Galère sur la France

Publié le 3 Avril 2017

Galère sur la France

Que suis-je venue faire dans cette galère. Je rêve, depuis le voyage triomphant vers l’Amérique de L’Hermione,  de traverser l’océan atlantique à bord d’une goélette 3 mâts et avec l’équipage de rentrer dans le Port de New-York sous les ovations de la foule en liesse.  

Il y a quelques jours, Je me promenais sur les quais du port des Sables d’Olonne quand soudain j’aperçois une belle goélette 3 mâts à quai « La France». Je profite de la visite organisée pour monter à bord et saluer le capitaine BLANC.  Il a le visage poupon, les joues rosies par l’air marin et le soleil. Il porte fièrement la casquette et l’uniforme avec une cravate noire d’officier de marine légèrement de travers.  Je lui parle de mon rêve de traversée de l’atlantique. Il me sourit avec ce sourire qui n'appartient lui et qui peut le rendre faussement niais.  Il me dit que cela tombe bien car « La France » quittera demain le port pour une traversée de l’Atlantique vers le continent américain mais en augmentant le trajet de l’Hermione puisqu’elle descendra  par le sud jusqu’au Cap Horn qu’elle ne franchira pas  et remontera les côtes atlantique de l’Amérique du sud et du Nord jusqu’à Saint-Pierre et Miquelon. avant de revenir en France. Il serait très heureux de m’accueillir comme matelot à bord pour ce très long voyage.de plusieurs mois. Seule condition que j’accepte d’écrire le récit quotidien de sa traversée, sa dernière en tant que Capitaine puisqu’il allait prendre une retraite bien méritée. Il cherchait justement un journaliste ou écrivain pour raconter ce périple. Je ne pouvais qu’accepter cette proposition.

La recouvrance quittant les Sables d'Olonne

La recouvrance quittant les Sables d'Olonne

Le lendemain j’embarquais sur « La France ». Nous sortîmes du chenal du port sous l’ovation de la foule. C’était Grisant. Le capitaine BLANC passa la barre à son second le matelot rose qui le remplacerait certainement aux commandes de la goélette dès son départ en retraite.  Dès la sortie du port, il mit le cap à bâbord normal pour aller vers le Sud. « Tu vas trop à gauche », Va un peu à tribord l’Amérique c’est sur ta droite » lui dit goguenard le Capitaine BLANC

Soudain, le vent redoubla d’intensité, la mer s’agita fortement, Il se mit à pleuvoir des cordes mais cela n’inquiétait pas Capitaine BLANC qui offrit des croissants à tout l’équipage. Tout va pour le mieux dans le plus beau des bateaux se persuadait-il  candide !

Le changement de quart intervint, le matelot rose céda la barre au matelot  rouge. Ce dernier continua à descendre vers le sud , il dévia un peu, ils se devait d’aller plus à gauche encore que le matelot rose et le capitaine BLANC qui voulait aller trop à droite. Quelques équipiers parmi les plus courageux (car il fallait oser affronter matelot rouge et son sale caractère) lui dirent que s'il continuait ainsi il finirait par percuter la côte. Matelot rouge, surnommé quand il était au gouvernail "Capitaine Hadock", les harangua "Bon ça va, Bachivouzouk, je vous ai compris, je vous ai bien cerné, à mon époque on se suait sang et eau. On savait ce qu’était la valeur du travail" mais il faut écouter le peuple alors je cèderai  la barre l’espace d’un  quart car bientôt je la reprendrai et ne la quitterai plus. Il attendit un peu néanmoins et juste avant la collision avec la côte il passa la barre.

Matelot gris, le plus jeune, s'en empara avec prestance et redressa légèrement le cap à droite, puis vira  à gauche vers le sud tout en longeant la côte. C'était plus prudent avec la tempête annoncée. Parfois il louvoyait à gauche, parfois à droite en fonction des prévisions météo tout en  gardant le cap Sud. Certains matelots lui suggérèrent d’affaler les voiles et de reprendre la navigation au moteur. Il ne céda pas pour ne pas contrarier Matelot Vert  un écologiste pure souche et Matelot Rouge qui s’était découvert sur le tard une fibre écologique. Matelot gris était un homme de compromis (rien n’était tout noir, ni tout blanc pour lui), un modéré qui voulait être un modèle. Cela ne rassurait pas ses équipiers qui ne savaient pas quand il était à la barre où il allait les mener mais lui il savait où ils allaient tous ensemble et c’était le principal. De plus il s’était lié récemment d’amitié avec Matelot orange un enfant des montagnes originaire de Pau qui le conseillait mais qui manquait toujours de pot. Cela allait finir par leur porter malheur à tous c’était ce que pensaient les autres matelots.

