Publié le 17 Octobre 2019

Quand son amie l'a vue la première fois,

Elle l’a snobée avec maestria

Elle sentait  qu’elle souhaitait la narguer

Pour la punir de l’avoir intriguée

 

Pour répondre à sa fausse indifférence

Bien que conquise par son ascendance

A son égard elle montra de l’inappétence

 

Comme Elles faisaient le même métier

Dans une commune Société

Il y eu bien souvent des retrouvailles

Dans quelques réunions de travail

Elle admirait ses fortes compétences

Et son éblouissante intelligence

 

Malgré son tyrannique comportement

Une amitié est née rapidement

Elles passaient ensemble des  soirées

Dans son studio avec goût décoré

A jouir des mets qu’elle lui cuisinait

Son amie à l’excès  buvait, fumait

 

Elle l’aimait et l’admirait tellement

Qu’elle l’imitait bien imprudemment

Aussi elle mangeait, buvait, fumait

Parodiait, se moquait, et riait

De leurs collègues, managers et clients

Elle était sous sa coupe inconsciemment

 

Son manager l’a un jour avertie

Sur les dangers d’une telle sympathie

Pour son amie qu’il trouvait pervertie

Elle l’a écouté, aucunement cru

Elle lui en a surtout beaucoup voulu

 

Elle connut une passion amoureuse

Son amie en serait bien sûr heureuse

Au contraire elle s’est montrée railleuse

Il en prenait un bon coup son surmoi

Que son amie la juge l’a mis en émoi

En fait  elle crut qu’elle était jalouse

Elle culpabilisait, avait le blues

 

Pour lui montrer sa profonde amitié

En vacances en Espagne elle l’a invitée

Avec son époux et tous ses enfants

Ce fut une fort déplorable idée

Elle l’a tout simplement boudée

Ne s’intéressant qu’à son époux

A qui elle attribuait toutes les qualités

Elle s’est  sentie par tous critiquée

Et a fini un beau soir par craquer

Elle lui a dit durement son ressenti

Son amie en colère est partie

 

A son amie elle gâchait les vacances

Elle s’en est voulu de sa malséance

Quand elle a voulu se faire pardonner

Son amie l’a gravement insultée

L’une de l’autre elles se sont éloignées

Pendant quelques interminables années

 

Puis elles ont décidé de se revoir

Sans oublier mais passer sur leurs déboires

Leurs relations étaient bien  différentes

Mine de rien, elle bandait son arc

En lui faisant  d’insidieuses remarques

Qui toutes s’attaquaient à son moi

« Ma mère aime beaucoup ton mari, pas toi »

« Ton amant te baise parce qu’il est en manque »

Flèches d’arc devenant boules de pétanque !

Les faussaires de l'amitié et de l'amour

Même si elle trouvait son amie suspecte

C’était comme si elle était dans une secte

Elle ne put rompre leur relation

 

Quand elle tomba gravement malade

Son amie cessa ses rebuffades

Fit mine de s’intéresser à elle

En prenant de temps en temps de ses nouvelles

Mais elle ne reçut aucun vrai soutien d’elle

A la place du dédain de distance

Elle lui pardonna son indifférence

Son amie souffrait d’une leucémie

Qui était pour le moment endormie

Mais qui pouvait un jour se réveiller

 

Quand ses traitements furent terminés

Elle a rompu certaines amitiés

Beaucoup d’amies l’avaient laissé tomber

Revenant maintenant qu’elle était guérie

Mais elle garda sa fausse meilleure amie

 

Elle partit même à l’autre bout du pays

Pour l’aider dans son emménagement

Son amie l’invectivât sans ménagement

Pour un petit désaccord simplement

Elle mit fin  à cette relation toxique

Qu’elle ne pouvait plus nommer amitié

 

Rompez avec les pervers narcissiques

De l’amitié ou de l’amour imposteurs

Des faussaires fabuleux qui vous leurrent

Et qui ne veulent que votre malheur

Pour prendre une position de puissance

qui intensifie en eux la confiance

Qui leur fait douloureusement absence

 

Martine / Octobre 2019 pour les jeudis en poésie du défi 225 des croqueurs de mots animé par Jill Bill  (Thème : faussaire)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 16 Octobre 2019

C'est dur dur je m'appelle Edur
J'aimerais être un dur à cuire
Hélas je suis mou du genou
et je suis mou de la branche
On me donne souvent du mou
J'ai bien souvent des coups de mou
C'est dur dur on va me bouffer
Comme mon père, comme ma mère
Je suis Edur un ver de mer

