Publié le 26 Février 2020

Bébé Brune

Un soir de pleine lune,

Aux doux pieds de la dune

A éclos bébé Brune

Belle ondine importune

Enjôlée par Neptune

Deviendra muse Brune

Elle fera la fortune

De joyeux poissons lunes

Poètes des lagunes

Martine / Janvier 2019 pour les prénoms du mercredi de Jill Bill 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 24 Février 2020

Plus d'eau à Padi Pado

Dans le parc géant PADI PADO

Managé par deux heureux farceurs

Personnages ne manquant pas d’R

Censurant les lettres I et O

 

A cause de leur extrême galéjade

Chacun aura des bas, plus de hauts

 

Et, plus grave, sans les grandes eaux

À sec les lacs, marécages, étangs

Plus de bélugas, plus de flamants

Plus de jacaras,  de salamandres

 

L’eau de l’azur les bêtes attendent

Restent les pumas, les autruches

 

Dans une cage des belles perruches

Les éléphants émus lèchent leur anus

 

Les branches fanées des Eucalyptus

N’allèchent même plus les pandas

 

Les plus heureux sans s’abreuver d’eau

Demeurent les abstèmes chameaux

 

Les aras, les grues, les pygargues

Dépriment dans leurs grandes cages

Ca ne leur sert assurément pas

D’être pourvus de deux « L » sans eau

 

Le puma azteca s’est sauvé

Et  chasse les deux lascars penauds

Heureux, de deux L au Q, d’être armés

Cette fable sans eau s’achève sans sursaut

 

Martine Martin / Février 2020 pour le défi 232 des croqueurs de mots animé par Marie et François CABARDOUCHE  (écrire un lipogramme sans I et sans O  sur le zoo de Padi Pado )

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes, #Lipogramme

Repost0

Publié le 23 Février 2020

Chers amis et visiteurs de mon blog,

Depuis 3 jours impossible de faire des commentaires sur les blogs hébergés par Overblog.  Ci-dessous le texte du message d'overblog sur sa page Facebook :

Bonjour à tous,

Nous effectuons actuellement une migration de Datacenter.

Il n'est pas exclue que cette migration provoque un peu d'instabilité sur vos blogs et vos administrations durant quelques jours. Sachez que cette migration est absolument nécessaire, notamment parce qu'elle nous permettra de passer vos blogs en HTTPS, très bientôt.

En cas de soucis, n'hésitez pas à nous contacter via l'onglet Aide dans vos administrations > Contacter le support ou en message privé sur les réseaux sociaux.

Nous vous remercions de votre compréhension.
Toute l'équipe vous souhaite une bonne journée 😊

Oui OVERBLOG vire tous nos amis de nos blogs en ce moment. C'est mon époux qui va être heureux.

IMPOSSIBILITE DE FAIRE DES COMMENTAIRES SUR MON BLOG

En conséquence, je ne publierai pas de nouvel article sur Quai des rimes avant mercredi prochain en espérant que le problème sera réglé par l'équipe d'Overblog. Sinon je retarderais la publication jusqu'à ce que le service fonctionne complètement.

Je suis désolé pour le défi des croqueurs de mots de lundi "au zoo de Padi Pado" que j'avais programmé. Si le service reprend je le publierai avant mercredi mais si mercredi il n'y a toujours pas de possibilité de commentaires, il ne paraitra que quand tout fonctionnera normalement.

Merci de votre compréhension.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 20 Février 2020

Image par John Hain de Pixabay

Image par John Hain de Pixabay

Si tu peux pardonner à qui t’a offensé

Si tu peux consoler ceux qui sont en peine

Si tu peux toujours, ta famille honorer

Sans rancune et sans haine

 

Si tu peux secourir, au risque de ta vie

Si tu peux pleurer,  sans jamais te  cacher

Si tu peux sourire,  à celui qui mendie

Sans  passer ton chemin, gêné

 

Si tu peux défendre, victimes et assassins

Si tu peux accepter ceux qui sont différents

Si tu peux partager,  le peu que tu détiens

Sans vouloir toujours plus d’argent

 

Si tu peux préférer, l’influence au pouvoir

Si après avoir chu, tu peux renaître

Si tu peux  préférer savoir à faire savoir

Si tu peux être sans jamais paraître

 

Par chance si tu réussissais  tout cela

Oui Tu serais une bien belle personne

Mais parfait tu ne peux être,  ne l’oublie pas

Car mon enfant tu ne serais pas un homme

 

Martine / Réédition d'un poème de 2014 Parodie de "tu seras un homme mon fils" de Rudyard Kipling pour les jeudis en poésie du défi 232 des croqueurs de mots animé par Marie et François Cabardouche 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes, #Parodies

