Publié le 2 Juillet 2018

Domitille (défi 68 de Ghislaine)

Je me prénomme Domitille

Un joli prénom qui pétille

Mes grands yeux  de bonheur scintillent

Mes cheveux  couleur camomille

ont un doux parfum de vanille

A l’église de Saint Wandrille

Toujours je porte une mantille

et tiens un sac de pacotille

En fait un rien ne m’habille

Quand j’aperçois l’astre qui brille

Sur mes gambilles je sautille

Comme un gardon je frétille

Si jolie, très vive et gentille

Je fais la joie de ma famille

En août je cueille des myrtilles

Qui comble de joie mes papilles

En mars quand poussent les jonquilles

J’en offre à mon amie Bertille

Avec qui j’aime jouer aux billes

Ce n’est pas un jeu pour les filles

Me dit mon grand frère Camille

Qui avec plaisir me titille

Pour des riens ou des broutilles

Il est penaud quand je l’houspille

Du poil à gratter je distille

Dans ses souliers et espadrilles

 

Plus tard j’épouserai Camille

C’est impossible ma fifille

Me dit mon père Wandrille

Domitille (défi 68 de Ghislaine)

 

Épouse Godefroy de Montmirail

Non papa c’est une canaille

Il m’enfermerait au sérail

Avec lui sûr je déraille

Aïe aïe aïe

 

Épouse Jacquouille la Fripouille

Non papa c’est un vrai pedzouille

Il risque de devenir  arsouille

Avec lui sûr je dérouille

Ouille ouille ouille

 

Je dois poursuive ma vie en "ille"

Mais Je n’ai plus de "ille"

Je ne veux pas de aïe ou de ouille

Mais il me reste encore des « eille »

« Eille » comme merveille

Comme soleil

Comme oseille

Comme vermeille

Quand je se serai bien vieille

Je finirai ma vie en « eille »

Le début du grand sommeil

 

Martine / Juin 2018 pour le défi 68 de Ghislaine (mots imposés en gras et au minimum 5 mots se terminant par "ille".

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 29 Juin 2018

Un début de mois en demie-teinte à cause des orages qui ont un peu  fait baisser mon niveau de bonne humeur et d'optimisme mais heureusement qu'il est naturellement élevé. Néanmoins un grand bonheur de voir nos fleurs en plein épanouissement au jardin même si les roses notamment n'ont pas trop aimé cet excès de pluie violente qui ont moucheté leur robes satinées

Aimé détesté Juin 2018Aimé détesté Juin 2018
Aimé détesté Juin 2018Aimé détesté Juin 2018
Aimé détesté Juin 2018Aimé détesté Juin 2018

Bonheur aussi sur les chemins de randonnée d'admirer les églantines en pleine floraison et certains savent à quel point je les aime pour avoir à un moment au début de ce blog choisi "églantine" comme pseudonyme

Eglantine

Eglantine

Grande joie en début de mois d'avoir atteint et même dépassé mon objectif de courir 5 km sans m'arrêter afin de pouvoir courir le 30 septembre prochain la Joséphine à la Roche sur Yon (course de 5 km au bénéfice du cancer du sein dans le cadre d'Octobre rose). J'ai même couru plus de 7  km sans être essoufflée à la fin ni avoir mal aux jambes en 47 minutes ce qui n'est pas un rythme élevé (9km/heure) mais mon objectif n'est pas de gagner la Joséphine ou de bien m'y placer mais juste de la terminer. Je me suis entraînée à courir aussi sous la pluie au cas où il pleuvrait le jour de la course pour que cela ne m'empêche pas de la faire. En fin de compte c'est mieux on a moins chaud sous la pluie.

Je cours le matin de bonne heure juste après le lever du soleil et c'est un vrai bonheur de voir les paysages familiers sous une autre lumière et même de pouvoir voir des lapins sur les bords de mer. Moins agréable : j'ai vu un rat  sur le remblai des Sables d'olonne. Il a traversé le trottoir en courant juste devant moi. Je peux vous dire que pour une fois j'ai quelque chose à dire dans la rubrique "détesté" de cette revue mensuelle.

La côte sauvage du château d'Olonne et le casino des pins au lever du soleil
La côte sauvage du château d'Olonne et le casino des pins au lever du soleilLa côte sauvage du château d'Olonne et le casino des pins au lever du soleil

La côte sauvage du château d'Olonne et le casino des pins au lever du soleil

Nous avons repris nos baignades sur la plage et la lecture. J'ai adoré le roman de Michel Bussi Sang Famille dont je vous conseille vivement la lecture si vous aimez le suspens. Mais attention à ne pas lire si vous avez des choses urgentes à faire, vous aurez du mal à lâcher ce livre.

