Publié le 4 Octobre 2018

Comme beaucoup de mes amis lecteurs le savent, je ne supporte pas la musique mais j'aime néanmoins la belle chanson française pour les paroles d'abord mais parfois aussi pour le chanteur. J'aimais beaucoup Charles Aznavour, j'ai versé quelques larmes en apprenant sa mort et je ne pouvais que lui rendre hommage ici.

Paroles de Tes yeux, mes yeux de Charles Aznavour

 

Tes yeux, mes yeux ne voient pas que les soleils
Ou les fines pluies d'étoiles sur les gouttes d'arc-en-ciel
On peut vivre sans miracle
On peut vivre sans rien voir
Que toi, que moi
Tout le reste est étranger
Que toi, que moi
Toute ma vie c'est de t'aimer

On laisse parler nos yeux
En laissant parler nos cœurs
Nous avons un monde à nous deux
L'autre monde est ailleurs

Tes yeux, mes yeux ont le secret du printemps
Le calme d'un berceau avant que naisse un enfant
On peut vivre sans musique
Quand le cœur est musicien
Que toi, que moi
Tout le reste est étranger


Que toi, que moi
Toute ma vie c'est de t'aimer
De t'aimer

Martine pour les jeudis en poésie du Défi 209 des croqueurs de mots  animé par Jeanne Fadosi (thème : le yeux)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 3 Octobre 2018

Si tu vas à Rio pour rencontrer Eusebio

Si tu vas à Rio pour Rencontrer Eusebio

Ne vas pas sur la plage de Copa Cabana

Que les enfants pauvres ne fréquentent pas

Il te faudra monter la haut où c’est le chaos

Pas vers le christ roi du sommet du Corcovado

Mais dans la cité de Dieu une triste favela

Que les gens riches dédaigneux ne fréquentent pas

Le matin dans l’immense décharge de Rio

Il cherche quelques nourritures sans godillots

Dans le mouvant magma d'ordures sous la chaleur

Pour supporter la saleté et la puanteur

Il rêve que plus tard il sera footballeur

Courtisé par tous les grands clubs internationaux

Adulé de tous il sera le Roi Eusebio

Avec son équipe il brandira la coupe à Rio

Avec une étoile en plus sur le jaune maillot

En attendant chaque jour dans la favela

Il joue au ballon et danse la capoeira

Essayant d’imiter son grand frère Christiano

Qui est pour lui  des meilleurs danseurs de Rio

Photo Pixabay

Photo Pixabay

A l’école de la rue à survivre il apprendra

Et c’est certain  plus tard en bas il habitera

Martine / Juillet 2018 pour les prénoms du mercredi chez Jill Bill (aujourd'hui Eusebio)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 2 Octobre 2018

Pour scènes de rue chez COVIX un stand de vente de chapeaux au Puits du fou en Vendée

Scène de rue : La vendeuse de chapeaux

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 1 Octobre 2018

Fin août nous sommes remontés sur Cergy. Ce fut difficile de quitter notre petit paradis vendéen mais du travail de jardinage nous attendait dans notre grand jardin et aussi et surtout nous avions promis à notre fille de nous occuper des petites avant la rentrée et cela nous réjouissait. La veille nous les avons emmenées à leur restaurant préféré un « Hippopotamus parisien ». 

 

Détesté aimé / Septembre 2018

L’après-midi nous les avons accompagnées dans le petit square de leur quartier où elles se sont bien amusées dans les différents équipements.

Détesté aimé / Septembre 2018

Nous sommes rentrés le soir à Cergy fatigués mais heureux. La rentrée s’est bien passée pour elle avec  un grand changement pour Agathe la plus petite qui est rentré au CP avec presque un an d’avance puisqu’elle est née un 28 décembre et pour la plus grande Pauline qui rentrait en 6ème. Léonore est rentrée en CM1. Elles étaient toutes trois ravies et leur bonheur faisant le nôtre : nous étions heureux.

Tristesse de penser à la rentrée de nos trois petits fils que nous ne voyons pas. Nous ne connaissons même pas le plus jeune mais nous respectons la volonté de notre fils de faire un trait sur son passé et de priver ainsi ses enfants de leurs racines aussi. Certains grands parents, dans des circonstances identiques, demandent un droit de visite. Nous avons décidé de ne pas le faire. Nous ne voulons pas nous imposer sous la contrainte mais nous gardons toujours l'espoir de les revoir ou voir un jour. 


