Les hommes de ma vie / Il n'y en aura plus

Publié le 13 Septembre 2009

Me voici de nouveau en recherche d’emploi. Après toutes les compétences que j’ai acquises, je ne veux plus être assistante.

 

En 1993, en pleine crise économique, si je retrouve un poste en entreprise dans un département ressource humaines, ceci implique certainement d’avoir à mettre en œuvre des licenciements économiques et je ne souhaite plus faire cela.

 


Il me faut donc changer de métier ce qui implique une formation longue. Je n’ai aucune motivation pour me former…. J’ai toujours appris de manière empirique.

Alors que faire sans diplôme sans qualification en pleine crise……


C’est l’abattement, je n’ai plus envie de rien, de plus je suis découragée par l’entreprise dans laquelle j’ai mis tant d’espoirs.


Néanmoins, J'ai conscience que pour poursuivre ma route et poursuivre mon ascension professionnelle et il va falloir bien prendre le prochain virage afin d'éviter une sortie de route.


 

Et puis une nuit, j’ai une illumination. C’est souvent la nuit que les idées fusent chez moi, insomnie quand tu me tiens…. Et si je profitais justement de cette crise tout en aidant ceux qui en sont victimes……. J’ai une expérience en reclassement de personnels ouvriers d’une centrale nucléaire en construction plus une expérience en recrutement et si j’alliais ces deux expériences pour me reconvertir dans le reclassement de salariés. Cette fonction de consultante en mobilité professionnelle se situe bien à la croisée des chemins de mes compétences, capacités et motivations.


Rentrer à l’ANPE pourquoi pas mais ce n’est pas gagné,  il faut passer un concours, je n’ai pas le niveau d’études et je ne me vois pas fonctionnaire. Peut être existe-t-il dans le privé des sociétés de conseils pour les demandeurs d’emploi ou peut être pourrais je proposer directement mes services à des entreprises qui mettent en œuvre des plans sociaux en consultant indépendant ou en contrat à durée indéterminée.

 

Dès le lendemain, je me renseigne. Il existe déjà plusieurs cabinets sur le marché : des très grands et des plus petits. C’est une cible à exploiter prioritairement. J’écris une lettre de candidature spontanée pour expliquer mes atouts en termes d’expérience et ma forte motivation pour ce métier, je ne joins pas mon CV.  Mon objectif est d’obtenir un entretien et je ne l’obtiendrai pas si je montre que je n’ai aucun diplôme, aucune formation. Je suis très satisfaite de ma lettre.


Les résultats ne se font pas attendre. J’ai plusieurs réponses. Je rencontre le dirigeant d’un petit cabinet qui accepte de m’embaucher pour mener une antenne emploi sur Quimper pendant 6 mois. Je travaillerai toute la semaine sur Quimper dans cette Bretagne, dans cette ville ou j’ai des racines (ma grand-mère qui m’a élevée y est née, y a vécu). Mes frais de logements seront pris en charge.  J’annonce la nouvelle le soir à Jeff qui me demande de renoncer à cet emploi, il ne supporte pas l’idée de devoir être seul toute la semaine avec les enfants.  Si j’accepte cette proposition malgré tout je mets mon couple en péril une nouvelle fois, je ne le veux pas et j’y renonce avec regret et en voulant beaucoup à Jeff de m’avoir privé de cette perspective enthousiasmante.

