Publié le 7 Avril 2022

La belle musique du silence

Je monte dans la ravine

Le vent léger d’été soudain choit

Les oiseaux se taisent dans le bois

Je m’arrête sur la colline

 

En bas la ville, le vacarme

Dans mon petit coin de paradis

tu m’envahis petit à petit

D’émotion coulent quelques larmes

 

Je t’écoute voluptueusement

tu me caresses et tu me souris

Je me détends et je suis ravie

Instant de pur émerveillement

 

Ta musique sur moi s’exerce

Elle m’emporte dans des pays lointains

Sur les bords de l’océan indien

Où  les flots turquoises me bercent

 

Dans l’île déserte où tu règnes

Sur la nature en souverain

Je ne t’entends plus soudain

Dans le lagon ou je me baigne

 

Ne pouvant plus de toi m’imprégner

Dans ce pays imaginaire

Perdue entre firmament et mer

Ma colline je viens retrouver

 

Tu es toujours là, quelle chance

Discret tu tournoies autour de moi

Et je chante et je danse avec toi

J'écris et crie ton nom "silence"

 

Tu es la plus belle des musiques

Qui chante à mon cœur poétique

 

Martine Martin-Cosquer - pour le défi 263 des croqueurs de mots animé par Gisèle (thème poème où la musique est présente)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost1

Publié le 5 Avril 2022

Prends garde à toi Valère

Si je n’en ai pas l’air

Oui je suis en colère

Je bous, je vocifère

 

Je vis une galère

A cause de Valère

Un sale bipolaire

0h qu’il m’exaspère

Un jour il désespère

Et il me réfrigère

Un autre il est solaire

Tombe dans l’adultère

Contre moi déblatère

Me traitant de glaciaire

Si je n’en ai pas l’air

Oui je suis en colère

Je bous, je vocifère

Prends garde à toi Valère

Martine Martin / Pour les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Valère)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi

Repost1

Publié le 5 Avril 2022

Pour scène de rue chez Covix : la rue de l'enfer aux Sables d'Olonne

Scène de rue : la rue de l'enfer aux Sables d'Olonne

Cette rue des Sables d'Olonne est au Guiness des records pour son étroitesse !

Scène de rue : la rue de l'enfer aux Sables d'Olonne

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 4 Avril 2022

Colette

 

Gisèle

 

 

Renée

 

Zaza 

Martine

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 31 Mars 2022

J'aime beaucoup le mois de mars qui voit la nature renaître et les jours rallonger. Je ne cours plus dans la nuit le matin. Nous avons fait avec Jeff de belles ballades sur le littoral et la campagne des Sables d'Olonne et environs.

Pour débuter quelques photos d'une  de nos randonnées préférées (estuaire du Payre, plage et bois du Veillon) à Talmont Saint Hilaire.

Mon mois émoi : Mars 2022Mon mois émoi : Mars 2022
Mon mois émoi : Mars 2022Mon mois émoi : Mars 2022

Une belle rencontre dans la campagne du château avec ce beau et gentil cheval 

Mon mois émoi : Mars 2022
Mon mois émoi : Mars 2022

Quel bonheur de revoir les pruneliers (épines noires) en fleurs. Ce sont avec les jeunes pousses qu'on concocte la trouspinette apéritif vendéen. Voir recette ci-dessous. Je ne l'ai pas testé, je l'achète toute faite. En Vendée on en trouve dans tous les magasins d'alimentation.

Mon mois émoi : Mars 2022Mon mois émoi : Mars 2022
Mon mois émoi : Mars 2022

Par une belle journée venteuse, l'écume de mer sur le littoral : un spectacle dont je ne me lasse pas

Mon mois émoi : Mars 2022
Mon mois émoi : Mars 2022

L'hiver je cours la nuit, j'aime, mais ce qui me manque le plus ce sont les levers de soleil sur l'océan et la campagne des Sables d'Olonne dont j'ai pu de nouveau profiter avec les jours qui rallongent. Je partage ci-dessous quelques un de mes coups de cœur de mes courses matinales :

Mon mois émoi : Mars 2022
Mon mois émoi : Mars 2022
Mon mois émoi : Mars 2022

Mon activité de romancière a été intense ce mois. C'est un travail à plein temps passionnant, mais parfois fatigant.

Mon contrat d'édition pour mon premier roman arrivait à échéance. Je ne l'ai pas renouvelé puisque mon nouvel éditeur m'avait proposé de rééditer tous mes romans. Mon thriller : Je dis ça mais je ne dis rien est, devenu "je dirai tout" et a subi quelques modifications surtout de forme et de fond aussi. La couverture est superbe. Pour vous mes amis qui auraient envie de le lire, je peux vous l'envoyer dédicacé. Il vous suffit de me contacter. Pour ceux qui l'auraient lu, c'est une belle idée de cadeau. Vous pouvez aussi vous le procurer sur le site de l'éditeur .