Nous avons beaucoup travaillé au jardin : tonte de la pelouse, plutôt des mauvaises herbes compte tenu de la sécheresse, taille des arbres et arbustes, ramassage des feuilles. Cueillette des fruits : poires, raisins. Le plaisir de voir nos bananiers aussi beaux avec des bananes malgré la rudesse de l’hiver.

Détesté aimé / Septembre 2018
Détesté aimé / Septembre 2018
Détesté aimé / Septembre 2018

Quand je suis à Cergy mes activités sportives en piscine me manquent beaucoup. Je compense en marchant en courant plus et même si la côte océane me manque je cours sur les rives de l’Oise et des étangs au lever du soleil et c’est aussi un bonheur encore plus grand cette fois ci.

Détesté aimé / Septembre 2018
Détesté aimé / Septembre 2018Détesté aimé / Septembre 2018

L'après-midi Je marche avec mon Jeff et c'est un plaisir aussi

Détesté aimé / Septembre 2018
Détesté aimé / Septembre 2018Détesté aimé / Septembre 2018

Nous sommes rentrés mi-septembre en Vendée. Il faisait encore beau et chaud. Nous avons profité de la plage et repris nos randonnées sur le littoral et dans la campagne.

 

Détesté aimé / Septembre 2018
Détesté aimé / Septembre 2018
Détesté aimé / Septembre 2018
Détesté aimé / Septembre 2018

J’ai beaucoup couru pour préparer ma participation à la course de 5 Km « La Joséphine » du 30 septembre à la Roche sur Yon dont les bénéfices iront à la lutte contre le cancer du sein.

Le grand jour est arrivé hier. Quel bonheur d'avoir terminé cette course, d'avoir été encouragée par les Yonnais fort sympas dont certains qui criaient "allez Martine" (nos prénoms étant inscrits sur les dossards) et même de petits enfants qui tendaient leur main pour qu'on leur tape dessus au passage. Le plaisir aussi d'avoir battu mon record personnel (31 minutes pour 5,2 km) moi qui me suis mis à courir il y a à peine un an.

 

La vague rose

La vague rose

Avant la course

Avant la course

Pendant la course

Pendant la course

Après avoir supporté les traitements contre mon cancer avec succès je savais que je pouvais me fixer et réussir ce que je considérais comme l'impossible avant. Voilà le message que je voudrais passer à toutes mes sœurs roses qui se battent actuellement contre ce cancer, cet "affreux Jojo" comme je l'appelle. Elles en ressortiront plus fortes.

Septembre est fini, Je le laisse derrière moi et je vous donne rendez-vous début novembre pour le prochain détesté aimé.

Le samedi et le dimanche, sauf urgence, je ne  blogue pas (repos bien mérité) et je trouve mieux d'attendre la fin du mois pour en raconter nos joies... et nos peines ou indignations.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #aimé détesté, #Vécu

Repost0

Publié le 28 Septembre 2018

Le vacher et son boeuf (défi 71 de Ghislaine)

Jean le vacher est fier aujourd’hui d’emmener son bœuf préféré parader à la fête de l’agriculture de son canton. C’est une belle bête robuste qu’il a surnommé « Dyson » car c’est un gourmand qui ingurgite très vite et à loisir tous les fourrages de l’étable.  Il fait très chaud aujourd’hui et pour éviter que le soleil tape très fort sur son crâne dégarni, il s’est confectionné un couvre-chef avec une chute de tissu.

Jean est toujours souriant mais aujourd’hui particulièrement : Signe qu’il est joyeux de retrouver les autres paysans ses amis et de défiler devant le public. 

Il ne vendra pas Dyson comme ses autres bœufs, il l’aime trop pour s’en séparer et surtout le voir finir aux abattoirs.  Il est si affectueux. C’est la première fois dans sa vie d’éleveur qu’il s’attache ainsi à une de ses bêtes. Même s’il n’est pas à vendre, il aime se montrer à ses côtés.