Martine / Septembre 2019 pour les Prénoms du Mercredi de Jill Bill (Aujourd'hui : EDUR)

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 15 Octobre 2019

Pour Image Citation 46 voici les photos de  Gisèle que j'ai accompagnées chacune d'une photo (pour mieux lire les citations cliquez sur les photos)

IMAGE CITATION 46
IMAGE CITATION 46
IMAGE CITATION 46
IMAGE CITATION 46
IMAGE CITATION 46

et maintenant voici les citations proposées par Gisèle que j'ai illustrées par une photo (pour mieux lire les citations cliquez sur les photos)

Photo Martine Martin

Photo Martine Martin

Sur des photos Pixabay toutes libres de droit
Sur des photos Pixabay toutes libres de droit
Sur des photos Pixabay toutes libres de droit
Sur des photos Pixabay toutes libres de droit

Sur des photos Pixabay toutes libres de droit

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Citations

Repost0

Publié le 14 Octobre 2019

Ce matin dans ma messagerie, j’ai reçu un email d’une lectrice de mon blog qui m’écrit

De: Flore

à : Martine

Bonjour Martine,

Fidèle lectrice de votre blog, je voulais vous dire que j’ai beaucoup  aimé votre texte «Pauvre Lisa » ci-dessous en lien

Permettez-moi de vous citer :

« Tu a du poser pendant de longues heures, immobile devant Léonardo avec ce sourire figé, forcé avec un soupçon de satisfaction malicieuse et d'admiration amoureuse pour le Maître ».

Je crois sincèrement que vous vous trompez sur Mona Lisa. Derrière la jeune femme qui a l’air si douce et rangée ce cache en vérité une sorcière perverse  qui veut séduire Léonardo pour le mettre sous son emprise et lui jeter des sorts. Je crois que vous l’avez inconsciemment ressenti quand vous écrivez « 

«Je suis venue te saluer aujourd'hui en espérant inconsciemment que tu me confies ton Mystère. Je ne t'aime pas, tu l'as senti et tu ne m'as pas parlé. Je suis déçue mais c'est mieux ainsi ».

Elle ne vous a pas parlé parce qu’elle a senti votre rejet et compris qu’elle ne pourrait vous séduire.

J’avais un ami peintre qui m’a donné ce tableau qui semble  parodier la Joconde  (photo ci-dessous) mais  je  crois qu'en vérité elle montre la vraie Mona Lisa.

Il se trouve que souffrant d’un cancer généralisé, je n’ai plus que quelques jours à vivre et je vous lègue ce tableau. J’ai donné vos coordonnées à mon notaire qui vous contactera après mon décès.

Si vous ne l’aimez pas (la beauté est subjective) vous pourrez le donner ou même le vendre. Vu le nombre croissant de gothiques il trouvera preneur.

Je vous remercie pour les petites joies de lecture que vous m’avez apportées et vous souhaite beaucoup de bonheur dans la vie avec ou sans Mona Lisa.

Amicalement

Flore

Quelques semaines après avoir reçu cette lettre, j’ai été convoquée par le Notaire qui m’a remis le tableau de Mona Lisa avec un air un peu narquois.

De retour à la maison, j’ai déballé le tableau et je l’ai regardé. A la vue de la photo dans le mail je l’avais trouvé morbide mais le voir en vrai était insoutenable et cauchemardesque. Quelle horreur ! Si je gardais ce tableau, c'était certain cette sorcière allait m'emberlucoter. Il fallait que je m'en débarrasse sur le champ.

Mon amie Jill Bill à qui j’écrivais sur son blog que je ne supportais pas ce tableau et que j’aurais dû mal à le vendre, me répondait que le vendre était le meilleur moyen de m’en débarrasser.

C’est certain mais un bon vendeur serait capable de vendre n’importe quoi, à n’importe qui…. Pas moi !

Alors je me suis dirigée vers le fond de mon jardin en friche. J’ai constitué avec du bois entassé et du papier journal un grand bûcher auquel j’ai mis le feu. J’ai jeté le tableau au milieu et il a disparu très rapidement. Au moyen âge on brûlait les sorcières.