Aimé détesté Juin 2018
Aimé détesté Juin 2018

Nous nous sommes offerts une petite semaine de vacances au Croisic en mobilhome dans un beau camping. Il a fait beau et chaud toute la semaine et nous avons découvert cette belle presqu'île de Guérande que nous ne connaissions pas. Nous avons fait de superbes randonnées sur le littoral et avons apprécié après avoir beaucoup marché la baignade dans les très grandes piscines du camping extérieure et intérieure

Batz sur merBatz sur mer
Batz sur merBatz sur mer

Batz sur mer

Le croisicLe croisic

Le croisic

Piscine extérieure du campingPiscine extérieure du camping

Piscine extérieure du camping

En rentrant aux Sables d'Olonne, nous nous sommes arrêtés pour randonner à Pornic petit port et littoral superbes

Pornic
PornicPornic

Pornic

Il y a 45 ans le 23 juin 1973 nous nous marions à Rueil-Malmaison.

Aimé détesté Juin 2018

Nous avons fêté cet anniversaire comme il se doit et beaucoup aimé notre repas dans le restaurant la ferme de Villeneuve au château d'Olonne (1er sur Tripadvisor aux Sables d'Olonne). Au menu au prix raisonnable pour sa qualité (33 euros) nous avons ajouté un petit extra un demi-homard chacun très bien cuisiné : délicieux et bien présenté

Aimé détesté Juin 2018
Aimé détesté Juin 2018Aimé détesté Juin 2018

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #aimé détesté

Repost0

Publié le 27 Juin 2018

Tâter ses petits tétons tatoués

Embrasser ses lèvres cuivrées

Noyer son ennui dans la luxure

Délivrer des morsures et griffures

Relever au zénith l'acte d'amour

En buvant un vieux Saint-Amour

Sucer sa peau sucrée et soyeuse

Sans freiner sa nature joueuse

Et la tendresse bordel elle est où ?

Tendresse

Martine / Juin 2018 pour les acrostiches du mercredi de Lénaïg (aujourd'hui : Tendresse)

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Acrostiches

Repost0

Publié le 26 Juin 2018

Pour scène de rue chez COVIX une photo prise à Cergy lors d'une manifestion "Je suis Charlie" après les attentats de Paris

Scène de rue : jamais à genou

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 22 Juin 2018

Ils s'en tamponnent tous

De la coquille Saint Jacques
Je m’en tamponne le coquillard
Pense l’adepte du chemin de Compostelle

De ma cane blanche
Je m’en bats l’œil au beurre noir
Pense l’aveugle la nuit

De sa lettre d’excuse
Je m’en tamponne le timbre
Pense la postière jalouse

Ménager la chèvre et le chou
Je m’en bats le chabichou
Pense souvent  le vacher chouan

De mentir à Geppetto
Je m’en tamponne le tarin
Pense le fameux Pinnochio

Des mauvais sondages
Je m’en bats les flancs
Pense Flamby  l’étrange

De cette vieille bourrique
Je m’en tamponne le bourrichon
Pense l’ânier berrichon

De l’anguille sous roche
Je m’en tape le rocher
Pense le brochet ronchon

Chers amis de blog et  lecteurs fidèles
Pour ce poème à la noix de coco

Si vous voulez la raison garder
Vous pouvez un zéro m'attribuer

Je m'en tamponne le cocotier

 

Martine pour l'atelier 67 de Ghislaine.
Ce poème est une réédition d'un poème que j'avais écrit en octobre 2016 pour les expressions du mois chez Clara avec ces trois mêmes expressions imposées en rouge dans mon poème. Je l'ai néanmoins modifié pour y rajouter les mots imposés par Ghislaine (en gras)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 20 Juin 2018

PRESENCE
PRESENCE

Partir loin d’ici là bas

Revenir ici ou bien là

Escale dans chaque port

Sans ancre ni même lien

Embrasser notre chemin

Nomade dans l’âme

Cheminer en rêvassant

Errer de présence en absence

Martine / Juin 2018 pour les acrostiches du mercredi chez Lenaïg .

