Articles avec #pieces theatre tag

Publié le 1 Juillet 2016

DOCTEUR TOINETTE

 

Argan

Merci Docteur de vous porter à mon chevet.

 

Toinette

Pourquoi Monsieur me regardez-vous ainsi ? C’est fort désagréable, vous n’avez pas les yeux en face des trous.

 

Argan

Vous ressemblez tant à ma servante mais ce doit être une hallucination de plus.

Mon Médecin ne m’a jamais dit que je n’avais plus les yeux en face des trous, c’est grave docteur ?

 

Toinette
Cela se soigne mais le pire ce sont vos hallucinations, moi médecin des grands de ce monde ressembler à une servante ? Mais je vous pardonne, vous êtes malade. Je vais vous ausculter

 

Argan

Faîtes Madame, mais attention je suis un écorché vif

Docteur Toinette

Toinette se penche sur Argan et appuie fortement sur son ventre  avec le plat de sa main

Argan se met à crier et à gesticuler

 

Toinette

Arrêtez votre danse de Saint Guy . Cessez de vous mettre ainsi la rate au court bouillon, elle file déjà un mauvais coton

 

Argan

Mais qu’est-ce qu’elle a ma rate ?

 

Toinette

Elle n’est plus toute jeune, il faudra changer le coton. Vous verrez ensuite vous n’aurez plus les foies

 

Argan

Et mon cœur Docteur ?

 

Toinette

Ah Votre cœur …. Il bat le beurre… Oh pardon c’est ma sœur….

Vous êtes riche. Il a souffert de vos excès de table. A bonne fortune mauvais cœur. Mon petit doigt me dit que cela ne vous empêche pas de faire le joli cœur, n’est-ce pas ?

 

Argan

Hélas, je ne peux plus maintenant Doct…. Atchoum (Argan se met à éternuer)

 

Toinette

En plus vous vous êtes enrhumé mais cela se soigne facilement. J’ai ce qu’il faut.

 

Elle prend une longue pince à épiler dans sa mallette et l’introduit dans une narine d’argan

 

je vais vous tirer les vers du nez. Voilà ils sont sortis. Toussez s’il vous plait

 

Argan se met à tousser fortement

 

Toinette

Je vois, je vois.... Vous avez des vers dans le nez, un chat dans la gorge, une fièvre de cheval. C’est une ménagerie chez vous….. Que dis-je un zoo !

 

Argan

Vite, vite docteur dites-moi ce que je dois faire, que dois-je prendre ? Vous me croyez au zoo mais je suis bien ici bien vivant pour combien de Temps ?

 

Toinette

Je ne suis pas Madame Irma : Un certain temps Monsieur !

Ne soyez pas pressé comme un lavement …… D’ailleurs je vais vous en prescrire un, cela vous fera grand bien. Vous devriez prendre aussi matin, midi et soir une cuillérée d’un sirop qui a été spécialement fait pour vous : le sirop d’Argan. Vous verrez il peut faire des miracles

 

Argan

Il y a longtemps que je ne crois plus aux miracles mais soulagez moi Docteur je vous en prie, je souffre trop.

 

Toinette

Ok … Mettez-vous à chanter ce que vous voulez. Pendant ce temps je vais vous faire une piqûre. Vous verrez ensuite vous  n’aurez plus mal.

Argan

Puisque vous le dites  et il se met à chanter :

 

« Je suis malade c´est ça je suis malade
Tu m´as privé de tous mes chants
Tu m´as vidé de tous mes mots
Et j´ai le cœur complètement malade
Cerné de barricades t´entends je suis malade »

 

Toinette enfonce avec détermination l’aiguille dans la fesse d’Argan

J’ai compris la cause de tous vos mots : ce n’est pas grave, C'est l'amour : une maladie d'amour : Une femme vous a fendu le cœur, il faut trouver d’urgence celle qui pourra colmater cette cicatrice et vous serez guéri.

 

Elle enlève la seringue, lui caresse le bras et l’embrasse sur le front.

