Publié le 31 Août 2020

Le début du mois fut très chaud aux Sables d'Olonne. Quel plaisir le soir de dîner sur la plage !

Mon mois émoi : Août 2020
Mon mois émoi : Août 2020

Août c'est le mois des mûres. Il y en a beaucoup le long de nos chemins de randonnée et nous avons pris, comme chaque année, du plaisir à les cueillir et à en faire des tartes. Il y en aura jusqu'en septembre nous retournerons en cueillir pour faire des confitures.

Mon mois émoi : Août 2020Mon mois émoi : Août 2020

C'est aussi le mois des mirabelles. Nous n'avons pas comme à Cergy un mirabellier dans notre jardin. Mais nous en avons acheté et avons fait des tartes et confitures.

Mon mois émoi : Août 2020

Toute l'année nous faisons du barbecue électrique. C'est beaucoup plus rapide, mais l'été, quand nous déjeunons au jardin, nous aimons faire griller sur notre grand barbecue avec un vrai feu.  Ce premier barbecue 2020 avec une entrecôte de notre boucher fut un vrai plaisir.

Mon mois émoi : Août 2020
Mon mois émoi : Août 2020

Je continue mes promenades matinales avec plaisir mais moins qu'en juin ou juillet car il fait nuit beaucoup plus tard et je dois être rentrée à la maison à huit heures pour me rendre à mes séances d'aquafitness que j'adore et où j'ai plaisir à échanger avec mes copines de piscine dont certaines sont devenues des amies. Néanmoins, cela ne m'empêche pas encore d'assister à de beaux lever de soleil. J'ai même eu la chance d'admirer un matin un bel arc en ciel dans un ciel tourmenté.

La baie des Sables au petit matinLa baie des Sables au petit matin
La baie des Sables au petit matinLa baie des Sables au petit matin

La baie des Sables au petit matin

Nous sommes remontés sur l'Île de France mi-août. Nous avons fait une escale à Chartres . Depuis le temps que je rêvais de visiter la cathédrale Notre-Dame. En ce week-end de l'Assomption, sa visite s'imposait. L'intérieur est magnifique et vient en grande partie d'être restauré. Les vitraux sont magnifiques. Nous avons déjeuné face à la cathédrale. Quelle belle journée !

Mon mois émoi : Août 2020
Mon mois émoi : Août 2020
Mon mois émoi : Août 2020
Mon mois émoi : Août 2020
Mon mois émoi : Août 2020
Cliquez sur les photos pour les voir en grand
Cliquez sur les photos pour les voir en grand
Cliquez sur les photos pour les voir en grand
Cliquez sur les photos pour les voir en grand

Cliquez sur les photos pour les voir en grand

Le soir nous sommes remontés sur Marnes la Vallée. Nous avions réservé une chambre à l'hôtel IBIS et, COVID oblige, nous avons eu le droit au Novotel mitoyen pour le même prix. Accord avait fermé l'hôtel IBIS pour regrouper la clientèle sur le Novotel. Nous avions une très grande chambre, donnant sur la piscine, avec un lit grand format et un coin salon avec canapé. Ce fut un vrai plaisir de se baigner dans la piscine après cette journée de voyage et de visite. Le soir, depuis notre chambre, nous avons pu admirer le coucher de soleil.

Mon mois émoi : Août 2020
Mon mois émoi : Août 2020

Le lendemain 15 août c'était l'anniversaire de la maman de Jeff qui fêtait ses 94 ans chez une des soeurs de Jeff à Esbly. Toute la famille (ou presque) était réunie. De voir l'émotion de sa maman quand elle a découvert sa photo bébé avec ses parents (voir ci-dessous) et son bonheur nous a rendus heureux. Nous n'avons pas regretté d'être venu malgré la distance. 

