"Sous le parapluie d'Adélaïde" de Romain Puertolas

Publié le 19 Octobre 2020

"Sous le parapluie d'Adélaïde" de Romain Puertolas

Rose Rivières est étranglée sur la place d’une ville lors d’un spectacle de Noël sous la pluie auquel assistent de nombreuses personnes dont la plupart ont déployé leur parapluie. Seul indice pour la police : une photo de presse où l’on peut distinguer deux mains noires enserrant le cou de Rose. Il y a peu de noirs dans cette bourgade. Michel, émigré africain, est le coupable idéal. Il est arrêté par la police. Il y a peu de femmes avocates aussi en ce premier tiers du 20e siècle. Martine est nommée d’office pour le défendre. Même si le doute l’habite concernant l’innocence de son client dont elle est tombée amoureuse, elle se battra pour la prouver. La fin est réellement surprenante.

Ayant lu le précédent roman de l’auteur « La police des arbres, des fleurs et des forêts » et ayant été bernée par lui, je m’étais promis qu’il ne m’y reprendrait pas et j’ai lu « sous le parapluie d’Adélaïde » avec une attention et une concentration accrue m'attardant sur chaque détail. J’avais presque deviné la fin, une fin inattendue, mais pas au point où l’a imaginée Romain Puertolas. Je me suis de nouveau fait berner et quand je pense à  ce que j’avais imaginé, je ne peux qu’ironiser sur les idées reçues qui m’ont aveuglée et empêchée de pressentir cette fin pourtant si évidente. Afin de ménager le suspens,  Je ne peux vous dévoiler ni l’épilogue, ni mes élucubrations sur la fin, heureusement car vous ririez de moi.

J’aime beaucoup l’écriture de l’auteur vive et enjouée, sa façon de faire monter le suspens. Ce livre ne possède pas la densité d’un thriller, mais on peut néanmoins le qualifier de roman policier même si c’est l’avocate qui mène l’enquête puisque les policiers sont persuadés avoir appréhendé le coupable.

C’est un roman plus profond qu’il apparaît. Il aborde dans ce livre des thèmes graves qui sont, hélas cent ans après, toujours d’actualité : le racisme, la violence faite aux femmes, la partialité de la justice.

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Bonsoir Martine. Ce roman devrait me plaire. Bisous
Répondre
L
Coucou Martine, bravo et merci pour ton compte-rendu. C'est déjà toi qui m'avais fait connaître le premier roman, je n'ai pas regretté et sûrement que je me plongerai dans celui-là aussi. Bisous !
Répondre
R
Il me plairait bien mais je viens de voir sur mon site achat qu'ile st encore un peu chérot pour un ebook. mais je retiens. Bisous
Répondre
M
Tu me donnes envie de le lire vraiment!
Répondre
Q
Je note... tu m'as donné envie de le lire. :)
Répondre
C
Merci pour cette bonne présentation, Martine et aussi pour ton ressenti ! Bonne journée ! Bisous♥
Répondre
C
Bonsoir,
Sans doute un polar à l'ancienne, je pense que là je pourrait retrouver ce chemin de lecture dans ce style.
Bonne soirée
Bises
Répondre
D
J'ai hésité à en prendre un la semaine dernière à la médiathèque. C'est un écrivain intéressant. Bises
Répondre
J
Bonjour Martine, merci pour ce joli billet qui résume bien ce que tu as aimé dans ce roman que je découvrirai , il y a tant de livres à lire mais celui-ci car , tu as écrit avec été berné par le précédent roman de Romain Puertolas et çà, c'est un argument de poids !!
Répondre
J
Je note de suite l'auteur et le titre , une présentation qui incite vraiment à la lecture de cet ouvrage
Bonne journée et bonne semaine Martine
Bises
Répondre
R
J'aime bien ce genre de lecture ... belle journée Martine gros bisous
Répondre
Z
Belle présentation de cet ouvrage qui me tente bien, merci Martine. Bises et bon début de semaine
Répondre
M
Bonjour Martine bon début de semaine, je pense que je vais me procurer ce livre, c'est plus difficile avec la covid, la bibliothèque n'est plus si attrayante, il faut commander les livres que l'on veut , elles les préparent et on les prend, plus question de cheminer entre les allées de livres pour choisir Bisous MTH
Répondre