Heureuse qui comme Pénélope n'attend plus son Ulysse

Publié le 18 Mars 2019

Avant que vous lisiez ma courte nouvelle, je tiens à préciser qu'elle n'est que pure fiction et aucunement autobiographique

Heureuse qui comme Pénélope n'attend plus son Ulysse

Pénélope, ma meilleure amie depuis l’enfance m’a conviée à prendre un verre dans un bar du Port. Elle a quelque chose d’important à me dire qu’elle ne veut pas exprimer par écrit ou au téléphone.

 

Quand j’arrive au café  elle m’attend sur la terrasse ensoleillée et me fait un grand sourire un peu exagéré je trouve. Pénélope est aussi pétillante de vie et exubérante que je suis pondérée et quelque peu timide. Nous sommes ainsi complémentaires et je l’aime comme elle est même si parfois elle m’agace un peu . 

Que lui est—t-il donc encore arrivé ? Je m’assois en face d’elle et nous commandons chacune un café. Une fois que le serveur nous les a apportés elle me dit subitement sans précaution : 

  • « Elisabeth j'ai un amant. Je suis tombée amoureuse d’une de mes relations comme jamais je ne l’ai été, tu te rends compte à quarante ans ».

Cette annonce faite subitement me déstabilise même si elle ne m’étonne pas complètement. Il n’y a pas que les hommes qui, entre 40 et 50 ans  englués dans une relation avec leur femme qui devient routinière, sont atteints par le démon de midi. Je suis bien placée pour le savoir car je suis moi-même tombée follement amoureuse et suis infidèle à mon époux Alain. Pénélope a beau être mon amie, je ne lui ai pas avoué mon adultère ayant peur de sa réaction. 

 

Spontanément je lui réponds :

  • C’est super Pénélope tu vas pouvoir ranger ta tapisserie et arrêter d’attendre ton Ulysse (son conjoint, toujours en déplacement professionnel, s’appelle réellement Marc) 
  • Oui c’est génial Elisabeth mais mon chéri aimerait que je passe la journée avec lui. Il veut me faire découvrir un lieu qu’il aime beaucoup et je ne sais pas où il va m'amener, c'est une surprise ! Que vais-je trouver comme prétexte pour Marc pour me libérer ? Je pensais que je pourrais lui dire que ne nous avions décidé toi et moi de passer ce samedi entre filles, aller au restaurant, au cinéma et faire du shopping.
  • Si je comprends bien tu veux que je te serve d’alibi ?

Je sais à quel point il est difficile quand on est marié de trouver des alibis plausibles alors J’accepte de lui rendre ce service.

  • Bien sûr Pénélope s’il m’appelle je lui dirai que nous passerons la journée ensemble. En plus cela tombe bien, Alain m’a dit ce matin qu’il travaillait samedi. Je vais lui dire que j’en profiterai pour passer la journée avec toi comme cela, s’il rencontre Marc ou qu'il l'appelle, il ne commettra pas d’impair
  • Merci Elisabeth, c’est trop gentil. Je ne sais comment te remercier.

Elle se lève me prend dans ses bras et m’étreint chaleureusement.

Ce qu’elle ne sait pas c’est qu’ainsi je suis libre samedi moi aussi pour voir mon amant : Marc son époux ! 

 

J’attends le lendemain pour appeler Marc et lui proposer de passer la journée de Samedi avec lui à l’Île d’Yeu. Il accepte avec joie en me disant en riant  qu’il n’aura pas d’alibi à trouver car Pénélope est censée passer la journée avec moi ! Je ne lui dit pas que je le savais. 

 

Le samedi arrive. Marc vient me chercher en voiture et nous nous dirigeons vers le port de Saint-Gilles-Croix-De-Vie pour prendre le bateau pour l’Île d’Yeu.

 

Une fois dans le bateau nous décidons de monter sur le pont avant pour nous étreindre comme Jack et Rose dans Titanic On ne sait jamais si le bateau coulait, il faut jouir de cet amour et profiter de l'instant comme si c'était le dernier ! 

 

Ce n'est pas cette pensée de naufrage qui soudain me fait frémir mais une vision horrible : non pas un iceberg mais Pénélope et mon mari Alain enlacés qui nous regardent nous embrasser avec sidération !

 

Le premier sentiment que je ressens est de la jalousie pour mon Amie : Alain ne m'a jamais emmenée à l'Île d'Yeu et j'aurais tant aimé y aller en amoureux avec lui ce qui maintenant ne pourra plus se faire : 

 

"La passion c'est avoir envie de s'enfuir avec quelqu'un

mais l'amour n'est-ce pas finir par  apprécier sa prison."

Michel Bussi dans son dernier roman "j'ai dû rêver trop fort" 

 

 

Martine Martin / Mars 2019 pour le Défi 217 des croqueurs de mots animé par Marie CHEVALIER / Thème : "Un(e) ami(e) de longue date vous demande de mentir à son (sa) conjoint(e) sur son emploi du temps du samedi dans la soirée en lui disant que vous étiez ensemble … 

 

Rédigé par Martine.

