Publié le 15 Septembre 2021

Il y a un Nicolas
Non ce n'est pas moi
qui aime sa Carlita
Une chanteuse sans voix

Je suis un Nicolas
Cette fois c'est moi
qui aime sa Carlotta
Qui n'est pas Carlita

Ma belle Carlotta
une chanteuse à voix
Une cantatrice d'opéra
Ne murmure pas
Elle hurle la Traviata

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Mes oreilles assourdies aimeraient parfois
que j'échange ma bruyante Carlotta
contre la Carlita de l'autre Nicolas

Martine Martin / Pour les prénoms du Mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Carlotta)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 14 Septembre 2021

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 10 Septembre 2021

J'aime beaucoup Eveline THOMER, écrivaine des Sables d'Olonne, et ses romans. J'en ai lu deux que je n'avais pas encore eu le temps de lire :

 

La Matouze

C’est un récit autobiographique que nous propose Eveline Thomer dans son émouvant roman « La Matouze »

À travers l’histoire d’Aline. Elle nous raconte avec pudeur son enfance difficile auprès d’une mère impulsive, immature et dépensière à l’excès et un beau-père atteint de schizophrénie. Aline et  ses huit frères et sœurs,  issus de cinq mariages, vivent dans la souffrance affective,  l’angoisse, la  frayeur, l’épuisement.

Mais ce n’est pas du Zola. Aline, l’aînée très protectrice pour ses frères et sœurs, porte un regard critique et humoristique sur les frasques de sa mère et les folies de son beau-père. Ce roman se veut optimiste. Eveline Thomer a voulu montrer, que malgré un mauvais départ dans la vie, avec la volonté de s’en sortir et la joie de vivre, on pouvait réussir dans la vie et être heureux.

 

Voleur de lumière

 

Il y a des cadeaux qui peuvent bouleverser une vie. C’est ce qui arrive à Jeremy, passionné de photographie. Pour ses 30 ans, il reçoit de ses parents 30 appareils photo ayant appartenu à une jeune photographe partie en Russie s’occuper des enfants du Tsar Alexandre III. Subjugué et intrigué par ce présent insolite, il part dans le village natal de cette jeune photographe pour en savoir plus sur elle. Il apprendra beaucoup sur elle, mais aussi sur lui, à travers les rencontres qu’il fera. Trouvera-t-il le grand amour ?

J’ai beaucoup aimé ce roman que j’ai lu très vite tant, les nombreux rebondissements qui entretiennent le suspens, m’ont tenue en haleine.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 8 Septembre 2021

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Depuis que je suis petit je chante. À longueur de journée, j’entonne différentes chansons. J’ai un prénom prédestiné, je m’appelle Anton.

Il m’arrive en classe de faire des vocalises sur les lettres de l’alphabet, ou les chiffres. En retour la maîtresse me chante ramona. Je suis obligé de m’arrêter. Je suis un petit garçon poli, je ne lui chante pas pouilles, mais je la maudis intérieurement et parfois je me mets à pleurer quand elle me punit.

Maman aimerait que je puisse apprendre à jouer d’un instrument de musique mais je ne le veux pas, ma voix est le meilleur des instruments. Tant pis pour maman je ne lui jouerai jamais le boléro de Ravel son morceau de musique préféré. Même si j’ai une voix de soprano, je ne lui chanterai pas non plus des airs d’opéra. Non maman, je ne serai pas chanteur lyrique mais de variété comme celui que j’ai vu récemment à la télévision qui m’a enthousiasmé tant il chantait en ouvrant grand la bouche avec une voix très haute comme moi.

Photo Pixabay

Malheureusement maman a éteint la télévision en disant qu’il ne chantait pas mais qu’il hurlait et que cela lui était insupportable !

