Publié le 20 Novembre 2017

Ma reine à moi

Je m’appelle Edmond. Je vis chez papi et mamie que j’aime beaucoup.  

Je n’ai jamais connu mon papa.  Maman m’a abandonnée brutalement pour partir vivre très loin là-haut. Mamie me dit que Dieu l’a appelée pour qu’elle vienne habiter avec lui dans son pays au-dessus des nuages. Quand je lui ai demandé pourquoi maman est partie sans moi, elle me répond que le roi du ciel n’a pas voulu de moi et que Maman est partie seule car on ne peut  s’opposer à la volonté de Dieu.

La maman de mon copain Arsène l’a quitté aussi mais pas pour le ciel, juste dans la ville voisine pour rejoindre un Monsieur qui travaille avec elle dans la fabrique de chaussures. Arsène a de la chance il peut voir sa maman. Quand je lui ai demandé si le nouveau mari de sa mère était le roi de l’usine et s’il portait une couronne.  Arsène a rigolé en me répondant que, même si c’était le roi des cons laid comme un crapaud,  il ne portait pas de couronne sur son crâne complètement chauve.

Quand je lui ai répondu, fier comme un coq, que ma maman était partie  pour rejoindre un vrai Roi, celui du Ciel et qu’elle était reine désormais.il m’a rétorqué que j’étais un gros nigaud qui croyait tout ce qu’on me racontait. Ma grand-mère m’avait menti. Ma maman était morte et n’avait pu rejoindre Dieu parce qu’il n’existait pas. Comme je ne le croyais pas le soir en sortant de l’école,  il m’a emmené sur la tombe de maman au cimetière du village où j’ai pu lire son  nom sur une pierre surmontée d’une croix. J’avais encore espoir que ma maman divorce avec Dieu et qu’elle rentre sur terre mais j’ai compris à ce moment-là que je ne la reverrai plus jamais. J’ai pleuré, j’étais si triste mais aussi heureux que ma maman n’ait pas préféré Dieu à moi et qu’elle soit partie sans le vouloir.

En rentrant à la maison le soir, j’ai traité ma mamie de menteuse. Je lui ai dit que je savais que maman était morte et qu’elle n’était pas au ciel avec Dieu mais en pleine terre dans le cimetière du village. Je leur ai dit que je ne les croirai et ne leur parlerai plus jamais. Mamie m’a répondu en pleurant que, quand Maman est partie, j’étais trop petit et qu’ils n’avaient pas osé me dire la vérité trop douloureuse à supporter. Ils sont si tristes que je ne suis pas fier de les avoir peinés ainsi. Je comprends et je les aime bien. Je boude ce soir assis sur ma chaise en caressant le pull de maman que j’ai mis sur mes genoux  et demain je leur reparle et leur fait un gros bisou pour me faire pardonner. J’irai aussi au cimetière porter une couronne en papier doré sur la tombe de maman : ma reine à moi.

Martine / Décembre 2017 pour le (Défi 195 des croqueurs de mots) animé par Josette

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Nouvelles

Repost0

Publié le 16 Novembre 2017

Rouge

Martine / Rediffusion d'un article de 2015 pour les jeudis en poésie ((Défi 195 des croqueurs de mots)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 15 Novembre 2017

Dis Corneille
  • Dis Corneille : Qu’est-ce que tu chantes
  • "Les sommets de nos vies, les sommets de nos vies Oui je chante Les sommets de nos vies, les sommets de nos vies"
Dis Corneille
  • Dis Corneille « Cette obscure clarté qui tombe des étoiles » (1)

      Qui l’eût cru ?

  • Qui l’eut dit ? (2) Alors Je l’ai écrit
Dis Corneille
  • Dis Corneille, Pourquoi tu bailles
  • Je ne baille pas Je baye

     Je suis bouche bée devant tout

     Je baye aux corneilles (3)

Martine / Novembre 17 pour les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Corneille)

(1) "Cette obscure clarté qui tombe des étoile" oxymore de Corneille dans le Cid / acte IV - Scène 3 

(2) "Chimène, qui l'eût cru

     Rodrigue, qui l'eût dit"

 Le Cid / Acte III - scène 4

(3) "Bayer aux corneilles" est une expression française signifiant être bouche bée (et non bailler) devant quelque chose d'insignifiant