Son rêve serait de l’emmener à Paris au Salon de l’Agriculture pour que Dyson puisse être vu par des milliers d’enfants. Il n’a pas les moyens. Il faudrait que tel Fatah le petit paysan algérien du film « La vache » qui a traversé la France avec sa vache Jacqueline,  il parte à pieds avec son bœuf. Mais chacun sait que dans les fictions, qu’elles soient comédie ou mélodrame,  on peut tout imaginer et que la réalité est une version bien différente et même parfois contraire.

Dyson, imperturbable,   est comme chaque jour perdu dans ses pensées avec ce regard à la fois insistant et vide qu’ont les bovins curieux de tout. Il parade aux côté de Jean en toute confiance. Même s’il n’aime pas trop défiler ainsi à cause du joug de trait qui alourdit sa tête. Il sait que Jean va l’atteler à une charrue qu’il va devoir tirer pour  montrer à une assistance nombreuse  comment se faisaient les labours autrefois. C’est fatigant mais Il supporte son sort sans se plaindre.

Ce n’est pas sa première fête de l’agriculture et il sait qu’il n’est là que pour le spectacle et qu’il reviendra  à l’étable contrairement à ses frères qu’il a vu partir pour ne jamais revenir. Il ne connaîtra pas le Terrible sort des animaux de boucherie. D’ailleurs il est certainement désormais trop vieux, trop gras pour être vendu pour sa viande. Il a du mal à avancer, il aimerait être aussi mince que son amie la grenouille de la mare de son champ qui aimerait tant être plus grosse que lui mais il ne fera rien pour y arriver car il a appris avec l’âge que dans la vie il fallait se contenter de son sort sous peine de ressembler à quelqu’un de plus malheureux que soi.

Martine / Septembre 2018 pour le défi 71 de Ghislaine  (Les 8 mots imposés sont en gras dans le texte)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #FABLES ET CONTES

Repost0

Publié le 27 Septembre 2018

Prisonnière en Ville

Raide et immobile

Sur cette grand place

La bise me glace

Perdue parmi les tours

Le brouillard m’entoure

Cernée par le béton

Gênée par les néons

La rumeur m’assourdit

Les passants m’oublient

Hier des voix m’appelaient

Hier la foule m’acclamait

Je n’entends plus de voix

Sur mon cheval, j’ai froid

Ils m'ont statufiée

Ils m'ont récupérée

La pierre ne brûle pas

La pierre ne meurt pas

Résistante altruiste

Emblème nationaliste

Passé héroïque

Destin pathétique

Mon Dieu je vous en prie

Rendez-moi Donremy

mes moutons et brebis

Martine / Réédition d'un de mes poèmes de 2008 pour les jeudis en poésie des croqueurs de mots animé par Jill Bill

La prière de Jeanne

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 26 Septembre 2018

Photo Pixabay

Photo Pixabay

La petite Jeanneton

Devant le calvaire breton

A trouvé dans un carton

Deux peureux et  jeunes chatons

Gaston et son frère Riton

Gaston noir comme du charbon

Riton noir avec de blancs petons

tous deux assoiffés et  gloutons

Prennent ses doigts pour des tétons

Et lui léchouillent le menton

Elle a joué les marmitons

Leur a fait un bon gueuleton

Avec jambon, miettes de thon

Et lait d’éleveurs du canton

Elle gardera ces rejetons

Ce qui va déplaire à Pluton

L’ancien matou de son tonton

Qui devra choyer ces chatons

Partager son douillet futon

Et pire ! l’amour de Jeanneton

Même si ce n’est de bon ton

Il va rentrer chez le tonton

Mais après un gros roupillon

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Martine / Juillet 2018 pour les prénoms du Mercredi chez Jill Bill (Aujourd'hui Jeanneton)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 25 Septembre 2018

Pour scènes de rue chez COVIX vu lors d'une démonstration de chiens de sauvetage en mer aux Sables d'Olonne

Scène de rue : La Normandie à la conquête de l'Ouest

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 24 Septembre 2018

Après que nous ayons récité comme chaque matin le traditionnel « Notre père » et tout le Saint-Frusquin, l'institutrice s'assied sort de son cartable un paquet de copies. Elle les dépose sur son bureau et dit d'une voix froide : Je vais vous rendre vos rédactions « Racontez votre dernier  Noël ». Comme à chaque fois, elle lit les écrits qui ont obtenu les meilleures notes.  Après avoir lu 2  rédactions, elle me regarde d'un air hautain et sévère, s'empare de ma copie  et débute sa lecture :

 

