prenoms du mercredi

Publié le 30 Juin 2021

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Il est né un jour quelque part

Chez un couple de snobinard

qui l’ont prénommé Dolard

Son père était un vieux briscard

Sa mère une ancienne star.

Ils ont regardé goguenard

Ce bâtard blafard, pleurnichard,

Fruit d’une liaison de hasard.

Ils le confièrent peinards

A ses grands-parents banlieusards.

Le bâtard devint un grand gaillard

Qui taquinait sa guitare,

Aimait lire BD et polars

Jouait du flipper dans les bars,

Avec tous ses copains motards.

Il chercha un boulot peinard

Devint serveur de wagon bar.

Un jour gare Saint Lazare

Il accrocha le vif regard

D’une bien jolie bulgare

Et l’épousa dare dare

L’emmena aux Baléares.

Ils firent un joli poupard

Qu’ils appelèrent Léonard

et promenèrent au square.

Un jour à un jeu de hasard

Il gagna pas loin d’un milliard.

Il s’acheta vite une jaguar

Fit bâtir un chalet savoyard

Et une villa à Dinard

Quitta ses jeans pour des costards

Et ses joints pour des cigares.

Sa femme le quitta un soir

Avec leur petit léonard

C’était un vrai cauchemar

Puni d’avoir été veinard

Il but pour noyer son cafard

Et joua au casino de Dinard

Il perdit tous ses dollars

Finit dans la rue clochard

Terrassé un soir de blizzard

Sans avoir revu Léonard

Il ne sera jamais vieillard

La vie est un jeu de hasard

Martine Martin / Pour les prénoms du Mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Dolard)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 16 Juin 2021

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Le jeune Eucher est terre-à-terre,

Mais fasciné par Jupiter,

Il rêve d’explorer ses cratères

Avec Claire sa colocataire

Union stellaire de solitaires

Dans l’espace interplanétaire

Martine Martin / Pour les prénoms du Mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Eucher)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 9 Juin 2021

Gloriette est atteinte de glossomanie

Elle gloglote,  jacasse comme une pie

Elle glousse comme le dindon de la farce

Elle glapit comme l’aigle, le roi des rapaces

Elle glottore souvent comme une cigogne

Elle bégaie, glougloute  comme une ivrogne

Elle n’engloutit que de l’eau, quelle gloutonne !

Elle agglomère tous  les oiseaux de Boulogne

Et se vante de cette étrange gloriole

Glossophobe elle n’aime pas parler en public

Seule Sous la gloriette, elle communique

Elle agglomère des foules imaginaires

Et rêve d’une gloire extraordinaire

Une vie de starlette globe-trotter

Devenir anglophile et chanter en public

User et abuser des « glo »,  des glouglous

Suprême gloire pour une grenouille pépouze

Chanter et glouglouter à tue-tête du blues

À rendre toutes ses congénères jalouses

En attendant des heures plus glorieuses

Elle a rétrocédé sa glossomanie

À la poète pour sa biographie

Que vous venez de lire mes chers amis

 

Martine Martin / Pour les prénoms du Mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Gloriette)

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 2 Juin 2021

Article programmé, blogueuse en pause vacances

Valmont

Valmont joue de l’accordéon

Avec  son papa  Gédéon

A Paris place du panthéon

Il ne porte pas de chapeau rond

Comme certains petits bretons

Ni même celui de Napoléon

Mais un borsalino du Piémont

Comme Al Capone l’Apollon

Mafieux avide de pognon

Qu’il voit à la  télévision

Plus tard le petit Siméon

Ne sera pas gangster oh que non

Il marchera de val en mont

Il épousera Madelon

Et deviendra son Pygmalion

Ils joueront du bandonéon

Au théâtre de l’odéon

Ils chanteront des chansons

Et gagneront l’Eurovison

Martine Martin / Pour les prénoms du Mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Valmont)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 26 Mai 2021

JEUFRINE la martienne libertine

Jeufrine la martienne libertine

Avec une soucoupe cristalline

Atterrit un jour dans les Yvelines

Dans le verger de la mère Martine.