Martine Martin / Pour les prénoms du Mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Anton)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Ecrits divers

Repost0

Publié le 7 Septembre 2021

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 6 Septembre 2021

Vos participations à mon mois émoi Juillet 2021 :

Vos participations à mon mois émoi d'Août 2021

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #mon mois émoi

Repost0

Publié le 3 Septembre 2021

Quel bonheur d'observer un papillon machaon posé sur une feuille de bananier de notre jardin et ensuite sur le mimosa. Nous en voyons très souvent le long de nos chemins de randonnée mais toujours en vol jamais posé. Bravo Jeff pour tes photos

Mon mois émoi : Août 2021Mon mois émoi : Août 2021
Mon mois émoi : Août 2021Mon mois émoi : Août 2021

Pour la première fois, les micro bananes de nos bananiers ont mûri et jauni. J'en ai pelé une pour la goûter. Elle n'a aucun goût mais je suis heureuse tout de même :

Mon mois émoi : Août 2021Mon mois émoi : Août 2021

Nos petites filles sont arrivées début août et leurs vacances ont mal débuté. Agathe (8 ans) la cadette a été malade le premier jour : fièvre, courbatures. Elle n'a pas pu aller à ses cours de natation et de voile avant de connaître le résultat du test PCR (révélé négatif, ouf !). Alors on a fait des jeux de société elle nous a fait des dessins et même un poème. J'en avais les larmes aux yeux.

Mon mois émoi : Août 2021
Mon mois émoi : Août 2021
Mon mois émoi : Août 2021

Agathe adore Oops et Oops l'aime aussi. Il est triste quand elle s'en va. Pauline sa grande soeur qui s'est fait griffer par un de nos chats quand elle était toute petite n'y touche pas ce que l'on comprend.

Mon mois émoi : Août 2021

Nous avons passé pendant cette semaine à emmener nos petites filles aux différentes activités sportives. Pauline allait à ses cours de planche à voile. D'habitude pour aller à la base de mer il faut une demie-heure aller retour en août il faut le double une heure ce qui fait deux heures par jour.

Les cours de natation d'Agathe étaient beaucoup plus près, nous l'attendions au bord de la piscine face à l'océan

Mon mois émoi : Août 2021Mon mois émoi : Août 2021

L'après midi nous l'amenions à la Voile et allions la rechercher

Mon mois émoi : Août 2021Mon mois émoi : Août 2021

Pour clôturer leur séjour par un évènement festif, nous sommes allés dîner dans l'excellent restaurant italien La Nonna aux Sables d'olonne.

Mon mois émoi : Août 2021Mon mois émoi : Août 2021

Le lendemain merveilleuse journée en famille où leurs parents et leur soeur Léonore étaient venus les chercher, au Puy du Fou avant leur retour à Paris pour s'envoler vers la Grèce !

Pique nique du midi

Pique nique du midi

Quelques photos des attractions du puy du fouQuelques photos des attractions du puy du fou
Quelques photos des attractions du puy du fouQuelques photos des attractions du puy du fou
Quelques photos des attractions du puy du fouQuelques photos des attractions du puy du fou

Quelques photos des attractions du puy du fou

Le 12 août j'ai dédicacé mes romans aux Sables d'Olonne chez Doury presse. Merci aux lecteurs qui m'ont fait confiance et avec qui j'ai pris plaisir à échanger. Pour déclarer mes ventes lors des dédicaces et des salons auxquels je vais participer, j'ai créé en août une micro-entreprise. C'est beaucoup de travail administratif chose que je déteste. En plus je ne gagne pas grand chose sur chaque livre vendu mais avec les taxes sur le chiffre d'affaire (hélas pas sur le bénéfice), la cotisation à l'URSAFF je ne vais plus rien gagner, je vais y perdre  ! Heureusement que le plaisir de rencontrer mes lecteurs et la qualité des échanges m'enrichira. Pour être bénéficiaire il faudrait que je me passe d'éditeur et que je passe à l'auto édition mais c'est beaucoup de travail.

Mon mois émoi : Août 2021

Pour la première fois de ma vie je suis montée dans la cabine d'un voilier pas pour faire un tour en mer mais pour deux interviews de radio Sables sur mon dernier roman"souviens toi du bus 96" et sur mon blog. Ci-dessous en lien le podcast de l'interview sur mon blog "la Gazette des Olonnes". Celui sur mon dernier roman dont une partie de l'action se passe aux Sables d'Olonnes n'est pas encore paru.

