Publié le 21 Février 2019

Image Pixabay

Image Pixabay

Tu dis yeux

Et déjà

Les tiens sont remplis de poudre

 

Tu dis  pied

Et déjà

Aux miens tu  tombes à genoux

 

Tu dis main

Et déjà

Tu me fais des pieds et des mains

 

Tu dis doigt

Et déjà

Tu te le fourres dans  l’œil

 

Tu dis bouche

Et déjà

Tu vas te mordre les lèvres

 

Tu dis « je t’aime »

Et déjà

Je prends mes jambes à mon cou

 

Tu dis cœur

Et déjà

Ton cœur de Don Juan soupire

Car il n’a pas ce qu’il désire

Juste une partie de fesses

 

Martine / Février 2016 / Pour les jeudis en poésie Défi 216 des croqueurs de mots animé par Les Cardabouche

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0

Publié le 20 Février 2019

Orval : l'homme d'or du Val

Je suis le roi du Val, l’homme d’or

Quand enfin l’astre soleil s’endort

Comme un grand phare, une météore

Le Val  et le fleuve je mordore

Avec mes aura et lanterne d’or

Ayez confiance conquistadores

Ce ne sont  pas boîtes de pandore

Votre goélette Le Veau d’or

Et vous accosteront à bon port

Foi d’Orval, Prophète du val d’or

 

Martine / Décembre 2018 pour Les prénoms du mercredi  de Jill Bill (aujourd'hui Orval) sur une photo Pixabay

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Repost0

Publié le 19 Février 2019

La petite jetée des Sables d'Olonne l'été vue depuis la grande roue

La petite jetée des Sables d'Olonne l'été vue depuis la grande roue

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 15 Février 2019

Dans les plaideurs de Racine, Petit Jean le portier reproche à son Maître, le juge Perrin Dandin, de se lever trop tôt le matin en lui disant « Qui veut voyager loin ménage sa monture ; Buvez, mangez, dormez, et faisons feu qui dure ».

Au 17ème siècle : ménager sa monture c’était manger grassement, boire, dormir.  C’était considéré comme bon pour la santé et cela a duré jusqu’au vingtième siècle. Je me souviens de mon grand-père qui m’incitait à manger de la viande rouge que je n’aimais pas trop en disant qu’elle était pleine de vitamines et que si je m’en passais j’aurais des carences.

Aujourd’hui les médias vous assènent à outrance que si l’on veut rester en bonne santé et vivre longtemps, il faut manger peu et sain (bio, vegan…) en tous cas éviter de manger trop de viande, de charcuterie, de poisson, de sucre, de sel, ne pas boire d’alcool et bouger en faisant du sport. Ce n’est pas très gai comme programme.

Au-delà de son sens premier, cette citation est souvent exprimée au sens figuré. Voyager loin veut dire avoir des projets à long terme ambitieux  et ménager sa monture signifie qu’il ne faut pas être trop impatient, prendre son temps, réfléchir, se poser,  se ménager au lieu de se presser, de s’ essoufler et d’échouer. On peut citer d’autres citations qui se rapprochent 

  • la morale de la fable de La Fontaine « : Le lion et le rat » « Patience et longueur de temps valent mieux que force ni que rage »
  • Paris ne s’est pas fait en un jour

Effectivement pour réussir, aller loin,  il faut être patient mais je ne pense pas non plus qu’on y arrive en se ménageant comme le montre le pauvre homme qui ménage sa monture en inversant les rôles et en tirant son âne. Gageons qu’il ne tiendra pas longtemps et n’ira pas bien loin.

Celui qui veut voyager loin doit-il ménager sa monture ?