 

J’ai d’autres rendez-vous dans des cabinets dont un dans le plus grand cabinet français de ressources humaines de l’époque le Groupe C... qui a un poste à pourvoir sur le bureau de Cergy qui va ouvrir pour prendre en charge la responsabilité du reclassement du personnel Ouvriers, employés et techniciens. Je n’ose pas y croire. Je ne dois pas manquer cette opportunité. J’enchaîne les entretiens avec différents consultants, je passe toute une batterie de tests psychologiques, de motivation. J’ai même le droit à une graphologie. En final je suis présentée au Directeur de l'activité emploi., Monsieur L…, avec qui j’ai un très court entretien très convivial et sympathique. Il me demande pourquoi j’ai quitté mon dernier poste dans l’immobilier d’entreprise et je lui dis la vérité tout simplement. A la fin de l’entretien, il me dit que je suis embauchée et me demande si je peux débuter immédiatement. Je n’en reviens pas : Intégrer le leader en France de l’outplacement, jamais je n’aurais osé le croire. Il est certain que je vais m’impliquer à fond pour remercier de cette confiance et de cette chance que Monsieur L…. me donne mais d’un autre côté, ma confiance en moi étant très relative, je doute beaucoup de mes capacités à réussir ce challenge.

 

Un an plus tard en revenant déjeuner avec Marie-Pierre dans mon ancienne entreprise (voir article), je rencontre à l’accueil une négociatrice que j’appréciais beaucoup et qui me dit qu’elle a des nouvelles de moi régulièrement ce qui m’étonne beaucoup. Très étonnée, je lui demande par qui. Elle me répond par ton Directeur. Elle est en effet la Belle fille de Monsieur L… qui lui avait bien entendu demandé son avis avant de m’embaucher.

 

Morale de cette chronique :

Il est très important en recherche d’emploi de contacter son réseau relationnel car, le monde étant petit, on est jamais bien loin du contact que l’on recherche…..

Toujours dire la vérité sur son départ sans critiquer son ancien patron ni son ancienne entreprise, tout peut se vérifier.

 

Bientôt la suite de mon histoire professionnelle…

 

Rédigé par eglantine

Publié dans #Vécu

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

enriqueta 23/09/2009 10:39


J'aime bien lire tes témoignages car se sont des professions que je n'aurais pas du tout aimer faire. ça me fait découvrir un monde different.Je n'aime pas du tout travailler avec des adultes, je
déteste les réunions de porofs et les réunions parents-profs. Ce que j'aime c'est être avec des ados et papoter avec mes collègues dans la salle des profs et devant la machine à café où nous
passons beaucoup de temps à déconer et ricaner. C'est le meilleur moyen d'évacuer le stress.


eglantine 23/09/2009 20:28


Moi aussi j'aime bien enriqueta discuter avec mes collègues échanger sur nos difficultés au quotidien avec des publics en difficulté.... J'aime le contact avec les adultes dans mon métier mais
j'admire beaucoup ceux qui font de leur métier l'éducation des enfants. J'aime les enfants mais je n'aurai pas la patience.


Daniel PAGES 20/09/2009 14:53

hé oui le monde est petit ! Bravo !

Alrisha 17/09/2009 23:07

Tu avais des atouts en main et tu t'es bien débrouillée avec. Une vraie battante!!!
Bises Eglantine et à +

liedich 17/09/2009 09:44

Je me suis rendu compte souvent en effet que dans le monde professionnel, tout est petit et qu'il ne faut jamais jeter... sauf à recevoir en retour sur la tronche à un moment où l'on s'y attend le moins....
J'en aurai des anédoctes....
jE n'aurai pas pensé prendre tant de plaisir à lire la carrière de quelqu'un d'autre ! je sais pourquoi cela me plait.
Ton panneau virage dangereux est une magnifique métaphore.

A te lire encore, bien à Toi jolie fleur.

souvienstoi 16/09/2009 22:20

prendre ce virage sans être déportée par le destin ! bien à toi

horizon lointain 16/09/2009 16:26

une belle et riche expérience...
merci pour ce partage..
bises amicales..et passe une bonne journée..