Repost0

Publié le 19 Février 2020

CHRYSOLE

Moi je suis Chrysole

Toi t'es un guignol

Le clown mariole

Toujours je rigole

De tes gaudrioles

Crise de rire LOL

Ouvre grand ta goule

En cul de poule

J'y mettrai la boule

Cela me défoule

Martine / Janvier 2019 pour les prénoms du mercredi de Jill Bill 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi

Repost0

Publié le 18 Février 2020

Applestore des Champs Elysées Paris

Applestore des Champs Elysées Paris

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 13 Février 2020

Des cimes déneigées à la ville enneigée

Chaque soir dans la vallée

Je dansais d’endiablés rocks

Pour oublier que dans la journée

J’étais par des rocs assiégée

Claustrophobie quand tu nous tiens

Photos Martine MARTIN
Photos Martine MARTINPhotos Martine MARTIN

Photos Martine MARTIN

En revenant des cimes déneigées

J’ai retrouvé ma ville enneigée

Jaillissant de l'obscurité

Sous un manteau immaculé

 

Il neige sur La ville

Les citadins emmitouflés

A la démarche malhabile

Au regard tout émerveillé

Silencieusement jubilent

 

Il neige sur La ville

Assise dans le bus bondé

Désir de légers flocons blancs

Je gratte la vitre givrée

Pour rêver aux neiges d'antan

 

Il neige sur La ville

Dans cet univers blanc glacé

Se réconforter au comptoir

Chaude et âpre saveur sucrée

Joie de savourer un petit noir

 

Il neige sur La ville

Les petit vieux  au chaud restés

Une fois écartés les rideaux

Épient les joyeux écoliers

Qui s'égosillent tels des moineaux

 

Martine Martin / Réédition d'un poème de 2009 beaucoup remanié pour les jeudis en poésie du défi 231 des croqueurs de mots animé par ABC  

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 12 Février 2020

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Dans un zoo près d'une marina

Une maman rhinocéros Rina

Veille fière sur son petit Rino

Qui lui semble fragile et maigriot

Instinct maternel d’une mère

Même si elle fait le constat amer

Qu’il ne risque rien en captivité

Avec un regard tout plein de tendresse

Qui arrive à occulter sa détresse

Elle rêve pour lui de la liberté

Martine / Janvier 2020 pour les prénoms du mercredi chez jill bill

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 11 Février 2020

Champs Elysées décembre 19

Champs Elysées décembre 19

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 10 Février 2020

La montagne ça se gagne

Notre amie ABC a décidé de quitter son nid et la goélette des croqueurs de mots pour aller randonner en Montagne avec le Capitaine Domi et tout l’équipage de la goélette dont je fais partie.  Elle nous promet une surprise un message crypté nous sera envoyé du haut du plateau.  

Je suis bretonne de Naissance et Vendéenne de cœur, la montagne ne m’a jamais gagnée. Je me sens enfermée, oppressée dans les vallées. J’adore les cimes mais il faut monter et surtout après en redescendre et le vertige me gagne alors.

Nous sommes en mai. Nous nous retrouvons sur le parking d’où part un des sentiers de randonnée du mont Canigou. ABC nous rassure nous ne monterons pas jusqu’au sommet, ascension réservée aux montagnards entraînés. L’objectif est de marcher ensemble, à notre rythme, jusqu’au pied du pic tout en admirant la beauté du paysage. Pourquoi avoir choisi le Mont Canigou cette montagne au nom de pâtée pour chien, je ne lui ai même pas demandé. Cela ne nous a pas porté chance il fait un temps de chien et je n’aime pas les chiens.

Certaines de mes amies qui pensaient monter jusqu’au pic avaient emmené avec elle un drapeau pour le planter au sommet : qui le breton,  qui le corse, qui la France insoumise. J’avais moi-même emmené celui de la Vendée au double cœur rouge sur fond blanc surmonté d’une croix qui ressemble un peu au logo (le Phi) du parti de Jean-Luc Melenchon. C’est amusant le drapeau des royalistes catholiques chouans ressemblant à celui d’un parti d’extrême gauche. Dommage que la république en marche n’ait pas vraiment de drapeau, je l’aurais emmené, il aurait été de circonstance pour accompagner les marcheurs.

J’avais aussi emmené dans mon sac à dos une bouteille de vin, pas un fief Vendéen peu connu mais qui mérite de l’être, mais un excellent vin de bourgogne, du Montrachet.

Nous débutons l’ascension avec à la tête de notre groupe ABC, notre capitaine Domi et Jeanne FADOSI.  Avec tous nos drapeaux, nous ne passons pas inaperçus, on ressemble à des manifestants déambulant joyeusement.  

