Publié le 27 Novembre 2019

Photos Pixabay

Photos Pixabay

A 16 ans, je suis un paradoxe vivant. Je déteste ce qui est trop coloré, ce qui brille. Je me suis teint les cheveux en noir geai,  je m’habille en noir mais avec élégance car je suis attaché à mon apparence  même si j’aime choquer. Je n’ai pas peur du regard des autres. Je  suis loin d’être dépressif mais je cultive les idées noires et la mélancolie. Edgar Alan Poe  dont j’adore les nouvelles écrivait « la mélancolie est le plus légitime de tous les tons poétiques ». J’écris des poèmes fantastiques un peu sataniques parfois. J’aime Dracula et Frankenstein.

Vous ne pourriez pas imaginer en me voyant que  je suis un grand romantique. Mon livre culte est les mémoires d’outre-tombe de chateaubriand. Je m’identifie au jeune François René et comme lui je lis le soir des histoires effrayantes.  J’aurais tant aimé vivre comme lui dans un vieux château rempli de fantômes la nuit mais je ne crèche pas à Combourg mais avec ma mère dans une HLM à la con d’une banlieue sordide où les fantômes la nuit sont remplacés par des dealers. J’adore Baudelaire et à force de le lire et le relire je connais par cœur beaucoup de ces poèmes des fleurs du mal.

Je sais que la douleur est la noblesse unique
Où ne mordront jamais la terre et les enfers,
Et qu'il faut pour tresser ma couronne mystique
Imposer tous les temps et tous les univers.

Baudelaire / Bénédiction

J’ai une  copine qui partage mes idées et mes goûts particuliers. Elle a de longs cheveux noirs soyeux, de grands yeux sombres comme une nuit sans lune et une bouche aux lèvres pulpeuses et rouges. Elle est habillée de noir avec goût.  Même si elle est gothique et cherche à se différencier, elle reste très élégante. Elle n’a pas succombé aux accessoires qu’on cherche à nous vendre comme par exemple les colliers de chien cloutés et autres pacotilles d’une grande vulgarité.

Assis dehors la nuit, main dans la main, nous nous confions  nos pensées les plus secrètes et nos rêves. Je lui dis les poèmes que j’ai écrits pour elle. Nous écoutons du hard rock goth.  Je crois bien que je l’aime mais je n’en suis pas certaine et j’ai trop peur d’être déçu. Ma vision de la liaison amoureuse est à court terme avec une fin tragique. J’espère que je me trompe. Ma copine s’appelle Roxane, prénom qui lui va très bien. Roxane et Roman : l’harmonie parfaite.

Je ne vous avais pas dit je m’appelle Roman et je suis Gothique. Quand je vous disais au début que j’étais un paradoxe vivant.

 

Martine / Septembre 2019 pour les prénoms du mercredi animés par Jill Bill (aujourd'hui Roman)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 26 Novembre 2019

Photo Martine Martin : Paris 14ème à cliquer pour voir en grand

Photo Martine Martin : Paris 14ème à cliquer pour voir en grand

Pour Scène de rue chez Covix :

"A un certain moment, un lourd portail se ferme derrière nous, il se ferme et est verrouillé avec la rapidité de l'éclair, et l'on n'a pas le temps de revenir en arrière." Dino Buzzati

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 25 Novembre 2019

ARTICLE FICTIF DE "L'ECHO DU POLAR"

Critique de "Robe rouge et Menthes à l'eau" de Martine Martin

 

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Résumé :

Adam pour trouver son Eve passe une annonce sur internet. Nadia lui répond. Ils échangent quelques mails. Ce coup de foudre épistolaire leur donne envie de se rencontrer. Des circonstances dramatiques feront échouer le rendez-vous qu’ils s’étaient donnés. Adam décidé à punir ceux qui ont fait échouer cette rencontre amoureuse se lance à la recherche et la poursuite des coupables jusqu'à un dénouement final stupéfiant

Extrait :

11 juin 2015 : ADAM

Adam attablé au café du Zanzi bar consulte le dernier échange de messages sur le smartphone perdu par l’inconnue à la robe rouge qu’il a croisée et en débute la lecture :

  • Momo le bus est coincé derrière un camion
  • Descends Zora, continue à pieds
  • Le sac est lourd, j’attends
  • Ok, Calme toi, n’ai pas peur
  • On redémarre
  • Ouf !
  • Je laisse le paquet dans le bus et je descend.
  • Pas dans le bus Zora !
  • Si, Momo
  • Non ! •
  • Le bus s'arrête à une station, je descend, je ne viendrai pas au Zanzi bar,  tu peux boire tes deux menthes à l'eau
  • Zora qu’as-tu fait ?  Zora, j’ai entendu une explosion, répond moi ?

