Au fond du sable, les pavés

Publié le 13 Janvier 2009


Image Hosted by ImageShack.us


En 68 sous les pavés

La plage j'ai longtemps cherchée

Hélas je ne l'ai pas trouvée

40 années ont passé

sur le sable je suis échoué

Pas le sable de la plage

Celui plus froid  du chômage

Je cherche à quitter le sable

Mais cela semble infaisable

Trop vieux, je n'ai  plus le profil

J'aborde la vie de face

Trop vieux, je suis indocile

Que voulez vous que j'y fasse

Je veux bien encore travailler

Mais à quoi bon espérer

Quand je serai vraiment enlisé

Au fond du sable  : les pavés


Photo et Poème d'Eglantine / Janvier 2009

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
voilà des paroles qui me font souvenir d'une période très difficile lorsque j'ai eu 50 ans , mais avec persévérence et chance , je ne me suis pas trop enlisée , pas trop seulement .<br /> bises vivi26
Répondre
S
Très beau poème, Eglantine, il met le doigt là où ça fait mal. 68 Hélas n'a pas permis au monde de changer ni aux idéaux de progresser.Tu as joué de cette formule choc avec habileté.
Répondre
E
C'est triste de ne plus avoir d'espoir.
Répondre
L
très poétique, réaliste, et bien illustré
Répondre
F
elle est difficile à trouver notre plage. moi aussi je connaîtrais bientôt le pavé du chomage encore une fois, normalement<br /> A bientôt
Répondre
M
Comme quoi, rien n'a vraiment changé ou s'est amélioré. La mer avec ses vagues de pavés. La photo est bien inspirante
Répondre
P
l'appareil photo je l'avais pris a morlaix dans un magasin abandonnè +++biz
Répondre
M
J'aime marcher pieds nus sur le sable et j'ai souvent eu envie de retirer mes chaussures sur les pavés. Je n'ai jamais osé.
Répondre
L
En 68 j'étais aussi parmi les pavés et espérais le sable chaud de l'été pour construire des rêves<br /> Aujourdh'ui , la vie a fait son chemin et 40 années + tard, je suis encore comme un pavé mais il m'écrase ...<br /> Bisous et bon séjour
Répondre
M
que se soit pour la photo ou le poême , c'est tres joli , bise églantine :0048:
Répondre
P
Un peu d'espoir pour ce soir !!!! ton livre part demain... au plus tard samedi, merci...
Répondre
T
que reste il de nos chers pavés ?
Répondre
J
Par les temps qui courent, bien des jeunes envient les gens d'un âge certain. Sous les pavés maintenant, il y a la crise lol.<br /> <br /> Bises Martine
Répondre
A
A force de licencier, de ne pas embaucher, de sélectionner à outrance, c'est ce qui va arriver. Les pavés vont ressurgir. Poème très au goût du jour.<br /> Bises Eglantine, passe un bon jeudi!
Répondre
:
c'est bien pour cela que je suis outrée par le travail jusqu'à 70 ans alors que les société te licencie vers 50/57 ans et pourtant ces chômeurs voulaient encore travailler. C'est faire l'autruche que cette proposition. Bisous et bonne soirée
Répondre
C
coucou 68 année de ma naissance<br /> Très belle photo
Répondre
N
Avec le recul Mai 68, a fait moins de bien qu'il n'y paraissait au début, ne serais-ce que par la nostalgie qui s'y rapporte. La vie était moins chère et l'on avait du travail. < C'était les trente glorieuses ! ><br /> Ne sois pas triste ma petite poète<br /> Nettoue
Répondre
P
Bien joli poème, plein de vérité. Il faut le lire plusieurs fois pour vraiment en saisir la moelle... enfin c'est ce qui m'est arrivé... bisous (pense à me faire passer ton adresse!!)
Répondre
:
En 68 j étais a Paris, pleine d espoir..............<br /> Hélas, le temps a passé !<br /> Bisous
Répondre
M
superbes mots pour des maux de société, bonne journée Eglantine
Répondre
:
hello....mine de rien c'est beau le sable....mais mine de rien...construisons sur le rocher ...à tous propos.....bonne journée
