Publié le 12 Octobre 2018

A mon fils

 

Si seulement  t’avais su

Oh combien est profond mon amour

Si seulement te le montrer j’avais pu

 

Si seulement tu savais

0h combien tu me manques chaque jour

Si seulement te le dire je pouvais

 

Si seulement tu savais mon fils

Oh combien j’ai envie de te voir

Si seulement te recontacter j’osais

 

Si seulement nous savions

Si seulement nous pouvions

Si seulement nous osions

 

Martine / Octobre 2018 pour le défi 182 d’Evy ( Si seulement)

Si seulement mon fils
Si seulement mon fils

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 11 Octobre 2018

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Douce lune de lumière

Pleine lumineuse et fière

Tu as déposé ton voile

Pour admirer les étoiles

 

Les cimes des grands arbres nus

Au vent se courbent et te saluent

Pour qu'aucune d'elles ne te blesse

Avant que tu ne disparaisses

 

Tu te mets à danser, valser

Au coeur de l'azur argenté

Tu as réveillé le soleil

La ville peu à peu s'éveille

 

La rumeur monte et l'assourdit

Peu à peu tu nous fuis

Pour retrouver le silence

Qui a des parfums d'absence

 

Martine Martin / Pour les jeudi en poésie du Défi 209 des croqueurs de mots animé par Jeanne FADOSI

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 10 Octobre 2018

Je m'appelle Mercedes. Je suis maintenant une vieille écrivaine qui n'écrit plus. Je pourrais le faire si je n'étais pas si esseulée sans personne pour m'aider en me stimulant. Parfois on vient me voir. Mes visiteurs semblent s'intéresser à moi mais je sens dans le regard des plus jeunes à la fois du respect pour la mamie au grand âge qui doit les empêcher de m'approcher de trop près mais aussi une sorte de curiosité ironique me faisant comprendre que je suis dépassée, d'un autre siècle. Au temps de ma jeunesse chaque jour on jouait avec moi. certains me touchaient délicatement, d'autres plus brusquement. Certains même ne sentaient pas leur force et me tapaient. Je regrette ce temps où on me malmenait. J'avais besoin de cela pour écrire des lettres, des poèmes, des romans. Je me sentais utile, j'existais. J'ai toujours été un peu masochiste. Aujourd'hui je souffre de solitude et d'indifférence qui me donnent le sentiment de n'être utile à personne moi dont le moteur de ma vie à été le sens du service aux autres avec abnégation. Personne ne voudra de moi dans cette salle des ventes oû je me morfonds. À l'heure de l'informatique qui voudra d'une vieille machine à écrire même une luxueuse Mercedes.

Martine / Juillet 2018 pour les prénoms du mercredi chez Jill Bill .

Photo Pixabay

Photo Pixabay

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 9 Octobre 2018

Pour scène de rue chez COVIX une photo d'une licorne sur le store d'un magasin pour touristes aux Sables d'Olonne

La licorne

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 8 Octobre 2018

Je suis née à l'Île d'Yeu normal que je sois fascinée par les yeux et c'est toujours ce que je regarde en premier quand je rencontre un inconnu.

En ce bel après midi d'été, je l'ai aperçu, il m'a tout de suite fasciné. Étrange regard avec des yeux d'une couleur jaune inhabituelle Me faisait il des gros yeux. Me faisait-il des yeux doux ? Difficile à dire : Deux grands yeux cernés en face des trous.

Méfiance j'ouvre l’œil et je dis qu'à vue d’œil il aurait mauvais œil : Pas un œil au beurre noir. D'ailleurs qui a vu du beurre noir ? non ses yeux sont au beurre jaune.

Je regarde ses pieds, comme il a bon pied, je crois qu’il a bon œil. Il me fait même de l’œil. Je le regarde dans les yeux entre quatre yeux sans lui jeter la poudre aux yeux ni lui mettre le doigt dans l’œil.

Il me dévore avec les yeux. Aurait il les yeux plus gros que le ventre. J'ai peur qu'il ait du mordant, œil pour œil dent pour dent ! J'arrête de le fixer mais je ne crains rien il est vegan ce bel iguane dans sa cage de verre du zoo des Sables d'Olonne.

Photo Pixabay (oeil d'iguane)

Photo Pixabay (oeil d'iguane)

Martine pour les jeudis en poésie du Défi 209 des croqueurs de mots animé par Jeanne FADOSI

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 6 Octobre 2018

Je vous ai annoncé récemment la sortie de ce livre et beaucoup d'entre vous mon dit qu'ils attendaient mon avis pour l'acheter. Voici ma critique

Pierre Luneval est un auteur Val d'Oisien de romans policiers. Il habite Méry sur oise. J'ai lu avec plaisir quelques uns de ses romans dont la vénule que j'ai beaucoup aimé.
Quand j'ai appris que Pierre venait de sortir son dernier livre des canons et des roses, je me suis empressée de le lire.

