Publié le 6 Février 2020

Moi en 2011 au dessus de la Cluzaz lors d'une ballade raquettes en haut du Beauregard

Moi en 2011 au dessus de la Cluzaz lors d'une ballade raquettes en haut du Beauregard

J'ai grimpé haut jusqu'aux cimes

Mais à quoi donc cela rime

Même si ce n'est pas un crime

Était-ce donc de la frime ?

Oui j'ai grimpé jusqu'aux cimes

Je me suis coiffée en prime

du chapeau roses des cimes

avant qu'il choit dans l'abîme

et dans un effort ultime

je  vous ai fait quelques rimes

qui forment une maxime

C'est un conseil bien infime

Pour ne pas choir dans l'abîme

Goûtez à l'ivresse des cimes

 

Martine Martin / Réédition d'un poème de 2011 pour les jeudis en poésie du défi 231 des croqueurs de mots animé par ABC  

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 5 Février 2020

Photo Robert Doisneau

Photo Robert Doisneau

Avec ses airs à ne pas avoir l’air

Avec ses airs de rêveur tête en l’air

Avec ses airs sincères et malicieux

Avec ses airs éveillés de curieux

Avec ses airs d’enfant intelligent

Avec ses airs savants et si craquants

Avec ses airs si futés et cocasses

Césaire est maintenant rentré en classe

 

Martine  Martin / Janvier 2020 pour les Prénoms du mercredi chez jill bill

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 4 Février 2020

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 29 Janvier 2020

Vanille tu es un méchant filou

Tu as rentré ta patte dans le trou

Mais tu ne m’auras pas mon gros matou

Quand tu vas sortir tes griffes du trou

Tu vas avoir une surprise mon chou

Tu seras la risée des gros minous

Ils vont tous t’appeler Vanille Fraise

Un conseil de souris mon gros Doudou

Dans mon trou ne ramène plus ta fraise

Sinon je peins ta patte chocolat

 

Une surprise pour Vanille

Martine Martin / Novembre 2019 pour Les prénoms du mercredi  de Jill Bill

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 28 Janvier 2020

à Paris devant le printemps

à Paris devant le printemps

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 27 Janvier 2020

Nous avons fêté le nouvel an aux Sables d'Olonne avec la maman à Jeff (93 ans) et une voisine qui était seule ce jour là et qui nous a offert un très joli et original bouquet de fleurs fait avec des boudoirs autour.  Le plaisir de cuisiner et de décorer la table.

Aimé détesté Janvier 2020
Aimé détesté Janvier 2020

Nous avons gardé avec nous 10 jours la maman de Jeff et nous avons eu le plaisir de la promener (en voiture, elle marche peu). Nous l'avons emmenée une journée à Noirmoutier qu'elle ne connaissant pas et lui avons offert le restaurant "au petit Noirmout" que nous aimons beaucoup.  Elle vit seule et ne peut pas sortir de chez elle souvent. Nous étions heureux de lui faire plaisir même si nous avons vécu dans l'angoisse qu'elle chute. 

Aimé détesté Janvier 2020
Aimé détesté Janvier 2020
Aimé détesté Janvier 2020
Aimé détesté Janvier 2020
Aimé détesté Janvier 2020
Aimé détesté Janvier 2020
Aimé détesté Janvier 2020

Nous l'avons emmenée aussi voir un superbe coucher de soleil.

Aimé détesté Janvier 2020Aimé détesté Janvier 2020
Aimé détesté Janvier 2020
Aimé détesté Janvier 2020Aimé détesté Janvier 2020

Les TGV n'allant plus jusqu'aux Sables d'Olonne pendant les grèves, Nous sommes allés à Nantes raccompagner au TGV la mamie où le frère de Jeff, arrivé de Paris le matin l'attendait, pour lui tenir compagnie pendant le voyage en train et la ramener ensuite chez elle en voiture. Nous en avons profité pour marcher dans Nantes malgré la pluie

Aimé détesté Janvier 2020Aimé détesté Janvier 2020
Aimé détesté Janvier 2020Aimé détesté Janvier 2020

Je garderai de ce mois de janvier 2020 aussi le souvenir de belles promenades aux Sables d'Olonne avec le soleil et de jolies vagues

Aimé détesté Janvier 2020Aimé détesté Janvier 2020
Aimé détesté Janvier 2020Aimé détesté Janvier 2020

J'ai aussi beaucoup aimé de voir un lecteur cohabiter avec un surfeur

Aimé détesté Janvier 2020
Aimé détesté Janvier 2020
Aimé détesté Janvier 2020

Le plaisir de voir dès mi-janvier notre mimosa fleuri. Il est en  avance cette année

Aimé détesté Janvier 2020
Aimé détesté Janvier 2020Aimé détesté Janvier 2020

J'ai terminé l'écriture de mon roman "Je dis ça mais je ne dis rien" C'est un thriller psychologique. En voici son résumé.

Troulaville est un joli village paisible et animé jusqu’au jour où un corbeau vient en troubler l’apparente sérénité en se permettant quelques facéties et en envoyant aux habitants les plus connus des lettres anonymes sur le thème des 7 péchés capitaux et autres inconduites qui animeront les réseaux sociaux, un blog local, radio trottoir et radio bistrot. Qui est ce mystérieux corbeau trublion ? Quelles sont ses motivations ? Les gendarmes ne sont pas réellement motivés pour le démasquer. Au lecteur de mener l’enquête. La réponse qui sera donnée par le corbeau lui-même à la fin du livre est surprenante.

