Publié le 8 Mai 2018

Pour scène de rue chez COVIX une photo prise aux Sables d'olonne, rue de l'enfer la plus petite rue au monde (livre guiness des records).

C'est bien connu "l'enfer c'est les autres" (Jean-Paul Sartre - Huis-clos)

Scène de rue chez covix : L'enfer c'est les autres

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 7 Mai 2018

Pour Image Citation 37 voici les photos de  Gisèle qui étaient à illustrer  par une photo (pour mieux lire les citations cliquez sur les photos)

Imagecitation 37
Imagecitation 37
Imagecitation 37
Imagecitation 37

et maintenant voici les citations proposées par Gisèle et qui étaient à illustrer  par une photo (pour mieux lire les citations cliquez sur les photos)

Photo Martine d'un tableau de lô

Photo Martine d'un tableau de lô

Photo de mon ami Robert

Photo de mon ami Robert

Photo Martine

Photo Martine

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Photo Martine

Photo Martine

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Citations

Repost0

Publié le 4 Mai 2018

Extrait du journal de Madeleine / 6 juin 2012

Par ce bel après-midi de juin, assise au jardin, je lis cette phrase du livre de Stefan ZWEIG "24 heures de la vie d’une femme" que j’ai relu de nombreuses fois tant je l’aime…... Je relis une nouvelle fois cette phrase qui ne m’avait pas marquée à une lecture précédente. Je pose le livre et lève les yeux et je me souviens il y a longtemps, il y a plus de quarante ans de ce tsunami qui m’a envahi brusquement en croisant un regard, souvenir agréable mais douloureux aussi. Je sors de ma rêverie et je vois Jean, mon petit-fils, m’observer avec tendresse et tristesse à la fois.

Que peut-il penser de moi à ce moment précis, j’espère qu’il n’a pas percé mes pensées les plus profondes. Soudain il sort son appareil photo numérique et immortalise ce moment de complicité entre nous. Je n’aime pas être prise en photo, Jean ne l’ignore pas mais il sait aussi qu’il peut tout se permettre tant je l’aime et l’admire. Avec lui je ne suis jamais la vieille grincheuse que je suis depuis longtemps et cela ne s’arrange pas avec les années. Je râle après Pacha mon chat roux quand il me réveille à l’aube pour jouer avec moi alors qu’il dort toute la journée. Je râle après les voisins quand ils font du bruit les soirées d’été. Je râle après les commerçants quand ils n’ouvrent pas à l’heure, je râle après Max mon époux quand il se plaint de ses douleurs. Je râle après ma fille qui m’infantilise et qui s’adresse à moi comme à une gamine « A ton âge maman, il ne faut pas ceci, il ne faut plus cela …» et pire je râle même après moi-même, après ce corps qui ne me permet plus toutes les folies de ma jeunesse et notamment celles de ce fameux jour ….

 

Extrait du journal de Madeleine / 20 septembre 2012

Pour mon anniversaire, 89 ans déjà, Jean m’a offert hier un cadeau, le plus beau que je n’ai jamais reçu.
Il est arrivé avec un très beau et grand paquet emballé de papier vert pomme avec un ruban en soie violet. Que cela pouvait-il être ?
J’ai retiré le papier avec précaution. Je ne pouvais déchirer un si beau papier et j’ai découvert un tableau, un portrait d’une vieille bourgeoise assise dans le jardin avec un regard à la fois pensif et malicieux, une vieille à la peau burinée par le soleil et les ans un livre ouvert posé sur ses genoux avec un grand chapeau de paille. C’est en reconnaissant mon chapeau jaune à large bord que je me suis aperçue que c’était moi avec mes seins encore très fermes qui ne tombent pas comme mes joues. Il y avait même Pacha le chat entrain de dormir comme d'habitude qui ressemblait plutôt à un chien. 