J'ai passé à beaucoup de temps à le relire plusieurs fois le modifier, choisir la photo de couverture. Je suis très satisfaite du résultat.

Mon mois émoi : Mars 2022

J'ai écrit une nouvelle pour un concours national. Elle m'a demandé beaucoup de temps. Je ne l'ai pas fait pour gagner ce concours où il y a beaucoup de participants. Je vais transformer cette nouvelle en roman. 

Je suis entrain de finaliser mon prochain livre qui sera un recueil de nouvelles et qui devrait avoir pour titre "folles destinées". 

S'inscrire à des salons, des dédicaces, suivre les dépôts de livres chez les libraires prend beaucoup de temps aussi. Je serai le 3 avril (de 13 h à 18 h) au Printemps du livre de Montaigu et y dédicacerai mes livres sur le stand des écrivains de Vendée.

Mon mois émoi : Mars 2022

J'ai connu en ce mois de mars, quelques désagréments :

- Notre petit Oups qui ne s'alimentait plus à cause d'une inflammation des gencives. Il s'est fait opérer le 30 mars : extraction totale des dents. L'opération s'est bien passée. D'après le vétérinaire, il pourra manger normalement même des croquettes que les chats avalent. Ceci explique ma venue en pointillés sur les blogs ces derniers temps.

- Je suis dans l'obligation de prendre un traitement contre le cholestérol, ce que j'aurais aimé éviter. La dose est pour le moment assez faible, mais à suivre.

- Jeff a eu quelques ennuis de santé aussi et il est obligé, lui aussi, de prendre des traitements à vie. 

J'ai été très peinée  par la guerre en Ukraine. Il faudrait être insensible pour ne pas s'émouvoir. Je ne regarde même plus les actualités à la télévision tant les images montrées sont insupportables. 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #mon mois émoi

Repost0

Publié le 30 Mars 2022

Opale

Chère madame Jill Bill,

Permettez-nous de vous présenter notre fille Opale.

C’est une jolie petite fille blonde, intelligente et douée aux cheveux bouclés et aux yeux bleu améthyste.

Passionnée de nature, le week-end, elle fait de longues balades en forêt avec son cheval le beau Rubis. Elle aime prédire l’avenir en regardant dans sa boule de cristal que nous lui avons offerte. Si vous souhaitez qu’elle vous dise ce que l’avenir vous réserve, elle se fera un plaisir de le faire. Il suffira de le lui demander. Elle n’osera jamais vous le proposer, car elle est fort timide.

En effet, madame Jill Bill ne vous faites pas de bile, Opale ne perturbera jamais votre classe.  Elle est si réservée qu’elle ne parlera jamais spontanément, il vous faudra la solliciter.  Vous risquez même d’oublier sa présence tant elle se montre transparente, mystérieuse.  

Elle est très mince et semble fragile comme l’opale dont elle porte le prénom : Apparence trompeuse. Physiquement et psychologiquement, elle est solide comme le roc.

Comme vous le voyez c’est une perle, que dis-je une pierre précieuse.  En effet, pour adoucir notre nom de famille qui aurait pu la rendre trop dure, inflexible, austère, nous lui avons choisi un prénom qui lui apporte à la fois du brillant, une transparence un rien troublée et de la fragilité. Madame Jill Bill vous aurez le plaisir d’accueillir dans votre classe Opale Pierre.

Cordialement,

Pierrick et Jade Pierre

Martine Martin / Janvier 2022 pour les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Opale)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 23 Mars 2022

Son joli prénom est Côme.

Quand il rêve il est cosmique.

Ce n’est pas un clown comique.

il parade fier, Flamboyant.

Pourquoi fait-il peur aux enfants ?

Sa carrure est si puissante,

Il voudrait être un gentil gnomme.

Son odeur est incommodante,

Il rêve d’O de lancôme.

Mais qui est peut donc être Côme ?

Un roi lion prisonnier des hommes.

 

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Martine Martin / Janvier 2022 pour les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Côme)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 16 Mars 2022

le retour de Neptune de John singleton Copley

le retour de Neptune de John singleton Copley

Ma mère la lune était déjà bien pleine quand mon père Neptune la rencontra.  Qui l’avait enfantée ? Il ne le sut jamais, il faut dire que Lune était souvent pleine mais n’avait jamais donné naissance à aucun enfant. Elle retrouvait sa ligne très rapidement pour regrossir à nouveau. 

Dès qu’elle vit mon père, armé d’un trident avec lequel il combattait les flots bien paisibles de l’océan, menant triomphalement son radeau « le drakkar » tiré par des chevaux. Avec sa couronne en or et son corps d’athlète, Il avait l’air d’un Dieu.  Lune en tomba aussitôt amoureuse. Elle se mit à le faire danser et tanguer sur l’océan qu’elle agitait pour lui. Cela rajoutait à sa superbe.