Néanmoins Merci à Flore elle m’a permis de me réconcilier avec la Joconde et je trouve maintenant son sourire plus plaisant .Je la plains beaucoup d’être par de nombreux peintres parodiée ainsi. C’est se moquer d’elle et  en même temps du génie qui l’a sortie de l’ombre.  Je vais retourner la voir au Louvre et je suis certaine que je la verrai autrement

Les deux visages de Mona Lisa

Martine Martin / Octobre 2019 pour le défi 224 des croqueurs de mots animé par Jill BIll  

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 11 Octobre 2019

Comme chaque matin, je rentrais chez moi après mon travail. Conducteur de ligne de production dans une usine agroalimentaire,   la nuit avait été particulièrement longue et fatigante. Au-delà du bruit assourdissant des machines, de la station debout qui m’était de plus en plus pénible à cause d’une mauvaise circulation sanguine, mon travail avait été rendu encore plus pénible par un arrêt soudain et inexpliqué de la ligne de production. Heureusement j’avais déjà eu cette panne et j’ai pu remettre en route rapidement la production.

 

En sortant de l’usine, il pleuvait des cordes, le vent était violent. Je courais vers ma voiture pour être à l’abri rapidement et rentrer chez moi retrouver ma femme et ma fille dans notre jolie maison.  Je mis la radio pour me tenir compagnie pendant le quart d’heure de route. Aux actualités de 7 H 30, le journaliste annonçait que la tempête annoncée la veille avait bien traversé notre ville en fin de nuit et que les pompiers étaient débordés. Ils annonçaient quelques victimes mais craignaient que le bilan soit plus lourd. Je regardais autour de moi dans la semi obscurité précédant l’aurore. Sur les trottoirs des poubelles étaient renversées, des tuiles étaient tombées parfois même sur la chaussée. Au carrefour le grand sapin penchait dangereusement. J’avais hâte de rentrer.

 

Il faisait presque jour quand j’arrivais devant chez moi et ce que je vis me stupéfia : mes trois arbres, de vieux bouleaux, avaient sauté et gisaient à terre déracinés. Ils étaient pleins de nids. Quelle tristesse ! Où allaient pouvoir nicher les petits oiseaux que j’aimais tant ? Cette pensée me bouleversa tant que je ne pus retenir quelques larmes.

Tempête

Je tournais mon regard vers la maison. Vision d’horreur un arbre du voisin était tombé sur notre maison où dormaient ma femme et ma fille. Je m’évanouis. Je me réveillais à l’hôpital ou l’on m’apprit que mon épouse et ma fille étaient mortes.

 

C’était il y a dix ans, je ne me suis jamais remis de la perte de ma famille et la culpabilité me tenaille. Je m’en voudrais toute ma vie d’avoir pensé aux petits oiseaux avant de me préoccuper du sort de ma femme et de ma fille.

 

Martine Martin / Septembre 2019 pour le Nid de mots d’ABC     

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 10 Octobre 2019

Avant de quitter cette terre

Je te fais ici l’inventaire

Un inventaire à la Prévert

De ce que je veux extraire

De bonheurs et plaisirs divers

Dont je te nomme légataire

Le talkie-walkie que tu m’avais offert

Souvenir de notre amour sur la CB

Notre mariage un samedi de juin

La fête à la ferme du Mont Valérien

Deux enfants souriants Laurence et Grégorie

Du temps où nous étions encore tous unis

Liesse d’un jour : élection de Mitterrand

Et dans une maison neuve emménagement

Notre bain dans la banquise en Laponie

Plaisir intense hors temps entre jour et nuit

Les perles de rosée sur nos roses blanches

La mésange bleue qui chante sur la branche

La grande ourse dans un ciel d’été indigo

Avec une averse d’étoile à gogo 

Notre maison de Cergy restée dans mon cœur

La vie dans la boucle d’Oise quel bonheur

Les ciels tourmentés d’aurore en automne

Qui sur l’océan lascivement moutonnent

Les écumes et embruns des tempêtes d’hiver

Les soubresauts de l’océan en colère

Nos bains nus dans les vagues chaudes d’été

A Sauveterre sur la plage ensoleillée

Nos doux chats leurs ronronnements et câlins

L’amour et la bienveillance  au quotidien

Je ne pourrais pas t’offrir :le temps qui passe

Car Je n’ai pas pu le capturer hélas

Mais j’ai joui intensément de chaque instant

Chaque instant avec toi  un enchantement

Sans notaire Je t’en lègue  les meilleurs

Conservés pour toi  dans ma boite à bonheurs

Et si par malheur bien après toi je meurs

Je conserverai tout cela dans mon cœur

Pour toi quelques extraits de ma boîte à bonheurs

Martine / Octobre 2019 pour les jeudis en poésie du défi 225 des croqueurs de mots animé par Jill Bill  (Thème : héritage)

J'ai écrit ce poème en m'inspirant de la chanson de Léo Ferré (le testament).