Je l'ai envoyé à des éditeurs, on ne sait jamais, mais restons modeste, vu le nombre de manuscrits qu'ils reçoivent, ce serait vraiment une grande chance d'être sélectionnée.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #aimé détesté

Repost0

Publié le 24 Janvier 2020

Emy, Lucette et la coiffeuse d'Evelyne LARCHER

Je ne lis pas en ce moment car je finalise l’écriture de mon premier roman. J’ai néanmoins fait une exception pour le roman « Emy, Lucette et la coiffeuse » d’une amie de blog Evelyne LARCHER  . Il y a des amitiés virtuelles qui comptent pour moi. J’aime beaucoup les textes qu’elle écrit sur son blog mansfield.fr qui disent simplement et avec beaucoup de sensibilité les choses de la vie.

Mon avis sur le livre :

Lucette une retraitée guadeloupéenne déprime depuis la mort récente et subite de son époux et des difficultés relationnelles avec sa fille. Elle observe ses voisins depuis son rez-de-chaussée d’un quartier parisien. Ancienne assistante Sociale habituée à écouter, analyser les comportements, elle connait apparemment bien tous ses voisins. Généreuse et entière, elle en apprécie certains, d’autres beaucoup moins et n’hésite pas à dire à ses derniers ce qu’elle pense de leurs comportements avec son vocabulaire imagé d’expressions créoles notamment à Adèle et Enzo que leurs activités professionnelles font délaisser leur petite Emy.

Victime d’une violente agression, Adèle tombe dans le coma. Lucette au grand cœur, touchée par le chagrin d’Emy qui l’aime beaucoup et à laquelle elle s’est attachée, prend soin d’elle  quand Marina sa baby-sitter une étudiante n’est pas disponible pour pallier aux  absences d’Enzo très pris par son travail et les visites de son épouse hospitalisée.  

Conjointement à l’enquête menée par Carrie l’inspecteur de police,  Lucette se démène pour trouver l’agresseur d’Adèle qui forcément vit dans ce microcosme  qu’est son quartier avec son immeuble et ses petits commerces avoisinants : l’épicerie de Rachid, le salon de coiffure, le cabinet dentaire, la pharmacie. L’action se passe dans une grande ville mais c’est comme dans un village au cœur de la ville. Tout le monde se connait, on est de la même famille : on se soutient mais on s’accuse aussi.  Le chat Guevara qui appartient à Paul un étrange vieux Monsieur si secret se sent bien partout et fait le lien entre les habitants habitués à sa présence. Et que cachent aussi Claudine et Huguette deux autres retraitées.

Au-delà de l’énigme policière, c’est un roman psychosociologique ou sont abordés : les relations entre des parents vieillissant, leurs enfants et petits-enfants, le racisme, les secrets de famille, l’adultère et les amours interdites.

Je ne vous dévoilerai pas plus sur ce roman d’Evelyne pour vous laisser le plaisir de la découverte au fil des pages.

Seule critique : les expressions créoles utilisées par Lucette qui ne sont traduites qu’en fin de roman ce qui ne pose pas problème quand on lit une version papier du livre. Ce n’est pas mon cas, je ne lis plus que sur liseuse et c’est beaucoup trop long à chaque expression d’aller voir la fin pour avoir la traduction. J’ai dû y aller une fois et noter leur numéro et leur traduction !

Pour se procurer se livre en version papier ou  liseuse kindle CLIQUEZ ICI

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 23 Janvier 2020

Pour les jeudis en poésie du défi 230 des croqueurs de mots, voici un poème de Victor Hugo (les contemplations) : Heureux l'homme

Image par Nathan Wright de Pixabay

Image par Nathan Wright de Pixabay

Heureux l'homme, occupé de l'éternel destin,

Qui, tel qu'un voyageur qui part de grand matin,

Se réveille, l'esprit rempli de rêverie,

Et, dès l'aube du jour, se met à lire et prie !

A mesure qu'il lit, le jour vient lentement

Et se fait dans son âme ainsi qu'au firmament.

Il voit distinctement, à cette clarté blême,

Des choses dans sa chambre et d'autres en lui-même ;

Tout dort dans la maison ; il est seul, il le croit ;

Et, cependant, fermant leur bouche de leur doigt,

Derrière lui, tandis que l'extase l'enivre,

Les anges souriants se penchent sur son livre.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes coups de coeur

Repost0

Publié le 22 Janvier 2020

Jao le calao à cimier

Jao flambant calao
Perché altier  tout là haut
le calao à cimier
à la cime du figuier
Belle Explosion de couleurs
arrière cou en rousseur
yeux en turquoise maquillés
Bec or d'orange strié
sous casque coquelicot
ailes et pattes noires corbeau
De La figue fraiche il raffole
Quand il en mange il batifole
en aboyant fortement
il vit en Indonésie
mais les voyages il apprécie
et parcourt plein de pays
avec sa belle ou en bande
tchao beau Jao, bon vent

Martine Martin / Novembre 2019 pour Les prénoms du mercredi  de Jill Bill

Si vous voulez entendre le chant du calao qui est réellement un aboiement, cliquez sur le lien ci-dessous où vous trouverez plusieurs enregistrements

Pour en savoir plus sur ce bel oiseau cliquez sur le lien ci-dessous

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 21 Janvier 2020

à Paris : les Galeries Lafayette

à Paris : les Galeries Lafayette

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0