Les hommes de ma vie (4) / Le vrai boss

Publié le 22 Juin 2009

Je profite quelques temps de mon second congé de maternité ......  Je n'ai rien d'intéressant à raconter à Jeff le soir..... Mes journées sont  très chargées : changes et tétées , moments de tendresse, repas,  risettes, histoires, jeux, promenades avec le landeau .... courses, ménages. Je suis fatiguée et je m'ennuie et déprime.



Il faut que je retrouve rapidement une activité. Je n'ai pas envie de retourner au laboratoire, il y avait peu d'activités et j'ai besoin de m'investir dans le travail d'une manière active. J'envoie une série de lettres de candidatures spontanées à toutes les entreprises de ma ville.

Je suis convoquée par le responsable du recrutement d'une grosse société d'ingénierie travaux publics.
Je passe avec succès la sélection . il me me présente au Directeur des chantiers qui recherche une assistante dans son service. Il me prévient. "Vous savez  il est très exigeant mais juste et je crois que vous pouvez bien vous entendre avec" me dit-il ?

Cela fait déjà une heure que j'attends dans la salle d'attente et ce Monsieur ne s'est toujours pas montré et je sais qu'il est dans son bureau. Son assistante, une cinquantaine d'années avec un grand chignon, une vieille fille sans doute,  vient de temps en temps l'excuser ce qui ne m'empêche pas de m'énerver. J'ai horreur d'attendre je suis dans un état d'excitation "proche de l'Ohaïo". 

Au bout d'une heure un quart d'attente, Monsieur daigne se montrer. Il apparait dans l'encadrement de la porte de la salle d'attente, très grand, mince avec des yeux d'un bleu gris assorti à son costume. Quel charisme. Je reste ébahie et sans mot. Il me serre la main énergiquement en me souriant. 

Je m'assois timidement dans son bureau. Il s'excuse (tout de même) pour le retard et me dit qu'il ne va pas me retenir longtemps. Je fais confiance à Olivier me dit il s'il vous a sélectionnée, vous me convenez. J'aurai néanmoins une seule question, attention éliminatoire, à vous poser "Vous avez deux jeunes enfants, sont-ils en bonne santé ?"

Je réponds que pour le moment oui et que ma mère me les garde à domicile. Son visage s'illumine et il me dit "alors ce sera tout pour moi, vous commencez lundi". Il me sert chaleureusement la main et nous nous quittons.

Je pense que j'aurais du dire que mes enfants étaient malades car travailler avec un individu qui vous fait attendre plus d'une heure pour vous garder 3 minutes juste pour savoir si vous ne serez pas trop absente cela s'annonce difficile. Pourtant je suis très heureuse, une sorte d'intuition positive. Ce type m'a plu. Je sens qu'un courant de sympathie et de confiance est passé entre nous. Peut être est ce aussi parce qu'il m'en impose et c'est ce que j'attends, je crois, d'un patron et peut être des hommes aussi.

Monsieur F. gère les ressources humaines , le matériel et les moyens des chantiers. Mon travail consiste à passer de longs moment de la journée dans son bureau et prendre en sténo sous sa dictée puis de retranscrire tout cela et de le saisir sur une machine IBM à boule.  Il faut ensuite classer les pelures des courriers. Cela m'amuse un peu au début. car Monsieur F. a beaucoup d'humour et son contact est agréable. Mon travail semble tout à fait lui convenir mais vite l'ennui me gagne.

Pour échanger avec Monsieur F. , je dois à chaque fois passer par son assistante,  Melle R...   un vrai cerbère qui défend le bureau de son patron en faisant une vraie forteresse.

Les deux autres assistantes du service ne sont pas très sympathiques et semblent me snober. Je ne suis pas extravertie et cette froideur affichée me freine dans mes élans pour échanger avec elles.

Monsieur F. est très exigeant. Un jour il me redonne mon parapheur plein de courriers et comptes-rendus tapés en écrivant sur une note "il y aune faute dans ce parapheur, trouvez la......". Je passe une heure à chercher et enfin je trouve.... Je n'apprécie pas et pour montrer mon mécontentement "je lui rends le parpapheur" en écrivant sur une note "bon sang mais c'est bien sûr.... j'ai trouvé et corrigé". Dans la même journée, il me croise dans le couloir et me dit en riant de bon coeur : "je ne savais pas que vous étiez bourelienne".