Le voilier où ont eu lieu mes interviews

Le voilier où ont eu lieu mes interviews

Le dimanche 15 août j'ai assisté avec plaisir au départ de Dominique Soulard pour Saint Jacques de Compostelle (1500 km en 3 mois) en privilégiant les chemins côtiers ceci au profit de la SNSM des Sables d'Olonne. Comme j'aimerais faire ce chemin mais Jeff ne me suivra pas et pas question de le faire sans lui. Pour me consoler je le suis chaque jour avec plaisir sur sa page facebook .

Mon mois émoi : Août 2021Mon mois émoi : Août 2021
Mon mois émoi : Août 2021
Mon mois émoi : Août 2021Mon mois émoi : Août 2021

Le 17 août nous nous avons fêté en Seine et Marne à Recloses (près de Fontainebleau) les 95 ans de la maman de Jeff. Quel bonheur de la revoir toujours en forme et souriante entouré de tous ses enfants. Hélas au mois d'août ses petits enfants étaient pour la plupart en vacances

Mon mois émoi : Août 2021Mon mois émoi : Août 2021
Mon mois émoi : Août 2021Mon mois émoi : Août 2021

Nous avons passé une nuit et une matinée à Melun ce qui m'a permis de découvrir cette jolie ville bien fleurie en bord de Seine.

Mon mois émoi : Août 2021
Mon mois émoi : Août 2021Mon mois émoi : Août 2021

L'après-midi nous avons visité le château de Vaux le Vicomte que je rêvais de découvrir depuis longtemps. Dommage pour les photos,  le ciel était bien gris

Château de Vaux le VicomteChâteau de Vaux le Vicomte

Château de Vaux le Vicomte

L'intétrieur du château de Vaux le VicomteL'intétrieur du château de Vaux le Vicomte
L'intétrieur du château de Vaux le VicomteL'intétrieur du château de Vaux le Vicomte
L'intétrieur du château de Vaux le VicomteL'intétrieur du château de Vaux le Vicomte

L'intétrieur du château de Vaux le Vicomte

La salle des attelages du château de Vaux le VicomteLa salle des attelages du château de Vaux le Vicomte
La salle des attelages du château de Vaux le Vicomte
La salle des attelages du château de Vaux le VicomteLa salle des attelages du château de Vaux le Vicomte

La salle des attelages du château de Vaux le Vicomte

Nous avons passé les deux derniers jours de notre séjour Francilien chez notre fille qui était en vacances. J'en ai profité pour aller prendre le bus 96 à l'arrêt Bretagne où se décide le destin d'Adam personnage principal de mon roman "souviens toi du bus 96"  qui n'oubliera jamais ce bus sans l'avoir pris comme moi auparavant. J'ai même osé y rester jusqu'à son terminus Gare Montparnasse en priant pour que la fiction ne devienne pas réalité !

Mon mois émoi : Août 2021Mon mois émoi : Août 2021
Mon mois émoi : Août 2021Mon mois émoi : Août 2021
Mon mois émoi : Août 2021Mon mois émoi : Août 2021

Autre bonheur du mois : voir le majestueux 3 mâts "Le Belem" aux Sables d'Olonne

Mon mois émoi : Août 2021
Mon mois émoi : Août 2021
Mon mois émoi : Août 2021
Mon mois émoi : Août 2021
Mon mois émoi : Août 2021
Mon mois émoi : Août 2021

Quel beau mois d'Août et vive septembre. Quand tout le monde rentre, nous partons en vacances en voiture vers le sud comme cette belle vacancière sur la carte postale de Domi que je remercie. Elle sert bien de conclusion à ce long billet et s'ajoute aux nombreuses reçues en juillet :

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 2 Septembre 2021

 

 

Poursuivant mon but de faire connaître les écrivains de Vendée que j'apprécie, je vous propose aujourd'hui mon ressenti sur "le janus des Gauchers" de Pierre Deberdt, roman que j'ai beaucoup aimé.