Matelot gris, son quart terminé, avec son éclatant sourire qui le quittait jamais passa la barre à Matelot bleu azur qui n’était pas au meilleur de sa forme : Sourcils épais, cernes sous ses yeux noirs gonflés. Tel Ulysse qui fit un beau voyage, il avait laissé son épouse Pénélope à la maison et il déprimait. Elle venait de perdre son emploi ou plutôt ses petits jobs bien rémunérés d’une façon injuste disait-il. Il soupçonnait Capitaine Blanc et peut être même d’autres matelots d’être à l’origine de cette cabale. Il voulait qu’elle cesse sinon, dans cette période tempétueuse de son existence,  il pourrait craquer. Il ne se rendait pas compte qu’il  devenait paranoïaque et cela n’était pas pour rassurer les autres matelots qui craignaient qu’il puisse se suicider comme il l’avait laissé discrètement envisagé.  Si on l’écoutait sans lui la Goélette France risquait le naufrage. Bientôt il serait le capitaine de ce navire malgré le harcèlement dont il se croyait victime. Il était seul à le croire. Même son ami  qui avait beaucoup de classe avec ses Ray ban n’y croyait plus et espérait qu’il n’y arrive pas. Il chantait sans cesse aux autres matelots le soir dans le carré la complainte d’une  sirène enrouée "Quelque chose me dit que vous m'aimez encore !" Matelot bleu azur mit cap à tribord, à droite toute sans aucune hésitation, il fallait bien se démarquer après la navigation hésitante du matelot gris. Certains de ces équipiers protestèrent. Je m'insurgeais aussi de l’incohérence de cette route qui allait nous mener si l’on en croyait la météo vers une zone de forte dépression. Son ami vint à sa rescousse en me répliquant , « vous nous faites bien rire vous la journaliste». Sans se laisser perturber Matelot bleu Azur continuât dans cap à l’ouest sur une mer de plus en plus mouvementée jusqu’à la fin de son quart.

Il passa la barre ensuite à Matelot Bleu marine, une femme. On aurait pu penser qu’elle continuerait tout droit en conservant le cap ouest. C’était bien mal la connaître.  elle mit cap à tribord, tout  à droite plein nord. Elle était consciente qu'elle revenait en arrière mais elle se devait d’aller encore plus à droite que Matelot bleu azur. Elle profita d’un calme passager pour ordonner à un matelot de rajouter après le nom du bateau « le France » les deux mots « aux français »  La goélette s’appelait maintenant « La France aux Français ». Certains matelots protestèrent en arguant que c’était inutile maintenant d’aller en Amérique avec un nom de bateau aussi nationaliste et qu’il fallait mieux rester en France entre Français ! L’océan en colère grondait, le bateau valsait dangereusement. Les matelots effrayés se disputaient à bord, chacun attribuant aux autres la responsabilité de ce désastre. Qu'étaient-ils venus faire dans cette galère et surtout qu’étais je venu faire avec eux ?

Son quart terminé Matelot Bleu Marine refusa de rendre la barre. «J’y suis, j’y reste foi de marin breton et n'en déplaise à mon papa» hurla t’elle d’une voix tonitruante et glaçante. Les matelots ensemble se révoltèrent, se précipitèrent sur Matelot bleu Marine et la jetèrent à la mer au moment où un mur d'eau en furie fit chavirer le bateau qui sombra très rapidement avec tout son équipage. Je fus la seule survivante, Dieu était avec moi. Il a certainement voulu que je survive pour relater cette folle et sordite histoire et tenter d'y trouver une morale afin que cela n'arrive plus jamais :

Alors je pourrais citer Kant

« La possession du pouvoir corrompt inévitablement la raison »

Ou encore, en étant partisane du matelot gris et je pense que vous l'avez deviné, je citerai  James Dean

« Puisqu’on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles ».