Quand j’étais enfant j’ai souvent vu les huissiers venir chercher les meubles pour payer les dettes de mes parents. Pourtant mon  père avait un bon travail dans une grande banque assez bien payé et avec des avantages sociaux mais il dépensait tout en des choses superflues et au café aussi hélas et ma mère, au lieu de travailler, restait au foyer. Petite fille pauvre parmi les riches à l’école privée ou l’on m’acceptait par charité chrétienne malgré que ma scolarité n’était pas payée, j’ai connu  toutes les vexations des adultes et de mes camarades

J’étais mal partie pour réussir mais je m’étais jurée de m’en sortir de monter dans la hiérarchie sociale. Après le BEPC, j’ai fait des études courtes de secrétariat. J’ai démarré comme sténodactylo. Je n’ai pas ménagé mes efforts au contraire, j’ai été ensuite secrétaire d’un DRH., parfois j’ai travaillé de nuit quand il fallait rapatrier notre personnel de chantier dans des pays en guerre et aller les chercher à l’aéroport avec ma voiture. A la fin des chantiers, j’allais sur place en province, éloignée de mon époux et de nos enfants en semaine pour plusieurs semaines,  pour reclasser le personnel local sur place embauché pour les besoins d’un chantier. C’était difficile de se faire accepter notamment par les élus du personnel (tous des hommes) qui voyaient mal une jeune femme venir les reclasser. Ils n’y croyaient pas et ils ne m’ont pas ménagé au début : une femme sur un chantier envoyée par un homme, qui plus est un patron ce n’était pas la meilleure entrée en matière !!!.  L’hiver je conduisais sur des routes verglacées, enneigées notamment dans le Cotentin pour aller rencontrer les chefs d’entreprise et leur « vendre » nos ouvriers. J’en ai versé des larmes seule le soir dans ma chambre d’hôtel, mes enfants et mon mari me manquaient mais je continuais et à la fin des chantiers ces délégués syndicaux me remerciaient chaleureusement des résultats obtenus auxquels ils n’auraient jamais cru. D’assistante de Direction, je suis devenue Adjointe sociale puis j’ai quitté cette entreprise pour devenir Consultante emploi dans un cabinet conseil en ressources humaines ou j’ai conseillé des ouvriers, employés et cadres dans leur recherche d’emploi. Je conseillais aussi les Directeurs des ressources humaines dans la conception et la conduite de leurs plans sociaux pour y mettre les vraies mesures favorables à l’emploi (pas forcément les plus rémunératrices à court terme pour les salariés). J’ai aussi animé des stages de formation de la maîtrise à conduire des entretiens de séparation le plus humainement possible en évitant de commettre des erreurs qui pourraient nuire à la santé psychologique des salariés. Lors des réunions des comités d’entreprise, je venais présenter nos résultats de reclassements aux élus. Ils ne me ménageaient pas non plus bien au contraire car je représentais la Direction. Parfois après les réunions, je pleurais mais je continuais mon travail pour que tout se termine bien. J’ai terminé ainsi ma carrière en gagnant très bien ma vie mais c’était mérité je le devais qu’à mon travail, à ma volonté, à mon engagement. Cela n’a pas été facile, je n’ai pas été très présente pour mes enfants, je crois que je n’ai pas vu que mon fils en avait particulièrement souffert car tous les efforts que je faisais c’était pour eux pour qu’ils puissent faire des longues études pour avoir le métier qui leur plaisait et comprendre qu’on n’a rien sans travail et qu’il ne faut rien attendre des autres. En  cela j’ai réussi : Ma fille est gastro-entérologue et mon fils ingénieur mais je pense qu’ils se sont sentis délaissés mal aimés.  Pour réussir, je ne me suis pas ménagée et je ne les ai donc pas ménagés non plus.

Pour conclure J’aimerais voir aussi dans cette expression ou citation : une incitation individuelle et collective à sauvegarder notre monture «la Terre » afin qu’elle continue à « voyager loin » c’est-à-dire à assurer la préservation à long terme de la vie de toutes les espèces humaines, animales, végétales gravement menacées par les pollutions humaines ». Si tous les hommes et femme de la terre pouvaient se donner la main pour ménager notre planète et la sauver, nous sauver et sauver les générations à venir  La encore il ne faut pas tout attendre de ceux qui gouvernent le pays mais c’est à chacun de faire un effort pour diminuer son empreinte écologique.