 

Martine / Rediffusion Janvier 2015. parodie de la scène 10 de l'acte III du malade imaginaire ou Toinette se déguise en Médecin au chevet de son Maître Argan

 

P.S. Je m'excuse auprès de Molière pour cette parodie avec comme seule prétention celle d'essayer de faire rire

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Parodies, #PIECES THEATRE

Repost0

Publié le 6 Juin 2016

Avant de vous servir une bouillabaisse bien chaude, je voulais m'excuser auprès de Monsieur Marcel PAGNOL (s'il peut me lire là ou il est) d'avoir parodié la fameuse partie de cartes entre Panisse et César et de lui dire que cette modeste parodie prouve la grande admiration que j'ai pour lui :

 

 

La bouillabaisse à ma façon

PANISSE ET CESAR CHEZ LE COIFFEUR RUE SAINT PIERRE A MARSEILLE

Cesar et Panisse se retrouvent chez le coiffeur rue Saint-Pierre à Marseille après leur fameuse partie de carte

 

CESAR (s’adressant à Colin le coiffeur)

Colin arrête de rêver avec tes yeux bordés d’anchois, tu me fends le cœur, qu'est-ce que tu attends pour me couper au carré

 

COLIN (énervé et en criant)

Tiens toi à carreau César car sinon ce n’est pas au carré que je vais te couper…

 

PANISSE (qui attend sur le fauteuil d’à côté s’adressant à César)

Il n’est pas frit le merlan aujourd’hui, il est plutôt congelé. Il est muet comme une carpe.

 

CESAR (à Colin)

Hé bé  ! C’est vrai que tu ne barjaques pas aujourd’hui Colin on est pas escagassé par tes paroles comme d’habitude….

 

PANISSE s’adressant à César

Et en plus il t’a fait la raie de travers….

 

COLINrépondant à Panisse

Peuchère....C’est lui qui  a la tête de travers avec une tronche d'aï, alors forcément qu'elle est de travers la raie

 

CESAR

Fais pas le mariolle Colin : Je t’ai vu l’autre fois, fier comme un vieux loup de mer,  taquiner le goujon sur le vieux port avec la Roussette à tes côtés tu lui faisais des yeux de merlan frit à cette pouffiasse. Tu joues les maquereaux maintenant

 

PANISSE

 Ferme ta grande gueule César... sinon Colin va te scalper ta tête de truite

 

CESAR (s'adressant à Panisse)

Sale requin qui a volé la fanny de mon Marius.  Peuchère  ! même pas un requin une vieille morue, un piètre pêcheur aux poches pleines d'oursins qui n’a même pas été capable d’attraper la sardine qui bouche le vieux port

 

PANISSE

La pauvre fanny, je me suis décarcassé pour elle, elle se languissait  comme l’ombre d’elle-même quand ton minot est parti. Je l’ai requinquée la petiote, enfin façon de parler car elle est grande comme une perche.  Aujourd’hui, elle n’est plus maigre comme une sole, ni plate comme une limande mais elle est toujours aussi vive qu'une anguille.

 CESAR
 

Bonne mère....la fanny une anguille, on aura tout vu,  on ne la reconnait plus, tu l'as gavée comme un saumon d'élevage,  on dirait un mérou

 

COLIN

Mais quels thons tous les deux, arrêter de gueuler on n’est pas à la criée mais dans un lieu public, un salon (il insiste sur salon) de coiffure

 

PANISSE

Peuchère ! Un SA lon : je me fends la gueule Colin ton SA lon c'est une poissonnerie...

 

CESAR (Il sort en marmonnant)

  « et toi Panisse tu me fends le cœur ». Je ne suis pas rancunier allons manger sur le "quai des rimes" la bouillabaisse de Martine. J'espère qu'avec toute sa kyrielle de poissons (27)  y compris Oscar son poisson rouge qu'elle a mis dedans parce qu'elle n'avait plus assez de rougets on n'aura pas de mal à digérer.

 

Martine  / Re diffusion Mai 2012 texte écri pour le défi n°82 lancé par  Jill Bill de la Communauté les croqueurs de mots 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Parodies, #PIECES THEATRE

Repost0

Publié le 25 Janvier 2016

Un CRS, les jumelles rivées sur les yeux

  • Mazette luxum une mazerati

 

Esther et son homme Ben Hur

  • Ben Hur les poulagas, trop appuyare sur le champignum

 

Le CRS arrête la voiture et s’adresse à Ben Hur :

  • Ave ben hur arretare véhiculum, explosare boitum à imagum

 

Ben Hur d’un ton désolé et affolé :

