Publié le 5 Avril 2018

Quand le livre devient paysage

Quand lascive et charmée,  de jolis mots gavés

Je pose mon livre, pour me mettre à rêver

Quelques mots s’échappent, et soudain ils  voyagent

M’entraînant avec eux, dans leur lointain sillage

Ils voguent sur la mer,  tels de radieux vaisseaux

Ils volent  dans le ciel, tels de libres oiseaux

Ils  coulent des cimes,  telles  des chutes d’eau

Sur rêve livre ouvert, merveilleux paysage

 

Martine MARTIN - Avril 2018 pour les jeudis en poésie du défi 203 des croqueurs de mots animés par Laura 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 4 Avril 2018

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Partie gaie en Vadrouille

Une pluie drue  me mouille

Épanouie Je patouille

Dans une inouïe gadouille

Qui à chaque pas grouille

La boue mes jambes souille

Des herbes me chatouillent

Une grenouille gargouille

Un bel oiseau gazouille

 

Sur le ciel couleur houille

Un « Z » l’éclair gribouille

Brusquement je vasouille

Sous l’orage je douille

J’ai tout à coup la trouille

Je me traite de nouille

Il faut que je me grouille

 

Je m’abrite au « Pedzouille » 

Le bouiboui d’un andouille

Nommé Louis la débrouille

Voir ma drôle de bouille

Fait rire les arsouilles

Qui dans mon dos magouillent

Louis me sert sa tambouille

Aujourd’hui ratatouille

C’est infâme ouille ouille ouille!

J’rêve du loup au fenouil

De ma mamie de Houilles

Et du soleil des Pouilles

Pouilles Italie - photo Pixabay

Pouilles Italie - photo Pixabay

Martine / Avril 2018 pour le Défi 59 Ghislaine  (utiliser au moins 8 mots contenant "oui") - Il y en a 31 dans mon texte

N.B. : J'adore marcher même sous la pluie....

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 3 Avril 2018

Pour scène de rue chez covix

Rue de France à Nice / Façade latérale d'un hôtel

Rue de France à Nice / Façade latérale d'un hôtel

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 2 Avril 2018

C'est une réédition d'une de mes courtes nouvelles écrite en juillet 2014 dont j'ai modifié la fin que je vous propose aujourd'hui pour le défi 203 des croqueurs de mots animé par Laura.

Mes participations aux jeudis en poésie sont toutes deux des créations personnelles inédites écrites spécialement pour ce défi

 

Photo PIXABAY

Photo PIXABAY

Plus de futur à Hyères

Dans ma bibliothèque, j’ai trouvé en arrivant ce matin, sur mon bureau, un bouquet de roses pourpres accompagnées d'un bien curieux message dactylographié :

« Ne cherchez pas les livres de Sciences Fiction, je les ai tous volés et pour me faire pardonner je vous offre ce bouquet de roses pourpres. Trouverez-vous Hélène qui je suis parmi les visiteurs qui viendront ce jour en votre bibliothèque d'Hyères ? Si vous me reconnaissez, faites le moi savoir en me disant « Plus de futur à Hyeres» et je vous ferai un cadeau. A Bientôt Mignonne ! ».

Je me suis précipitée vers les rayonnages de la section fantastique et sciences fiction. Ce n’était pas une blague tous les ouvrages avaient effectivement disparu.

Il n’y avait pas eu d’effraction. Qui pouvait posséder une clef de la bibliothèque. J’en avais égaré une il y a une semaine, le voleur avait dû me la dérober dans mon tiroir de bureau à mon insu.

Offrir des roses rouges dans le langage des fleurs est l’aveu d’un amour passionné.

Qui parmi les habitués de la bibliothèque pouvait à la fois me vouer un amour secret et être passionné de Science-Fiction ? Je savais que la réponse à cette question me permettrait de démasquer le voleur amoureux.

Cet acte insensé n’avait peut-être pas de justification. Il pouvait être l’acte d’un dément. Cette dernière hypothèse m’angoissait, ma vie n’était-elle pas en danger ? cet individu ne voulait-il pas me tuer et, ainsi, aussi me voler mon futur ?