Mon mois émoi : Août 2020
Mon mois émoi : Août 2020
Mon mois émoi : Août 2020

Il ne manquait plus que notre fille, son conjoint et les petites qui étaient en vacances en Croatie et qui nous ont beaucoup manqué.

Nous avions eu Pauline au mois de juillet mais pas Agathe (8 ans) et Léonore (10 ans) qui nous a envoyé une très gentille lettre depuis sa colonie. Elle préfère écrire des lettres que d'envoyer des cartes postales. Celle-ci nous a beaucoup touchés.

Mon mois émoi : Août 2020

En fin de mois, les grandes marées m'ont encore fascinée. C'est impressionnant la force de l'océan et sa beauté quand il est tourmenté

Mon mois émoi : Août 2020Mon mois émoi : Août 2020
Mon mois émoi : Août 2020Mon mois émoi : Août 2020
Mon mois émoi : Août 2020Mon mois émoi : Août 2020
Mon mois émoi : Août 2020Mon mois émoi : Août 2020

Malgré nos gros problèmes, ce fut un bon mois. En effet une fuite d'eau sous le sol de notre maison a mouillé les câbles électriques des prises de terre, résultat plus d'électricité sur les prises et plus d'eau puisqu'il nous a fallu la couper. Heureusement que le réseau de l'extension de notre maison n'a pas été touché et nous avons pu nous doucher dans la baignoire de l'extension,  faire la vaisselle dans le lavabo(Je ne sais pas si vous avez déjà essayé, mais ce n'est pas très pratique.) et nous brancher avec de très longues rallonges sur les prises de l'extension. Jeff a refait l'électricité et avec l'aide d'un plombier le réseau d'eau en faisant passer de nouveaux tuyaux par les combles. Chapeau à lui, car c'est un travail énorme. Tout fonctionne désormais normalement !

Je n'ai pas été très présente sur les blogs car je suis en train de finaliser mon prochain roman qui s'appellera " Souviens-toi du bus 96  " que je vais envoyer aux éditeurs début septembre. Je l'ai fait lire à des lecteurs tests choisis parmi mes amis blogueurs et autres et les retours critiques positifs, voire enthousiastes pour certains me laissent espérer pouvoir intéresser un éditeur à compte d'éditeur cette fois. Je n'avais pas eu le courage de patienter leur réponse toujours plus longue à venir que celles des éditeurs à compte d'auteur. Mais cela nécessite un gros travail de relecture, de rédaction d'un synopsis, avec les thèmes abordés pour ce roman qui sont nombreux :

  • Le destin et ses facéties, les coïncidences
  • Les fléaux de ce début du vingt-et-unième siècle :

           - Le terrorisme,

           - La pandémie

  • Le confinement qui pousse au retour sur le passé, à la recherche d’amis ou de proches perdus de vue
  • Les dangers des sites de rencontre et réseaux sociaux
  • La difficulté de s’émanciper de l’amour intrusif d’une mère
  • L’identification au père décédé et sacralisé
  • La complexité de trouver chez un partenaire à la fois le plaisir physique et le bien-être psychique
  • La dépendance amoureuse

Ne comptant pas le faire paraître avant le début 2021, je vais patienter sagement la réponse des éditeurs. Pour ceux qui m'ont dit attendre sa sortie avec impatience, ci-dessous le début de la bande annonce de mon roman. Vous la verrez en entier juste avant sa parution. Il faut cliquer sur le lien ci-dessous, puis sur la photo pour pouvoir la visionner.

Tout cela me prend beaucoup de temps ce qui explique mon silence sur vos blogs et le peu de publication sur celui-ci.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #aimé détesté, #vécu

Repost0

Publié le 26 Août 2020

Ecureuil Bleu sur son blog " Une bonne nouvelle par jour ", dans son article de dimanche dernier, nous parlait de ces dix activités préférées et nous incitait à parler des nôtres.