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi

Repost0

Publié le 9 Novembre 2017

Egarée en gare

Solitude en ville

Une jeune fille

égarée en gare

Gare Saint-Lazare

 

Jeune fille sans voix

qui recherche sa voie

Salle des pas perdus

qu'on ne retrouve plus

 

Fuite vers d'autres gares

Sur le quai de l'espoir

Départ vers d'autres lieux

Sur le quai des adieux

 

Tout au bout de la voie

est le quai de la joie

Joie des retrouvailles

d'un bonheur sans faille

 

Au bout de la Ligne

Elle lui fera signe

Pour aller réunis

tout au bout de la vie

 

Ayant été en pause familiale récemment, pour les jeudis en poésie des Croqueurs de mots, rediffusion d'un de mes poèmes de Juin 2012 pour le  défi 194 animé par Lénaïg

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 8 Novembre 2017

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Elle n’ira jamais à l’ école Sixtine

Elle préfère dérober la clef des champs

Cà vaut mieux que de manger à la cantine

Cà vaut mieux que de jouer au chien savant

Cà vaut mieux que d’attraper la scarlatine

Des poux et un tas de bien vilains microbes

Martine / Novembre 2017 pour les prénoms du mercredi de Jill Bill (Parodie de la chanson Çà vaut mieux que d'attraper la scarlatine de Ray Ventura)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Parodies

Repost0

Publié le 7 Novembre 2017

Pour scène de rue de Covix, voici une photo prise à Cergy Parc de la préfecture lors de la journée des associations

Scène de rue :

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 6 Novembre 2017

Pierre sait que pour lui aujourd'hui, comme le dit si bien  Marcel Pagnol dans le Spountz,  « les difficultés commencent : c’est le signe de la réussite ». Il vient de prendre pendant cette nuit d'Halloween de se lancer un défi délicat qu'il allait réussir.

Malgré qu’il ait peu dormi,  il se lève ce matin joyeux. Il déjeune rapidement de quelques muffins accompagné d’un grand bol de thé en écoutant distraitement les mauvaises nouvelles du Monde à la radio qui aujourd’hui ne l’atteignent pas. Il  se douche. Il ne portera pas son jogging habituel mais choisit dans son dressing un jean, un pull blanc en cachemire et un blouson gris en laine  tout juste sorti du pressing sur  lequel rutile l’insigne des pompiers. Il aurait aimé être pompier mais avec son handicap il n'a pas osé se présenter de peur d'être rejeté . Il s’habille, attrape son sac à dos et y glisse un cahier après y avoir écrit quelques mots. Il sort  de chez lui, presse le pas et se dirige vers les étangs. Le trajet lui semble plus long que d’habitude. Une pensée l’obsède et l’angoisse : Sera-t-elle là au rendez-vous qu’il ne lui a pas fixé? 

Enfin apparaît Le miroir d’eau rutilant sur lequel se reflète l’azur moutonneux du ciel et l’or pourpré des feuillages d’automne. Il tourne son regard sur la droite : la demoiselle est bien là comme chaque matin assise sur son banc à regarder les cygnes glisser sur l’étang. Les caprices d’Éole font virevolter sa longue et soyeuse chevelure d’ébène.

D’habitude il se contente de la regarder furtivement en faisant son jogging matinal et en rêvant qu’un jour il osera dépasser sa timidité et son d'assurance pour s’assoir à côté d’elle sur ce banc, la regarder et communiquer avec elle à sa façon très particulière.  Il sort son cahier de son sac, se dirige vers le banc et s’assoit doucement à ses côtés. Surprise et quelque peu apeurée, elle tourne son regard vers lui. Comme elle est belle cette jeune chinoise avec ses yeux noirs en amande et sa peau couleur miel.

Il lui présente son cahier ouvert sur la première page. Étonnée elle lit  les quelques mots écrits  : « Bonjour mademoiselle je m’appelle Paul, n’ayez pas peur, je ne peux vous parler, je suis muet mais je ne suis pas sourd et peut vous entendre. Quel est votre prénom ? »  

  • Je m’appelle Shing répond-t’elle .

Paul se saisit de son stylo et écrit : C’est un joli prénom qui vous va bien : La charmante Shing  qui aime les cygnes. 