« Le jour commence à poindre derrière les persiennes de métal rouillé, Je  reste quelques minutes blottie bien au chaud sous la couverture écossaise, j'hésite quelques instants à quitter cette douce quiétude et affronter la fraîcheur matinale de la pièce mais je me  souviens que c'est Noël aujourd'hui. Que vais-je  avoir cette année ? Impatiente de découvrir mon cadeau. Cela fait plusieurs jours que je résiste à la grande envie de fouiller les placards du petit appartement. Je me lève et me  dirige pieds nus sur le plancher froid vers la salle à manger. Au pied du sapin, je repère très vite mon paquet. Une boîte bien rigide recouverte d'un joli papier cadeau vert sur lequel des pères-noël sont imprimés. Je dénoue avec soin  le ruban rouge, enlève le papier et découvre un coffre en bois clair vernis. Que peut-il contenir ?  Je  l'ouvre  religieusement et découvre .... un microscope noir et de nombreuses lamelles de verre. Je n'ose pas y croire, me  frotte les yeux. Serait-ce un rêve, On  m'a offert le microscope dont je rêve depuis longtemps. Je me retourne, Papa se tient là derrière moi, me regarde comme à chaque fois avec tendresse et fierté. Je me précipite dans ses bras, l'embrasse. Je pose le coffret sur la table de la salle à manger et je sors le microscope. Que vais-je pouvoir observer. Papa va chercher une épingle, la nettoie avec de l'alcool et se pique le doigt, il dépose une goutte sur une lamelle de verre, l'étale et la recouvre d'une seconde lamelle. Il place le tout sous l'optique du microscope et me demande de regarder. Tout est flou, je règle la molette et soudain  apparaissent  de nombreuses cellules rondes grises et transparentes. C'est magique et merveilleux. Je prends conscience à ce moment là que nous sommes constitués de cellules et que chacune d'entre elle porte la vie.

Je me souviendrai de ce matin la toute ma vie comme mon meilleur souvenir de Noël »

 

Après avoir terminé la lecture, l'institutrice se lève de son bureau ma copie à la main emprunte l'allée centrale entre les pupitres et se dirige vers moi, elle jette la copie sur mon bureau en éructant :

 

- "Mademoiselle, bien que cette rédaction soit très bien écrite et qu'il n'y ait aucune faute, vous aurez zéro car vous n'avez pas eu un microscope, vous avez menti par vanité"

 

- "Je ne mens pas j'ai bien eu un microscope, comment aurais-je pu échafauder un tel mensonge, je peux l'amener pour vous le prouver".

 

- "Taisez vous immédiatement, vous devriez avoir honte, avouez que vous avez menti comment voulez vous que vos parents qui sont pauvres et qui ne peuvent payer votre scolarité puissent avoir les moyens de vous payer un microscope ? " 

 

Cette dernière phrase me transperce comme une blessure. Je ne sais quoi répondre à cette injuste humiliation publique. Toutes mes camarades me regardent, certaines avec un cruel air moqueur. Je ne pourrai même pas amener le microscope de peur qu'on réclame à mes parents de payer. Je préfère passer pour une menteuse. J'ai honte. Je retiens mes larmes mais je ne baisserai pas les yeux, Papa doit être fière de moi.

Martine / Réédition d'un texte de 2008 légèrement remanié pour le défi des croqueurs de mots ayant pour thème l'injustice. Les mots imposés sont soulignés. Je n'en ai utilisé que 2 sur 3 car je ne connais pas la signification du 3ème "alcades". J'ai cherché sur google mais je n'ai pas bien compris.

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Vécu

Repost0

Publié le 21 Septembre 2018

Qu’est-ce donc qu’un rien ?

Coucher incandescent

Vagues  d’or et d’argent

Etoiles au firmament

La splendeur de l’instant

 

Qu’est-ce donc qu’un rien ?

Bref Sourire esquivé

Paroles échappées

Larme enfin  libérée

L’émotion partagée

 

Rien que des petits riens

Liliputiens vauriens

Qui ne riment à rien

Pour les petits martiens.

Mais  pour nous les terriens

Ils ne valent pas rien

Ces riens qui sont beaucoup

Et qui nous changent tout

 

Martine / Pour le défi 179 d'Evy (thème de l'infime au merveilleux)

Les riens merveilleux

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0