  • Ave flicum, Désolus urgencum polichinelus de ma meufum volare illico presto sortare du tiroirus

 

Le CRS hilare

  • Ah, ah, Polichinelus et toi Guignolus

 

Ben Hur se met à chanter en parodiant Chantal Goya

  • Guignolus, Guignolus, Qui cogne les gendarmes avec son compagnon Gnaffrum. Guignolus, Guignolus qui nous fait rire aux larmes avec sa natte et son nœud papillon

 

Le CRS outré, d’un ton autoritaire

  • Pericolo, Pericolo Moquare flicum méritare prisonam

 

Ben Hur d’un ton assuré

  • Non Moquare flicum, mezigue moquare gendarmum

 

Le CRS tape dans la main de Ben hur en s’exclamant

  • Amigo, Moquare gendarmus meritare paradisiam

 

Puis il s’adresse à Esther

  • En cloquas Donzelas ?

 

Esther assurée

  • Oui flicum, en cloquas

 

Le CRS moqueur :

  • vidéo kaputo : Ouceques ton polichinelle ?

 

Esther montrant son ventre :

  • Dans mon balonas

 

Le CRS hilare

  • dans ton balonas, balonas dégonflum,

 

Esther d’un ton contrarié

  • Non pas dégonflum, platum

 

Le CRS en éclatant de rire

  • Platum !! Maxima malice ta donzellas Ben Hur ! Steuplaisus souflare fortissimo dans mon platum balonas, fortissimo, FOR TIS SI MO, mézigue volare magnum balonas

 

Ben Hur chantant en parodiant Renaud

Quand j' promène mes mains
D' l'autre côté d' son dos
J' sens comme des coups de poings
Ça bouge
J' lui dis "t'es un jardin"
"Une fleur, un ruisseau"
Alors elle devient
Toute rouge
Parfois c' qu'y m' désole
C' qu'y fait du chagrin
Quand j' regarde son ventre
Puis l' mien
C'est qu' même si j' devenais
Pédé comme un phoque
Moi j' serai ja
mais
En cloque

 

Le CRS

  • Cessare Ben Hur ou j’vé chialaré. Maxima malice, Steuplaisus Souflare FOR TIS SI MO dans le BA LO NAS Guignolo

 

Ben hur

  • Excuso flicum, impossiblum souflare, meufum anorexicas : mini balonas dissimulare sous tchador avec minus mignonus polichinelle volaram sortare

 

LE CRS en tendant l’alcootest à Ben Hur d’un ton énervé

  • steuplaisus souflare guignolo dans balonas pas dans ta donzellas, imbecilum

 

Ben Hur se remettant à chanter d’un ton moins assuré

  • Guignolus, Guignolo qui cogne les gendarmes
    Avec son compagnon Gnaffrum. Guignolus ; guigno….

 

Le CRS l’interrompt soudain

  • Ouceques amigo Gnaffrum ?


Esther d’une petite voix fluette peu assurée

  • Dans le coffio flicum avec la farinas

 

Ben Hur troublé s’adressant au CRS

  • Delirium tremens… euh… Delirium maximo grosso … squiuze la flicum. Ma gonzesos soufrare maxima

 

Puis se tournant vers Esther énervé en lui donnant discrètement des coups de pieds

  • «Arretas délilare esther »

 

Esther Sous le coup du choc

  • Aie…. Aie, ben hur…

 

Ben Hur l’interrompant se tournant vers le CRS

  • Ma Meuff soufrare maxima, steuplait flicum urgencum hospitalus

 

Ester continuant en chantant

  • Eh Ben Hur porquare percutare mezigue ? Guignolo, guignolo qui cogne sa gonzesse. Bis repetitas : Guignolo, guignolo qui cogne sa gonzesse Jaloux de son copain Gnaffrum enfermé Dans le coffio de farinas

 

Le CRS applaudit puis se reprend et hurle

  • Sam suffi, sam suffi, cassare mes couilloms, arretare chantaes et jactares, Silencium svouplait. Arretare Roulare mezigue dans la farinas

 

Le CRS ouvre la porte de la mazerati, sort avec force Ben Hur de son véhicule, l’emmène jusqu’à l’arrière de son véhicule et d’un ton péremptoire lui dit

  • Ouvrare coffio BEN HUR ou morticus es

 