  • Vous êtes muet mais poète. Cela doit être difficile et long d’écrire et cela vous empêche peut-être de tout exprimer.

Paul écrit : C'est une chance qui me force à être concis et à privilégier l’écoute de mes amis  et comme écrivait Kipling dans la lumière qui s’éteint  « À quoi bon avoir un ami, s'il faut lui faire signe pour qu'il regarde et tout lui dire pour qu'il comprenne"

  • Je n'ai pas lu ce roman mais comme c'est vrai Paul

Paul écrit : "Regardez Shing un couple d’oiseaux blanc nous adresse un signe en langage des cygnes"

Shin tourne son regard vers l’étang et vit les deux cygnes former un cœur avec leurs cous graciles, c'est beau !

    Un petit signe en langage des cygnes

    Elle se retourne vers Paul qui la regarde en souriant. Il forme un cœur avec ses deux pouces et index réunis et écrit sur son cahier "cela veut dire je t'aime". S'il te plait Shing fais-moi ce petit signe en langage des cygnes

    Shing à son tour l’imita et forma un cœur avec ses mains

    Un petit signe en langage des cygnes

    Paul rougit lui prit la main et lui dit :

    • Mer...mer.. ci, je, je je t’ai..t’ai ..me...me. Shin..shing..

    et quand il s'aperçut avec effroi qu'il avait parlé, il écrivit sur son cahier "je ne suis pas muet mais bègue, je préfère écrire, je n'ose pas parler de peur qu'on se moque"

    Shin sourit,  lui prit la main et lui murmura à l'oreille

    • Je préfère que tu parles Paul même en bégayant, tu es charmant !

    Martine / Novembre 2017 pour le défi 194 des croqueurs de mots animé par Lénaïg

    Voir les commentaires

    Rédigé par Martine.

    Publié dans #Nouvelles

    Repost0

    Publié le 3 Novembre 2017

    Le Voyage : Livre écrit pour réaliser les rêves d'enfants malade

    Nous nous sommes mis à plusieurs (113 auteurs et illustrateurs dont le plus jeune n'a que 7 ans) pour écrire des livres et les illustrer.  Tous les bénéfices des ventes sont versés à l'association rêves qui réalise les rêves d'enfants gravement malades. Nous avons déjà écrit 4 livres : l'atelier de Mijoty La boîte à rêves, la marguerite des possibles, Le mariage.

    Nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance de notre petit dernier : LE VOYAGE qui réunit 118 récits (nouvelles, poèmes,contes) sur le thème du voyage.

    Une de mes nouvelles est publiée dans ce livre. Vous en trouverez ci-dessous en photo le début

    Le Voyage : Livre écrit pour réaliser les rêves d'enfants malade

    Vous pouvez acheter ce livre sur le site internet de notre éditeur pour 6 euros seulement en version PDF et 15 euros en version papier, voir lien ci-dessous.

    Une bonne idée de cadeau de fin d'année pour faire plaisir à vos amis, proches et en même temps participer par cet achat à la réalisation d'un rêve d'enfant malade.

    Même si vous n'achetez pas ce livre, pensez à diffuser largement l'information sur les réseaux sociaux et sur vos blogs.

    Voir les commentaires

    Rédigé par Martine.

    Publié dans #livres

    Repost0

    Publié le 2 Novembre 2017

    Photo de Gisèle Fayet

    Photo de Gisèle Fayet

    Étant en pause familiale jusqu'au 6 novembre, pour les jeudis en poésie des Croqueurs de mots, je me permets de rediffuser ma participation à l'image citation 29 qui correspond très bien au thème "cygne et signe" du défi 194 des croqueurs de mots animé par Lénaïg même si ce n'est pas vraiment un poème.

    Voir les commentaires

    Rédigé par Martine.

    Publié dans #Poèmes

    Repost0

    Publié le 1 Novembre 2017

    La Toussaint de Toussaint

    Ange roi Toussaint

    Dans ses bras des Fleurs

    La Toussaint fleurie

     

    Martine / Novembre 2017 pour les prénoms du mercredi de Jill Bill.

    Voir les commentaires

    Rédigé par Martine.

    Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Haïkus

    Repost0