Il ne me restait plus qu’à attendre les habitués de la bibliothèque et à être vigilante.

Le premier visiteur fut un jeune gendarme qui venait suite à mon appel téléphonique. Il prit ma déposition et me confisqua le message du voleur. Il repartit bien vite en m’indiquant qu’un de ses collègues viendrait prendre des empreintes. J’eus la conviction que ce vol à la bibliothèque n’avait aucun attrait pour lui et que ce dossier serait vite classé.

Une journaliste du quotidien local, une jolie rousse aux yeux turquoises, lui succéda me posa quelques questions et me prit en photo. Je lui suggérais un titre pour son article « Plus de futur à Hières». Elle éclata de rire et me dit que cela ferait un excellent titre.

Monsieur le Maire, un agriculteur du village à la grande taille et forte corpulence fit ensuite son entrée, solennelle comme à chaque fois. Quel charisme Monsieur le Maire ? Il me fit la bise et se montra rassurant.

  • « Ne vous en faites pas Hélène, vous n’êtes pas responsable. Qui aurait pu penser qu’on viendrait dérober une nuit des livres sans valeur dans notre petite bibliothèque ? et puis notre voyou est gentleman, il vous offre des roses pour se faire pardonner. Notre voleur a-t ‘il pris les Barjavel ? 
  • "Bien sûr Pierre, absolument tous les livres de Sciences Fiction Barjavel compris" lui répondis-je étonnée par sa question".

Il me regarda alors avec un curieux sourire mi amusé, mi ironique qui me déplut en me disant :

Je me rappelais soudain que Monsieur le Maire ne lisait que les livres de sciences fiction. Il avait un double des clefs de la Bibliothèque. Il voulait soudain relire un roman dont le titre évoque une rose, Curieux. Et si c’était lui notre voleur amoureux ? Serais-je la rose et le paradis serait-il une menace d'un futur ailleurs tout là haut.

Cette pensée subite me fit peur mais bien vite je l’écartais. C’était stupide, Monsieur Le Maire avait lu tous les livres de cette section de la bibliothèque, pourquoi les aurait-il volés ? J’hésitais un moment puis je prononçais la phrase de reconnaissance

  • « Plus de futur à Hières Pierre ».
  • « Pour le moment seulement Hélène. pour le moment ...Je vais appeler le commandant de la gendarmerie pour que tout soit fait pour retrouver rapidement le coupable. Si nous ne retrouvions pas les livres, nous en achèterons d’autres. Il y aura toujours un futur à Hières Hélène. Peut-on concevoir une vie sans futur.

Et fier de cette dernière sortie hautement philosophique, Il prit congé et sortit.

Plusieurs visiteurs vinrent emprunter des livres. Certains s'étonnèrent que le rayon Science-Fiction soit vide et m'interrogèrent. Je leur appris le vol en ajoutant en souriant "Plus de futur à Hyères". Beaucoup sourirent de ce jeu de mots mais aucun ne me fit de cadeau.

En fin de soirée, J'étais prête à fermer la bibliothèque quand un homme brun élégant d'une quarantaine d'années qui ne faisait pas partie des habitués des lieux et que je n'avais jamais vu auparavant s'approcha de mon bureau, me sourit :

  • Bonjour, j'aimerais pouvoir consulter un livre sur place si vous le possédez dans votre bibliothèque.... ". Est-ce possible ?
  • Je suis désolée Monsieur mais la bibliothèque va fermer. Revenez demain matin et vous aurez le temps nécessaire pour consulter tous les livres que vous souhaitez.
  • C'est très gentil mais Je suis ici aujourd'hui, nul ne sait où je serai demain. Je n'ai qu'une seule page d'un seul livre à consulter, cela me prendra à peine cinq minutes. souhaitez-vous savoir quel livre je souhaite consulter ?

Incroyable, Je ne luis avais même pas demandé quel était ce livre tant j'étais perturbée par la recherche du mystérieux voleur, par l'envie de revenir au plus vite chez moi tant la journée avait été éprouvante et, il faut bien l'avouer, par le charme de ce visiteur du soir.