Mamie Madeleine / Défi 62 de Ghislaine

J’ai tenu longtemps et serré Jean dans mes bras. Les larmes aux yeux je l’ai embrassé et je lui ai murmuré à l’oreille un secret... Je me suis tournée vers Max et je lui ai demandé de l’accrocher tout de suite dans l’entrée. Max très étonné par ma demande me répond moqueur : « ce portrait te ressemble tant, c’est comme un miroir tu sais, que tu ne les supportes pas et que tu les as tous retirés du mas ».  

Max qui ne perd jamais l’occasion de se taire me fait réfléchir néanmoins : « En effet pourquoi accrocher ce tableau ? Simplement pour faire plaisir à Jean mais pourquoi dans l’entrée ou je me verrai plusieurs fois dans la journée. Je crois que c’est aussi pour pouvoir le montrer à tous mes visiteurs de moins en moins nombreux tant je deviens grincheuse. Je suis si fière de Jean, de son intelligence, de sa sensibilité, de son talent, de sa douceur. Ce petit fils est un trésor et je veux que tout le monde le sache. C’est un artiste ce que j’aurais voulu être mais j’ai l’âme beaucoup trop pragmatique et conventionnelle. Il n’est jamais tard pour réveiller l’artiste qui dort en moi. Peut-être que jean pourrait m’y aider.
C’est vrai que je suis ressemblante hélas. Ce chapeau de paille ridicule me donne un air de vieille propriétaire terrienne moi la citadine qui n’a jamais su retenir le nom des fleurs et reconnaître les arbres. Je suis une vieille « bobo » comme on dit maintenant.

En fait, Je m’aime bien  vu à travers le regard de Jean et je prendrai plaisir à me regarder. Je vais faire remettre des miroirs dans le mas en commençant par celui de la salle de bain ce qui évitera à Max de se couper en se rasant et de me râler dessus.

 

BLOG DE JEAN

Mamie Madeleine / 20 Septembre 2012

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler de ma grand-mère maternelle dont je ne vous ai jamais parlé. Mamie Madeleine est une vieille dame. Elle vient d’entrer dans sa quatre-vingt-dixième année et ne les fait pas tant elle est vive, toujours à s’activer et à booster Papi Max qui, bien que plus jeune s'encroûte à force de savourer l’oisiveté avec délectation ce qui énerve Mamie.

Mamie Madeleine ne sait pas marcher lentement et quand je me promène dans la rue à ses côtés, je dois marcher plus vite que je ne le fais d’habitude. Elle a encore une grande vivacité d’esprit et dépense une énergie considérable à râler après tout le monde sauf après moi et pourtant je m’amuse parfois à la taquiner pour la faire réagir mais en vain.

Cet été elle était en train de lire au jardin 24 heures de la vie d’une femme de Stefan ZWEIG, son roman préféré dont elle ne se lasse pas. Je l’ai lu c’est l’histoire d’une passion entre une jeune femme veuve et un joueur invétéré. Une de ces passions fulgurantes déclenchées par les visions de deux élégantes mains s'agitant sur un tapis jeu. Une passion dévastatrice très courte qui marque une vie pour toujours. Je me suis toujours demandé ce que Mamie pouvait aimer dans ce livre. Je ne l’imaginais pas avoir une telle passion, elle est trop raisonnable, réfléchie. Elle ne se laisse pas prendre par l’émotion d’un instant, tout chez elle est bordé, contrôlé. C’est aussi pour cela que je l’aime aussi car elle sait cadrer ma fougue et me ramener parfois à la raison quand j’idéalise trop. Peut-être avait-elle besoin de vivre ce qu'elle n'avait pas vécu et qu'à son âge elle ne vivrait sans doute pas. Je reviens à cet après-midi d’été, elle était en train de lire ce roman quand elle a soudain levé la tête après avoir souligné une phrase au crayon rouge dans son livre. Son regard fixe avec ses yeux bleus comme l'azur du ciel provençal s’est perdu au loin devenant à la fois rêveur avec une joie comme contenue. Je l’ai trouvé très belle à cet instant, ce n’était plus la même.  J’ai sorti mon APN impulsivement et je l’ai prise en photo bien que je sais parfaitement qu’elle a horreur de cela. Je n’ai pas pu m’en empêcher.  Je me suis promis d’aller voir discrètement quelle était la phrase qui avait pu la sortir de sa lecture.