 

Qui l’eût cru une martienne chez Martine !!

Une immigrée astrale clandestine

De quoi tomber dans les pommes delbardivine.

 

Martial le fils benjamin de Martine

A défaut de trouver sa Valentine

Avait enfin dégoté sa Jeufrine

Son  extra-terrestre sauvagine

Libertine et un peu cabotine.

 

Elle le roula beaucoup dans la farine

Lui roula nombre de pelles divines

Ce qui fit jaser les commères chafouines.

 

A leur noce à St Quentin en Yvelines

Tous deux vêtus de blanche popeline

D’un  beau « oui » unirent leur destin

Dans l’abbaye des sœurs bénédictines.

 

Au menu turbot et pommes dauphines

Fromage puis Charlotte aux nectarines

Arrosé d’un grand vin blanc d’Argentine

 

Avec la soucoupe volante à Jeufrine

Ils s’envolèrent pour les Philippines

Puis à New York City à Brooklyn

Ils dansèrent enlacés la Biguine

 

Enfin sur mars Martial se déracine

Pour suivre sa belle martienne Jeufrine

On ne les revit plus dans les Yvelines

Pour le malheur de la Mère Martine

 

Martine Martin / Avril 2021 pour les prénoms du mercredi de Jill Bill (Aujourd'hui Jeufrine)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 19 Mai 2021

Kléber dans le métro

Je m’appelle Kléber. Ce prénom m’a été donné par mon père, passionné par l’Empire, en souvenir du général  qui  combattit courageusement pendant la campagne d’Egypte. Je l’ai échappé belle, il aurait pu m’appeler Bonaparte. Ce nom aurait été beaucoup plus difficile à porter pour quelqu’un qu’Austerlitz ne fait pas vibrer et qui a tout fait tout pour éviter de remplir son obligation nationale. J’ai quitté les Pyrénées (mes pyramides à moi) pour vivre dans une jolie cité au bord du Danube quelque part au nord de l’Europe.

En ce début de matinée, je m’y promène sur le chemin vert, un sentier de randonnée qui débute dans la plaine au hameau du bel air au milieu des champs maraîchers, se poursuit jusqu’au port de plaisance sur le fleuve et monte ensuite jusqu’à la chapelle du château rouge.

Tu apparais soudain sur mon chemin. Ta peau si blanche fait ressortir tes grands yeux noirs. Tu me souris en humant une fleur de jasmin que tu viens de cueillir. Cette image de gaieté et de liberté ressortira toujours du monceau des souvenirs flous qui s’estomperont au fil du temps. Je m’approche de toi, tu me tends ta  fleur en restant muette. Je m’imprègne de son parfum délicat puis je range ce précieux cadeau religieusement dans ma bourse en cuir. Je prends ta main dans la mienne et nous continuons à marcher.

Face au château d'eau, à la fourche des chemins, je coupe une ou deux de ces frondes de fougères luisantes pour en faire des couronnes. J'en pose une délicatement sur tes cheveux d'ébène. Je te donne l'autre dont tu me coiffes. Tu ressembles ainsi, Madeleine, à une reine grecque ou de la Rome antique qui pourrait être l’héroïne d’un opéra du Châtelet. Je suis ton chevalier décoré de la Légion d'honneur de la cité dont j'arbore fièrement l'insigne à ma boutonnière. Ne me demandez pas comment je l'ai obtenue. On décore n'importe qui avec.

Nous nous arrêtons devant une petite maison blanche curieusement appelée « les boulets de Liège ». Tu es arrivée Madeleine. Nous avons du mal à nous séparer. Je ne suis pas encore un boulet pour toi et j’espère que je ne le serai jamais (même de liège).