  • Quel est donc ce livre Monsieur ?
  • C'est un livre de poésie "les amours" de Ronsard
  • Nous en possédons un exemplaire en livre de poche, je vais vous le chercher

Je me dirigeais vers le rayonnage poésie, saisit le livre et le remit à cet homme qui aimait Ronsard, poète pour qui personnellement j'ai une grande admiration.

Il le prit s'installa à une table et le feuilleta. Il s'arrêta sur une page et se mit à lire.... Il semblait songeur.

Je m'approchais de lui doucement

  • Monsieur je dois fermer la bibliothèque, j'ai eu une rude journée aujourd'hui on nous a volé tous nos livres de Sciences Fiction. Vous vous rendez compte "Plus de futur à Hières"
  • Mais il vous reste le présent, Vivez le intensément sans penser à hier, ni à demain. Vous devriez remercier ce voleur de futur qui je l'espère viendra aussi voler vos livres historiques. Hières sans passé et sans futur, avouez Mignonne que c'est une perspective séduisante.

Brusquement il arracha la page qu'il était en train de lire, prit son stylo plume souligna le titre et quelques vers du poème se leva et partit en chuchotant "au revoir Hélène"

Je restais tétanisée la page du livre à la main, incapable pendant quelques secondes de réagir. Je repris mes esprits : Sur ma feuille un titre souligné "Sonnets pour hélène : Quand vous serez bien vieille" avec quelques vers encadrés

"Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :
Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie".

Une sonnerie stridente retentit soudain qui me fit sursauter, je venais de rêver. Dommage je ne saurais jamais si le voleur de futur reviendrait voler le passé d’Hyères car, même si j'en rêve parfois, dans la vraie vie je ne suis pas bibliothécaire.

En prenant mon petit déjeuner, je dépliai le journal que, comme chaque matin, j'avais été chercher rapidement dans ma boîte aux lettres et le titre de la une me sauta aux yeux "Plus de passé à Hyères :vol des livres historiques à la bibliothèque municipale".

Martine / Juillet 2014

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Nouvelles

Repost0

Publié le 31 Mars 2018

Fin février nous sommes rentrés à Cergy.

Il faisait très froid les étangs étaient gelés  car l'hiver il fait beaucoup plus chaud en Vendée littorale et nous sommes arrivés en plus le jour où la température a chuté partout en France. Cela a été très difficile, nous étions gelés ce qui ne nous a pas empêchés de randonner équipés comme si nous partions pour une expédition polaire !! Quel beau spectacle et un vrai coup de coeur de voir les arbustes du bord des étangs recouverts de perles de glace.

Aimé détesté mars 2018Aimé détesté mars 2018
Aimé détesté mars 2018Aimé détesté mars 2018

Nous avons passé une semaine avec deux de nos petites filles. Il faisait très froid, l'une était enrhumée. Faute de pouvoir beaucoup sortir, nous avons aimer jouer avec elles.

Il a neigé une nuit et le lendemain matin tout était blanc. Cela faisait 6 ans que je n'avais pas vu la neige. Il neige très rarement en Vendée où nous passons une grande partie de l'année. Quel plaisir de traverser le parc de la préfecture de Cergy dont les bassins étaient poudrés de blanc.

Aimé détesté mars 2018Aimé détesté mars 2018

Ce fut une semaine de préparatifs d'une grande fête familiale : l'anniversaire de notre nièce Marie-Jo d'origine Haïtienne qui est arrivée dans notre famille à l'âge de 4 ans.  Même si cela m'a quelque peu fatiguée et stressée car je voulais la fête belle sans ratés,  J'ai pris beaucoup de plaisir à créer les menus et décorer la table de fête.