Voici les miennes :

  • Écrire est inné chez moi.  Il faut croire que je suis née avec un stylo à la main. Mon blog s’appelle quai des rimes parce que j’aime écrire de la poésie pour le plaisir de jouer avec les mots mais je préfère néanmoins la prose qui me permet d’écrire plus librement sans la contrainte de respecter les pieds et les rimes qui me pèse de plus en plus. J’aime conter par écrit des histoires c’est pour cela que j’ai écrit un premier roman récemment paru "Je dis ça mais je ne dis rien" et vient de terminer le second. Je ne participe pas ou peu aux défis d’écriture qui ont des contraintes comme des mots imposés, des thèmes qui ne limitent ma créativité. Il faut que je m’amuse en écrivant sinon cela devient une corvée. C’est aussi un vrai plaisir pour moi d’échanger avec deux de mes petites filles par SMS qui, spontanément, m’envoient des photos, la plus petite n’a pas encore de smartphone. Il faut dire que je hais le téléphone. Elles ont l’air d’aimer. Si je suis prolixe à l’écrit, je suis une taiseuse à l’oral.

 

  • Lire : je n’ai pas beaucoup de temps mais je m’efforce de lire quelques pages chaque jour. J’aime particulièrement les thrillers et les romans psychosociologiques. Les histoires d’amour, les romans historiques, philosophiques m’ennuient.

 

  • Courir : il y a 3 ans je me suis mise à courir et je ne peux plus m’en passer. Je cours de 10 à 15 km 3 fois par semaine. Le début de mes courses est un peu laborieux, j’ai besoin de me chauffer et je ne ressens un vrai plaisir qu’au bout de 4 à 5 km. J’adore participer à des courses. J’aime les challenges et c’est un réel plaisir de terminer une course en étant classée comme l’an dernier aux 10 km de la Chaume mais en ce moment avec la Covid il n’y a plus de compétition.

 

  • Marcher le matin à l’aube en admirant les lumières et couleurs des levers de soleil sur l’océan. Quel bonheur de vivre dans un tel endroit. J’ai vraiment beaucoup de chance.

 

  • Nager nue dans l’océan et me sécher au soleil sur la plage naturiste. Faire de l’aquafitness en piscine pour le plaisir de me donner à fond physiquement sans difficulté, l’eau rendant les mouvements plus aisés. C’est l’occasion aussi pour moi de créer un lien social avec toutes mes camarades de piscine dont certaines sont devenues des amies. Je suis née sous le signe du Poissons, l'eau est mon élément de prédilection.

 

  • Faire du shopping avec mes petites filles. Elles adorent aussi, car elles savent qu’elles vont ressortir avec des vêtements que Mamie leur aura achetés ! Au delà de la joie de leur faire plaisir, j’aime les conseiller tout en respectant leurs goûts très différents que je commence à bien connaître (l’une est classique, l’autre plus artiste).

 

  • Cuisiner et surtout pâtisser pour le plaisir ensuite de décorer notamment les gâteaux d’anniversaire de mes petites filles qui, d’après ce qu’elles en disent, sont beaux et bons.  La joie de procurer du plaisir à ceux que j'aime.

 

  • Recevoir ma famille, mes amis. C'est un bonheur pour moi de dresser et décorer la table avec des menus faits maison et d'échanger avec mes hôtes.

 

  • Faire des montages photos et vidéos même si photographier commence à me lasser. J’ai l’impression de prendre toujours les mêmes endroits.

 

  • Jouer avec mon chat ce qui correspond à courir avec lui dans le jardin ou dans la rue, mon Oops adore. Dans le quartier je suis devenue la dame qui court avec son chat. J’aime aussi le caresser cela m’apaise et le calme aussi.

 

  • Découvrir des endroits inconnus même si je n’aime plus voyager comme avant, étant tellement bien aux Sables d’Olonne où j’ai l’impression d’être toujours en vacances.