ADAM troublé, se tourne vers l’iroquois aux deux menthes à l’eau qui semble de plus en plus énervé. Il est toujours seul.

Serait-ce lui le Momo et Zora  l' inconnue à la robe rouge et quel est ce paquet laissé dans le bus ?

il se souvient soudain de l’explosion entendue ! Il frémit. Non ce n’est pas possible.

Il reprend le smartphone de l’inconnue, une alerte d’informations s’affiche « Attentat à Paris, explosion du bus 96. Plusieurs morts ».

Il blêmit et se tourne vers l’Iroquois qui regarde paniqué l’écran de son portable. Il est vert de colère rentrée, vert comme ces deux menthes à l'eau et rouge comme le sang versé et la robe de sa Zora.

Adam prend conscience qu’il ne faut pas rester dans ce café à côté de ce terroriste, il faut partir et prévenir aussitôt la police.

Il prend son propre portable et envoie un SMS à Nadia pour lui dire qu’il l’a attendue comme convenu et que, ne la voyant pas arriver au bout de vingt minutes, il s’en est allé. Il paye sa consommation et quitte rapidement le café.

Mais que vont penser les policiers ? Il aurait dû, immédiatement, aller leur porter ce mobile et on va lui reprocher d’avoir consulté les messages. Il le rendra de manière anonyme en effaçant ses empreintes. Il rentre chez lui abattu et triste de n’avoir pas pu rencontrer Nadia. Sans l’avoir jamais vue, il croit bien qu’il est amoureux. Il ressort de son portefeuille la photo de Nadia et la regarde ému. Demain il l’appellera.

L'auteur :

A 66 ans c'est son premier roman. Après avoir passé les 20 dernières années de sa vie à écrire essentiellement des curriculum-vitae et des lettres de motivations dont beaucoup ont permis aux salariés licenciés économiques qu'elle accompagnait et conseillait dans leur recherche d'emploi de retrouver un emploi, Martine Martin a pris une retraite bien méritée. Elle a créé des blogs et s'est mise naturellement à écrire

Forte de cette expérience d'écriture, elle vient de terminer son premier roman "Robe rouge et menthes à l'eau" qui, c'est à espérer, sera suivi de nombreux autres pour le plaisir des lecteurs

Martine Martin / Novembre 2019 pour le  Défi 227 des croqueurs de mots    animé par Lenaïg.

N.B. : Je n'ai pas encore écrit ce livre, j'ai simplement écrit sur ce blog en 2016 une nouvelle à lire ici . Si je devais écrire un roman c'est cette nouvelle qui serait un début pour le roman dont je viens d'écrire le résumé. J'ai juste modifié quelques détails dans l'extrait ci-dessus pour que cela convienne mieux si j'écrivais un jour ce livre dont j'ai maintenant une idée précise d'une fin surprenante. Pour cela il faudrait qu'une  motivation forte me vienne pour me faire diminuer mon activité sportive qui me prend 3 à 4 heures par jour mais qui me fait tant de bien ! Merci beaucoup Hélène pour le thème de ce défi qui m'a permis de mener cette réflexion

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 24 Novembre 2019

Il y a des amitiés virtuelles qui nous sont précieuses. Lady Marianne nous a quittés hier. Je suis très triste. J'aimais sa générosité, son empathie, son courage face à la maladie et ce sourire qu'elle gardait toujours malgré tout. C'était une belle personne.

J'avais eu la même passion qu'elle pour les collections et j'aimais quand elle en parlait sur son blog. Quand j'ai fait le vide dans ma maison de Cergy l'été dernier, je suis heureuse de lui avoir offert toute la collection de fèves que j'avais conservées et que je ne continuais plus.

Je ne participais pas aux défis qu'elle lançait sur son blog :  son jeu de lettres était trop compliqué pour moi qui n'aime pas trop me triturer l'esprit).  Je me disais depuis longtemps il faut que je participe au moins au défi du partage de poésie mais trouver une poésie chaque semaine ne me motivait pas suffisamment. Alors aujourd'hui, je vais partager rien que pour elle une poésie qu'elle connaît et qu'elle aime puisqu'elle la diffusait sur son blog en Novembre 2016

Espère.

Louise Colet (1810-1876)

Ainsi, j'avais en vain suivi d'un œil avide,
Mille rêves d'amour, de gloire et d'amitié :
Toujours ils avaient fui ; mon âme restait vide ;
Je me faisais pitié !

La douleur arrêtait ma course haletante,
Je renonçais au but avant qu'il fut atteint ;
Dans mon cœur, épuisé par une longue attente,
L'espoir semblait éteint.

Et je disais : mon Dieu, je mourrai solitaire !
Et je n'attendais plus de beaux jours sur la terre,
Quand soudain, à ta voix, mon cœur s'est rajeuni :
Cette voix m'a promis un avenir prospère :
Cette voix m'a jeté ce mot si doux : ESPERE !...
Que ton nom soit béni !