Martine Martin / Janvier 2019 pour Nid de mots d’ABC   

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Ecrits divers

Repost0

Publié le 14 Février 2019

Image Pixabay

Image Pixabay

Mon chéri, Mon tendre amour

Sans attendre plus longtemps,  en ce jour de la Saint Valentin,  Simplement je voulais t’écrire quelques mots d’amour et te dire toute ma gratitude d’être là présent et avoir transformé pour toujours ma vie de nonne timorée sans couleur et saveur en un feu d’artifice flamboyant et passionnel.

Qu’est ce qui m’a séduit chez toi ? En premier ton crane de velours dépourvu de cheveux. Il fait tout ton charme. Pourquoi le caches-tu avec ce grand et élégant chapeau noir.

Quand je viens à ta rencontre, Je sais que tu m’attends, ce n’est pas une surprise, j’ai l’impression que tu me fais un clin-d’œil

Je viens vers toi.  Sans réfléchir, je retire doucement ton galure et approche ma bouche de ta peau parfumée et sucrée que j’ai envie de lécher comme une sucette. Mais trop timide je ne le fais pas. Je te prends par la main, te guides et c’est toi qui, dans un baiser fusion, caresse mes lèvres exsangues qui tremblent de désir et rougissent soudain de plaisir

Quelle sensuelle et douce union entre moi et toi mon indispensable et inséparable rouge à lèvres. 

Je t’aime mon ardent bonbon d’amour, mon Valentin.

 

Ta Valentine

 

Martine Martin / Février 2019 (pour le blog des croqueurs de mots, communauté de Domi qui nous a demandé d'écrire une lettre pour la Saint Valentin avec les mots imposés écrits en gras dans le texte)

 

Je n'aime pas la Saint Valentin et c'était difficile pour moi d'écrire une lettre à mon chéri et surtout la diffuser sur internet. Je trouve qu'il n'y a pas de jour particulier pour déclarer son amour et qu'il vaut mieux le dire que l'écrire même si c'est très difficile pour moi de montrer mes sentiments. Alors j'ai trouvé cette pirouette d'une déclaration d'amour à mon rouge à lèvres pour participer tout de même.

Ces lettres étaient soumises au vote des visiteurs du blog des croqueurs de mots. A l'heure où je publie cette lettre les résultats du vote ne sont pas connus car le module n'a pas bien fonctionné et c'est peu dire car par exemple ma lettre avait 2 votes, soudain 4 elle est retombée à 2 votes ! Domi voyant que le module de vote ne fonctionnait pas l'a retiré et a demandé à ceux qui n'avaient pas déjà voté de lui envoyer leurs choix de lettres ce qui a retardé la parution.

Domi je ne t'ai pas envoyé mes choix car voyant les dysfonctionnements du système avant son retrait je me suis dit que les votes n'avaient plus aucun sens. Je me suis contentée de mettre un commentaire à chacune des lettres qui étaient toutes très agréables à lire et c'est l'essentiel.

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Lettres

Repost0

Publié le 13 Février 2019

Moïsette le bébé sauvé des eaux

Je vais vous raconter mon histoire depuis ma naissance il y a près de deux ans .

Ma mère qui me portait en elle depuis plus de 8 mois fuyait son pays en guerre le Nigéria. Nous étions sur une embarcation de fortune remplie de migrants en train de couler au large de la Sicile.

C’est à ce moment que j’ai voulu quitter mon doux et chaud cocon pour affronter la dure réalité de la vie. Heureusement un grand bateau humanitaire l’Aquarius était tout près et nous a recueillis avec tous nos compagnons d’infortune avant que nous sombrions dans les flots en furie.  C’est sur ce grand bateau que j’ai ouvert les yeux et poussé mon premier cri.

Tous les bénévoles sur le bateau ont applaudi et heureux se sont mis à chanter One love de Bob Marley.

Maman m’a appelé Moïsette puisque j’ai été comme Le pophète Moïse sauvé des eaux.

Nous avons accosté dans le port de Catane. Nous vivons maintenant dans un camp de réfugiés en attendant d’être accueillis dans un pays d’Europe et d’y vivre heureux.