Jeff défenseur de la nature, avec son vieux camion agonisant va de village en village , transmettre avec passion aux écoliers et instituteurs l'histoire l'eau et leur faire comprendre la nécessité de l'économiser et la respecter. Cette mission éducative donnant du sens à sa vie, lui permet de mieux supporter sa solitude et ses fins de mois difficiles. Ce n'est pas la mort de son camion qui l'arrêtera mais la douleur et la chimiothérapie pour traiter le cancer qu'un pneumologue renommé lui annonce brutalement et qui ne lui laisserait plus que quelques mois à vivre.

Le destin mettra sur son chemin les jumelles Albine et Léonie et leurs amis étudiants qui militent contre le projet d'exploitation de gaz de schistes tout près de son village. Il retrouvera aussi Suzelle, un inoubliable amour de jeunesse.   Ces rencontre amicales et amoureuses,  qui pourraient apaiser ces derniers mois de vie, vont l'entraîner dans une spirale infernale et ébouriffante. Va t'il se perdre ou enfin se trouver ?

Mon avis :

Quel plaisir de lire ce livre qu'on pourrait qualifier de policier aux nombreux rebondissements et à la structure originale qui alterne le ressenti de Jeff et celui de l'écrivaine publique à laquelle il conte son histoire pour qu'elle l'immortalise dans un roman qu'elle nous dévoile au fur et à mesure de son écriture.

Au delà de l'intrigue, on ressent la sensibilité de l'auteur à la défense de la nature et son irritation face à certains hommes politiques à l'égo démesuré qui défendent plus leurs intérêts personnel que ceux de leurs administrés.

Merci Pierre de m'avoir apporté autant de plaisir de lecture

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 1 Septembre 2021

  • Cléophée  veux tu une devinette ?
  • Merci ophélie c’est chouette
  • Cléophée  tiens  une devinette ?
  • Merci Ophélie c’est super chouette
  • Qui est la première de portée ?
  • Celle qui sort en premier : l’ainée
  • C’est juste mais tu n’as pas trouvé
  • Je réfléchis, mais je ne sais pas
  • Est-ce que tu donnes ta langue au chat ?
  • Non,  la langue mon chat n’aime pasLa solution j’ai enfin trouvée. Moi Cléophée donne  ma clef aux fées : la clef de sol bien sûr pour que jolies fées puissent écrire  une symphonie « Clé O fée  Lie » pour nous les jumelles Cléophée et ophélie

 

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Martine Martin / Pour les prénoms du Mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Cléophée)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 30 Août 2021

Je reprends aujourd'hui ce blog interrompu pendant les vacances en faisant découvrir "La fleur d'Itzamna" de Dominique Durand, un des nombreux livres de mes amis écrivains vendéens que j'ai lus cet été. D'autres suivront prochainement

La fleur d’Itzamna est un des premiers romans de Dominique Durand qui a été récemment réédité par Ella éditions.

Il y a des événements tragiques qui bouleversent le cours paisible et routinier d’une vie. En cette journée d’hiver, Vincent perd son emploi de magasinier et son épouse dans l’incendie de son appartement. Désespéré, il part se réfugier dans la maison familiale dont il a hérité. Les souvenirs d’enfance remontent et vont l’amener à se lancer en compagnie d’une archéologue, au péril de leur vie, dans une aventure fantastique au Mexique en quête de la fleur d’Itzamna.

Le rythme rapide de l’écriture qui nous plonge directement dans l’action et les nombreux rebondissements dans les situations les plus désespérées nous tiennent en haleine même les plus récalcitrants aux récits fantastiques et de science-fiction. La construction de l’intrigue est très habile. On se demande à la fin du roman quand on croit que tout est terminé et qu’on est un peu frustré de ne pas connaître l’avenir de Vincent et Lisa, un ultime rebondissement totalement stupéfiant gomme ce sentiment et nous fait nous demander si nous sommes dans un rêve ou une réalité. 

Ce roman, résolument optimiste, mêle habilement aventure, fantastique, science-fiction et amour. Cette quête de la fleur d’Itzamna, n’est-elle pas celle d’un monde meilleur où le profit ne serait plus le moteur, où tous, au lieu de se combattre, s’entraideraient pour qu’il n’y ait plus de pauvres et de guerre ?

Merci Dominique pour cet agréable moment de lecture.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0