Des canons et des roses de Pierre Luneval

L'histoire

Pour avoir fait lui-même justice sur l’homme qui a détruit sa vie, Léo Cordel est incarcéré, puis interné en hôpital psychiatrique. Onze ans plus tard, il est suspecté d’un meurtre. Le lieutenant de police Rachel Ackermann retrouve sa trace dans un mas isolé de l’Aveyron. Pour résoudre son enquête, elle devra apprivoiser cet homme au passé trouble et revenir sur le drame survenu quelques années plus tôt. Au péril de sa vie…

Ma critique

Ce roman que j'ai aimé démarre lentement malgré une écriture leste et rapide. Deux récits s'intercalent avec beaucoup d'adresse :

  • Celui de la tentative du meurtre que Léo a commis sous le coup de la vengeance impulsive ou préméditée intenté à l'encontre de celui qu'il tient responsable du suicide de son épouse et qui lui a valu d'être emprisonné puis interné en hôpital psychiatrique pendant 10 ans;
  • Celui d'un second meurtre commis très peu de temps après sa libération dont il est suspecté d'en être l'auteur.

Au fur à mesure de ce croisement entre le passé et le présent, l'Écriture très rapide avec un minimum de mots mais néanmoins très agile sert le suspens croissant très rapidement au fur et à mesure du roman jusqu'à la fin surprenante. 

Ce roman n'est pas qu'un simple roman policier. Il nous interpelle sur la vengeance, vengeance contre autrui mais contre soi-même parfois aussi quand on assume mal une culpabilité inconsciente de ce qui nous arrive ou de ce que l'on fait subir à ceux qu'on aime.

Pour se procurer se livre (version papier ou ebook) voir le site de l'éditeur ci-dessous en lien

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #livres

Repost0

Publié le 5 Octobre 2018

Pour Image Citation 39 voici les photos de  Gisèle qui étaient à illustrer  par une photo en commençant par deux citations personnelles que m'ont inspirées ces photos.

Imagecitation N° 39

Cette phrase m'est venue spontanément en voyant cette montgolfière mais j'aime beaucoup cette phrase extraite de "Le Voyage" de Baudelaire :

"Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent -

Pour partir, cœurs légers, semblables aux ballons, -

De leur fatalité jamais ils ne s'écartent, -

Et, sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons !"

Imagecitation N° 39

Deux autres photos de Gisèle ci-dessous avec des citations trouvées avec l'aide de mon ami google

Imagecitation N° 39
Imagecitation N° 39

Bientôt sur ce blog les citations proposées par Gisèle illustrées de photos

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Citations

Repost0

Publié le 4 Octobre 2018

Comme beaucoup de mes amis lecteurs le savent, je ne supporte pas la musique mais j'aime néanmoins la belle chanson française pour les paroles d'abord mais parfois aussi pour le chanteur. J'aimais beaucoup Charles Aznavour, j'ai versé quelques larmes en apprenant sa mort et je ne pouvais que lui rendre hommage ici.

Paroles de Tes yeux, mes yeux de Charles Aznavour

 

Tes yeux, mes yeux ne voient pas que les soleils
Ou les fines pluies d'étoiles sur les gouttes d'arc-en-ciel
On peut vivre sans miracle
On peut vivre sans rien voir
Que toi, que moi
Tout le reste est étranger
Que toi, que moi
Toute ma vie c'est de t'aimer

On laisse parler nos yeux
En laissant parler nos cœurs
Nous avons un monde à nous deux
L'autre monde est ailleurs

Tes yeux, mes yeux ont le secret du printemps
Le calme d'un berceau avant que naisse un enfant
On peut vivre sans musique
Quand le cœur est musicien
Que toi, que moi
Tout le reste est étranger


Que toi, que moi
Toute ma vie c'est de t'aimer
De t'aimer

Martine pour les jeudis en poésie du Défi 209 des croqueurs de mots  animé par Jeanne Fadosi (thème : le yeux)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 3 Octobre 2018

Si tu vas à Rio pour rencontrer Eusebio

Si tu vas à Rio pour Rencontrer Eusebio

Ne vas pas sur la plage de Copa Cabana

Que les enfants pauvres ne fréquentent pas

Il te faudra monter la haut où c’est le chaos

Pas vers le christ roi du sommet du Corcovado

Mais dans la cité de Dieu une triste favela

Que les gens riches dédaigneux ne fréquentent pas

Le matin dans l’immense décharge de Rio

Il cherche quelques nourritures sans godillots

Dans le mouvant magma d'ordures sous la chaleur

Pour supporter la saleté et la puanteur

Il rêve que plus tard il sera footballeur

Courtisé par tous les grands clubs internationaux

Adulé de tous il sera le Roi Eusebio

Avec son équipe il brandira la coupe à Rio

Avec une étoile en plus sur le jaune maillot

En attendant chaque jour dans la favela

Il joue au ballon et danse la capoeira

Essayant d’imiter son grand frère Christiano

Qui est pour lui  des meilleurs danseurs de Rio

Photo Pixabay

Photo Pixabay

A l’école de la rue à survivre il apprendra

Et c’est certain  plus tard en bas il habitera

Martine / Juillet 2018 pour les prénoms du mercredi chez Jill Bill (aujourd'hui Eusebio)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 2 Octobre 2018

Pour scènes de rue chez COVIX un stand de vente de chapeaux au Puits du fou en Vendée

Scène de rue : La vendeuse de chapeaux

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0