J’ai regardé en rentrant la photo sur mon écran et c’est là que j’ai eu l’idée d’en faire une peinture et de lui offrir pour son anniversaire. Une fois la peinture terminée et sèche. Je l’ai enveloppé d’un beau papier et noué le paquet avec un très long ruban en soie mauve acheté pour l’occasion.

Je lui ai emmené son cadeau hier. Elle l’a ouvert avec beaucoup de soin pour une fois sans se précipiter et quand elle a découvert son portrait, des larmes ont doucement coulé sur son visage je ne l’avais jamais vu pleurer et j’en ai été tout ému. Elle m’a serré dans ces bras et embrassé en murmurant tout bas « Tu ne sais pas à quel point tu me fais plaisir Jean, ce tableau me rappellera toujours un souvenir très ancien d’un grand bonheur fugace ».

Je lui ai répondu « Excuse-moi  Mamie de te faire pleurer comme une Madeleine et en plus d'avoir transformé Pacha en chien mais  avec son nom je ne pouvais pas en faire un chat ». J'ai réussi à la faire rire à travers ses larmes.

Je me suis soudain  rappelé que je n’avais pas encore pris le temps de regarder quelle était la phrase qui avait donné à Mamie ce si beau regard.

Pendant que Papi Max accrochait le tableau, je suis allée discrètement dans la bibliothèque de la chambre de mamie et j’ai trouvé bien en évidence le livre culte.  J'ai recherché la phrase soulignée, il n'y en avait qu'une seule.

Je l'ai lue à haute voix :

« Seuls des êtres absolument étrangers à la passion connaissent en des moments tout à fait exceptionnels, ces explosions soudaines d’une passion semblable à une avalanche ou à un ouragan : alors des années entières de force non utilisées se précipitent et roulent dans les profondeurs d’une poitrine humaine »

Stefan ZWEIG.

Martine / Réédition d'une nouvelle de 2012 pour le Défi 62 de Ghislaine, il contenait déjà quelques mots de ceux imposés par Ghislaine et beaucoup de couleurs. Désolée Ghislaine mais je n'ai pas eu le temps d'écrire un nouveau texte dans le délai imparti, mes petites filles ayant pris tout mon temps pendant 10 jours : que du bonheur

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Nouvelles

Repost0

Publié le 3 Mai 2018

Muguet des bois

Un brin de joie.

Gardes le Toujours

Un brin d'amour.

En porte bonheur

Tu chantes à mon cœur

Martine / Pour les jeudis en poésie du  défi 204 des croqueurs de mots animé par Zaza (thème : muguet) / Première photo Pixabay 

Muguet des bois

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 1 Mai 2018

Vous avez vu la semaine dernière le bel oephèbe de dos, le voici maintenant de face

Nice / Place Masséna

Nice / Place Masséna

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 30 Avril 2018

Comment lui dire

Au beau milieu de la place

Du Vieux Brie Comte Robert

Qui n’est pas du tout Dallas

Ce n’est pas vraiment  JR

Au beau milieu de la place

Jean-Robert  soudain sourie

Il tient dans ses mains un brie

Je le reconnais c’est lui

Comment lui dire, comment lui dire

Que je n’aime que le coulant camembert

Qui rime bien mieux avec Robert

 

Au beau milieu de la place

Du  vieux Brie comte Robert

Je manque soudain d’audace

Je suis quelque peu vénèr

Au beau milieu de la place

Jean Robert toujours sourie

Au beau milieu de la place

De ce lieu qu’on parodie

Comment lui dire, comment lui dire

Qu’il ne sera jamais  JR ce sans gêne

Et moi oh non jamais sa Sue Ellen

Comment lui dire, comment lui dire

Qu’il doit partir

Bien loin de moi

Qu’il doit….