Martine pour le défi 183 des croqueurs de mots. Modification complète de mon texte écrit en Juin 2015 pour le  défi 147 des croqueurs de mots sur le même thème pour l'adapter à la situation politique nouvelle du pays.

Rédigé par Martine.

Publié dans #FABLES ET CONTES

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ecureuilbleu 02/08/2020 10:15

Décidément : me revoici sur ta jolie nouvelle. Il faut avouer que matelot gris n'est pas aidé par ce virus. Bon dimanche

ecureuilbleu 07/02/2020 09:21

Bonjour Martine. J'ai relu avec plaisir ton texte plein d'humour. Le matelot gris n'est pas modéré et est en train de couler le bateau... Bonne journée

mansfield 09/04/2017 21:49

Un bien joli conte, toute ressemblance avec des personnes existantes étant fortuite!

Amatxi 07/04/2017 14:33

Bonjour Martine,
Je viens de lire ton article à mon mari, qui a dit : "c'est tout à fait ça, c'est super bien"
Du coup, je partage sur FB.
Bisous et bonne journée

Eglantine 07/04/2017 10:43

tu as une bonne connaissance de la navigation ...en mer !
bises

écureuil bleu 04/04/2017 19:33

Bonsoir Martine. Tu as traité ce sujet avec humour et en intégrant les différents candidats aux élections présidentielles. Bravo et nonne soirée.Bisous

luciole 83 04/04/2017 15:36

Je savais bien depuis le début de ce périple marin qu'il fallait lorgner du côté des canots de secours .... encore faut-il qu'il y en ait ?!
Et oui, nous voilà tous embarqués dans une sacrée galère, comme tu le décris si magnifiquement dans ta chronique... Un grand bravo pour ce défi brillamment relevé !
glou-glou... heu bisous (ne sais pas bien nager ! snif !)

Josette 04/04/2017 09:43

ha ha ha ...toutes ressemblances...

Chloé 03/04/2017 21:15

Jamais bon quand ça tangue un coup à droite, un coup à gauche, le bateau fini forcement par prendre l'eau et quand la Marine prend la barre , on ne peut que sombrer et couler à pic ! lol! Prévoyons les chaloupes! Récit très coloré Martine et beau parallèle entre le thème d'aujourd'hui et l'actu politique! Bravo! Chloé.

Durgalola 03/04/2017 20:34

Bravo.... d'abord je me suis sentie submergée en voyant le dessin tres chargé de personnages, ensuite je suis admirative de tes inventions assez réalistes... c'est jouissif à lire... je ne suis pas fan du matelot gris, il me fait penser à Napoléon (intelligence et personnalité brillante) mais pas contre. Bonne soirée et bises ensoleillées.

covix 03/04/2017 20:06

Il n'y a pas meilleurs explication du monde dans lequel nous vivons actuellement, un bon chroniqueur, je veux dire une bonne chroniqueuse de l'évènement, espérons que ce ne soit pas doublé de madame soleil.
Bonne soirée
Bises

LADY MARIANNE 03/04/2017 20:02

un beau et long périple ! comme les 5 années passées !!
les matelots sont tous des beaux parleurs- mais ils ne tiennent aucune promesse !!
on est mal !! comme la pub Lidl !!
bisous du soir-

Amatxi 03/04/2017 18:11

J'ai adoré. Merci Martine. J'étais parie en croisière avec toi.
Bravo encore une fois.
Bisous et à bientôt

scoobydu41 03/04/2017 16:47

Quelle aventure! Seuls les braves échappent au naufrage

Henri de Margaux 03/04/2017 14:58

Bonjour Martine, un immense BRAVO ! Ton texte relate tout à fait la triste situation de notre cher pays en cette campagne électorale qui si l'on n'y prends pas garde risque de nous amener des surprises vraiment très désagréables. Bises bien amicales. Henri.