Je suis sportive, j’ai l’habitude de marcher, de courir mais le matin de bonne heure à la fraîche et sur du terrain plat ou presque au bord de l’océan. Ici cela monte sec, il fait frais et humide mais j’ai chaud. Je me suis trop couverte. Heureusement je n’ai pas que du vin dans mon sac à dos mais aussi une grande bouteille d’eau que je consomme sans modération. Je ne regarde que mes pieds et surtout pas le sommet pour ne pas voir la dénivellation et le chemin qui reste à faire.  Mes amies des croqueurs, pour la plupart très heureuses de faire connaissance après plusieurs années de relations virtuelles, n’arrêtent pas de papoter sur la beauté du paysage, les élections municipales, le corona virus et tous les malheurs du monde.

Les randonnées en groupe ce n’est pas pour moi.  Je préfère partir seule, cela me permet de penser, méditer et c’est en marchant que toutes mes idées d’écriture viennent. J’essaye de faire un effort pour observer le cadre qui m’entoure, m’en imprégner, écouter le chant des oiseaux, les cris des insectes mais je n’y arrive pas tant il y a du bruit. Au risque de passer pour une enquiquineuse, je demande à mes compagnes de marche au minimum de baisser le ton, voire de se taire. Elles continuent de plus belle. Je peste intérieurement. Soudain j’aperçois un chamois au loin sur un rocher. Personne ne semble l’avoir vu, on ne peut pas parler et observer en même temps. Je ne garde pas cette belle découverte pour moi et je leur signale la présence de l’animal. Enfin les bavardages s’arrêtent et tout le monde admire, sort son appareil photo ou son téléphone portable pour conserver le souvenir de cette rencontre. François Cardabouche sort son carnet et se met  à dessiner.  Je ne connais pas la faune montagnarde et je me suis trompée. On me fait remarquer que ce n’est pas un chamois, mais un bouquetin. Il y en a toujours qui aiment ramener leur science. J’en ai assez, je commence à être fatiguée. Je propose de faire une halte mais ABC me dit que si l’on veut revenir avant la nuit on ne peut pas s’arrêter tout le temps. Je fais remarquer qu’on n’a pas encore fait de pause.

Nous continuons à monter. Soudain une petite pluie fine se met à tomber. Chacun sort son vêtement de pluie. Après avoir enfilé ma cape imperméable, je me mets à chanter en parodiant « je suis le plombier » de Pierre Perret :

Je n’veux pas marcher, ché ché ché

J’ai très mal aux pieds

J’vis un martyr dans le canigou, gou gou gou gou

Il fait un temps d’chien

Entendez-vous le tonnerre ?

J’veux rentrer chez ma mère

C’est encore loin la mer

Ma chansonnette a l’air de plaire et beaucoup de mes camarades d’infortune la reprennent en chœur !

Cela m’aide à monter. Il n’y a rien de plus dynamisant que de râler en chantant. Seulement, Je chante faux et la pluie devient plus intense.

Je sens que j’ai fâché nos trois capitaines qui me lancent des regards courroucés. Je change de chanson et me mets à chanter en parodiant Hugues Auffray

Tiens bon le cap et tiens bon le coup

Monte plus haut, Monte dans la boue

Sous la pluie qui nous mouille le cou

Nous irons tout en haut du Canigou

Domi en tant que Capitaine des croqueurs se sent obligée d’intervenir et me lance un « MM (c’est mon surnom) arrête, il pleut déjà suffisamment »

On se rapproche de notre but, le pied du pic que l’on aperçoit, mais il reste encore de la route à faire. Mon smartphone se met à sonner, je viens de recevoir un MMS, je le consulte et clique sur l’image envoyée. Un message crypté s’affiche sur mon écran.

Si vous n'avez pas envie de le traduire ou n'y arrivez pas voir le lien ci-dessous

Si vous n'avez pas envie de le traduire ou n'y arrivez pas voir le lien ci-dessous

Je mets plusieurs minutes à le déchiffrer. 

C’est un message d’encouragement mais son côté critique ne me plait pas.

J’en ai assez de cette randonnée. Je retire mon sac à dos, je l’ouvre, je sors la bouteille de vin et en verse dans la timbale que j’avais emmenée et sous le regard médusé de mes compagnes de randonnée je le bois sans le partager et m’exclame  « Plutôt que de monter le Mont Canigou, je descends le Montrachet et j’aurais descendu le Montbazillac si j’en avais amené ». Continuez à monter sans moi, je descends seule.

Je plante mon drapeau vendéen. Je fais demi-tour et commence la descente en chantant l’hymne de la Vendée d'Alban Lepsy

« La montagne nous offre le décor, à nous d’inventer l’histoire qui va avec. Nicolas Helmbacher».

Martine Martin / Février 2020 pour le défi 231 des croqueurs de mots animé par ABC

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0