Publié le 21 Décembre 2021

Pour scène de rue chez COVIX :

Sapin 2020 du printemps

Joyeux Noël à tous

Scène de rue : Joyeux Noël

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 20 Décembre 2021

Pour que vive l'été Hélène Darthout

J'ai rencontré  Hélène Darthout au Salon du livre de La Rochelle.

Ayant pris plaisir à échanger avec elle, je lui ai acheté son roman "Pour que vive l'été" paru chez le Lys bleu (mon éditeur actuel). Il a obtenu le prix du premier roman au salon des arts littéraires 2021 :

Résumé

Cet été-là, Flora, cinq ans, étant confiée à ses grands-parents, Viviane, sa mère, décide de fuir son mari Frédéric et de partir seule se ressourcer dans un village isolé au sud des Cévennes... Digression de deux semaines et rencontre d'une vie : celle d'un jeune et brillant « gentilhomme ». Mais Viviane renonce à lui par amour pour sa fille, avec qui elle formera un duo fusionnel. Vingt-cinq ans plus tard, elle est emportée par une leucémie. Flora a perdu son modèle, la plus belle partie d'elle-même. Comment réparer, comment guérir, comment revivre ? Découvrir le secret de sa mère et son sacrifice se révèle une réponse à son appel désespéré. Un projet insensé se forme en elle. Une mission.

Mon avis

Parmi tous les romans d’amour que j’ai lus, peu m’ont marquée au point de m’en souvenir aujourd’hui.

Je n’oublierai pas « Pour que vive l’été ». Ce roman m’a scotchée par sa fin inattendue tant elle est délicieusement incongrue et par sa construction avec l’alternance :

  • du journal de la mère Viviane qui raconte, avec talent, un amour passionnel avec un jeune-homme qui ne durera que le temps de deux semaines de vacances dans les Cévennes,
  • du récit de sa fille Flora qui, vingt-cinq ans plus tard, après la mort brutale de sa mère d’une leucémie, lui raconte son projet inouï de faire revivre cet amour fusionnel qui les unissait.  

Cette construction m'a un peu gênée au début, mais rapidement prise par l’intrigue, je m’y suis vite habituée. Je l’ai même trouvée géniale pour relier les deux récits et faire revivre, en le changeant, le passé de la mère à travers le présent de sa fille.

L’écriture est fluide. J’ai rarement vu l’amour passionnel si bien écrit avec autant de pudeur. Les descriptions des paysages, avec quelques métaphores, sont poétiques. L’analyse psychologique fine et réaliste des personnages, à travers leurs actes, les rend attachants et émouvants, malgré leurs défauts.

Je viens de terminer un très beau roman d’amour qui m’a particulièrement touchée et qui restera présent en moi. J’aimerais tant que le récit de Flora se poursuivre pour connaître la suite de sa vie !

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 15 Décembre 2021

Léger le contrepoids

Léger est resté fort pantois

Quand pour la première fois

Sans que personne ne s'appitoie

On l'a surnommé contrepoids

Comme vous voulez savoir pourquoi

Je vais vous le dire ma foi

Même s'il n'a pas du tout la foi

qu'il n'habite pas la ville de Foix

mas pas très loin toutefois

C'est à Lourdes qu'es son chez-soi

Lourdeau est son nom, oh désarroi

Léger un prénom en contrepoids

Avouez que ça vous laisse sans voix

Martine Martin / novembre 2021 pour les prénoms du mercredi de Jill Bill

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 14 Décembre 2021

Pour scène de rue chez COVIX :

Vitrine du printemps 2020

Cliquez sur la photo  pour la voir en grand format

Cliquez sur la photo pour la voir en grand format

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 11 Décembre 2021

Je vais faire un:e pause de durée indéterminée au moins jusqu'à fin janvier en raison de mes séances de dédicace de décembre, des fêtes de fin d'année en famille et pour finaliser l'édition de mon troisième roman qui paraîtra la deuxième quinzaine de janvier et sa diffusion.

En effet, un éditeur qui avait entendu parler de moi par un de mes amis dont il publie les livres  m'a demandé de lui envoyer le manuscrit de mon prochain roman. Heureusement il était terminé ! Après une dernière relecture je lui ai envoyé, il l'a lu en une seule fois tant il l'a aimé et il m'a proposé un contrat d'édition que j'ai signé hier.

J'ai encore du travail, je dois coopérer avec mon assistante d'édition sur la création de la première de couverture, modifier le résumé de la quatrième, changer un paragraphe qui, d'après lui, peut faire deviner l'épilogue et relire le manuscrit une fois qu'il sera corrigé par la maison d'édition. Une fois édité, il me faudra faire sa publicité auprès de la presse régionale, des libraires locaux et envoyer les exemplaires dédicacés à mes nombreux amis.