Nell 03/04/2017 13:17

Je ne trouve qu'un seul mot à te dire:" Bravo!!!!" Maintenant qui sera le capitaine qui pourra ramener cette goélette France à bon port? Gros bisous, ma chère Martine et douce journée

kprice 03/04/2017 12:17

La traversée ne pourra qu'être tumultueuse, quelle que soit la couleur ! Peut-être eut-il fallu trouver Matelot Rose ... illustre inconnu qui ne ferait pas de tintamarre en usant de batterie ... mais existe-t-il ?
Bravo en tout cas pour cet exercice de haute voltige ... quelle dextérité !!!
Bisous et bonne journée.

.♥*¨*•.¸¸❤✿¸.¤*¨¨*¤.¸¸ 03/04/2017 12:04

trop bien tout ce texte....20/20

Lenaïg 03/04/2017 10:14

Oh, je ne saurais mieux dire que Jeanne Fadosi ! Excellent, Martine, belle reprise dans l'air du temps que tu as superbement saisi dans ce récit de mer passionnant. Gros bisous.

Jeanne Fadosi 03/04/2017 09:52

Bravo Martine ! tu as un vrai talent de pamphlétaire et ton texte de juin 2015 a reçu un lifting d'enfer. Ok je ne te suis pas dans le choix de capitaine, le cabotage c'est peut-être efficace par vent modéré et le long des côtes mais la haute mer déchaînée aurait besoin d'autres solutions que celles du titanic.
bises et belle journée

Quichottine 03/04/2017 09:48

Si tu es la seule survivante, tu vas devoir trouver un remplaçant au matelot gris qui avait ta préférence. :)
Non, je plaisante.
Je comprends maintenant pourquoi toute cette campagne me révulse, j'ai toujours eu le mal de mer.
J'aime beaucoup tes citations, surtout la dernière.
Bisous et douce journée.

jazzy57 03/04/2017 09:41

Excellent Martine , voilà une chronique journalistique qui devrait figurer dans nos journaux , j'aime beaucoup la façon dont tu nous parles de politique .
Bonne journée
Bisous

ABC 03/04/2017 09:22

Quand le bateau est à la dérive tous les moyens sont bons pour le faire couler... Hardi matelots retroussez-vous les manches et ramez ferme !

Ionard 03/04/2017 09:18

Belle démonstration de ce qu'on vit en ce moment! Très très réussi ce texte! Bon je n'ai pas choisi le même marin .....
Bises
Dany

Chrisian 03/04/2017 08:59

Excellente métaphore, fallait pas laisser la barre à Matelot bleu marine ...Mais voilà dans un esprit démocratique il était difficile de l'empêcher de la prendre. Bonne journée Martine

Azalaïs 03/04/2017 08:41

Bravo Martine, je regardais hier un reportage sur Robert Ménard, le maire de Bézier qui m'a fait vraiment peur et tous ceux ceux qui crient à l'abstention sont de véritables malades !
bises

fanfan 03/04/2017 08:21

Une façon originale de parler politique et comme en ce moment c'est très agité , le bateau est une belle image ! Bises

ZAZA 03/04/2017 08:18

C'est excellent Martine et toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite ! Merci pour cette belle participation ! Bises et bon début de semaine.

danièle 03/04/2017 08:10

C'est vraiment très bien tourné!! si matelot bleu marine pouvait rester à la flotte ! Je croise mes doigts.
bonne journée, bises
danièle

lyly 03/04/2017 07:44

superbe texte qui reste politiquement correct, mais qui choisir entre tout ces matelots je vois que tu as fais ton choix moi je suis encore sur le pont à tous les examiner, bien sur j'en ai éliminé quelques uns car je n'aurai pas les moyens d'offrir un costume a un matelot, l'avenir nous dira une fois que celui qu'on aura choisi peu importe notre choix, est qu'il sera redresser la France, là j'avoue je ne suis point tranquille et frôlant les récifs
bises amicales
lyly

jill bill 03/04/2017 06:37

Eh eh toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant.... ;-) bises de jill

colettedc 03/04/2017 04:44

Bravo Martine, c'est vraiment super ! Et dans tes citations, j'ai un faible pour la dernière ! Bon lundi ! Bisous♥