sur le GR5 de l'Alsace à la Méditerranée. Il rencontrera des femmes, succombera à leurs charmes ce qui comblera sa sexualité exacerbée,  mais aussi des hommes qui ne lui veulent pas forcément du bien.  Pourquoi autant de morts sur son passage. Est-il un serial killer, ou  se trouve t'il toujours au mauvais endroit au mauvais moment. Sortira t'il indemne de cette infernale randonnée qui porte bien son nom ? Vous le saurez en lisant le polar noir (et chaud aussi) d'Eva Joe. 

Les premières lignes du livre

Mario c'est le type même de celui qui a un visage ingrat, un regard franc, une tignasse toujours mal peignée, une poigne forte, dure qui vous écrase la main ; Si vous êtes une femme vous préférez qu'il ait l'idée de vous faire la bise, sinon vos doigts vont être broyés. À côté de ça, il a son franc parler et il faut filer doux devant lui, car il lui arrive de piquer des colères terribles.

Mon avis

Je ne suis pas arrivée à m'attacher au personnage de Mario, au contraire il m'a profondément agacée au point que je me disais en lisant que s'il lui arrivait malheur ce serait bien fait pour lui. Mais c'est normal dans un polar qu'on ne s'attache pas à un odieux personnage.

Il y a beaucoup de suspens dans le roman même si parfois l'auteur nous indique, sans rentrer dans le détail néanmoins, que les choses ne vont pas se passer comme l'espére Mario. C'est intelligent, ainsi on est prévenus et cela attire notre attention sur ce qui va arriver mais limite la surprise. Même s'il y a des morts sur le chemin, j'ai beaucoup ri.

Le roman est plein de rebondissements et la fin est inattendue et je dirai même insolite. C'est une excellente idée de chute.

J'ai passé un agréable moment de lecture et j'avais hâte de savoir la suite ce qui fait que j'ai lu ce livre rapidement. Voir ci-dessous la critique de mon amie Lenaïg

Pour acheter ce livre il faut contacter Eva Joe

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 19 Octobre 2020

"Sous le parapluie d'Adélaïde" de Romain Puertolas

Rose Rivières est étranglée sur la place d’une ville lors d’un spectacle de Noël sous la pluie auquel assistent de nombreuses personnes dont la plupart ont déployé leur parapluie. Seul indice pour la police : une photo de presse où l’on peut distinguer deux mains noires enserrant le cou de Rose. Il y a peu de noirs dans cette bourgade. Michel, émigré africain, est le coupable idéal. Il est arrêté par la police. Il y a peu de femmes avocates aussi en ce premier tiers du 20e siècle. Martine est nommée d’office pour le défendre. Même si le doute l’habite concernant l’innocence de son client dont elle est tombée amoureuse, elle se battra pour la prouver. La fin est réellement surprenante.

Ayant lu le précédent roman de l’auteur « La police des arbres, des fleurs et des forêts » et ayant été bernée par lui, je m’étais promis qu’il ne m’y reprendrait pas et j’ai lu « sous le parapluie d’Adélaïde » avec une attention et une concentration accrue m'attardant sur chaque détail. J’avais presque deviné la fin, une fin inattendue, mais pas au point où l’a imaginée Romain Puertolas. Je me suis de nouveau fait berner et quand je pense à  ce que j’avais imaginé, je ne peux qu’ironiser sur les idées reçues qui m’ont aveuglée et empêchée de pressentir cette fin pourtant si évidente. Afin de ménager le suspens,  Je ne peux vous dévoiler ni l’épilogue, ni mes élucubrations sur la fin, heureusement car vous ririez de moi.

J’aime beaucoup l’écriture de l’auteur vive et enjouée, sa façon de faire monter le suspens. Ce livre ne possède pas la densité d’un thriller, mais on peut néanmoins le qualifier de roman policier même si c’est l’avocate qui mène l’enquête puisque les policiers sont persuadés avoir appréhendé le coupable.

C’est un roman plus profond qu’il apparaît. Il aborde dans ce livre des thèmes graves qui sont, hélas cent ans après, toujours d’actualité : le racisme, la violence faite aux femmes, la partialité de la justice.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 18 Septembre 2020

Aujourd'hui, je voulais vous présenter le livre d'Églantine une amie qui anime le blog mère-grand :

Lorsqu'Églantine raconte / Bavardages indiscrets

Dans ce village du Sud,  M'âme Eglantine,  qui s'ennuie depuis qu'elle est veuve, a besoin de se sentir acceptée par les autres, de se donner de l'importance en essayant d'être toujours la première informée, rivalisant ainsi avec les autres commères. 

Curieuse de nature, elle anime Radio trottoir et Radio Marché avec ces commérages  et ses réflexions croustillantes qu'elle partage également avec Horace son chat très philosophe.

La lecture de ce roman m'a fait souvent sourire et derrière le côté superficiel des commérages se cache une analyse socio psychologique plus profonde que j'ai beaucoup aimée. Malgré ses vilains ragots, j'ai éprouvé de la sympathie pour M'âme Églantine

Vous pouvez l'acheter sur le site AMAZON, et vous y trouverez toutes les informations sur ce livre et les critiques excellentes

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 9 Septembre 2020

Pour Les défis la plume d’Evy  il nous est demandé de parler du dernier livre que nous avons lu.