Tous les chastes désirs que mon âme renferme,
Tous ces purs sentiments étouffés dans leur germe,
De ton cri d'espérance, ont entendu l'appel :
Oh ! que ton amitié me guide et me soutienne,
Laisse-moi reposer mon âme sur la tienne :
L'amitié, c'est l'amour que l'on ressent au ciel !...

Louise Colet.

Image parSusan Cipriano de Pixabay

Image parSusan Cipriano de Pixabay

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers, #Poèmes

Repost0

Publié le 21 Novembre 2019

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Quand lascive, charmée et de jolis mots gavée

Je pose mon livre pour me mettre à rêver

Quelques mots s’échappent, et soudain ils voyagent

M’entraînant avec eux, dans leur lointain sillage

Ils voguent sur la mer, tels de radieux vaisseaux

Ils volent dans le ciel, tels de libres oiseaux

Ils coulent des cimes, telles des chutes d’eau

Sur rêve livre ouvert, merveilleux paysage

Martine MARTIN - Réédition pour les jeudis en poésie du  Défi 227 des croqueurs de mots animé par Lenaïg

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 20 Novembre 2019

 

Vie qui m’a été donnée

Sans que je n’ai rien demandé

Vie qui  était belle et aisée

Avec des parents bien aimés

Vie qui m’a au début comblée

Épouse travail et bébé

Vie qui m’a très vite enrichi

Ascension dans la hiérarchie

 

Vie qui m’a un jour endeuillé

Femme et fils soudain disparus

Vie qui m’a tout à fait détruit

Dépression, alcool, peur d’autrui

Vie qui m’a tout retiré

Travail, famille, copains aimés

Vie qui m’a mis dans la rue

Pour les SDF un intrus

Pour les pauvres un riche déchu

 

Vie qui se serait terminée

Si on ne m’avait pas donné

Vicky mon chien câlin et beau

Qui l’hiver me tient chaud

Vicky mon chien si fort et vif

Qui éloigne les offensifs

Vicky mon chien que j’aime tant

Qui attendrit tous les passants

Qui pour lui donnent de l’argent

Alors que je n’ai jamais ému

Vicky mon chien grâce à qui

J’ai un petit portable acquis

Sur Facebook on ne me voit pas

Et j’ai des amis ici-bas

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Martine / Septembre 2019 pour les prénoms du mercredi animés par Jill Bill (aujourd'hui Vicky)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 19 Novembre 2019

Photo Martine Martin à cliquer pour voir en grand format

Photo Martine Martin à cliquer pour voir en grand format

Pour Scène de rue chez Covix :

Fresque : Paris 13ème

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 18 Novembre 2019

Pour Image Citation 44, voici les photos de  Gisèle qui étaient à illustrer  par une photo (pour mieux lire les citations cliquez sur les photos)

Image Citation 44
Image Citation 44
Image Citation 44
Image Citation 44
Image Citation 44

et maintenant voici les citations proposées par Gisèle et qui étaient à illustrer  par une photo (pour mieux lire les citations cliquez sur les photos)

Photo pixabay

Photo pixabay

Photo pixabay

Photo pixabay

Photo pixabay

Photo pixabay

Photo pixabay

Photo pixabay

Photo Martine Martin

Photo Martine Martin

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Citations

Repost0

Publié le 15 Novembre 2019

Mites au logis

Mites au logis  quel fléau

Des petits trous

Des petits trous

Encore des petits trous

Dans mes jolis froufrous

Mon placard a des mites

C’est la faute d’Aphrodite

Elles trouent mes pantalons

C’est la faute d’Apollon

C’est une pure injustice

C’est la faute de Métis

Qui en bousculant ses  lettres (*)

Pour chasser son mal être

A  mis un très grand bazar

Dans mon placard

Ce n’est Pas la faute à Éole

Mais de quoi devenir folle

Mythologie vent de folie

 

(*) Métis est l'anagramme de mites

 

Martine / Octobre 2019 pour le nid de mots d'ABC (thème mythologie) avec une parodie de la chanson de Serge Gainsbourg "Le poinçonneur des lilas"

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Parodies, #Poèmes

Repost0

Publié le 14 Novembre 2019

Damien est un bon à rien

Comme disent tous les siens

Un drôle de paroissien

Parfois quelque peu zinzin

Qui hait les lilliputiens

Les magiciens, musiciens

Et même tous les prussiens

Blanc comme mie de pain

Bien Noir comme un malien

Damien n’est pas bon arien

Dit son père milicien

Damien est un dalmatien

C’est un dalma sapiens

Damien le Dalma Sapiens

Martine / Novembre 2019 pour les jeudis en poésie Défi 226 des croqueurs de mots  animé par Josette

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0