Un jour j'arrive en retard je ne sais plus pour quelle raison (je ne suis presque jamais en retard), il m'appelle dans son bureau et me dit : "l'immeuble est trop grand, vous n'avez pas trouvé le bureau ce matin", je lui répond imperturbable que c'est l'immeuble que je n'ai pas trouvé.... Il sourit car il faut savoir que l'immeuble est juste en face de ma maison et il le sait. Je prends conscience à ce moment là que ces joutes sont comme un jeu dont nous ne pouvons nous passer tous les deux.

Je tiens un an et même si j'aime les contacts avec Monsieur F..., ce travail sans réellement de dossier à gérer en toute autonomie m'ennuie vraiment et ayant trouvé un autre emploi ailleurs, je décide de démissionner. Je lui remets ma lettre à la suite d'une séance de dictées de courriers. Il semble surpris mais ne dit mot. Je lui dis que j'ai trouvé un autre poste plus intéressant et mieux payé et que j'aimerais pouvoir être dispensée d'une semaine de mon préavis.

Il me dit qu'il me donnera sa réponse ultérieurement. Un vendredi soir, il m'appelle dans son bureau, je pense que c'est pour me donner sa réponse

Il me regarde et me dit, Je voulais vous promouvoir et votre démission me gêne vraiment. je voudrais que vous restiez et que vous retiriez votre démission. 

Je lui réponds qu'il n'a pas vraiment compris, je lui répète que ce travail m'ennuie, que j'ai trouvé mieux et que je vais partir et que j'aimerais savoir quand je pourrai le faire.

"Vous ne m'avez pas bien écouté me répond-t-il, je vous change de poste, Melle R.... Vient d'être mutée dans un autre service et je vous demande de la remplacer. Si vous acceptez bien entendu, je revois aussi votre salaire à la hausse".

Je suis médusée.... Je m'attendais à tout sauf à cela. Melle R... est à ce poste depuis de nombreuses années, c'est un pivot du service, incontournable et elle me semble d'une efficacité remarquable.

Je lui fais part de mon étonnement, le remercie pour sa confiance et lui demande de pouvoir réfléchir pendant le week-end car ce poste bien sûr m'intéresse mais cela m'ennuie de revenir sur ma démission.
"il n'y a que les cons qui ne changent pas d'avis" conclue-t-il, j'attends votre réponse lundi matin". Il ajoute que lui même il y a quelques temps est revenu sur sa démission.

Imaginez, mon week-end, je réfléchis, j'en parle avec Jeff..... D'un côté c'est une belle promotion qu'on ne peut refuser sans réfléchir, d'un autre côté que vont penser de moi Melle R.... et les autres collègues du Service. Je n'ai rien fait pour.  Je ne comprends pas pourquoi il éjecte son assistante pour me mettre à sa place. De plus ce nouveau poste va me demander un investissement important à la jeune maman que je suis et je ne veux pas que mes petits bouts en pâtissent. Néanmoins, avec l'accord de Jeff,  je décide d'accepter.

Le lundi il m'appelle dans son bureau et je lui dis qu'après avoir beaucoup réfléchi, j'accepte et que j'espère pouvoir faire aussi bien que Melle R..... pour être digne de la confiance qu'il me témoigne ainsi.

Sur ce il me répond dans un éclat de rire "ah non surtout pas n'essayez pas de faire comme Mademoiselle R..... sinon on est bien mal partis, faites comme vous le sentez ce sera parfait"....


A suivre.....