 

Au beau milieu de la place

Jean Robert toujours sourit

Au beau milieu de la place

Et c’est sa fête aujourd’hui

Ne pas lui dire,  Ne pas lui dire

Ne pas lui dire , il va bien trop souffrir

Ne pas lui dire

Sourire, lui dire

Bonne fête mon Jean-Robert mon JR

Je veux lui dire,  et je veux dire

Bonne fête à mon JR et aux  Robert

Et puis m’enfuir

 

Martine / Pour le défi 204 des croqueurs de mots animé par Zaza

Ce poème est une parodie de la chanson de France Gall Comment lui dire vous l'aurez reconnu. Mais c'est aussi une parodie en quelque sorte de la parodie de Collaro du feuilleton Dallas (voir ci-dessous la vidéo)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Parodies

Repost0

Publié le 28 Avril 2018

Ce début de mois a été difficile. J'avais une douleur dans le sein gauche le seul qui me reste après mon cancer du sein droite et ma mastectomie. Quand je le palpais à la recherche d'une tumeur que je ne trouvais pas cela me faisait mal. Je suis allée morte de peur voir mon généraliste qui, après un très long examen, m'a dit de ne pas m'inquiéter, il n'avait rien trouvé. Cela devait être des douleurs intercostales dues à l'hormonothérapie, traitement que je prends pendant 5 ans pour limiter le risque de récidive.  Néanmoins pour me rassurer complètement il m'a prescrit une mammographie et une échographie. J'ai aussitôt pris le rendez-vous : 10 jours d'attente insupportable. Et puis le grand bonheur, la délivrance aucune tumeur et comme cela je n'aurais pas à angoisser jusqu'en juillet date qui était prévue pour ma mammographie à Curie : juste à rencontrer l'oncologue pour le renouvellement du traitement .

J'ai aussi été handicapée pour marcher pendant 10 jours m'étant certainement froissé un muscle en courant. Je n'ai pas pu beaucoup marcher et faire de l'aquabike et du body palm en piscine ce qui m'a beaucoup manqué.

J'aime beaucoup assister aux arrivées aux Sables d'olonne des skippers du Vendée Globe qui sont y sont accueillis avec le même enthousiasme du premier au dernier. Quelle ne fut pas ma chance et ma  joie en ce début avril : Me trouver sur le chenal du port des Sables d'olonne quand le Skipper Irlandais Enda O'Coineen déguisé en pirate y arrivait bouclant ainsi son tour du monde après quelques péripéties (en savoir plus)

Aimé détesté Avril 2018
Aimé détesté Avril 2018

Les oiseaux sont revenus après l'hiver dans les marais vendéens. Toujours une joie de voir des hérons et aigrettes et de pouvoir s'approcher doucement pour ne pas les effrayer et les photographier.

Aimé détesté Avril 2018Aimé détesté Avril 2018

Un grand bonheur d'assister au spectacle de jets d'eau colorés et dansants de la Société Atlantid et de natation synchronisés des Naïades de Paris pour fêter l'anniversaire 2 ans de mon Centre Aquatique AQUALONNE, celui ou je continue à aller avec grand plaisir chaque jour  mais je suis loin d'arriver aux performances des Naïades ! Ma petite fille de 10 ans qui fait de la natation synchronisée 10 heures par semaine y arrivera si elle continue.

Aimé détesté Avril 2018Aimé détesté Avril 2018
Aimé détesté Avril 2018
Aimé détesté Avril 2018Aimé détesté Avril 2018
Aimé détesté Avril 2018Aimé détesté Avril 2018
Aimé détesté Avril 2018
Aimé détesté Avril 2018Aimé détesté Avril 2018

Quelques jolies promenades aussi en avril sur notre si belle côte vendéenne sous le soleil enfin revenu après tant de pluie. C'est toujours un grand bonheur pour moi de marcher de longues heures sur le littoral.