Répondre
C
Une photo porteuse d'espoir, dans ce monde si insécurisant!<br /> Bisous.
Répondre
L
encore un joli texte<br /> <br /> désolée pour le copier/coller et pour se retard dans mes visites, mais je me remet doucement d'une gastro <br /> a bientôt je vais reprendre mes articles et mes visites<br /> lylytop
Répondre
S
Se retrouver sans emploi.<br /> Ou encore trouver un nouvel emploi et recommencer à zéro, car ici...on ne reprend pas les années d'anciennetées.<br /> Vouloir travailler et se voir priver de son pain.<br /> Tant à dire malheureusement aujourd'hui.<br /> Et demain...peut-on espérer que le soleil brillera?
Répondre
L
Il reste quelques jolis slogans que ni l'âge ni la marée n'ont éffacé! J'ai nien aimé les "sortir" de leur boîte pour une ballade...Belle journée.<br /> http://leblogdelouis-paul.hautetfort.com/archive/2008/12/30/les-annees.html
Répondre
:
Un coucou rapide ... petits problèmes.<br /> Pardon pour le copier/coller.<br /> Bon mercredi! Bisoux.<br /> dom
Répondre
K
Bonjour de Kelly ,superbe texte , triste réalité mais bien écrit ,bonne journée.<br /> http://eglises.over-blog.fr/
Répondre
A
ton poème! une triste réalité pour beaucoup...<br /> mais espoir aussi:le soleil couchant ne demande qu'à renaitre....<br /> bisous.
Répondre
G
Un cri du cœur ton poème très émouvant qui reflète bien notre temps.
Répondre
J
Ton poème dit le désarroi, le désespoir de ceux qui doivent faire leur lit sur les pavés
Répondre
D
et nous subissons une époque, ou nous nous enlisons malheureusement<br /> gros bisous ** dgidgi
Répondre
P
Ce va être vraiment un problème, pour les hommes de plus de 50 ans !! Avec toutes les boites qui licencient à tout de bras !!!<br /> <br /> Bises x2
Répondre
P
j'avais 8 ans ....je voulais du sable pas des pavès
Répondre
C
la société nous renvoie cela et pourtant le travail jusqu'à 70 ans est préconisé.. pour le paiement des retraites, j'en suis certaine oiu pour ceux pour lesquels rien n'est comme les autres et tout est normal pour eux.. enfin... ne descend pas trop bas.. remonte... <br /> clem
Répondre
M
Un poème tout en finesse pour exprimer un vrai problème de société, bravo...
Répondre
P
En 68 je ne savais faire que ça, lancer des pavés!!!<br /> Cela m'a valu un engagement forcé dans l'armée!!!!<br /> Au 31 décembre 2008,j'ai 41 années de cotisations!!!<br /> En 68, je ne savais pas faire grand chose, mais j'ai toujours réussi à travailler, désormais, même avec des diplômes cela devient de plus en plus difficile, et à tout age.<br /> Bonne soirée églantine.
Répondre
L
Pétard, cela m'en rappelle des choses sur les barricades ! on voulait, on était de jeunes cons mais on y croyait et cela a bougé. Une de mes déceptions actuelles c'est que l'on revient au royalisme et que la jeunese ne bouge plus ou si peu ! Tiens je parle comme un vieux con.
Répondre
L
Pétard, cela m'en rappelle des choses sur les barricades ! on voulait, on était de jeunes cons mais on y croyait et cela a bougé. Une de mes déceptions actuelles c'est que l'on revient au royalisme et que la jeunese ne bouge plus ou si peu ! Tiens je parle comme un vieux con.
Répondre
A
Ne reste que l'espoir, la lumière du soleil couchant <br /> Plus de pavés mais une page et son sable mouvant !
Répondre
L
Bonsoir, Tristesse, résignation, incroyance dans ce monde dur, ne laissant pas beaucoup d'espoir... Alors, vers quoi se tourner ?<br /> Chercher l'Espérance, il doit bien s'en trouver dans quelqu'endroit. Amicalement. Loic
Répondre
L
Un poème qui me parle beaucoup car je suis au chômage mais pas encore trop vieux pour travailler (26 ans)...<br /> Bonne Soirée Eglantine<br /> Bises, Laurent
Répondre