Rédigé par eglantine

Publié dans #Vécu

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Merci Zaza de t'être confiée ainsi. Je connais bien la société promodes et je crois bien que nous y sommes intervenus dans le cadre de l'accompagnement des salariés dans le cadre du plan social enfin mes collègues mais pas moi. J'ai terminée adjointe sociale dans la société du vrai boss où j'ai passé 10 ans et j'ai évolué ensuite vers un poste de responsable RH puis de consultante RH en mobilité professionnelle. C'était plus valorisant d'aider les salariés à se reclasser plutôt que le des virer en tant que Responsable RH. C'est grâce à ce vrai boss. Je lui dois beaucoup
Répondre
Z
Coucou Martine,
Effectivement, une similitude dans la situation et des patrons comme cela, il n'en existe plus. Au sein de cette société, j'ai aussi eu l'opportunité de gravir des échelons et de travailler pratiquement pour tous les services en finissant dans de la gestion de gros contrats avec les américains, à l'époque, qui nous confiait des chantiers sur la frontière d'Allemagne de l'ouest pour y implanter des pylônes et des antennes ... guerre froide obligeait dans les années 1970-1980. J'ai quitté cette société au grand dame de ma direction ! J'avais fais embaucher la petite sœur de mon 1er mari, et mes footings dans la forêts domaniale de Saint Nom la Bretèche avec les copains de boulot du bureau d'études faisaient jaser... ! Si j'avais su ! J'aurais du en profiter car nom d'un chien, je porte encore les stigmates de 15 années de "cocufiage". Et en 1978, alors que nous habitions Saint Germain en Laye, (mon aînée Hulwenn avait 3 ans), je débutais ma carrière dans la centrale d'achats on alimentaire de Promodès pour les enseignes CONTINENT, basée à Chambourcy. Le temps de pondre une deuxième petite fille (Anna), et toujours dans la même lignée, varier le travail, gravir les échelons en internes, s'adapter aux remaniements et vocations de cette centrale, ne jamais s'ennuyer...! Cette longue portion de ma carrière s'interrompit en juin 2001. Le groupe PROMODES avait célébré ses noces avec le groupe CARREFOUR, la centrale non alimentaire disparaissant pour être concentrer sur EVRY dans le 91. Et comme mon statut d'acheteur ne correspondait plus au critères de la nouvelle direction, (ils souhaitaient des jeunes et des killers...) Je pris volontairement la porte sur un licenciement économique. Un passage par la case chômage, et comme je ne suis pas du genre à me lamenter et à attendre que cela me tombe tout cuit dans le bec, après une année d'accompagnement par une société de coaching payée par CARREFOUR, je repris du service en société d'intérim en abandonnant mon statut de cadre. Ce qui déboucha sur 2 CDD et ensuite, en CDI, sur un poste de Directeur financier et comptable Europe, dans une petite société implantée aux Ulis. Mais mon cher et tendre Poux-Ronchon fut muté sur La Janais à côté de Rennes en avril 2004, ce qui nous obligea à vendre la maison de Tacoignières (78) et de racheter un petit pied à terre aux Ulis et en parallèle de faire construire la maison où je me trouve en ce moment. Nous avions décidé de vivre la semaine séparés, notre petite dernière, Ellen, suivant son papa. La Zaza de prendre le TGV le vendredi soir en gare de Massy Palaiseau, accompagnée de son chat, d'effectuer les tâches ménagères en Ille & Vilaine, vendredi soir, samedi et dimanche matin, pour repartir le dimanche après midi, toujours accompagnée de Monsieur Figaro. Une période éprouvante, et l’infarctus vécu en juillet 2003 avait laissé des traces. Je dus m'arrêter en janvier 2005 pour ne jamais reprendre d'activité professionnelle. Et le plus drôle dans mes dernières fonctions, c'est que je du organiser mon propre licenciement, pour que le groupe canadien dont nous dépendions ne soit pas ennuyé par l'inspection du travail. J'en ai passé des heures avec ce brave George qui me téléphonait souvent tard le soir, eu égard le décalage horaire, pour lui expliquer que la législation française était très compliquée et moins libérale qu'au Canada.
Voilà Martine tu en sais un peu plus sur mon parcours professionnel qui s'est interrompu par une invalidité à 80% en octobre 2006..
De gros bisous, prends bien soin de toi et bonne journée
Répondre
M
Coucou, j'ai pris plaisir à relire ce billet, bisous, Monique
Répondre
L
J'aurai du commencer par celui là. Je note qu'il y a un ordre mais heureusement !
Que les cons qui ne changent pas d'avis ! je trouve cela gonflé mais je vois bien le genre de personnage. Attachant d'office, je dirais.
Bon, et ben je continue. J'attends les suivants.
Merci jolie fleur.
Répondre
C
Hé hé ....tu écris bien bien .
tu captives....il a fallu que j'aille jusqu'au bout ! et bien sur avec le sourire .
je t'embrasse .

amicalemnt.