Aimé détesté Avril 2018Aimé détesté Avril 2018
Aimé détesté Avril 2018Aimé détesté Avril 2018

Le temps de cette fin avril fut estival et nous sommes retournés lire sur notre plage préférée. Je me suis baignée pour la première fois de la saison le 20 avril : pur bonheur

Aimé détesté Avril 2018Aimé détesté Avril 2018

La dernière semaine du mois  nos petites filles et leur papa nous ont rejoints pour une bonne semaine avec un temps estival, notre fille est venue elle aussi juste pour le long week-end du 1er mai. Quel plaisir pour moi de me baigner avec mes petites puces

Aimé détesté Avril 2018Aimé détesté Avril 2018
Aimé détesté Avril 2018Aimé détesté Avril 2018

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #aimé détesté, #Vécu

Repost0

Publié le 26 Avril 2018

Les magnolias

D'élégants papillons roses et blancs,

Brefs préludes au temporel printemps

Tournent leur calice vers le ciel

Pour dans l'azur, quêter l'éternel

Avant de s'étioler et mourir,

Avec un invisible sourire

Quelque part ils renaîtront demain

Avec au cœur un triste parfum,

Pour fleurir d'autres jardins secrets

De corolles d'émotion et de paix

Martine / Pour les jeudis en poésie du  défi 204 des croqueurs de mots animé par Zaza (thème : printemps) sur des photos Pixabay

Les magnolias

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 24 Avril 2018

Nice place Massena

Nice place Massena

La semaine prochaine nous verrons l'autre face de ce bel oephèbe. Soyez patientes Mesdames

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 23 Avril 2018

  • Si  vous avez besoin d’être aimé  par un ami que vous admirez  pour son caractère dominant et extraverti  pour conforter votre confiance en vous,  que ce besoin d’amour constant devient excessif et jamais comblé parce que vous attendez trop de lui
  • Si  votre ami  a besoin de se sentir aimé par quelqu’un qu’il domine pour combler son narcissisme et renforcer sa confiance en lui.
  • Si votre ami critique vos  autres amis ou relations.
  • Si, à un moment difficile  de votre vie,  vous avez un choix  décisif à faire et,  qu’au lieu de vous conseiller en vous aidant à peser le pour et le contre,  votre ami vous blâme d’envisager un projet de vie aussi foireux et pire vous insulte quand vous lui reprochez sa réprobation
  • Si, pour des raisons de santé,  vous avez décidé de changer d’alimentation ou faire un régime et que votre ami critique votre nouvelle ligne vous reprochant d’avoir autant fondu et,  lorsque vous êtes invité chez lui, fait tout pour vous faire manger en quantité ce que vous mangez avez parcimonie et vous incite d’un ton péremptoire à boire du vin. Oui vous  boirez avec lui à tous ses déboires mais que de l’eau.  
  • Si votre ami valorise votre conjoint pour mieux vous dévaloriser. Voici  quelques exemples : il  attribue un « j’aime » à toutes  les photos personnelles de votre moitié sur Facebook mais jamais aux vôtres.   Il vous dit qu’un membre de sa famille, où un autre ami à lui vous déteste mais  adore comme lui votre conjoint que vous avez toutes les chances d’avoir laissant insinuer que vous ne le méritez pas
  • Si, lorsque vous comprenez que s cette amitié ne vous amène que de la douleur et que vous n’avez rien à y gagner mais tout à y perdre, vous décidez d’écourter vos rapports et d’oublier cet ami mais, qu’après quelques jours  de rupture,  vous revenez à lui tellement vous êtes en manque de cette relation

Vous êtes c’est certain dans une relation toxique qu’il faut absolument rompre de manière rédhibitoire avant qu’elle ne vous brise. (C’est la relation qui est toxique pas votre ami). Ne prenez pas seulement de la distance, rompez définitivement car il est illusoire de croire que ce recul arrangera la situation.
Ce n’est pas un réquisitoire contre votre mai que je viens de faire car c’est cette relation amicale qui est toxique et ni votre ami, ni vous.

Vous pourrez alors envisager d’autre amitiés qui vous combleront de bonheur car vous aurez compris qu’il faut éviter les amis dominants si vous ne l’êtes pas et les amis trop faibles si vous aimez dominer.

Martine / Avril 2018 pour le défi 161 de Ghislaine   (article programmé avant ma pause jusqu'au 2 mai). Les mots en gras sont imposés et les mots en rouge contiennent tous "oire"

Les amitiés toxiques

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0