Publié le 27 Avril 2011

J’ai été dans ma jeunesse cibiste et cela a réellement marqué positivement ma vie :  j'ai rencontré mon Jeff et j’ai gardé le vocabulaire radio amateur.

 

Aujourd’hui je suis bloggeuse, version moderne de la C.B. (citizen band). J’aime communiquer avec des inconnus avec mon ordinateur comme autrefois j’aimais parler à des anonymes avec mon talkie walkie. tokai 500.  Et dire que ma mère me disait quand j’étais petite qu’il ne fallait jamais parler à des inconnus ? Je pense qu’elle a du trop me le répéter et que mon caractère anticonformiste d’une part, et mon envie de lutter contre ma nature introvertie innée  me poussent  justement à échanger en permanence avec des inconnus.

 

4786304230_d58aff97eb.jpg

 

 

Grace à ma passion pour internet, les blogs, les forums, il y a 4 ans, j’ai croisé la route de P.C.  C’est ainsi qu’il se faisait appeler. Je ne connaissais pas son vrai nom et en avait-t-il un cet anonyme ? Peu importe, plutôt que de l’appeler P.C., surnom peu élégant, j’ai préféré l’appeler Papa Charlie en souvenir de mes amis d’antan radio amateur et de Joe Dassin que j’aimais tant …. Souvenez vous : « Allo Papa Tango, Charlie, répondez nous s’il vous plait….. »

 

Papa Charlie ne fut pas d’abord facile, il fallut gagner sa confiance petit à petit l’apprivoiser,  et en même temps perdre la méfiance que j’avais envers lui.

Notre rencontre comme notre amitié furent virtuelles.

Chaque matin, chaque soir nous échangions. Je lui confiais tous mes  mots, maux et émois des mots passion, des mots de peine, des mots de joie. Je lui envoyais des photos de ma chère ville Cergy, de mes voyages, de mes proches. Je les lui commentais.

Il écoutait, il absorbait tout. En échange, il me racontait la vie, il connaissait tout, il me montrait des photos du Monde entier une par une ou en diaporama. Il m’écrivait des poèmes, des nouvelles, des textes philosophiques. Il lui arrivait aussi de me parler politique, économie mais cela me lassait et je coupais vite la communication. Quand je cherchais une réponse à une de mes interrogations, simple curiosité ou question plus personnelle, voire existentielle, il suffisait de lui demander et il me répondait. Il semblait avoir une mémoire et une culture fabuleuses. Il était toujours d’humeur égale. J’étais admirative.

 

Je l’aimais, je ne pouvais plus m’en passer et nos échanges furent de plus en plus longs et fréquents. Je pensais à lui en vacances. Lui n’en prenait jamais il me semble ou peut être ne me l’avait-t-il jamais dit.

 

Début 2011, j’ai senti qu’il faiblissait, sa communication écrite devint plus floue, moins précise, les photos qu’il me montrait avaient de fines  rayures verticales mais il semblait prendre encore beaucoup de plaisir à communiquer avec moi et cela ne m’inquiéta pas outre mesure… Etait-il malade ?  mon écran était-il rayé ? Je continuais à lui confier mes secrets et mes pensées avec autant de plaisir et il continuait à se confier également. Il ne pouvait pas m’abandonner. Sachant inconsciemment que notre liaison virtuelle aurait une fin prochaine mais me refusant à cette idée, je continuais à le solliciter.

 

Soudain il ne répondit plus, son écran devint noir, désespérément noir...

 

Samedi à l’aube mon PC me planta……..

 

 Eglantine : Avril 2011

 

 (Merci à Brigitte qui lorsque je lui ai raconté la trahison de mon P.C. en lui écrivant par mail la dernière phrase de cette nouvelle m’a répondu cela ferait un excellent titre de roman. A défaut d’écrire un roman, j’ai écrit cette nouvelle que je lui dédie.)