BEN HUR en riant ouvre lentement son coffre en se retournant vers le CRS, il attrape son revolver qui était dans le coffre et se retourne brutalement en hurlant et en tirant sur le CRS et sur son collègue qui était à ses côtés

  • Morticus mezigue ah ah ah…. Alah ac barus, keufs morticus ad vita aeternam

 

Puis il ouvre le coffre en grand et libère son copain gnaffrum

  • Gnaffrum sortare, Mezigue refrigerare imbecilus flicum et attentionnum pas touchas ad Esther

 

Gnaffrum sort du coffre en empoignant son parabellum et tire sur Ben Hur stupéfait qui n’a pas le temps de réagir. Il a juste le temps d’entendre avant de mourir

  • Imbecilus, jalousus, cocus et dindonus de la farcas. Mazeratti, canabis , Bellissima Esther et mon fillus polichinellus papourtapom pour Mezigue . Ad revoyure Ben Hur. Acta est fabula (la pièce est finie)

 

Il pose le parabellum dans le coffre se retourne et voit Esther qui est sortie de la voiture et s’est positionnée derrière lui et qui le tient en joug tout en s'exclamant

  • La pièce est finie pour toi aussi GNAFFRUM assez bête pour te laisser enfermer dans le coffre par Ben Hur qui voulait être seul avec moi. J’en ai assez de porter ce tchador, marre de vos tueries, je ne veux plus aller en Syrie. La vie n’est pas un jeu vidéo. Je vais te tuer, je suis obligée pour survivre et offrir une belle vie à notre fils et en faire une belle personne pas un voyou comme toi.

 

Et elle tire en criant : Game over 

Puis elle pose son revolver, retire son chador sous lequel elle est habillée à l'européenne et ses gants que son tyran Ben Hur l'obligeait à porter pour qu'aucun autre homme ne puisse voir ses mains. met le tout dans son sac et se sauve en courant. Elle se débarassera du tout en les jetant dans la Seine. Elle laisse la mazeratti et la drogue mais aucune trace qui permette de l'identifier. Elle sourit en pensant à ces deux idiots qui l'ont sous estimée Quel soulagement de ne plus avoir à parler le « latinfrançargot » le nouveau langage qui a succédé au verlan dans les cités. Comme dit le poète, "la femme est vraiment l'avenir de l'homme

 

Martine (Janvier 2015) pour le défi 158 des croqueurs de mots animé par Lilousoleil 

Dindonus de la farças chez les poulagas

N.B. :

 

Message pour Lilou

Chère Lilou, Je tenais à te remercier. Grace à toi depuis lundi dernier j'ai été obsédée par ce nouveau langage que tu appelles "le macaronisme" au point d'en perdre le rien de  vrai latin qui me reste (je détestais cette matière). Je suis tellement prise  que maintenant je parle à Jeff mon époux en francais latinisé. Il ne sait pas pourquoi et croit peut être que j'ai mes neurones qui ramollissent avec l'âge. Je l'ai rassuré en lui disant que c'était un signe au contraire de ma grande capacité d'adaptation. Il n'a pas vraiment compris !

 

Message pour mes lecteurs :

J'espère que j'ai été claire et que vous avez tout compris. Le cas échéant, N'hésitez pas à me demander des éclaircissements en commentaires.

C'est très difficile d'écrire un texte avec la volonté d'être comprise dans une nouvelle langue que personne ne connait !!

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #PIECES THEATRE

Repost0

Publié le 21 Janvier 2015

Pour les prénoms du mercredi de Jill bill (aujourd'hui Toinette) parodie de la scène 10 de l'acte III du malade imaginaire ou Toinette se déguise en Médecin au chevet de son Maître Argan

 

DOCTEUR TOINETTE

 

Argan

Merci Docteur de vous porter à mon chevet.

 

Toinette

Pourquoi Monsieur me regardez-vous ainsi ? C’est fort désagréable,  vous n’avez pas les yeux en face des trous.

 

Argan

Vous  ressemblez tant à ma servante mais ce doit être une hallucination de plus.

Mon Médecin ne m’a jamais dit que je n’avais plus les yeux en face des trous, c’est grave docteur ?