Les cercles de lumière de Cédric Haquart

Imaginez que vous soyez dans un lieu clos prisonnier d’un serial killer et de sa sœur armés et qu’ils vous demandent de désigner parmi vous celui qui doit être abattu, les exæquos seront départagés par tirage au sort. Ferez-vous un choix du cœur, en désignant celui qui vous semble le plus acceptable, ou un choix stratégique pour tenter de ne pas être celui qui sera abattu ?

Les personnages sont tous un peu déjantés et peuvent susciter la haine chez les autres : on peut s'attendre au pire et il arrive mais ce n'est pas tout à fait celui qu'on attend.

J'ai lu avec plaisir ce très court roman ou longue nouvelle, une sorte de conte moderne, à l'écriture incisive qui m'a tenue en haleine jusqu'au bout et dont la fin m'a surprise et amusée.

Pour plus d'informations, voir les critiques amazon et Babelio ci-dessous

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 23 Août 2020

L'homme indigo de Muriel Lecou Sauvaire

Cyril interne en réanimation néonatale à Paris retourne dans le village de son enfance en Bretagne pour l’enterrement de sa mère, Elsa, veuve mystérieuse semblant indifférente à tout même à la haine des  habitants de son village pour des raisons obscures à son fils. Il découvre avec stupeur un carnet que sa mère a tenu, un journal intime où elle relate la vie de son fils en se mettant dans sa peau et en exprimant à sa place les sentiments qu’il ressent vraiment et qui commence ainsi « J’ai dix ans, je m’appelle Cyril. Je démarre ce cahier pour me sentir moins seul. Je m’invente un ami. C’est ma mère qui me l’a conseillé. Ce qui veut dire, bien sûr, qu’elle n’a pas envie d’entendre mes secrets ce qui veut dire aussi qu’elle sait que je suis seul »

Qui était sa mère, qu’a-t-elle commis d’impardonnable aux yeux des habitants qui, la prenant pour une sorcière, la craignent.

La rumeur gronde en silence dans ce village comme si les raisons pour lesquelles ils la haïssent ne pouvaient être exprimées à ceux qui les ignorent et notamment à son fils qui ne vit plus au village. Tous contre une. Une fois Elsa morte, cette haine  qui rassemblait les habitants risque en disparaissant de briser cette concorde communautaire et faire surgir d’autres haines.

Cyril finira par connaître le secret de sa mère... et de son père qui, à la fin de sa vie haïssait aussi son épouse. Il sera aidé dans sa quête par Odile, une amie d’enfance, amoureuse de lui que soudainement il a fui. Elle était une des seules avec sa mère Brigitte à bien aimer Elsa.

Ce roman m’a beaucoup émue, je l’ai lu très vite tant j’étais pressée de découvrir le secret d’Elsa. L’écriture est simple (pas de mots inutiles) mais belle. J’ai beaucoup apprécié les descriptions des paysages colorés, lumineux de cette Bretagne littorale des côtes d’Armor. En lisant, j’ai eu l’impression d’y être, de sentir le vent marin, celui qui vous mouille d’embruns.

J’ai refermé ce livre avec regret. Même si on peut deviner dans l’épilogue ce que sera la vie de Cyril après avoir percé le secret de sa mère, j’aimerais tant qu’il y ait une suite pour savoir comment va-t-il se reconstruire après cette révélation et des années de solitude.

Citations du livre :

« Ma mère me passe des lotions, des crèmes, elle me touche la figure constamment depuis que je suis défiguré. Elle me touche la figure comme un automate qui ne peut plier les bras. De loin, à distance. Ses doigts m’effleurent à peine. Peut-être pour me faire croire que je ne la dégoûte pas. Mais je sais que je lui fais horreur, je leur fais horreur ».

« Comment peut-on arriver à se sentir si seul, quand on a une famille et qu’on est encore un enfant ? Je voudrais que quelqu’un réponde à mes questions. Mais je n’ai plus envie de les poser. Elles sont murées au fond de moi »

« Aujourd’hui, j’ai dit à mon père : Odile est comme une sœur pour moi ! « Il a encore lancé à ma mère ce fameux regard accusateur. Elle a baissé les yeux. Cette fois je n’oublierai plus que je ne dois rien leur dire »

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 6 Août 2020

Dédicace de mon roman : "Je dis ça mais je ne dis rien"
Forte du succès de ma première dédicace, J'aurai le plaisir de dédicacer pour la seconde fois
mon roman : "JE DIS ÇA MAIS JE NE DIS RIEN"
 
à la LIBRAIRIE PRESSE DOURY ALAIN
82 rue de la République
85180 LES SABLES D'OLONNE (sur la place du marché de la Pironnière du quartier du Château d'Olonne)
LE MERCREDI 12 AOUT DE 10 HEURES à 12 HEURES
 
Ceux qui ont déjà acheté mon livre peuvent venir avec, je leur dédicacerai avec plaisir.
 
Si vous habitez Les Sables d'Olonne et ses environs, ou si vous avez des connaissances qui y habitent ou qui y sont en vacances,  n'hésitez pas à diffuser cette information.
 
Les bénéfices sur mes droits d'auteur seront reversés à l'Institut Curie
 
Vous trouverez ci-dessous en lien ma page facebook d'auteur où vous trouverez tous les renseignement sur mon roman , un  article de Ouest France et les critiques sur Amazon.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0