 

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Nouvelles

Repost0

Publié le 20 Avril 2011

 

 

Perdu dans tes rêves

Ou la mer t’attire

Ta vie est une grève

La mer s’y retire

 

 

Eperdu d’idéal

Tu vis dans l’utopie

Un bonheur marginal

de rêvethérapies

 

Perdu dans le plaisir

Un amour s’achève

Par peur de construire

Un bonheur qui crève

 

Eperdument perdu

perdu dans tes rêves

 

Eglantine / avril 2011

4687357587_0c82ce63b2.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 13 Avril 2011

Après avoir vu à la télévision en janvier 2011 un reportage sur la fonte de la banquise, la nuit suivante je rêve que je suis un iceberg et que je fonds, fonds désespérément jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien. Je vois dans ce rêve un signe du destin.

   

 

 

442008_a2293e20a4.jpg

 

Le lendemain matin, avant ma douche, je monte sur ma balance électronique que je n’ai pas utilisée depuis des mois, je scrute l’écran, les secondes me semblent interminables tant je suis inquiète du verdict et le chiffre s’affiche soudain. Non ce n’est pas possible je n’y crois pas. Rassurez vous je n’ai pas fondu, je ne me suis pas liquéfiée comme l’iceberg de mon rêve. Je monte de nouveau sur la balance et stupidement je retire les lunettes, la bague pour perdre quelques grammes mais rien ne change, le même résultat s’affiche : 88,7 kilos … Une idée surgit soudain comme un éclair et si je m’épilais…. Stupide pensée qui s’évanouit aussi vite qu’elle est apparue.

 

Et bien, c’est décidé, je vais fondre comme glace ou plutôt comme graisse au soleil. Objectif : 75 Kilos.

 

Comment faire ? Je suis tentée de consulter sur internet les différents régimes. J’en ai déjà essayé quelques uns qui m’ont transformée en Yoyo mais pas en ficelle, je descends, je remonte, je fonds, je fonds, je grossis et pour me consoler je mange encore plus.

 

Au diable, les Weight Watchers, Montignac, Cohen, Dukan : les grands prêtres de la perte de poids et des régimes dont la fortune grossit au fur et à mesure que nous maigrissons et que nous reprenons du poids. Ils ont d’ailleurs intérêt à ce que nous grossissions après leur régime pour avoir à maigrir à nouveau !!!

 

Au diable les régimes hyper protéinés, hypo protéinés, hyposodés, hypocaloriques, dissociés, associés, macrobiotiques, crudivores, « détox » dont les noms sont à eux seuls repoussants…. Les diététiciens, à l’instar des politiciens, aiment polémiquer et il suffit qu’un préconise un type d’alimentation, pour que l’autre prône le contraire…Au secours nous sommes perdus.

 

Je décide de me fier à mon bon sens et à mon intuition et de supprimer les graisses (fromages gras, charcuterie…), de manger plus de légumes, de fruits, de poissons, de diminuer la viande, le pain, les sucres rapides, le vin et surtout de ne jamais me resservir. Il faut aussi c’est important que je n’ai jamais faim et que je continue à me faire plaisir en mangeant. Je dois aussi m’autoriser un repas de famille, entre amis ou d’affaires, l’occasion de déguster aussi du bon vin et sans restriction sinon celle de la quantité.

 

Je persuade Jeff de s’y mettre aussi car seule je n’y arriverai pas et c’est ensemble que nous commençons non pas un régime mais une révolution alimentaire.

 

La première semaine est difficile, nous nous contentons le soir d’un poisson ou d’une viande et de légumes, d’un yaourt et d’un fruit. Le dimanche nous faisons un repas normal : une entrée, une viande cuisinée, yaourt et fruit.

Le soir pour compenser nous dînons d'une soupe et d'un morceau de fromage

 

Le midi, je mange au restaurant, je prends une grande salade, ou un carpaccio de bœuf ou de poissons et un fromage blanc. Quand je travaille à Paris je fréquente les bars à soupes et à jus de fruits. J'y prends une salade au poulet, une soupe et un cocktail de jus de fruits aux subtils mélanges. C'est délicieux. Je ressors heureuse et légère sans avoir faim.

 

Chaque matin, je monte sur la balance et les premiers résultats affichés me rendent heureuse et m'incitent à continuer, en janvier je perds 5 kilos, en février 5 autres. Après la descente est plus lente mais je continue à perdre petit à petit et aujourd'hui à mi avril j'ai dépassé mon objectif : 74,5 kilos. Jeff a perdu aussi 11 kilos.