Mon père prit goût à danser sur les flots. Il avait souvent rêvé de décrocher la lune et il y était parvenu.  Le dieu de notre monde ne peut rien refuser à ses seigneurs.  Ils s’unirent et Lune une nouvelle fois se mit à grossir jusqu’à devenir toute ronde, elle n’avait jamais été aussi ronde. On aurait dit un ballon, mon père lui dit un soir il serait temps d’accoucher maintenant sinon, Lune chérie, tu vas exploser.  Tous les dieux faisant des Miracles, elle n’explosa pas mais mis au monde le lendemain, une nuit de Février sous le signe du poisson, une jolie Étoile qui aussitôt tombât dans les flots obscurs de l’océan !  

Étoile c’était moi, La mer m’avait engendrée. Bien que l’océan faisait intimement partie de moi, je ne pouvais vivre continuellement en son sein dans une semi-obscurité privée du soleil  le jour et de ma mère la lune la nuit.

J’aurais dû crier en naissant mais je restais muette, le gosier encombré de cette eau qui m’étouffait et qui faisait que je vivais les premières secondes de ma vie en apnée n’osant pas respirer complètement et profiter de cette jolie vie qui promettait d’être heureuse et prospère.

Mon père le comprit et me sauva.  Il plongea en tenant fermement le manche en bois de son trident avec lequel il éloigna les requins qui auraient dévoré son bébé, cette étoile innocente. Il me récupéra. Mon cœur palpitait très fort, il me réconforta et me déposa sur le sable de la plage. 

Allongée sur le dos je vis pour la première fois ma maman la lune, je fus conquise par sa beauté lumineuse qui me réchauffa quelques instants avant que je ne comprenne sa déception qu’elle n’osa prononcer, mais que je lus dans son regard « Ce n’est pas une étoile de plus que je te demandais Neptune, je voulais un garçon, un homme ».

Moi qui rêvais dans mes pensées de m’élever dans le ciel la rejoindre avec mes sœurs les autres étoiles, je décidais de rester sur terre, d’être une étoile qui guiderait ici-bas ceux qui avaient besoin d’être éclairés au bord de l'océan, très proche de mon père qui disparut trop tôt dans le naufrage de sa vie.

Toute ma vie je craignais de regarder le ciel la nuit redoutant de retrouver le regard de ma mère la lune, quand je la vis pour la première fois. Les rares fois où je prenais plaisir à observer le ciel, c’étaient pendant les rares et courtes éclipses de Lune.  C’est pourquoi je préférais les jours d’éclipse trop rares quand la lune est dissimulée par l’ombre de la terre.  Il y a des souvenirs cruels qu’il vaut mieux cacher, car ils gâchent vos instants de plaisir et de joie.

Martine Martin / Janvier 2022 pour les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Étoile)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi

Repost0

Publié le 11 Mars 2022

Les Cigognes de Bourg en Bresse
Les Cigognes de Bourg en Bresse
Les Cigognes de Bourg en Bresse

Dans les grands arbres à bourg, des cigognes habitent

Elégantes elles planent, dans des valses fortuites

Au-dessus de la ville, l’hiver comme l’été

Sous le regard heureux, des passants épatés

 

Sous leurs hautes pattes, gracieuses et conquérantes

En reines elles trônent, sur les tours flamboyantes

Du royal monastère, un chef d’œuvre gothique

En prolongeant ainsi, les statues drolatiques

 

 

Comme des coqs en pâte, ou des poulets de Bresse

Heureuses cigognes, qui chaque jour paressent

Redoux climatique, D’hiver il n’y a plus

Déchetterie ouvertes, elles ne voyagent plus

 

Dans le grand nix douillet, du bec claquettement

Printemps temps des amours, Périlleux accouplements

Mâles et femelles couvent, C’est à chacun son tour,

Jusqu’à Naissance à Bourg, des cigogneaux d’amour

Qui prendront leur envol, un beau matin peut-être

Vers l'Afrique du nord, tels jadis leurs ancêtres.

 

Martine Martin / Mars 2022 -  (poème de 2015 remanié pour le nid de mots d'ABC / Thème : les cigogneaux s'envolent, heureusement la cigogne reste). J'ai barré heureusement dans le thème car la cigogne aurait intérêt à s'envoler l'hiver.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 9 Mars 2022

Ladislas le rapace

Le rapace Ladislas, joli aiglon,

du haut du donjon, défie les poltrons.

Au son du clairon, comme un grand faucon,

Bat ses ailerons, un vrai sauvageon.

 

Après un grand bond, il fait son plongeon

dans le vert vallon, plancher des moutons

Tous les autres oisons, suivent à l'unisson

Ladislas aiglon, est chef d'escadron.

 

Martine Martin / Janvier 2022 pour les prénoms du mercredi de Jill Bill (aujourd'hui Ladislas)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0