 

Toinette
Cela se soigne mais le pire ce sont vos hallucinations, moi médecin des grands de ce monde ressembler à une servante ? Mais je vous pardonne, vous êtes malade. Je vais vous ausculter

 

Argan

Faîtes Madame, mais attention je suis un écorché vif

Docteur Toinette

Toinette se penche sur Argan et appuie fortement sur son ventre  avec le plat de sa main

Argan se met à crier et à gesticuler

 

Toinette

Arrêtez votre danse de Saint Guy . Cessez de vous mettre ainsi la rate au court bouillon, elle file déjà un mauvais coton

 

Argan

Mais qu’est-ce qu’elle a ma rate ?

 

Toinette

Elle n’est plus toute jeune, il faudra changer le coton. Vous verrez ensuite vous n’aurez plus les foies

 

Argan

Et mon cœur Docteur ?

 

Toinette

Ah Votre cœur …. Il bat le beurre… Oh pardon c’est ma sœur….

Vous êtes riche. Il a souffert de vos excès de table. A bonne fortune mauvais cœur. Mon petit doigt me dit que cela ne vous empêche pas de faire le joli cœur, n’est-ce pas ?

 

Argan

Hélas, je ne peux plus maintenant Doct…. Atchoum (Argan se met à éternuer)

 

Toinette

En plus vous vous êtes enrhumé mais cela se soigne facilement. J’ai ce qu’il faut.

 

Elle prend une longue pince à épiler dans sa mallette et l’introduit dans une narine d’argan

 

je vais vous tirer les vers du nez. Voilà ils sont sortis. Toussez s’il vous plait

 

Argan se met à tousser fortement

 

Toinette

Je vois, je vois.... Vous avez des vers dans le nez, un chat dans la gorge, une fièvre de cheval. C’est une ménagerie chez vous….. Que dis-je un zoo !

 

Argan

Vite, vite docteur dites-moi ce que je dois faire, que dois-je prendre ? Vous me croyez au zoo mais je suis bien ici bien vivant pour combien de Temps ?

 

Toinette

Je ne suis pas Madame Irma : Un certain temps Monsieur !

Ne soyez pas pressé comme un lavement …… D’ailleurs je vais vous en prescrire un, cela vous fera grand bien. Vous devriez prendre aussi matin, midi et soir une cuillérée d’un sirop qui a été spécialement fait pour vous : le sirop d’Argan. Vous verrez il peut faire des miracles

 

Argan

Il y a longtemps que je ne crois plus aux miracles mais soulagez moi Docteur je vous en prie, je souffre trop.

 

Toinette

Ok … Mettez-vous à chanter ce que vous voulez. Pendant ce temps je vais vous faire une piqûre. Vous verrez ensuite vous  n’aurez plus mal.

Argan

Puisque vous le dites  et il se met à chanter :

 

« Je suis malade c´est ça je suis malade
Tu m´as privé de tous mes chants
Tu m´as vidé de tous mes mots
Et j´ai le cœur complètement malade
Cerné de barricades t´entends je suis malade »

 

Toinette enfonce avec détermination l’aiguille dans la fesse d’Argan

J’ai compris la cause de tous vos mots : ce n’est pas grave, C'est l'amour : une maladie d'amour : Une femme vous a fendu le cœur, il faut trouver d’urgence celle qui pourra colmater cette cicatrice et vous serez guéri.

 

Elle enlève la seringue, lui caresse le bras et l’embrasse sur le front.

 

Martine / Janvier 2015

 

P.S. Je m'excuse auprès de Molière pour cette parodie avec comme seule prétention celle d'essayer de faire rire

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #PIECES THEATRE, #Parodies

Repost0

Publié le 10 Mars 2014

Photo du film la mort aux trousses

Photo du film la mort aux trousses

- Salut Mister Ristretto, quelle classe mais que viens-tu faire ici au cœur de nulle

  part ?

 

- Devines ?

 

- Tu m’a apporté des fleurs que tu caches dans ton dos ?

 

- Non, pas des fleurs

 

- Peut- être m’as-tu amené des bonbons ?

 

- Des bonbons ! tu rêves !  déjà que tu pédales dans la guimauve !

 

- Quoi donc alors ?