Ecrivain est un travail à temps plein !

Je vais changer d'éditeur pour proche de ses auteurs avec qui il entretien des relations chaleureuses, qui a une librairie, un book truck et aussure une transparence totale en temps réel sur les droits d'auteur et leur paiement et non comme beaucoup une fois par an !

Ci-dessous, le site de la librairie de mon nouvel éditeur, peut-être l'occasion d'offrir des livres pour Noël

Des article sont programmés pour :

- les prénoms du mercredi

- scène de rue chez Covix

Les mois émoi de décembre 2021 et janvier 2022 sont maintenus. J'y participerai également.

Bonnes fêtes de fin d'année mes amis.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 9 Décembre 2021

Les 90 jours du lynx de Damien Verhee

J'ai retrouvé Damien Verhee (un ami blogueur que certains d'entre vous connaissent) au Salon de La Rochelle. Suite à mes ennuis de santé en 2016, nous nous étions perdus de vue. Il est maintenant auteur comme moi :

Résumé

Alexandre Bouteiller est un génie précoce. Tout lui réussit dans la vie. De Paris à Lausanne, en passant par Lille, il assume une vie de star médiatique et reconnue. Auteur de best-sellers mondiaux, il est la proie des paparazzis qui se régalent de ses frasques. On l’aime ou on le déteste, mais il ne laisse pas indifférent. Fier, charmeur, il enchaîne les conquêtes autant que les succès. Jusqu’au jour où sa vie bascule. De « vraies » rencontres, une épreuve à surmonter, sont les prémices d’une nouvelle vie bouleversante.
Et vous, que feriez-vous du reste de votre vie, s’il ne vous restait que 90 jours à vivre ?
Découvrez la vie extraordinaire de ce lynx aux multiples visages.

 

Mon avis

Alexandre, écrivain à succès, est égocentrique, imbu de sa personne, immature, volage avec les femmes, enfin tout pour vous le faire détester dès le début. On sait qu’Alexandre ne peut que nous surprendre, on se demande jusqu’où il va aller dans l’excès. Oui, il va nous étonner encore ! Il y a des épreuves dans la vie qui montrent à ceux qui les traversent combien leur comportement est néfaste non seulement pour les autres, mais surtout pour eux-mêmes et les empêchent d’être heureux.

Après nous avoir fait détester son héros, la prouesse de l’auteur est de nous le faire aimer au point qu’on tourne la dernière page de son livre avec regret, tant on est triste de le quitter.

Damien, j’ai beaucoup aimé ton roman et je vais lire le précédent « L’homme qui regardait pousser les tomates ».

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 8 Décembre 2021

Comme tu es jolie ma fille Souveraine

Avec tes beaux yeux bleus azur de Lorraine

Ta peau soyeuse rose de porcelaine

Couronnée de jeunes pivoines et  troènes

Mon bel amour  tu rêves d’être Sirène

Serrant sur ton cœur ta poupée Marjolaine

Plus tard dans  notre grande fête foraine

Sereine  jeune fille si  souveraine

Des forains c’est certain  tu seras la reine

Je t’aime mon amour, mon cœur, ma souveraine 

Martine Martin / novembre 2021 pour les prénoms du mercredi de Jill Bill

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 7 Décembre 2021

Pour scène de rue chez COVIX :

Vitrine du Printemps Paris 2020 :

Cliquez sur la photo  pour la voir en grand format

Cliquez sur la photo pour la voir en grand format

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 6 Décembre 2021

Durgalola, qui anime le défi 257 des croqueurs de mots, nous demande d'écrire un texte inspiré par la toile "chassé croisé"de REBECCA BRODSKIS ci-dessous. Cette toile m'a tout de suite fait pensé à une courte histoire que j'avais écrite 2013 que je me permets de rééditer après l'avoir bien entendu quelque peu modifiée et complétée

Sadibou le jeune homme qui voulait être heureux

Sadibou, le jeune homme qui voulait être heureux

Sadibou est au bord du quai avec le chien de la famille et le fils de l’homme qui l’a hébergé quand il est arrivé en France il y a dix ans et qu’il aime comme son frère.

Il se souvient des pleurs de sa mère et sa dernière étreinte, le regard de son père qui au nom s’est durci s’efforçant de ne pas montrer sa peine, les baisers de ses frères et de sa petite sœur Mariama de 4 ans, Pourra t’il les revoir un jour ?