Tu pousses une porte dorée, nous pénétrons dans un grand couloir. La défense d’éléphant, que fièrement tu me montres en me chuchotant à l’oreille que tu l’as obtenue au Venezuela pour quelques bolivars, semble tout à fait anachronique. Où peut-on trouver des éléphants au Venezuela ? Je ne connais que les éléphants de mer d’Argentine sans défenses (à tous les sens du terme). Je n’ai pas le temps d’y réfléchir Tu m’invites à entrer avec toi dans ta petite république, ton temple, ta chambre peinte en bleu nuit avec une grande étoile lumineuse au-dessus du lit. J'ai froid, il fait sombre, on se croirait soudain dans une glacière. Que tu es étrange Madeleine presque irréelle. Je te prends dans mes bras.

Au moment où Je m’apprête à t’embrasser je sursaute quand une voie tonitruante annonce « Mairie d’Issy, terminus. Tout le monde descend. »

Je me réveille soudain à Paris dans le métro. Je m’étais endormi. Le mot de Cambronne m’échappe… Mais bonne nouvelle : Madeleine tu es en face de moi mais sans couronne. Tu te lèves et tu te diriges vers la porte… Je crie en chantant Madeleine, Madeleine… Tu ne te retournes pas, tu sors de la rame…. Cela ne doit pas être ton prénom. Madeleine. Comme dit Jacques Brel « Tu n'viendras pas » même si je t’apporte du jasmin à la porte des lilas.

Martine Martin / pour les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Kléber). Les mots en gras sont les noms de stations de métro parisienne.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Nouvelles

Repost0

Publié le 12 Mai 2021

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Belle mademoiselle
Altière bartavelle
Rebaptisée Yvelle
Timbre de voix crécelle
Au torse gris et miel
Vol agile à tire d'ailes
Elan depuis Neuchâtel
L'air des neiges éternelles
La grise,  l'ensorcelle
Elle plane dans l'irréel
Sans voir le chasseur cruel

Martine Martin / pour les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Yvelle)

La bartavelle est une perdrix rendue célèbre par le roman "La gloire de mon père" de Marcel Pagnol. Voir la bande annonce du film qui reprend le passage des deux bartavelles

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 5 Mai 2021

Tirso le souriceau

Tirso est un souriceau

Portant couvre-chef rougeaud

Sac à dos rouge et pinceau

Il se prend pour Picasso

Ce candide jouvenceau

Mais s’emmêle les pinceaux

Il n’a peint aucun tableau

Mais fut juste un souriceau

Modèle pour Picasso

La souris / Sérigraphie de Picasso

La souris / Sérigraphie de Picasso

Martine Martin / pour les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Tirso)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 28 Avril 2021

Pour Les prénoms du mercredi chez JILL BILL  (Aujourd'hui Provence)  ,

 

Mon poème :

Provence future maman

Provence future maman

Provence née à Aix en Provence

Future maman pleine d’espérance

En elle une fontaine de Jouvence

Un petit être vit dans l’insouciance

Dans ce nid douillet quelle succulence

Alex en Provence est en confiance

Il ne veut pas sortir de cette opulence

Provence que personne ne devance

Provence débordante d’impatience

Hyperactive est toujours en avance

D’Alex elle vit mal les réticences

Ce que ne sait pas encore Provence

C’est qu’en elle il y a deux présences

Alex poli et plein de prévenance

Attend que son frère son jumeau Maxence

Sorte en premier de leur maman Provence

Maxence prudent refuse avec défiance

En lui répondant avec bienséance

Sort en premier, A toi la préséance

Alex ne veux pas céder à Maxence

Maxence ne veut pas céder à Alex

Césarienne inévitable pour Provence

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 21 Avril 2021

pour les prénoms du Mercredi de Jill BILL (aujourd'hui VolKan)

Voici mon poème

VOLKAN

VOLKAN

Ce Cher Volkan  n’est qu'un Franc

Il rêve de n'être qu'un Hun

Pour Se prénommer Vulcain.

 

Avec la fougue d'un Volcan 

Avec Atila chef des Huns

De Lutèce il s’emparera

Et Geneviève il  envoûtera

Martine Martin

Pour en savoir plus sur l'invasion de la Gaule par les Huns et la défense de Lutèce par Sainte Geneviève, voir site en lien ci-dessous

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0