 

Aimé détesté mars 2018
Aimé détesté mars 2018

La veille de la fête, J'ai aimer préparer un bavarois citron framboise (recette ici). Je pâtisse souvent mais je n'avais jamais fait un si grand gâteau pour 18 personnes. C'est beaucoup plus difficile et je m'en suis vite rendue compte.  Mais il était réussi et Franchement, sans me vanter, c'était une tuerie. Il a été beaucoup apprécié. J'avais décoré le dessus du glaçage miroir avec des meringues à la fraise en écrivant le mot HAITI. Marie-Jo nous a fait un petit discours très émouvant et nous a chaleureusement remerciés d'avoir dans notre maison accueilli la fête familiale. Elle habite avec sa maman (ma belle soeur) à Bourg en Bresse et si elle l'avait fait chez elle toute la famille n'aurait pu être réunie.

Aimé détesté mars 2018
Aimé détesté mars 2018

Mi mars nous avons quitté Cergy pour une petite semaine à Nice chez une amie qui venait d'emménager. Nous ne voulions plus retourner sur la côte d'Azur où notre fils bien aimé qui ne veut plus nous voir habite car c'est encore plus difficile pour nous de le savoir si près et de ne pouvoir aller le voir ainsi que nos trois petits fils. Ce fut effectivement assez douloureux pour moi et je pense pour Jeff aussi. Nous aimons beaucoup la côte d'Azur mais pas trop Nice ville que nous trouvons trop bruyante, polluée mais nous l'avons fait pour que Jeff qui a des doigts d'or puisse aider cette amie à faire quelques bricolages dans son nouvel appartement où elle vient de s'installer. Quand nous partons en vacances nous préférons louer un appartement que de loger chez des amis ou de la famille mais notre amie n'a pas voulu qu'on loge ailleurs que chez elle et nous aurions dû refuser son hospitalité. Nous avons des habitudes et une vision de la vie complètement différentes  et ce fut difficile pour nous comme pour elle. Néanmoins nous avons fait de belles randonnées au moins 15 km par jour et pu admirer de biens jolis paysages même dans Nice dans la vieille ville et sur la colline de Cimiez. Quelques photos ci-dessous de nos coups de cœur nombreux

Dans la vieille ville de NiceDans la vieille ville de Nice
Dans la vieille ville de NiceDans la vieille ville de Nice

Dans la vieille ville de Nice

Miroir d'eau de Nice

Miroir d'eau de Nice

Nice Place massena

Nice Place massena

Vue sur Nice depuis la colline de Cimiez

Vue sur Nice depuis la colline de Cimiez

Vue sur nice depuis le château

Vue sur nice depuis le château

J'ai beaucoup aimé aussi voir en direct l'arrivée du Paris Nice. J'aime les courses cyclistes et c'était la première fois que j'assistais à l'arrivée d'une grande course et à la remise d'une médaille aux vainqueurs. Nous avons eu la chance d'être placé face au podium pour faire les photos ci-dessous

Aimé détesté mars 2018Aimé détesté mars 2018
Aimé détesté mars 2018
Aimé détesté mars 2018Aimé détesté mars 2018

Un vrai coup de cœur aussi et surtout pour Villefranche sur mer.

Villefranche sur mer
Villefranche sur merVillefranche sur mer

Villefranche sur mer

Villefranche sur mer

Villefranche sur mer

Nous sommes rentrés fatigués d'avoir beaucoup marché mais  heureux de ce dépaysement dans le grand sud. A peine rentrés à Cergy, nous sommes repartis en Vendée qui nous manquait déjà et que notre escapade Niçoise ne nous a pas fait oublier. J'ai repris avec plaisir le sport intensif en piscine, j'étais en manque après trois semaines sans. Nous avons fait de belles randonnées sur la côte vendéenne avec un temps printanier. Notre meilleur souvenir, Jard sur Mer que nous aimons beaucoup et qui est à mon avis le plus bel endroit de la côte vendéenne

Littoral de la pointe du payré - Plage de la Mine
Littoral de la pointe du payré - Plage de la Mine

Littoral de la pointe du payré - Plage de la Mine

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #aimé détesté, #Vécu

Repost0

Publié le 29 Mars 2018

Photo pixabay

Photo pixabay

Viv(r)e le livre !

Dans une histoire incroyable à vivre

Le livre impudique au lecteur livre

Des joies, des peines et des rêves ivres.