Dans la demi-pénombre du soir qui tombe, Sadibou a quitté la plage de Ngor avant la marée basse, très rapidement, trop rapidement. Il aurait voulu que ce moment tant attendu, qui lui sembla si court, durât plus longtemps pour pouvoir s’imprégner de l’image des lumières de Dakar et de l’île de Gorée s’éloignant pour toujours.

Depuis combien de jours, est-il resté sur cette pirogue tassé au milieu de ses compagnons d’infortune ?

En fin de nuit, le vent s’était renforcé sur la mer, la pirogue avait tangué sur les vagues. il n’avait pas eu peur, étant habitué aux caprices de l’océan pour avoir pêché avec son père sur ces mêmes embarcations quand il y avait encore assez de poisson pour nourrir toute la famille.  Sadibou avait regardé le ciel rosir dans les prémices de l’aurore et le soleil sortir timidement de son bain nocturne. Dans l’horizon qui s’était illuminé, un paquebot géant des mers rempli de touristes s’est découpé. Il avait envié un moment ces chanceux. Eux aussi voulaient quitter des lieux connus et leur quotidien pour des destinations de rêve avait-t-il pensé soudain. Peut-être un jour, quand il aurait gagné beaucoup d’argent en Europe, il pourrait faire une croisière luxueuse. Il s’en est voulu aussitôt de cette pensée, s’interdisant alors de rêver à long terme, d’en vouloir plus alors qu’il n’était même pas certain d’arriver à destination.

Le vent s’était renforcé encore. Certains de ses compagnons étaient malades : le manque de sommeil, le froid, la peur, le mal de mer. L’arrivée était proche si l’on en croyait le passeur. Ils ne pourraient pas tenir bien longtemps. En attendant, Sadibou résistait, chantait de vieilles chansons sénégalaises, racontait des histoires pour réconforter ses compagnons : tuer le temps, chasser la peur.

Les vagues étaient de plus en plus hautes et heurtaient violemment la pirogue. Le souci de l’instant tenir, tenir encore, chanter de plus en plus fort, se serrer les uns contre les autres pour se réchauffer.

Un jour a passé, une nuit puis un autre jour et soudain la côte espagnole leur apparût, ils allaient débarquer sur la plage qui s’approchait, s’approchait. Ils avaient réussi. Sadibou aurait dû être gai, mais il avait pleuré, pensant à tous ses hommes et femmes, certains des amis, qui n’avaient pas eu cette chance et avaient péri en mer pour avoir voulu être heureux.

Adolescent seul, il eut de la chance quelque temps après, d’être accueilli, à Bayonne, par une famille française où il vit heureux aujourd'hui.

Il se souvient de son arrivée en France, il pleuvait quand il est arrivé. Le père accompagné de son chien l’attendait. Il l’a abrité sous un grand parapluie rouge et ils ont tous les trois posé pour le photographe de la presse locale.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Nouvelles

Repost0

Publié le 3 Décembre 2021

Une si longue histoire et histoires courtes Hervé Huguet

Hervé Huguet m'a dédicacé son recueil de nouvelles : "une si longue histoire et histoires courtes" au salon du livre de La Rochelle.

Résumé

Une histoire d'amour qui commence, une tempête qui fait rage, un coucher de soleil flamboyant, un train dans la nuit... Autant de si longues histoires possibles, ou pas. Chaque nouvelle nous plonge dans un univers différent. En quelques lignes naissent les personnages, femmes ou hommes, jeunes ou moins jeunes, enfants parfois. Le présent nous laisse entrevoir leur passé, leurs espoirs, leurs illusions. Chacun(e) doit affronter sa réalité. Le fil conducteur d'un récit peut être un objet, un bijou, une clé, une couchette ou un lit, une toile sur un chevalet... Les sons rythment les nouvelles, une sonnerie, un chant, la musique des rails au contact des roues... Les silences ont également leur place. Dans chaque nouvelle, les situations semblent s'éclaircir avant de basculer dans l'inattendu jusqu'à la surprise finale qui, malgré les indices semés çà et là, est toujours imprévisible.

Mon avis :

Je n'ai pas grand chose à rajouter au résumé ci-dessus si bien écrit.

Ces histoires courtes abordent des sujets très variés : première rencontre, amour impossible, violence sur les femmes, cancer, l'absence du père, l'homosexualité, la peinture, la musique, les rêves...

J'ai bien aimé ces nouvelles à la fin surprenante dont certaines mériteraient une suite notamment la première "une si longue histoire". Peut-être le sujet d'un prochain roman Hervé !

J'ai eu un vrai coup de cœur pour deux de tes nouvelles : "la tempête" et "le chêne".

Merci Hervé pour ce plaisir de lecture.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0