Cathy
Répondre
A
Je vois que tu aimes quand tu as un travail dans lequel tu as des responsabilités! Sinon l'ennui s'installe vite!
Et les hommes à fort caractère te plaisent! Tu es un sacré "bout de femme" quand même!
Bises Eglantine, je lirai ton article suivant une autre fois.
Répondre
E


Non j'aime les hommes plutôt sensibles, féminins et drôles mais j'ai besoins d'un patron qui m'en impose que ce soit un homme ou une femme et Monsieur F était en plus très affectif. J'aime par
contre les femmes à fort caractère.....



J
intéressant et vivant, j'attends la suite
Répondre
Q
J'adore !

J'aurais aimé, je crois, travailler avec toi.
Être soi, c'est le plus important, et faire comme tu le sens... Dis tu es restée longtemps ?

Tu parles du "vrai" boss...
Répondre
E

Tu le sauras dans le prochain épisode chère quichottine ..... Je ne regrette pas d'avoir commencé timidement à raconter ma vie... Je viens d'avoir aujourd'hui un cadeau fabuleux par quelqu'un qui a
lu ce que j'ai écrit . C'est un des plus beaux cadeaux de ma vie... J'en parlerai bientôt..... Ecrire permet aussi de confier ce qu'on ne confie pas à ceux qu'on aime et surtout de leur faire le
passage qu'on les aime sans oser leur dire....C'est génial


V
Bébé est très beau.
Répondre
F
J'adore te lire ! J'étais en haleine depuis le début, j'ai hâte de la suite...
J'ai beaucoup aimé ce jeu des mots entre vous, un homme que je trouve par ton récit à la fois passionnant et exécrable...
Et l'IBM à boule...ah ah !!
bises
françoise
Répondre
E
Un petit moment de lecture et hop je te souhaite une belle soirée d'été...enfin presque l'été...
Répondre
V
J'aime beaucoup lire ce que tu racontes!
Drôle de monsieur!
Bonne soirée
Bisous
Viviane
Répondre
F
j'adore lire ces passages... aujourd'hui particulièrement ça fait du bien ! merci de cette prose...
bonne journée
Répondre
D
Bonjour et bonne journée , bises amicalementMimi.
Répondre
N
Celui là, j'espère que tu l'a gardé longtemps; Le sens de l'humour, cela vaut de l'or !
Bises à toi
Nettoue
Répondre
L
une chose que je voudrais savoir est-ce que tu as regretté une seule fois le choix de rester, parce que super comme promo
a bientôt
lylytop
Répondre
E

Il y a encore deux épisodes pour ce boss puisque je suis restée 10 ans à ses côtés..... Tu le sauras bientôt un peu de patience chère lyly. Bises


S
En effet, il a l'air très bien ce "patron" ! !
Belle journée et
1001 bisous du pays de Râ
@nne-mar♪e
Répondre
J
Félicitations pour le bébé...
Et avec le boss... il ne faut le mettre au pas ...
Jean
Répondre
F
très sympa de te lire, bonne réussite et magnifique beau bébé

bisous$
françoise
Répondre
L
Il est très agréable de lire ce parcours professionnel très bien écrit (décrit). Surtout lorsque l'on ne peut en faire de même sur son propre Blog.Enfin, je ne m'y autorise pas du moins pour le moment. Belle journée.
Répondre
:
Une machine IBM à boule ! que de souvenirs ...
Bon, j'attends la suite avec impatience car je l'aime bien, ton nouveau patron !!!
Bon mardi ! Bisoux.

