Publié le 19 Novembre 2008

Les consignes des blogs "ateliers d'écriture" sont de plus en plus curieuses. Hélène sur son blog lançait la consigne suivante : Ecrire un poème ayant pour titre "j'ai les chevilles qui gonflent" .

J'ai obéi naturellement en parodiant la chanson : "j'ai la rate qui se dilate" et vous verrez ci-dessous le résultat. Je ne suis pas fière du tout (et je n'ai pas du tout les chevilles qui gonflent au sens figuré comme au sens propre) mais Hélène l'aura voulu !!!



Image Hosted by ImageShack.us


J'ai les chevilles qui gonflent

Et les seins qui se dégonflent


J'ai la tête qui se remplit

Et la mémoire qui oublie


J'ai les oreilles qui se bouchent

Et le colon qui se débouche


J'ai la squelette qui se tasse

Et les graisses qui s'entassent


J'ai mes grands yeux qui ne voient plus

Et mes pieds qui n'en peuvent plus


J'ai la tension qui augmente

Et le cœur qui se tourmente


Ah mon dieu que c'est affligeant

De ne plus avoir toutes ses dents


Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 17 Novembre 2008

Pour vous chers amis ce court poème fruit d'une nuit d'insomnie :


Image Hosted by ImageShack.usFort Mahon Plage / Photo Eglantine


Au creux de la vague
Elle divague.

Au creux de sa vie
 Elle survit.

La houle en boule
Toujours l'enroule.

Le vent se couchera
Elle s'apaisera.

Après le reflux
Arrivera le flux
.

Et au tout dernier flux
Elle s'endormira



Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 14 Novembre 2008

Dimanche dernier dans une fête foraine , j'ai pris cette photo

Image Hosted by ImageShack.us

Je me suis dit en la prenant c'est bien de voir le monde à l'envers et les vers qui suivent sont venus tous seuls.



Il faut se méfier de l’endroit

L’endroit est trompeur et pervers

 

L’envers met le cœur à l’endroit

L’endroit met le coeur à l’envers

 

L’envers ne vit qu’avec l’endroit

L’endroit se passe de l’envers

 

Une maille, deux mailles à l’endroit

Une maille, deux mailles à l’envers

 

Tricotez le monde à l’endroit

Avec tête et cœur à l’envers

 

Une rime, deux rimes  à l’endroit

Une rime, deux rimes à l’envers


Vivez votre vie à l'endroit

Imaginez la vie à l'envers


IMAGINEZ LA VIE EN VERS

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 11 Novembre 2008

Aujourd'hui en ce 11 novembre, je vous propose de visionner la vidéo ci-dessous avec un poème hommage aux poilus. C'est beau et émouvant :




J'ai profité de ce très long week-end pour écrire quelques poèmes qui paraitront prochainement.


A bientôt



Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 6 Novembre 2008

En raison d'une activité professionnelle intense, je n'ai pu écrire. En attendant mes prochains poèmes, je vous propose un premier coup de coeur que je vous laisse découvrir dans cette vidéo :




Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 4 Novembre 2008



Image Hosted by ImageShack.us

Photo que j'ai prise dans ma ville.
J'ai toujours été attirée par les jambes. C'est ce que je regarde en premier chez une femme ou chez un homme




Que vous soyez :

En l'air,
A l'air.

Menues,
velues

Brisées
sciées.

Molles
folles

De bois,
en soie.

Bronzées,
pelées.

Douces,
rousses.


Que vous soyez de flanelle,
Que vous vous fassiez  belle.

Que vous soyez  en coton,
Que vous fassiez des ronds.

Que soudain vous chancelliez,
Que soudain vous féchissiez.

Que vous ayez vingt-ans
Que vous ayez cent ans

Que vous me fassiez des jeux,
Que vous me fassiez des ronds.

Que vous soyez couvertes,
Que vous soyez ouvertes.

JAMBES je vous aime

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 1 Novembre 2008

 

J'ai déja déposé sur mon quai  (ICI) un hommage à ma grand mère paternelle qui m'a élevé. Je luis dois tout. Je pense particulièrement à elle en ce 1er novembre et à tous ceux qui me manquent.

 

Image Hosted by ImageShack.us


A ma grand-mère qui m'a élevée avec amour

et à tous ceux que nous avons aimés et qui ne sont plus


Tu reposes ici sereine

dans cette terre Val d'Oisienne

que tu n'as jamais connue

mais qui t'aurait beaucoup plu


Aujourd’hui jour de Toussaint

Dans la fraîcheur du matin

Sous un ciel gris qui pleure

Je viens te porter ces fleurs


De jolis chrysanthèmes

Pour te dire que je t’aime

Je pense sans cesse à toi

Dans la tristesse et la joie


Eglantine / 1er Novembre 2006

Voir les commentaires

Rédigé par eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 29 Octobre 2008

Il y a beaucoup de consignes d'écriture sur les blogs, je n'y réponds que rarement. Une consigne est pour moi un "il faut" ... Lilounette a lancé une consigne d'écriture

"j'entends une porte qui grince".

Il fallait continuer. La lecture quotidienne du blog de Lilounette m'apporte tellement de plaisir chaque jour que je me devais de répondre positivement à son invitation qui ne m'inspirait pas vraiment au départ. Voici mon poème :


Soudain J’entends une  porte qui grince

Une plainte, un insupportable cri

C’est effrayant au milieu de la nuit

Et si c’était lui, je l’attends mon prince

 

Soudain un  léger souffle, un courant d’air

J’ai froid, je me blottis  sous ma couette

Il m’a trouvé, je le sens il me guette

Maintenant dans l’obscurité, il erre

 

Soudain Un souffle. Est ce son cœur qui bat ?

Sous la couette, il se glisse avec grâce

S’allonge tout contre moi, je l’enlace

Il est enfin là, sa majesté mon chat

Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 26 Octobre 2008

Il faut accepter

Il faut refuser


Il faut apprendre

Il faut comprendre


Il faut progresser

Il faut s'accrocher


Il faut obéir

Il faut réussir


Il faut écouter

Il faut regarder


Il faut sourire

Il faut séduire


Il faut se marier

Il faut divorcer


Il faut s'aguerrir

Il faut s'amincir


Il faut s'écouter

Il faut se soigner


Il faut s'enfuir

Il faut revenir


Les « il faut »

J'en ai bien trop reçu

Les « il faut »

Je ne supporte plus

Dites moi « et Si tu »


Et si tu oubliais

Et Si tu espérais

Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 23 Octobre 2008

Dans son usine désertée,
il est le premier arrivé

Tout y est vide et silence.
Soudain il sent une présence.

Sa machine vieille et digne
semble l'inviter d'un signe.

Il s'approche avec précaution,
D'un geste la met en action.

Elle pousse un long gémissement,
S'ébroue et tourne lentement.

Avant de changer de route
il la regarde, l'écoute.

Des larmes longtemps refoulées,
brusquement il laisse échapper.

Abasourdie, elle hoquette.
Sans prévenir elle s'arrête.

Ce fut leur dernier message,
Comme un mutuel hommage.

Demain, elle déménage,
Il pointera au chômage.

Trop vieux, fatigué et trop cher
Inutile qu'il espère.

A cinquante-sept ans révolus

On ne l'embauchera plus



 Image Hosted by ImageShack.us

Voir les commentaires

Rédigé par Eglantine

Publié dans #Poèmes

Repost0