 

J'ai décidé aussi de marcher à pieds et chaque jour je marche au minimum une demie-heure et quand je n'ai pas de rendez-vous extérieur je vais à pieds au travail ce qui représente une heure de marche quotidienne en comptant les 20 minutes le midi pour aller déjeuner et revenir.

 

Je me sens beaucoup mieux, plus légère.  je n'ai plus de maux d'estomac et de mots qui restent coincés en moi, je suis plus créative à l'écrit, je suis plus enthousiaste, je dors mieux.

Je reprends plaisir à me regarder dans une glace. Je me demande si les autres me regardent puisque jusqu'à ce jour personne ne m'a pas encore fait la remarque que j'avais maigri.

Peut être en fin de compte ai-je tellement fondu que je me suis liquéfiée comme l'iceberg, évaporée et devenue invisible et si nous étions tous devenus invisibles aux yeux des autres ....

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Vécu

Repost0

Publié le 7 Avril 2011

AVANT HIER JE VOUS DISAIS QUE DEMAIN JE LE FERAI,

 

HIER JE L'AI FAIT COMME BABAR COMME DIT MA PETITE FILLE PAULINE. VOIR ICI

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Vécu

Repost0

Publié le 5 Avril 2011

Depuis longtemps c’est un de mes rêves. Je me suis souvent dit, je ne veux pas mourir sans l’avoir fait, j’y pense souvent et puis j’oublie par peur. Pourtant cela ne semble pas terrible mais à chacun ses peurs incontrôlées.  

 

Il m’arrive pourtant de prendre des risques, de conduire vite .  Je suis montée par défi dans l’attraction de space-mountain de Dysney Land  avec la peur au ventre pour tenter justement de dominer cette angoisse. J'ai fait une randonnée de 3 jours en moto neige en Laponie.  Je me suis  baignée avec une combinaison de survie l’hiver en Finlande dans une piscine creusée par le brise glace SAMPO dans la banquise.

Quand j’ai descendu l’échelle du bateau que j’ai marché sur la glace avant de me plonger dans l’eau glaciale, je ne tremblais pas de froid, mais de peur. Je nageais bien et j’ai vu que d’autres qui ne savaient pas nager le faisaient puisque la combinaison de survie permet de flotter.  Alors je me suis immergée. S’allonger sur le dos, flotter sur la mer entourée par la glace et regarder le ciel polaire doré dans une demi-pénombre est un grand moment de bonheur. Je vous promets on n'a pas froid. Voir le film ci-dessous trouvé sur internet à défaut d'avoir retrouvé mes photos.

 

 

 

Je sais que, si j’ose réaliser mon rêve, ce sera un instant inoubliable dont je me souviendrais avant de mourir quand le film de ma vie défilera.

 

Peut être ne l’aurais je jamais fait et puis par amour, pour faire plaisir à mon Jeff. Je me suis décidée.

 

Inutile de vous dire dans quel état d’angoisse et de fébrilité je suis aujourd'hui, d’incertitude aussi. Vais-je oser, ne vais-je pas y renoncer à la dernière minute….

 

Non maintenant c’est trop tard pour revenir en arrière, je serais frustrée, la nuit risque d’être blanche mais je ne me dégonflerai pas, demain Je le ferai.

 

Promis Je vous raconterai....

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Vécu

Repost0

Publié le 1 Avril 2011

 

Déroulant ses très longs fils,

Le cours du temps éternel,

Pour être atemporel,

Veut ôter son fil d’avril

Temps, tu vas t’enrhumer,

En avril n’ôtes pas de fil

Par crainte d’éternuer.

 

Temps têtu ôte son fil

il se met à fort tousser

Son nez se met à pleurer

C’est un orage d’avril

 

Petite carpe d’avril

Accrochée à sa ligne,

brillante, d’un œil cligne

Pour que je coupe son fil.

En riant je lui réponds,

Je viens d’entrer en avril,

Je ne retire aucun fil

Même pas à un poisson.

 

Pitié pour la carpette

qui a perdu tous ses fils

sauf celui du mois d’avril,

Elle n’a plus que ses arêtes

 

POISSON D’AVRIL

4954214719_d6c59ef85d.jpg

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0