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Acrostiches

Repost0

Publié le 19 Juin 2018

Pour scène de rue chez COVIX  : photo prise  aux Sables d'Olonne impressionnant ce grand cargo rentrant dans le port aussi haut que les immeubles et qui se confondent avec ceux du quai

Scène de rue : Cargo en ville

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 15 Juin 2018

Bernard Buffet : Clowns musiciens, la danseuse

Bernard Buffet : Clowns musiciens, la danseuse

Nous sommes 4 clowns musiciens Je suis le clown chef d’orchestre avec mon costume à carreau rouge et noir et mon chapeau melon.  Je joue de la musique sur une grosse caisse avec un cœur transpercé d’une flèche comme mon cœur et celui de mes 3 compagnons. Malgré notre tristesse nous devons chaque soir faire rire et chanter les enfants et je suis le seul à réussir à ne pas montrer mon mal être. Ne trouvez-vous pas mes acolytes sinistres ? Ils vont faire peur aux enfants.

A mes côtés la danseuse nattée et couronnée, le regard fixé sur un horizon lointain, sautille sur ses jolies jambes aux pieds chaussés de godillots clownesques à ruban qui contrastent avec son tutu vaporeux. Ses Bras squelettiques aux mains gantées de blanc sont levés vers le ciel,. Elle semble absente. On pourrait penser à le voir que c’est un mime de pantomime. A quoi pense-t-elle ? Ou plutôt, à quoi pense-t-il ?  Il voudrait, comme nous, être ailleurs mais hélas il reviendra demain jouer la danseuse. Il faut bien perdre sa vie à la gagner.

A côté d’elle le clown auguste, sinistre personnage, joue d’un violoncelle de pacotille ressemblant plus à une caisse de transport avec "haut" et "bas" indiqué au cas où le pauvre ne saurait pas dans quel sens jouer de son instrument. Sa veste longue noire et jaune à carreaux n’arrive pas à cacher la maigreur de son corps. Il a toujours été jaloux de ma prestance lui qui se trouve ridicule avec cette casserole en guise de chapeau. Il a préféré la mettre sur sa tête plutôt que de la traîner derrière lui car il en traîne déjà tellement et de très lourdes. Il me regarde avec un air méprisant. Je dirais même assassin. Il porte un objet insolite sur collier autour de son clou : une clef. Ne pensez pas que c’est la clef des songes, il est trop ancré dans son présent et son passé de misère pour pouvoir encore s’autoriser à rêver. Ce n’est pas non plus la clef de son cœur il est trop aigri par la vie pour en avoir encore un.   

A ses côtés «  Berthe » le clown blanc, aux grands pieds nus, coiffé d’un entonnoir porte un costume blanc revêtu de notes de musiques Son visage peint en blanc, avec ses grands yeux fixes et sa bouche béante ressemble au masque de l’assassin de Scream. Il joue du tambourin tout en chantant ou plutôt criant avec sa voix éraillée. Comme la danseuse, c’est un rêveur. Il est présent, actif mais en fait son esprit vogue ailleurs en extérieur bien loin de ce chapiteau de cirque et c'est comme cela qu'il arrive à supporter son quotidien. 

Voilà mes amis j’ai terminé la présentation peu complaisante, je l’avoue, de ma troupe « Les cœurs brisés ».

Martine / Mai 2018 pour le nid de mots d'ABC sur un tableau de Bernard Buffet. Les mots en gras sont les mots imposés

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 14 Juin 2018

Renoncules / Photo PIXABAY

Renoncules / Photo PIXABAY

J’y vais ou bien je n’y vais pas

voudrais-je donc  bien aller ?

Un lieu où je vais jubiler

Mes amis  j’y vais à Givet

Givet a un je-ne-sais-quoi 

Qui remplit mon âme de joie

J’y vais avec Jason mon Jules

Devant les jaunes renoncules

Aux pieds  des jets d’eau Jacuzzi

Dans le  jardin de l’abbaye

Qui nous a toujours ébahis

Amour à vie sans jalousie

Sur notre honneur nous jurerons

Et jamais nous nous jugerons

 

Martine / Mai 2018 pour le défi 66 de Ghislaine : un défi en "J"

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 13 Juin 2018

En haut brille l'éternel
Toques vierges irréelles
Eblouissantes au soleil
Ravissantes merveilles
Nappées de crème glacée
Enlaçant pentes herbacées
Là-haut sur très hautes cimes
Là-haut l'infini inouïssime
Eternelles neiges d'antan

Sur le massif du Mont-Blanc

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Martine Martin / Juin 2018 pour les acrostiches du mercredi chez Lénaig (Aujourd'hui Eternelles)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Acrostiches

Repost0