dom
Répondre
A
émouvante cette photo avec ton bébé!
tu avais un joli sourire!
et bien dis donc,quel homme ton boss!
je suis sure que tu as été à la hauteur de la promotion!
j'aime bien cette façon dont tu écris...on ne peut que suivre jusqu'au mot de la fin...mais là,c'est à suivre....
quelques échos du concert,sur mon blog....bisous!
Répondre
C
Il a de l'estime pour toi, car tu es quelqu'un de franc et de naturel.. c'est super..
Tant pis pour les autres.. non mais.. c'est le patron qui commande.. lol
bisous
clem
Répondre
M
Tu es super mignonne en Maman allaitant son bébé. Mais les couches et tout le reste, enfin çà passe.
Et la vie fait bien les choses quand tu obtiens ce poste. J'attend la suite. C'est très plaisant à lire. Bises
Répondre
M
ca me rappele quand je faisais mon armée , j'etais chauffeur de general et j'en ai passé des heures dans ma voiture pendant que monsieur etait tranquillement dans sa famille ..bise eglantine
Répondre
3
dur d'etre une femme dans le monde du travail

@+++
Répondre
E

et un homme aussi


S
garde le moral!
Répondre
D
étonnant cet homme
et toi adorable jeune femme avec ce bébé ( c'est bien toi), bisous ** dgigi
Répondre
D
Vas vite voir dans mon blog, il y a une surprise pour toi.
Répondre
D
Bonjour et bonne journée ; passionnant , j'ai hâte de lire la suite.Bises amicalement Mimi.
Répondre
A
Je tire de ton expérience une leçon : il faut ajouter du pigment à la tâche, sinon on devient rapidement un demoiselle R. L'humour au bureau...tout le monde en a besoin.
Répondre
P
Petit moment de détente à te lire, merci Martine pour ce bon moment.

Bonne semaine.

Amitiés.
Répondre
M
Patron étonnant, espérons que la nouvelle fonction va la satifaire, vite la suite, bisous, Monique
Répondre
C
coucou, il ne faut pas toujours se fier aux apparences

sympa le boss

bisous
Répondre
S
Les patrons intelligents ne courent pas les rues, bel exemple pour celui-ci, plein d'humour aussi. Mais n'avait-il pas aussi décelé les capacités de la "démissionnaire" ?...
Bises et bonne semaine
Répondre
P
J'avais un patron de ce genre aussi, il a été le dernier car j'ai fait 19 ans chez lui, jusque ma retraite.Nous nous sommes mis d'accord le premier jour où nous nous sommes vu sur le chantier où il m'avait envoyé à l'embauche, par téléphone. C'était à Lorient. Je ne lui ai pas caché que j'étais non seulement syndiqué, mais aussi militant politique au PSU. Je suis rentré comme compagnon et un an après, j'étais maître ouvrier.Il a tenu ses engagements et moi les miens.

Bonne journée.
Répondre
C
C'est bien des patrons comme cela. Sous ses airs de "méchants" il a bon coeur...
Bonne Journée Ensoleillée Eglantine
Bises, Laurent
Répondre
P
son charisme ayant eu raison de ton impatience hiii on attend la suite avec nous aussi la même impatience que s'est il passé au départ de Melle R... ? j'espère que ta soirée fête de la musique a été agréable et que tu as pu dormir... ici oui on a la chance d'avoir eu pas mal d'animations mais toutes suffisamment éloignées pour une nuit de rêve ! bisessssssssss et merci pour mon petit gif de la musique ! Maria
Répondre
.
hello...trop bien...la suite svp
Répondre
D
Nan en fait j'ai lu trop vite ce texte il est excellent et surprenant ce boss
Répondre
D
Il est pour le moins "impressionnant" ton boss! Il doit être charismatique et épuisant....En ce qui concerne Merci pour Mélanie....Par contre tu te trompes, je suis déjà le papa comblé de deux stars Laurène qui aura 8 ans en Juillet, et Téhane qui aura 6 ans à la rentrée des classes....Et donc Lyloue, 3è petite nana qui arrivera sous 3 semaines. Mais on ne se connaît pas encore assez, c'est normal. Merci Eglantine pour tes comms chez moi. Ton bébé est tout mimi...à trés vite
Répondre