 

- Un cadeau spécial pour un endormi qui a peur de ne pas trouver le sommeil

 

- Peut-être, des pilules miracle pour insomniaque

 

- Non, avec les pilules le sommeil est éphémère, je prèfère pour toi le sommeil

  éternel sans fleurs ni couronnes car elles coûtent bonbon et durent si peu

 

- Rien ne dure. Seuls les diamants sont éternels

 

- Le sommeil peut l'être aussi, j'en ai assez de voir ta tronche à la télé :  

  il sort un colt 45 de sa poche arrière et tire en s’exclamant assuré

  « Good night Mister Décaféinato »

 

Martine / Mars 2014

Pour le défi 118 des Croqueurs de mots,lancé par Lenaïg

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #PIECES THEATRE

Repost0

Publié le 28 Mai 2012

Avant de vous servir une bouillabaisse bien chaude, je voulais m'excuser auprès de Monsieur Marcel PAGNOL (s'il peut me lire là ou il est) d'avoir parodié la fameuse partie de cartes entre Panisse et César et de lui dire que cette modeste parodie prouve la grande admiration que j'ai pour lui  :

 

PANISSE ET CESAR CHEZ LE COIFFEUR RUE SAINT PIERRE A MARSEILLE

 

 

 

5672857446_6261406c08.jpg

 

Cesar et Panisse se retrouvent chez le coiffeur rue Saint-Pierre à Marseille après leur fameuse partie de carte

 

CESAR (s’adressant à Colin le coiffeur)

Colin arrête de rêver avec tes yeux bordés d’anchois, tu me fends le cœur, qu'est-ce que tu attends pour me couper au carré

 

COLIN (énervé et en criant)

Tiens toi à carreau César car sinon ce n’est pas au carré que je vais te couper…

 

PANISSE (qui attend sur le fauteuil d’à côté s’adressant à César)

Il n’est pas frit le merlan aujourd’hui, il est plutôt congelé. Il est muet comme une carpe.

 

CESAR (à Colin)

Hé bé  ! C’est vrai que tu ne barjaques pas aujourd’hui Colin on est pas escagassé par tes paroles comme d’habitude….

 

PANISSE s’adressant à César

Et en plus il t’a fait la raie de travers….

 

COLINrépondant à Panisse

Peuchère....C’est lui qui  a la tête de travers avec une tronche d'aï, alors forcément qu'elle est de travers la raie


CESAR

Fais pas le mariolle Colin : Je t’ai vu l’autre fois, fier comme un vieux loup de mer,  taquiner le goujon sur le vieux port avec la Roussette à tes côtés tu lui faisais des yeux de merlan frit à cette pouffiasse. Tu joues les maquereaux maintenant

 

PANISSE

 Ferme ta grande gueule César... sinon Colin va te scalper ta tête de truite

 

CESAR (s'adressant à Panisse)

Sale requin qui a volé la fanny de mon Marius.  Peuchère  ! même pas un requin une vieille morue, un piètre pêcheur aux poches pleines d'oursins qui n’a même pas été capable d’attraper la sardine qui bouche le vieux port

 

PANISSE

La pauvre fanny, je me suis décarcassé pour elle, elle se languissait  comme l’ombre d’elle-même quand ton minot est parti. Je l’ai requinquée la petiote, enfin façon de parler car elle est grande comme une perche.  Aujourd’hui, elle n’est plus maigre comme une sole, ni plate comme une limande mais elle est toujours aussi vive qu'une anguille.

 CESAR
 

Bonne mère....la fanny une anguille, on aura tout vu,  on ne la reconnait plus, tu l'as gavé comme un saumon d'élevage,  on dirait un mérou

 

COLIN

Mais quels thons tous les deux, arrêter de gueuler on n’est pas à la criée mais dans un lieu public, un salon (il insiste sur salon) de coiffure

 

PANISSE

Peuchère ! Un SA lon : je me fends la gueule Colin ton SA lon c'est une poissonnerie...

 

CESAR (Il sort en marmonnant)

  « et toi Panisse tu me fends le cœur ». Je ne suis pas rancunier allons manger sur le "quai des rimes" la bouillabaisse d'Eglantine. J'espère qu'avec toute sa kyrielle de poissons (27)  y compris Oscar son poisson rouge qu'elle a mis dedans parce qu'elle n'avait plus assez de rougets on n'aura pas de mal à digérer.

 

 

Eglantine / Mai 2012

 

Ce texte a été écrit pour le défi n°82 lancé par  Jill Bill de la Communauté

les croqueurs de mots 

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #PIECES THEATRE, #Parodies

Repost0