Martine / Décembre 2018 pour Liste des prénoms du mercredi (aujourd'hui Moïsette) de Jill Bill

N.B. Cette histoire est une histoire vraie (Voir ci-dessous l'article en lien) à une exception près la petite fille s'appelle Mercy

Pour écouter la chanson voir lien ci-dessous

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Ecrits divers

Repost0

Publié le 12 Février 2019

Photo prise lors d'une manifestation contre une porcherie industrielle

Photo prise lors d'une manifestation contre une porcherie industrielle

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Scène de rue

Repost0

Publié le 11 Février 2019

Paul et le Merle Chanteur

C’était un beau soir d’automne, le soleil couleur ambre déclinait à l’horizon. Au jardin, Paul écoutait  le chant d’un oiseau posé sur une des branches du cerisier. En se délectant de ce sifflement fébrile du bonheur affiché d’un volatile,  une flambée de joie l’envahit et il se mit à chanter le temps des cerises :

Quand nous en serons au temps des cerises
Et gai  rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au cœur
Quand nous chanterons le temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur

Gai comme un pinson Paul aimait pousser la chansonnette mais chantant faux et trop fort, il braillait plus qu’il ne chantait. Les dernières paroles du refrain de la chanson « sifflera bien mieux le merle moqueur » déplurent au fier oiseau  qui se sentit offensé par cet humain qui en plus chantait si faux que c’en était insupportable. Il fallait arrêter aussitôt ce tintamarre. Il prit soudain son envol  et, comme l’humain chantait bouche ouverte et langue sortie, il se posa sur cette dernière.  Le gueulard ne pouvait plus chanter mais il devait être ventriloque, Effrayé il hurlait maintenant.  Voyant que l’oiseau ne lui voulait pas de mal  Paul arrêta de crier et lui dit d’une curieuse voix  sortie du fond de lui-même :

Merci bel oiseau de t’être approché de moi , ne t’affoles surtout pas je ne te ferai aucun mal bien au contraire « Dans l’âme de chacun de nous il y a un merle chanteur, la vie consiste à s’en approcher »  (1)

(1) Citation de Metin Arditi dans Prince d’orchestre

Martine / Février 2019 pour l'Atelier 86 Ghislaine (Mots imposés en gras et thème l'humour)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #FABLES ET CONTES

Repost0

Publié le 6 Février 2019

Rêve d'Estève

Une jeune élève
saute sur la grève
D'une plage anglaise
Pour atteindre ses rêves.


Peut-être est-ce Esteve
Ou sa Jumelle Eve ?

Une brève trêve
D'un jour qui s'achève
Ou serait-ce un rêve ?

 

Martine / décembre 2018 pour les prénoms du mercredi  chez Jill Bill (sur une photo Pixabay)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Prénoms du Mercredi, #Poèmes

Repost0

Publié le 4 Février 2019

Par une nuit d'été

Par une nuit d’été,   bleue de paon et sans âge

Pailletée d’oiseaux blancs, tels de brillants diamants

La voute céleste, sous  son brumeux voilage,

S’abandonnait sans cesse dans les flots ondoyants.

 

Sous un rayon de lune, soudain s’illuminant,

Un champignon géant, gigantesque méduse,

Côtoyât insolent les astres au firmament

Il valsa et dansa, dans un une lueur profuse

Sous les yeux des enfants,  ébahis et  charmés.

 

Face à l’éternité d’une heure   de  douceur,

Dans l’oubli des soucis, ils étaient désarmés.

Paul serrait fort la main de sa petite  sœur

Existait-t’il vraiment  cet auguste moment ?

Rêvaient-ils éveillés, d’un monde fantastique,  

D’un combat vidéo, à gagner vaillamment ? 

 

Martine / Avril 2018 pour l' Atelier 85 de Ghislaine (sur le thème de la nuit avec les mots imposés en gras)

Voir les commentaires

Rédigé par Martine.

Publié dans #Poèmes

Repost0