 

Mes dix activités préféréesMes dix activités préférées
Mes dix activités préféréesMes dix activités préférées
Mes dix activités préféréesMes dix activités préférées
Mes dix activités préféréesMes dix activités préférées

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Vécu

Repost0

Publié le 23 Août 2020

L'homme indigo de Muriel Lecou Sauvaire

Cyril interne en réanimation néonatale à Paris retourne dans le village de son enfance en Bretagne pour l’enterrement de sa mère, Elsa, veuve mystérieuse semblant indifférente à tout même à la haine des  habitants de son village pour des raisons obscures à son fils. Il découvre avec stupeur un carnet que sa mère a tenu, un journal intime où elle relate la vie de son fils en se mettant dans sa peau et en exprimant à sa place les sentiments qu’il ressent vraiment et qui commence ainsi « J’ai dix ans, je m’appelle Cyril. Je démarre ce cahier pour me sentir moins seul. Je m’invente un ami. C’est ma mère qui me l’a conseillé. Ce qui veut dire, bien sûr, qu’elle n’a pas envie d’entendre mes secrets ce qui veut dire aussi qu’elle sait que je suis seul »

Qui était sa mère, qu’a-t-elle commis d’impardonnable aux yeux des habitants qui, la prenant pour une sorcière, la craignent.

La rumeur gronde en silence dans ce village comme si les raisons pour lesquelles ils la haïssent ne pouvaient être exprimées à ceux qui les ignorent et notamment à son fils qui ne vit plus au village. Tous contre une. Une fois Elsa morte, cette haine  qui rassemblait les habitants risque en disparaissant de briser cette concorde communautaire et faire surgir d’autres haines.

Cyril finira par connaître le secret de sa mère... et de son père qui, à la fin de sa vie haïssait aussi son épouse. Il sera aidé dans sa quête par Odile, une amie d’enfance, amoureuse de lui que soudainement il a fui. Elle était une des seules avec sa mère Brigitte à bien aimer Elsa.

Ce roman m’a beaucoup émue, je l’ai lu très vite tant j’étais pressée de découvrir le secret d’Elsa. L’écriture est simple (pas de mots inutiles) mais belle. J’ai beaucoup apprécié les descriptions des paysages colorés, lumineux de cette Bretagne littorale des côtes d’Armor. En lisant, j’ai eu l’impression d’y être, de sentir le vent marin, celui qui vous mouille d’embruns.

J’ai refermé ce livre avec regret. Même si on peut deviner dans l’épilogue ce que sera la vie de Cyril après avoir percé le secret de sa mère, j’aimerais tant qu’il y ait une suite pour savoir comment va-t-il se reconstruire après cette révélation et des années de solitude.

Citations du livre :

« Ma mère me passe des lotions, des crèmes, elle me touche la figure constamment depuis que je suis défiguré. Elle me touche la figure comme un automate qui ne peut plier les bras. De loin, à distance. Ses doigts m’effleurent à peine. Peut-être pour me faire croire que je ne la dégoûte pas. Mais je sais que je lui fais horreur, je leur fais horreur ».

« Comment peut-on arriver à se sentir si seul, quand on a une famille et qu’on est encore un enfant ? Je voudrais que quelqu’un réponde à mes questions. Mais je n’ai plus envie de les poser. Elles sont murées au fond de moi »

« Aujourd’hui, j’ai dit à mon père : Odile est comme une sœur pour moi ! « Il a encore lancé à ma mère ce fameux regard accusateur. Elle a baissé les yeux. Cette fois je n’oublierai plus que je ne dois rien leur dire »

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 13 Août 2020

Une baignoire de sang / Béatrice Hammer

C’est un roman choral à deux voix, celles de :