L’espace d’une intrigue créative

Pour changer sa vie si dure à suivre

De mots, de phrases devenir ivres

 

S’identifier, des rêves poursuivre

Pour un meilleur savoir être et vivre

Des exemples de vie parfois suivre

 

De nos maux le livre nous délivre

D’informations il nous rend ivre

Vivre le livre, vive le livre

 

Martine / Mars 2018 pour les jeudis en poésie du défi 203 des croqueurs de mots animé par Laura 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 28 Mars 2018

Calliope ma muse

Quand mes rêveries s'usent

Quand mon âme est confuse

Que  je deviens obtuse

Qu’écrire je refuse

Ô Calliope ma muse

Des idées tu m’infuses

Oh les mots soudain fusent

De tes folies j’abuse

Charmée,  je joue, je ruse

Tu m’amuses ma muse

Martine / Février 2018 Les prénoms du mercredi de  jill bill

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 26 Mars 2018

On connait bien le peintre Gustave Caillebotte moins son frère Martial Caillebotte

Martial et Gustave Caillebotte (de gauche à droite)

Martial et Gustave Caillebotte (de gauche à droite)

Auguste Renoir était ami avec Martial. En 1895 il a peint ses enfants Jean et Geneviève. J'aime beaucoup Renoir et ce tableau

Renoir les enfants de Martial Caillebotte (Jean et Geneviève)

Renoir les enfants de Martial Caillebotte (Jean et Geneviève)

Sur le tableau, Vous voyez deux petites filles. Martial Caillebotte n'a eu que deux filles. L'aînée s'appelle Jean. Même si le prénom est plutôt donné à des garçons, il arrive qu'il soit donné à des filles !! Ce tableau m'a inspiré le poème ci-dessous pour le défi écriture no 58 Ghislaine 

Dans un grand salon d’hôtel

De la rue de Bagatelle

Posent pour  le Grand Renoir.

Deux jolies sœurs  aux yeux noirs

Parigotes un peu fiérotes

Qui n’ont pas ôté leur bottes.

 

Geneviève  la petiote

dernière née Caillebotte

Rêve discrète et secrète.

 

Jean sa  bien jolie sœurette

Lui lit une histoire joliette

De cousins et de cousines

Dans un très vieux magazine

Fable oh combien décevante

Alors elle papote, invente

Transforme un conte trop mièvre

Qui lasserait Geneviève

en aventures comiques.

 

Avec un brin de jugeote

et de  drôles de mimiques

Elle lui mijote et chuchote

Une bien drôle anecdote

 

Craignant leurs fous rires et gestes

L’illustre peintre proteste

Tout en souriant gentiment

Aux deux adorables enfants

De Martial Caillebotte

qui est son meilleur pote

 

Martine / Mars 2018 pour le défi écriture no 58 Ghislaine    

Les 8 mots en gras sont ceux qui sont imposés. les 8 terminaisons en "ote" imposées  sont soulignées (9 au lieu de 8 dont 2 au pluriel)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 22 Mars 2018

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Les uns se demandent étonnés

Pourquoi ils ne sont pas premiers

et derrière les autres placés

 

Les autres se demandent étonnés

Pourquoi il est dit que l'enfer c'est eux

Puisque eux ce ne sont pas les autres

 

Une question : Qui sommes nous

Nous ne sommes pas les uns

Nous ne sommes pas les autres

Nous sommes tout simplement nous

 

C'est pas si simple d'être soi

Quand on ne sait vraiment pas

Qui sont les uns

Qui sont les autres

et qui sommes nous

L'important s'aimer soi

S'aimer les uns les autres

 

Martine / mars 2018 pour les jeudis en poésie sur le thème la relation avec les autres du  Défi 202 des croqueurs de mots animé par Luciole 83

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 21 Mars 2018

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Chère Maîtresse Jill Bill

Il faut que je témoigne

Mon petit fripon Safoine

Rougit comme une pivoine

Est parfois bête comme âne

Aime faire d’affreuses  vannes

A une très forte poigne

Veut plus tard se faire moine

Mais tout ça se soigne, se soigne

Et je l’aime mon Safoine

 

Martine / Février 2018 pour Les prénoms du mercredi de  jill bill

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0