Doucepoésie 16/09/2009 15:23

Bonjour et bonne journée en ce mercredi pluvieux , bises amicales Mimi.

philippe 16/09/2009 05:24

Je ne crois pas que pour rentrer à l'ANPE il faut aujourd'hui passer un concours, c'est pratiquement privé...

eglantine 16/09/2009 06:34



Depuis  près d'un an il n'y a plus besoin de concours mais à l'époque il y a 16 ans , il fallait en passer un.



serge 15/09/2009 17:35

comme quoi dans la vie rien n'est reversible , ave cunpeu de copurage et..
je suivrais avec interet la suite du recit
bonne soirée
bisous

Doucepoésie 15/09/2009 14:54

Bonjour et mille pardon de ne pas être venue te voir sur ton blog hier , mais je n'avais pas de conection à cause d'un gros probléme de réseau chez nous.Là cela fonctionne espèront que cela sera pour longtemps.
Passe une bonne fin de journée, bises amicales Mimi.

lylytop 15/09/2009 08:54

oui toujours être honnête c'est pas devise pas d'hypocrisie, être sincère, tu le sais toi puisque cela a payé
a bientôt
lylytop

Corinne 15/09/2009 00:20

quand on n'a pas de diplômes en effet la meilleur solution c'est de passer les concours
Une chose est bien c'est que tu es polyvalente, ce n'est pas évident de changer totalement de travail mais il faut oser

J'ai toujours travaillé dans la vente,boulangerie, chaussures , le contact avec les gens me plaisait beaucoup j'aime discuter puis quand j'ai eu la petite, toute ma famille habite à 120 km j'ai donc arrêté la vente et je me suis mise assistante maternelle, pas facile de s'habituer, cesser de voir du monde pour me retrouver à la maison, certes j'élevais ma fille et je travaillé en même temps à la maison, mais ce n'est pas facile, quand tu n'as pas trop le moral, ce n'ai pas chez toi enfermé entre 4 murs que ton moral va remonter

enfin c'était mon choix et je ne le regrette pas enfin plus

bisous

arielle 14/09/2009 22:25

jolie morale ! tu as quand même eu un sacré coup de veine mais tu t'es démenée pour ça. Après l'effort, le réconfort !
bonne soirée
arielle
ps) j'ai été contente de te voir chez Brigitte.

Armide 14/09/2009 19:17

Une histoire qui se termine comme par enchantement. Il est vrai que le talent conjugué à la détermination porte (parfois) ses fruits.
Et le monde est petit ...

:0010:Liliflore:0091: 14/09/2009 18:42

j'aime ta façon de conter tes péripéties, je pense que dire la vérité est plus simple que de louvoyer dans des mensonges qui finissent toujours par se savoir, et comme le monde est petit c'est plus simple. Bigs bises

Nettoue 14/09/2009 18:02

Ton parcours professionnel est riches d'expérience; Se qui a fait de toi, une personne très compétente ! C'est bien ! Et la diversité empêche l'ennui
Bonne soirée, Eglantine
Nettoue

VIENS 14/09/2009 17:50

Coucou me voilà!
Et bien moi je te dirai que la morale que je retire de mes premières lectures sur le blog, c'est que tu es une chanceuse (lol)
C'est vrai que la chance a souvent besoin d'un coup de pouce, mais pur le cancer, j'aurai bien aimé vivre la même chose...
Bonne journée!

dgi:0040:dgi :0040: 14/09/2009 17:04

surement très vrai tous ça, n'étant plus dans le milieu du travail, j'ai du mal à me connecter à tout cela
bizous Martine ** dgidgi

Mamylilou 14/09/2009 15:55

Bravo, je crois que je n'aurais su tricher, la vérité était comme une foi, seule qui pouvait me guider vers un monde meilleur , car qui comprend qu'il n'y a de la tricherie ne peut que mieux faire confiance ...bisous

Marie Bland 14/09/2009 13:22

Tu as raison, critiquer n'est jamais bon dans ce domaine. Bon après-midi.

....=O_O=..... 14/09/2009 08:53

"sans critiquer son ancien patron"...il est vrai..et cela ne servirait à rien au contraire...bonne journée Martine

françoise 14/09/2009 05:53

C'était quand même mieux que de partir pour toute la semaine en Bretagne, je comprends Jeff !
bises
françoise

Sonya972 14/09/2009 04:38

je passe te faire la bise et je te souhaite une belle journée. bises

Patrick 13/09/2009 23:52

Toujours dire la vérité, telle est ma conduite.