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 9 Octobre 2019

Un Chat et Une chatte

Le Chat noir Bada 

Chat Bada bada bada da

D’amour est fada  

Chat Bada bada bada da

De chatte Vlada

Chat Bada bada Vlada da

Blanche Esmeralda

Chat Bada bada Vlada da

Qui le laisse pantois

Chat Bada bada Vlada da

 

Un jour à Cuba

Chat Bada bada Vlada da

Son cœur il vida

Chat Bada bada Vlada da

Au bout de deux mois

Chat Bada bada Vlada da

Naquit Chat Guevara

Chat Bada chat Guevara

Couleur chocolat

Chat Bada chat Guevara

Il n’était pas lambda

Chat Bada chat Guevara

Un Chat et Une chatte

Quelques mamours

Quelques « croquettas »

Et Voila

Finie la belle histoire

Un beau chat

Blanche chatte

Chat Bada bada Vla da da

L’amour passait par là

Ce fut chance ma foi

Pour Vlada

Chat Bada bada Vla da da

Pour Bada

chat Bada bada Vla da da

Pour Chat Guevara

chat Bada chat Vlada chat Guevara

 

Martine / Août 2019 pour Les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Vlada)

Parodie de la chanson  "Un homme et une femme"  tirée du film Un homme et une femme de Claude Lelouch de 1966. Sur une musique de Francis Lai et des paroles de Pierre Barouh

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Parodies, #Poèmes

Repost0

Publié le 8 Octobre 2019

Le bal des Oiseaux fantômes / Le puy du fou 2019 (Cliquez sur la photo pour la voir en grand)

Le bal des Oiseaux fantômes / Le puy du fou 2019 (Cliquez sur la photo pour la voir en grand)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 4 Octobre 2019

Belle girafe Babette,

aux bien grandes mirettes

Sur ses longues gambettes

a l’air d'une midinette

 

Photo Martine MARTIN Zoo de Beauval

Photo Martine MARTIN Zoo de Beauval

Avec son corps d’Athlète

Son long cou et grosse tête

Ses portugaises en trompette

Du Zoo elle est la vedette


 

photo Martine MARTIN zoo des Sables d'Olonne

photo Martine MARTIN zoo des Sables d'Olonne

Dans une tête bien faite

Pas besoin de pense bête

Elle imagine Babette

Même ce qui l’inquiète

 

Sa langue balayette

Déguste les herbettes

En abritant Gastounette

Son girafon bébête

Photo Pixabay

Photo Pixabay

C’est un moment vraiment chouette

Lorsqu’elle fait sa toilette

Et celle de Gastounette

Quand Ra chauffe leur tête

 

De son sort très satisfaite

elle raconte des choses  secrètes

Et pousse la chansonnette

Les p’tites marionnettes

 

Et Ainsi font font font

Répond le girafon

 

Martine pour l'atelier 107 de Ghislaine (mots imposés en gras et le plus de mots possibles avec le son "ette") / Reprise d'un poème diffusé en 2016 rallongé et modifié

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 3 Octobre 2019

Image Pixabay

Image Pixabay

S’il te plait cher aujourd’hui

Donne-moi un sauf conduit

Pour Courir sous un dôme d’or

Dans la douce brise d’aurore

Pour écouter les goélands

Haut perchés face à l’océan

Pour une brioche bien chaude

Nappée de bonne marmelade

Pour une franche rigolade

Avec mes amies de fitness

Pour discuter de tout et de rien

Avec mes voisines et voisins

Pour railler avec gentillesse

Nos  petits soucis de vieillesse

Pour cuisiner des calamars

Et me régaler d’un homard

Pour randonner main dans la main

Et m’émerveiller en chemin

Pour regarder bien installée

Un bon polar à la télé

En dégustant des cannelés

Pour écrire les derniers vers

De cette poésie sincère

Pour m'endormir comme un bébé

Fatiguée mais de joie nimbée

S’il te plait cher aujourd’hui

Donne-moi un sauf conduit

Pour un nouvel aujourd’hui

Mais surtout pas pour demain

Le bonheur est dans l’instant

 

Martine (Septembre 2019)pour les jeudis en poésie des croqueurs de mots du défi 224 que j'ai eu le plaisir d'animer

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0