  • Gloria Bastelet, policière, qui va se donner à fond pour démasquer l’assassin d’une jeune journaliste malgré l’hostilité de son chef et au détriment de sa vie de mère de famille seule à assumer son fils et sa fille avec un exmari qui a perdu quelque peu ses facultés mentales. Son enquête dérange ce qui va la mettre en danger ainsi que ses enfants. Conjointement, elle tente de renouer avec une vie amoureuse épanouie et maintenir des relations compliquées avec sa mère.
  • Mina, jeune orpheline qui a vécu dans des foyers, a été adoptée par une dame à laquelle elle s’était beaucoup attachée, mais qui tombe soudain malade et meurt. Depuis elle est sans domicile fixe. Son fort caractère lui permet d’échapper à tous les dangers de la rue pour une jeune fille. Elle se lie d’amitié avec Momo, sanslogis de longue date en rupture avec sa famille. Elle vivra sous sa protection peu de temps.

Ce sont deux personnages attachants qui, sous une façade endurcie, dissimulent une grande sensibilité.

C’est tout l’intérêt de ce thriller psychosociologique, à l’intrigue simple qui ne réserve pas au lecteur une surprise majeure finale. L’écriture est incisive, peu élaborée, ce que je regrette personnellement, mais néanmoins sensitive et adaptée aux personnages notamment celui de Mina. Elle présente l’avantage d’insuffler du rythme à ce roman.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 10 Août 2020

Pour répondre au défi de Victoria sur le blog de Lénaïg pour les acrostiches du mercredi avec pour thème "Retour vers le passé", voici un texte en prose que j'ai écrit en mai 2012 où j'évoque mon enfance à Rueil-Malmaison. J'y évoque aussi un peu la fin de ma vie professionnelle, il y a huit ans. J'aurais dû écrire un acrostiche mais je n'en avais ni l'envie, ni l'inspiration.  En fait, depuis que j'écris des romans, j'ai perdu le goût pour écrire de la poésie surtout daans une forme contrainte comme celle de l'acrostiche.

Vous trouverez, ci-dessous, un autre article encore plus ancien puisqu'il date de 2009 dont je parle dans celui que vous venez de lire et où j'évoque ma rencontre avec mon Jeff.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Vécu

Repost0

Publié le 6 Août 2020

Dédicace de mon roman : "Je dis ça mais je ne dis rien"
Forte du succès de ma première dédicace, J'aurai le plaisir de dédicacer pour la seconde fois
mon roman : "JE DIS ÇA MAIS JE NE DIS RIEN"
 
à la LIBRAIRIE PRESSE DOURY ALAIN
82 rue de la République
85180 LES SABLES D'OLONNE (sur la place du marché de la Pironnière du quartier du Château d'Olonne)
LE MERCREDI 12 AOUT DE 10 HEURES à 12 HEURES
 
Ceux qui ont déjà acheté mon livre peuvent venir avec, je leur dédicacerai avec plaisir.
 
Si vous habitez Les Sables d'Olonne et ses environs, ou si vous avez des connaissances qui y habitent ou qui y sont en vacances,  n'hésitez pas à diffuser cette information.
 
Les bénéfices sur mes droits d'auteur seront reversés à l'Institut Curie
 
Vous trouverez ci-dessous en lien ma page facebook d'auteur où vous trouverez tous les renseignement sur mon roman , un  article de Ouest France et les critiques sur Amazon.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 4 Août 2020

Bubuche la grenouille

Pour le café / thé N° 123 sur une photo de la sculpture "La Source"  (1980) de Gérard Ramon, ci-dessous mon poème

Bubuche la Grenouille

Grenouille je m’appelle Bubuche

Je suis forte comme un bœuf de labour

Je suis grosse comme un œuf d’autruche

Depuis bien longtemps j’ai rêvé d’être

Fine comme de la ciboulette

Où avoir les taille et dar de guêpe

Je piquerai les touristes, ces lâches

Qui me surnomment la grosse vache

Si j’avais une taille de sauterelle

Mon mâle le traitre Machiavel

Me sauterait à chaque instant

Hélas j’ai une taille d’éléphant

Machiavel me trompe allègrement

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0