Bises Eglantine.

MONIQUE 13/09/2009 21:26

Bonsoir Eglantine, j'ai hate de connaître la suite, bonne soirée, gtos bisous, Monique

fransua 13/09/2009 19:20

j'ai lu ton histoire mais en diagonale. Moi j'ai des diplomes mais qui ne servent à rien et je suis au chomage depuis le 15 juillet mais pour l'instant le mora va bien
Bonne soirée

Annick 13/09/2009 19:10

coucou Martine...j'ai suivi avec intéret ton parcours...ce sera donc la dernière entreprise où tu vas travailler...
pourrais tu me préciser ton no de portable car j'en ai 2 et je ne sais pas lequel est le bon!
bisous ...à bientôt!

Doucepoésie 13/09/2009 11:59

Bonjour et merci de tes passages et coms sur mon blog.Je viens de lire ton article et je te félicite pour cette réussite ,oui il faut toujours dire la vérité, tu as raison ,car la vérité nous ratrape toujours.Bises amicales Mimi.

Marc 13/09/2009 11:54

S'il s'agit bien du groupe "C......d", qui a (avait?) des bureaux à Cergy-Saint-Christophe, j'ai pu travailler avec une consultante au titre d'un contrat d'outplacement dont j'ai bénéficié en 1995, lorsque la société où j'avais un poste de direction a été rachetée...

Et c'est là que j'ai trouvé le recul nécessaire pour refuser certains jobs contraires à mes principes. Et où j'ai été aidé pour valider mon projet de création d'entreprise.

Tu aurais donc pu être cette consultante. Mais c'en était une autre.

Amicalement,
Marc

eglantine 13/09/2009 16:32


Je ne sais pas si c'est le même , les bureaux étaient à bien à St christophe en face de la gare et le prénom de la consultante qui s'occupait des cadres et qui avait d'ailleurs participé aussi à
mon recrutement débutait  par un C.


Loic 13/09/2009 10:44

Oui, bien sûr, ta conclusion, provisoire, est très vrai. Tout se sait ou peut aisément se savoir. Et les diplômes ne sont rien à côté de la personnalité, la motivation, la franchise ; Il n’ya jamais de honte à avoir pour ce que l’on est. Il faut donc rester soi-même, en toutes occasions.
Le travail est bien une fonction humaine et non mécanique. Amitiés. Loic

clementine 13/09/2009 10:42

et pourquoi n'y a plus d'hommes dans ta vie ?
tu sembles les aimer et réciproquement. En tous les cas, moi j'aime bien la façon dont tu en parles. Ils sont tous très attachants autant que toi d'ailleurs.
Vite, un monsieur.. lol
bonne journée
clem

patriarch 13/09/2009 10:38

il m'est arrivé un peu près le même topo.J'ai quitté un patron un samedi matin, après une engueulade sérieuse entre lui et moi, et le même jour vers 11 heures,par téléphone, je suis embauché par un autre patron, qui m'envoie à Lorient (de Grenoble)où il passe me voir le mardi, pour nous mettre d'accord sur les modalité d'embauche.
J'ai appris par la suite, que lors de mon coup de téléphone, se trouvait dans son bureau un compagnon que j'avais connu en Moselle( Nous étions tous les deux chefs de chantier dans deux boites concurrentes pour la construction de deux"Cracking". Nous étions à la même pension, et nous nous arrangions pour ne pas nous tirer la "bourre".)
Je suis resté chez ce patron 19 ans (jusqu'à ma retraite) mais j'ai refusé de faire le chef de chantier, alors qu'il voulait me payer mon permis et me mettre une voiture de service.
Et oui, les compagnons n'étaient plus ce qu'ils étaient avant !!

Bon dimanche.