Publié dans #Nouvelles

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Anne 24/03/2019 17:02

Un véritable vaudeville !

Nalo 20/03/2019 22:19

Wow, ô combien si vrai et courant !!

écureuil bleu 20/03/2019 10:34

Bonjour Martine. Ta nouvelle est bien écrite, bravo ! Il faut avoir du culot pour demander à son amie de servir d'alibi alors que ;l'on s'apprête à la tromper avec son mari !

Mo 19/03/2019 20:18

Ah, ces adultères croisés. Tout se passe entre bons amis, finalement...

mansfield 19/03/2019 20:13

Tels sont pris qui croyaient prendre!

Gabray 31 19/03/2019 12:51

Bien de préciser que cela est pure imagination : mais j'ajoute que c'est une super "histoire" qui fait rêver !
Passe une bonne journée ... Cordiales amitiés & à +

.♥*¨*•.¸¸❤✿¸.¤*¨¨*¤.¸¸ 19/03/2019 12:37

bonne journée Martine...........................

manou 19/03/2019 08:13

Tu as bien fait de nous rassurer en nous disant que c'était de la fiction :) quelle situation compliquée...mais tellement réaliste. J'ai adoré ta façon de la raconter :) bisous

mamazerty 18/03/2019 20:22

qui trop embrasse mal étreint et qui joue avec le feu se brule...désolée mais tu m'as bien fait rire avec ton quatuor infernal...Pour ce qui est d ela citation, bien que j'aime bien l'auteur,je ne suis pas d'accord, dieu merci , aimer quelqu'un c'est tout sauf être en prison et s'en réjouir.Aimer au contraire c'est voler avec les ailes que l'autre vous aide à maintenir ouvertes...

ABC 18/03/2019 18:15

Je sentais que tu allais tous nous emmenser en bateau, bravo c'est fait et bien fait :-))))

pimprenelle 18/03/2019 17:00

Il avait quand même bien compris que sa femme avait un amant.
La situation sur le bateau est on ne peut plus drôle. Tu crois que le séisme va tout emporter avec lui ? C'est bien connu, le sac et le ressac ...
Excellent Martine.
Bon après-midi

Eglantine Lilas 18/03/2019 16:19

Je ris toute seule ...tu as bien fait de nous dire que c'est une fiction :-) eh oui tel est pris celui qui croyait prendre ...bravo !
bises

colettedc 18/03/2019 15:19

Tout à fait bien pensé, Martine ! On croirait que c'est du vrai ... dire que cela se produit dans la réalité, hélas, hein !
Bonne poursuite de ce lundi,
Bisous♥

fanfan 18/03/2019 15:08

Aïe! Une situation très délicate ; les alibis volent en éclat .Comment cela va-t-il finir ? Je ne sais pas si l'amitié va résister à ce séisme!
C'est bien trouvé comme trame .Bonne soirée

Evy 18/03/2019 15:04

Bien écrit bonne journée à toi bisous

Nell 18/03/2019 14:45

ZUT ALORS!!!! Et après?.... Oh! la puissante amitié va vite être liquéfiée comme peau de chagrin. Ben, c'est du propre!!!! Gros bisous, ma chère Martine, et bel après-midi

Renée 18/03/2019 14:14

La vérité sort toujours au grand jour.....tel est pris qui croyais prendre! Digne d'un roman. Bisoussss

jazzy57 18/03/2019 13:32

Un mensonge double face , une amitié qui risque de prendre du plomb dans l'aile tout comme les couples .
Bravo défi relevé haut la main
Bonne journée
Bisous

Marie Minoza 18/03/2019 11:30

Excellent, super bien conté!

Quichottine 18/03/2019 10:52

Oups...
Heureusement que c'est de la fiction... très bien menée en tout cas. :)
Bravo pour ce récit.
Bisous et douce journée.

Jeanne Fadosi 18/03/2019 10:51

Ah c'est excellent Martine ! bises

Durgalola 18/03/2019 09:38

Quel vaudeville ! Une belle adaptation au théâtre .. Et l'imaginaire se mêle souvent de réalités même si ce ne sont pas les siennes. Bises et merci.

Lenaïg 18/03/2019 09:19

Coucou Martine, édifiante nouvelle, bravo ! Double mensonge, moi jen'ai fait qu'un mensonge et demi. Bizzz !

LADY MARIANNE 18/03/2019 08:45

ouf de la fiction- bien de nous prévenir-
un très beau texte- bisous et bon lundi-

ZAZA 18/03/2019 08:00

Heureusement que tu nous avais prévenu que ce vaudeville n'était que pure fiction... MDR. Bises et bon début de semaine Martine

jill bill 18/03/2019 05:40

Ah c'est du propre ici... !! Les mauvaises surprises de la vie ;-) bises, jill